Wednesday, September 20, 2017

20.09.17, Korea, gutterez, trump, UN, USA, armistice, reunification, war, politics



Paris, Wednesday 20 September 2017

Part 1: French text / Part 2: English text, Google translation

Copy :
1- President of the French Republic
2- European Commission
3- UN
4- Embassies: North Korea (Berne), South Korea, China, European, Japan, Russia, USA.

5- Presidents of Parliament and French Parliamentary Groups


Reflection on the statements of UN Secretary-General António Guterres and US President Donald Trump at the UN session of 19 September 2017.




On September 19, 2017 at the United Nations headquarters in New York, US President Donald Trump gave the United States' view on the Korean crisis.

The guiding formula of his speech is:
"No nation on earth has any interest in seeing this band of criminals arm themselves in this way. The US is very strong and patient, but if they are forced to defend themselves or their allies, we will have no choice but to totally destroy North Korea. "

Like all statesmen, Mr. Trump said the essential in a few words.

The policy of confrontation between North Korea and the United States can only lead to total war and "total destruction".

The so-called "diplomatic and political solution" policy proposes nothing other than to postpone the military shock.
The difference between the two policies is simply that one wants a capitulation of North Korea and the other expects a renunciation.

The evolution of these two policies is contingent on North Korea's intransigence on its political objectives and the means to achieve it.

The reality principle will sweep away intermediate solutions and impose a meeting of the states concerned around the contradictions of the military solution.

The war will then shift from an altercation between the United States and North Korea towards a confrontation between the United States and its allies on the one hand and China and Russia on the other.

The impasse is therefore complete between:
1- North Korea, which is locked in a confrontation with the United States,
2- China and Russia, which can not accept either this provocative policy or the destruction of the North Korean regime,
3- The United States and its allies who can not accept to be attacked anyway.

Whatever the illusions of each other, this impasse will really lead to the launch of the excessive ballistic missile and therefore to the war of destruction and consequently to the confrontation between the great powers and also, which is often neglected, between the South and North.

The incantatory imprecations of a part of the press will not change anything.

This is because the protagonists refuse to conform their analyzes to the facts and thus bring the right answers to the right questions.

A realistic analysis of the facts would be in line with the statement of UN Secretary-General António Guterres that a "political solution" is the only democratic way to the Korean crisis

In this case, the use of force would be the force of law and nuclear would emerge from the debate.

Realism would make it necessary to note that the present object of North Korea's action is not a dispute with the United States but the attainment of the recognition and security of its own State.

What they do not measure is that this implies the creation of two Korean states in this case.
Contrary to evidence, the two current Korean states are virtual states. They are not States as of right in their territories and in their Korean relations.

The current North Korea and South Korea are only the state figures, the masks, of the only international realities that were created on 27 July 1953 by the Armistice of Panmunjeom.

What was created then is the assignment of the two military-political camps to the leadership of two areas sharing the territory of Korea.

It is these military-political camps that have become a state and manipulate their functioning at their convenience.

This territorial assignment resulted in a political assignment to successful reunification.

This reunification so permeates the constitution of the two zones that the so-called South Korea did not sign the Armistice. It therefore already considered that division was only a temporary passage towards reunification.

By means of atomic weapons, the so-called North Korea zone manages this policy of reunification to prevent it from being done to its detriment.

There is therefore no solution by the infinite repetition of the consequences of the armistice of Panmunjeom, which are division and reunification.

It is precisely in this logic of the armistice, of division and of reunification, that the supporters of military action are established as supporters of the diplomatic solution by asking one of the two camps to capitulate or to fall its guard.

Now, the armistice is precisely the product of the impossibility for one side to bend the other.

The more they develop their maneuvers to achieve it, the more they will fall into this duality and strengthen the absolutist resolution of North Korea.

Political withdrawal from the armistice of Panmunjeom is therefore necessary.

For this it is necessary, by Treaties:

A- Korea
1- To create two sovereign states in place of the two camps which have acquired the status of a state without actually being so.
2- End the policy of reunification.
3- The 38th parallel becomes a frontier and ceases to be the place of arrival of the last war and the place of departure of the next.

