mardi, novembre 14, 2017

c3- 14.11.17, CDC, deputy legendre, Lombard, remuneration, market, public, private

Paris, Tuesday, November 14, 2017


 Copy : 
President of the Republic 
Prime Minister 
Minister of Economy and Finance / Director General of the TreasuryPresidents of Parliament / Chairmen of Parliamentary GroupsEuropean Union / OECDDeposit and Deposit Office: 
Director General / Elect of the Supervisory Commission 


THE WITHDRAWAL OF PUBLIC LEADERS 

1) - The facts

 An article in the Enchainé Duck, Wednesday, November 8, p.2, "The not-so-ideal son-in-law," reports the difficulties of appointing a new Director General (DG) to the Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). 

The CDC is the financial base of France. If it is ruined or dismantled, the French Republic, like Greece recently, can no longer afford to exist. 

Eric Lombard, former CEO of Generali France, is expected to be appointed. 

It appears that the Chairman of the Supervisory Commission, the deputy Le Gendre, has headed the consultancy firm Explora et Cie, partner for ten years of Generali France. 

The High Authority for Transparency in Public Life, the HATVP, has to say if there is a "conflict of interest". She will decide and advise.But this decision will not answer the question of multiple refusals by the government in its quest for a new CEO of the CDC. 

3) - Withdrawal and novelty 

This withdrawal of the Public Executive Officers is not an incident of course. 

We are talking here about the cadres whose list is established in particular by the Decree n ° 53-707 of August 9, 1953 modified. 

If it is a CEO, executive of the Private, who has volunteered, it is also that public executives solicited declined the offer. 

Let's say some have rejected it for political line disagreements as evoked by the unions. There is room for news from the newspaper that:

 a- "Who would have believed it? We do not jostle at the gate to replace Pierre-René Lemas, the boss of the Caisse des Dépôts, 

b- "What did not anticipate the Elysee is that the post is not madly enticing for a finance inspector.

 c- "And then capped at 450,000 euros since a decree of 16 January 2013, this promised salary to the future DG, pretty for the public, has rejected a number of candidates.

 d- "... who preferred to go slapping for a lot more in the private. " 

The background noise of the French public debate inscribes this withdrawal in a diffusion of the financial greed, the hypertrophy of the greed. 

Five years ago, the Minister of the Civil Service considered it abnormal that a senior executive earns more than a "Minister" and the government's orientation was that of moderating high wages because of the immorality of the differences. of income that they led. 

She spoke thus in good faith because she was thinking in a logic of national and closed remuneration; without links to so-called "foreign" networks of executives.

 However, by the retention of their applications; the senior executives point out that from now on, their salaries are decided according to criteria that are no longer national but global. 

This withdrawal of applications can be considered as a movement of claiming professionals who believe that their remuneration is no longer adapted to the benchmark salary of senior executives. 

These global criteria integrate, in multiple forms, the combination of executive compensation and capital. 

4) - DisordersState denials on this subject lead to remarkable disturbances in the functioning of the civil service. 

These are analyzed in a purely moral way as the expression of the consequences of the transgressions of the normal rules of operation of the public directorates. 

1- Lepidism 

Example:Christophe Nijdam, former banker and former secretary general of the NGO Finance Watch summarizes the work of undermining the Public Service by the PRPT:
 
"When you're in the treasury, you know that if you want to have a better paying career, you'll do it in the banking sector. You always have a little goblin in the back of your brain who tells you that it may not be very clever to go against the desires of the banking sector ... just in case. " 


Regardless of the hazards of the choices of each; currently, nothing can tell us if this leprosy comes from a decomposition of the capacities of honesty of the senior executives of the Public or if it is the result of the inadequacy to the globalization of the logic of national and closed remuneration of the public administrations then that their operations are there and already included. 

Globalization implies that administrative executives negotiate transformations of their administrations by placing themselves outside the sovereign representation of their state. 

They are no longer in diplomatic relations with their interlocutors, but in the personal relations of commercial negotiators. 

The criteria for valuing their authority by what the OECD calls "universes" are no longer the same.If today, the leaders of the "Treasury" want a "better paid career", where their elders were satisfied with the satisfaction of their Powers, it is not necessarily because they became venal. 

It may also be because they are aware that the pecuniary value of the profession, its exercise, the recognition of their value and therefore ultimately of their personal authority, go through a "better remuneration". 

This valuation is no longer defined by their only entries in local salary hierarchies.It is also defined, or even primarily, by what might be called the Global Executive Income Market. 

Leprinism is therefore not comparable to the permanent demand for corruption. It is the first signal of a statutory dysfunction that needs to be examined. 

2- The "revolving doors" 

Another category of disruption due to this mismatch in the calculation of executive revenues to globalization is the disruption of the functioning of public authorities, or "political systems", and private "financial markets" or "universes", by the sole "Regular staff turnover between the two worlds", the public and the private. 

An OECD confidential report dated 2009, makes the same observation in Australia, Belgium, Canada, Ireland, New Zealand, and the United Kingdom. Here again, the OECD is concerned about the consequences of revolving doors and "revolving doors" on regulatory authorities. 

From the 2009 OECD report:"The close relationship between regulators and political power on the one hand, and the finance industry and its lobbyists on the other, is fueled by regular staff turnover between these two worlds. (...) Tackling the revolving doors is the beginning of an indispensable process to restore citizens' trust in the political system and the functioning of the financial markets.  

"The OECD has identified the nuisance this confusion causes for the reliability of both the public and the private sector. 