B- The Allies
The two allied networks of the new Korean states renounce the hegemony of the alliance opposite.

C- The atom
a- Both Koreas already have extensive experience in the legal process of controlling atomic weapons.
b- The establishment of the ad hoc control of the military atom in favor of the civilian atom can be resumed since the security of the two new states is assured.

At that moment, the use of force may become law.


Marc SALOMONE


Paris, le mercredi 20 septembre 2017

Partie 1 : Texte français / Partie 2 : English text, Google traduction

En copie :
1- Président de la République française
2- Commission européenne
3- ONU
4- Ambassades : Corée du Nord (Berne), Corée du Sud, Chine, Européennes, Japon, Russie, USA.
5- Présidents du Parlement et des Groupes parlementaires français


Réflexion sur les déclarations de M. le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et de M. le Président des Etats-Unis, Donald Trump, à la session de l’ONU du 19 septembre 2017.




Le 19 septembre 2017 au siège des Nations Unies à New York, le président des Etats Unis Donald Trump a donné le point de vue des Etats-Unis sur la crise coréenne.

La formule directrice de son discours est la suivante :
« Aucune nation sur terre n'a intérêt à voir cette bande de criminels s'armer de la sorte. Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord ».

Comme tous les hommes d’Etat, M. Trump dit l’essentiel en peu de mots.

La politique de confrontation entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ne peut en effet que conduire à une guerre totale et à la « destruction totale ».

La politique dite de « solution diplomatique et politique » ne propose rien d’autre que de différer le choc militaire.
La différence entre les deux politiques est simplement que l’une veut une capitulation de la Corée du Nord et que lautre en attend un renoncement.

L’évolution de ces deux politiques est subordonnée à l’intransigeance de la Corée du Nord quant à ses objectifs politiques et les moyens d’y parvenir.

Le principe de réalité balaiera les solutions intermédiaires et imposera une réunion des Etats concernés autour des contradictions de la solution militaire.

La guerre se déplacera alors d’une altercation entre les Etats-Unis et la Corée du Nord vers une confrontation entre les Etats-Unis et leurs alliés d’une part et la Chine et la Russie d’autre part.

L’impasse est donc complète entre :
1- La Corée du Nord qui s’enferme dans un affrontement avec les Etats-Unis,
2- La Chine et la Russie qui ne peuvent accepter ni cette politique provocante ni la destruction du régime de Corée du Nord,
3- Les Etats-Unis et leurs alliés qui ne peuvent de toute façon pas accepter d’être attaqués.

Quelques soient les illusions des uns et des autres, cette impasse aboutira réellement au lancé du Missile balistique de trop et donc à la guerre de destruction et par conséquent à la confrontation entre les grandes puissances et aussi, ce qu’on néglige souvent, entre le Sud et le Nord.

Les imprécations incantatoires d’une partie de la presse n’y changeront rien.

Il en est ainsi car les protagonistes refusent de conformer leurs analyses aux faits et ainsi d’apporter les bonnes réponses aux bonnes questions.

Une analyse réaliste des faits serait conforme à l’affirmation de M. le secrétaire général des Nations unies António Guterres qu’une «  solution politique  » est la seule voie démocratique à la crise coréenne

Dans ce cas, le recours à la force serait celui de la force du droit et le nucléaire sortirait du débat. 

Le réalisme commanderait de remarquer que l’objet actuel de l’action de la Corée du Nord n’est pas une dispute avec les Etats-Unis mais l’obtention de la reconnaissance et de la sureté de son propre Etat.

Ce que ne mesurent pas les uns et les autres est que cela implique la création de deux Etats, coréens en l’espèce.
Contrairement à une évidence, les deux Etats coréens actuels sont des Etats virtuels. Ce ne sont pas des Etats de plein droit sur leurs territoires et dans leurs relations coréennes.

Les actuelles Corée du Nord et Corée du Sud ne sont que les figures étatiques, les masques, des seules réalités internationales qui ont été créées le 27 juillet 1953 par l’Armistice de Panmunjeom.

Ce qui a été créé alors est l’assignation des deux camps militaro-politiques à la direction de deux zones partageants le territoire de la Corée.

Ce sont ces camps militaro-politiques qui se sont érigés en Etat et qui en manipulent le fonctionnement à leur convenance.

Cette assignation territoriale a eu pour conséquence une assignation politique à réussir la réunification.

Cette réunification imprègne tellement la constitution des deux zones que la zone dite Corée du Sud n’a pas signé l’Armistice. Elle considérait donc déjà que la division n’était qu’un passage momentané vers la réunification.

Par l’armement atomique, la zone dite Corée du Nord gère cette politique de réunification pour empêcher qu’elle se fasse à son détriment.

Il n’y a donc pas de solution par la répétition à l’infini des conséquences de l’armistice de Panmunjeom qui sont la division et la réunification.

C’est précisément dans cette logique de l’armistice, de division et de réunification, que s’installent les partisans de l’action militaire comme les partisans de la solution diplomatique en demandant à l’un des deux camps de capituler ou de baisser sa garde.

Or, l’armistice est précisément le produit de l’impossibilité pour un camp de faire plier l’autre.

Plus ils développeront leurs manœuvres pour y parvenir, plus ils s’enferreront dans cette dualité et renforceront la résolution absolutiste de la Corée du Nord.

Il faut donc sortir politiquement de l’armistice de Panmunjeom.

Pour cela il faut, par Traités :


A- La Corée
1- Créer deux Etats souverains en lieu et place des deux camps qui ont acquis le rang d’Etat sans en être vraiment.
2- Mettre fin à la politique de réunification.
3- Le 38ème parallèle devient une frontière et cesse d’être le lieu d’arrivée de la dernière guerre et le lieu de départ de la prochaine.

B- Les alliées
Les deux réseaux d’alliés des nouveaux Etats coréens renoncent à l’hégémonie à l’égard de l’alliance d’en face.

C- L’atome
a- Les deux Corées ont déjà une grande expérience dans le processus légal de contrôle de l’armement atomique.
b- La mise en place du contrôle ad hoc de l’atome militaire au profit de l’atome civil peut être reprise puisque la Sécurité des deux nouveaux Etats est assurée.

A ce moment, l’usage de la force peut devenir celle du droit.


Marc SALOMONE
 

20.09.17, corée, gutterez, trump, ONU, USA, armistice, réunification, guerre, politique




Paris, le mercredi 20 septembre 2017

Partie 1 : Texte français / Partie 2 : English text, Google traduction

En copie :
1- Président de la République française
2- Commission européenne
3- ONU
4- Ambassades : Corée du Nord (Berne), Corée du Sud, Chine, Européennes, Japon, Russie, USA.
5- Présidents du Parlement et des Groupes parlementaires français


Réflexion sur les déclarations de M. le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et de M. le Président des Etats-Unis, Donald Trump, à la session de l’ONU du 19 septembre 2017.




Le 19 septembre 2017 au siège des Nations Unies à New York, le président des Etats Unis Donald Trump a donné le point de vue des Etats-Unis sur la crise coréenne.

La formule directrice de son discours est la suivante :
« Aucune nation sur terre n'a intérêt à voir cette bande de criminels s'armer de la sorte. Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord ».

Comme tous les hommes d’Etat, M. Trump dit l’essentiel en peu de mots.

La politique de confrontation entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ne peut en effet que conduire à une guerre totale et à la « destruction totale ».

La politique dite de « solution diplomatique et politique » ne propose rien d’autre que de différer le choc militaire.
La différence entre les deux politiques est simplement que l’une veut une capitulation de la Corée du Nord et que lautre en attend un renoncement.

L’évolution de ces deux politiques est subordonnée à l’intransigeance de la Corée du Nord quant à ses objectifs politiques et les moyens d’y parvenir.

Le principe de réalité balaiera les solutions intermédiaires et imposera une réunion des Etats concernés autour des contradictions de la solution militaire.

La guerre se déplacera alors d’une altercation entre les Etats-Unis et la Corée du Nord vers une confrontation entre les Etats-Unis et leurs alliés d’une part et la Chine et la Russie d’autre part.

L’impasse est donc complète entre :
1- La Corée du Nord qui s’enferme dans un affrontement avec les Etats-Unis,
2- La Chine et la Russie qui ne peuvent accepter ni cette politique provocante ni la destruction du régime de Corée du Nord,
3- Les Etats-Unis et leurs alliés qui ne peuvent de toute façon pas accepter d’être attaqués.

Quelques soient les illusions des uns et des autres, cette impasse aboutira réellement au lancé du Missile balistique de trop et donc à la guerre de destruction et par conséquent à la confrontation entre les grandes puissances et aussi, ce qu’on néglige souvent, entre le Sud et le Nord.

Les imprécations incantatoires d’une partie de la presse n’y changeront rien.

Il en est ainsi car les protagonistes refusent de conformer leurs analyses aux faits et ainsi d’apporter les bonnes réponses aux bonnes questions.

Une analyse réaliste des faits serait conforme à l’affirmation de M. le secrétaire général des Nations unies António Guterres qu’une «  solution politique  » est la seule voie démocratique à la crise coréenne

Dans ce cas, le recours à la force serait celui de la force du droit et le nucléaire sortirait du débat. 

Le réalisme commanderait de remarquer que l’objet actuel de l’action de la Corée du Nord n’est pas une dispute avec les Etats-Unis mais l’obtention de la reconnaissance et de la sureté de son propre Etat.

Ce que ne mesurent pas les uns et les autres est que cela implique la création de deux Etats, coréens en l’espèce.
Contrairement à une évidence, les deux Etats coréens actuels sont des Etats virtuels. Ce ne sont pas des Etats de plein droit sur leurs territoires et dans leurs relations coréennes.

Les actuelles Corée du Nord et Corée du Sud ne sont que les figures étatiques, les masques, des seules réalités internationales qui ont été créées le 27 juillet 1953 par l’Armistice de Panmunjeom.

Ce qui a été créé alors est l’assignation des deux camps militaro-politiques à la direction de deux zones partageants le territoire de la Corée.

Ce sont ces camps militaro-politiques qui se sont érigés en Etat et qui en manipulent le fonctionnement à leur convenance.

Cette assignation territoriale a eu pour conséquence une assignation politique à réussir la réunification.

Cette réunification imprègne tellement la constitution des deux zones que la zone dite Corée du Sud n’a pas signé l’Armistice. Elle considérait donc déjà que la division n’était qu’un passage momentané vers la réunification.

Par l’armement atomique, la zone dite Corée du Nord gère cette politique de réunification pour empêcher qu’elle se fasse à son détriment.

Il n’y a donc pas de solution par la répétition à l’infini des conséquences de l’armistice de Panmunjeom qui sont la division et la réunification.

C’est précisément dans cette logique de l’armistice, de division et de réunification, que s’installent les partisans de l’action militaire comme les partisans de la solution diplomatique en demandant à l’un des deux camps de capituler ou de baisser sa garde.

Or, l’armistice est précisément le produit de l’impossibilité pour un camp de faire plier l’autre.

Plus ils développeront leurs manœuvres pour y parvenir, plus ils s’enferreront dans cette dualité et renforceront la résolution absolutiste de la Corée du Nord.

Il faut donc sortir politiquement de l’armistice de Panmunjeom.

Pour cela il faut, par Traités :


A- La Corée
1- Créer deux Etats souverains en lieu et place des deux camps qui ont acquis le rang d’Etat sans en être vraiment.
2- Mettre fin à la politique de réunification.
3- Le 38ème parallèle devient une frontière et cesse d’être le lieu d’arrivée de la dernière guerre et le lieu de départ de la prochaine.

B- Les alliées
Les deux réseaux d’alliés des nouveaux Etats coréens renoncent à l’hégémonie à l’égard de l’alliance d’en face.

C- L’atome
a- Les deux Corées ont déjà une grande expérience dans le processus légal de contrôle de l’armement atomique.
b- La mise en place du contrôle ad hoc de l’atome militaire au profit de l’atome civil peut être reprise puisque la Sécurité des deux nouveaux Etats est assurée.

A ce moment, l’usage de la force peut devenir celle du droit.


Marc SALOMONE



Paris, Wednesday 20 September 2017

Part 1: French text / Part 2: English text, Google translation

Copy :
1- President of the French Republic
2- European Commission
3- UN
4- Embassies: North Korea (Berne), South Korea, China, European, Japan, Russia, USA.

5- Presidents of Parliament and French Parliamentary Groups


Reflection on the statements of UN Secretary-General António Guterres and US President Donald Trump at the UN session of 19 September 2017.




On September 19, 2017 at the United Nations headquarters in New York, US President Donald Trump gave the United States' view on the Korean crisis.

The guiding formula of his speech is:
"No nation on earth has any interest in seeing this band of criminals arm themselves in this way. The US is very strong and patient, but if they are forced to defend themselves or their allies, we will have no choice but to totally destroy North Korea. "

Like all statesmen, Mr. Trump said the essential in a few words.

The policy of confrontation between North Korea and the United States can only lead to total war and "total destruction".

The so-called "diplomatic and political solution" policy proposes nothing other than to postpone the military shock.
The difference between the two policies is simply that one wants a capitulation of North Korea and the other expects a renunciation.

The evolution of these two policies is contingent on North Korea's intransigence on its political objectives and the means to achieve it.

The reality principle will sweep away intermediate solutions and impose a meeting of the states concerned around the contradictions of the military solution.

The war will then shift from an altercation between the United States and North Korea towards a confrontation between the United States and its allies on the one hand and China and Russia on the other.

The impasse is therefore complete between:
1- North Korea, which is locked in a confrontation with the United States,
2- China and Russia, which can not accept either this provocative policy or the destruction of the North Korean regime,
3- The United States and its allies who can not accept to be attacked anyway.

Whatever the illusions of each other, this impasse will really lead to the launch of the excessive ballistic missile and therefore to the war of destruction and consequently to the confrontation between the great powers and also, which is often neglected, between the South and North.

The incantatory imprecations of a part of the press will not change anything.

This is because the protagonists refuse to conform their analyzes to the facts and thus bring the right answers to the right questions.

A realistic analysis of the facts would be in line with the statement of UN Secretary-General António Guterres that a "political solution" is the only democratic way to the Korean crisis

In this case, the use of force would be the force of law and nuclear would emerge from the debate.

Realism would make it necessary to note that the present object of North Korea's action is not a dispute with the United States but the attainment of the recognition and security of its own State.

What they do not measure is that this implies the creation of two Korean states in this case.
Contrary to evidence, the two current Korean states are virtual states. They are not States as of right in their territories and in their Korean relations.

The current North Korea and South Korea are only the state figures, the masks, of the only international realities that were created on 27 July 1953 by the Armistice of Panmunjeom.

What was created then is the assignment of the two military-political camps to the leadership of two areas sharing the territory of Korea.

It is these military-political camps that have become a state and manipulate their functioning at their convenience.

This territorial assignment resulted in a political assignment to successful reunification.

This reunification so permeates the constitution of the two zones that the so-called South Korea did not sign the Armistice. It therefore already considered that division was only a temporary passage towards reunification.

By means of atomic weapons, the so-called North Korea zone manages this policy of reunification to prevent it from being done to its detriment.

There is therefore no solution by the infinite repetition of the consequences of the armistice of Panmunjeom, which are division and reunification.

It is precisely in this logic of the armistice, of division and of reunification, that the supporters of military action are established as supporters of the diplomatic solution by asking one of the two camps to capitulate or to fall its guard.

Now, the armistice is precisely the product of the impossibility for one side to bend the other.

The more they develop their maneuvers to achieve it, the more they will fall into this duality and strengthen the absolutist resolution of North Korea.

Political withdrawal from the armistice of Panmunjeom is therefore necessary.

For this it is necessary, by Treaties:

A- Korea
1- To create two sovereign states in place of the two camps which have acquired the status of a state without actually being so.
2- End the policy of reunification.
3- The 38th parallel becomes a frontier and ceases to be the place of arrival of the last war and the place of departure of the next.

B- The Allies
The two allied networks of the new Korean states renounce the hegemony of the alliance opposite.

C- The atom
a- Both Koreas already have extensive experience in the legal process of controlling atomic weapons.
b- The establishment of the ad hoc control of the military atom in favor of the civilian atom can be resumed since the security of the two new states is assured.

At that moment, the use of force may become law.


Marc SALOMONE