The stability of senior management networks within the "two worlds" has become a key element of "citizen trust" in them. 

a- It will no longer be possible to ensure this stability by identifying the public with the monastic sacrifice and the private with the spoiling saraband. 

b- On the other hand, the foundation of each other's remunerations on the registration of these in the capital has become a reference. 

c- This registration is of course distinct in the private and the public where it does not contradict the salary control. 

5) - Conclusion
 

It is a sterile illusion to pretend to return to a past whose codes we no longer have.

Rather than looking to decompose the higher administration faced with globalization; it is possible to experiment with innovative modes of remuneration that offer public executives the opportunity to develop sustainable public sector networks as part of globalization.

In the eyes of the OECD, this is what is crucial.

Marc SALOMONE




Paris, le mardi 14 novembre 2017

En copie :
Président de la République
Premier Ministre
Ministre de l’Economie et des Finances  / Directrice générale du Trésor

Présidents du Parlement / Présidents des Groupes parlementaires

Union européenne / OCDE

Caisse des dépôts et consignation :
Directeur général / Elus de la Commission de surveillance


LE RETRAIT DES CADRES DIRIGEANTS PUBLICS

1)- Les faits
Un article du Canard Enchainé, du mercredi 8 novembre, p.2, « Le gendre pas si idéal », rapporte les difficultés de la nomination d’un nouveau Directeur Général (DG) à la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

La CDC est le socle financier de la France. Si elle ruinée ou démantelée, la République française, comme la Grèce récemment, n’a plus les moyens d’exister.

Eric Lombard, ancien PDG de Generali France, est pressenti pour être nommé.

Il apparait que le Président de la Commission de Surveillance, le député Le Gendre, a dirigé le Cabinet de Conseil en entreprises Explora et Cie, partenaire pendant dix ans de Generali France. 

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, la HATVP, doit dire s’il y a « conflit d’intérêt ». Elle en décidera et avisera.
Mais cette décision ne répondra pas à la question des refus multiples essuyés par le gouvernement dans sa quête d’un nouveau DG de la CDC.

3)- Retrait et nouveauté
Ce retrait des Cadres publics dirigeants n’est pas un incident de parcours.

Nous parlons ici des cadres dont la liste est notamment établie par le Décret n° 53-707 du 9 août 1953 modifié.

Si c’est un PDG, cadre du Privé, qui s’est porté volontaire, c’est aussi que des cadres du Public sollicités ont décliné l’offre.

Admettons que certains l’aient refusée pour des désaccords de ligne politique telles qu’évoquées par les syndicats. Il reste la place à l’information apportée par le journal selon laquelle :
a- « Qui l’eût cru ? On ne se bouscule pas au portillon pour remplacer Pierre-René Lemas, le patron de la Caisse des dépôts,
b- « ce que n’avait pas anticipé l’Elysée, c’est que le poste n’est pas follement aguichant pour un inspecteur des Finances.
c- « « Et puis plafonné à 450 000 euros depuis un décret du 16 janvier 2013, ce salaire promis au futur DG, coquet pour le public, a rebuté un certain nombre de candidats.
d- « …qui ont préféré aller pantoufler pour beaucoup plus dans le privé. »

Le bruit de fond du débat public français inscrit ce retrait dans une diffusion de l’avidité financière, de l’hypertrophie de l’appât du gain.

Il y a cinq ans, la Ministre de la fonction publique considérait comme anormal qu’un cadre dirigeant gagne plus qu’un « Ministre » et l’orientation du gouvernement était celle de la modération des hauts salaires au motif de l’immoralité des écarts de revenus qu’ils entrainaient.

Elle parlait ainsi en toute bonne foi parcequ’elle réfléchissait dans une logique de rémunération nationale et close ; sans liens avec les réseaux de cadres dits « étrangers ».

Or, par la rétention de leurs candidatures ; les cadres dirigeants nous font remarquer que désormais, leurs rémunérations se décident en fonction de critères non plus nationaux mais mondiaux.

Cette mise en retrait des candidatures peut être examinée comme un mouvement revendicatif de professionnels qui estiment que leurs rémunérations ne sont plus adaptées aux critères de référence des salaires des cadres dirigeants.

Ces critères mondiaux intègrent, sous des formes multiples, l’association des rémunérations salariales des cadres dirigeants au capital.

4)- Des dérèglements
Les dénégations étatiques à ce sujet conduisent à des dérèglements remarqués du fonctionnement de la fonction publique.

Ceux-ci sont analysés d’une façon purement morale comme l’expression des conséquences des transgressions des règles normales de fonctionnement des directions publiques. 

1- Le lutinisme

Exemple :
Christophe Nijdam, ancien banquier et ex-secrétaire général de l’ONG Finance Watch résume ainsi le travail de sape du Service public par les PRPT :
 « Quand vous êtes au Trésor, vous savez que si vous voulez par la suite faire une carrière mieux rémunérée, vous allez le faire dans le secteur bancaire. Vous avez toujours un petit lutin à l’arrière de votre cerveau qui vous dit que ce n’est peut-être pas très malin d’aller à l’encontre des désirs du secteur bancaire… au cas où. »

Indépendamment des aléas des choix de chacun ; actuellement, rien ne peut nous dire si ce lutinisme provient d’une décomposition des capacités d’honnêteté des cadres dirigeants du Public ou s’il est le résultat de l’inadéquation à la mondialisation des logiques de rémunération nationales et closes des administrations publiques alors que leurs fonctionnements y sont dors et déjà inclus.

La mondialisation implique que des cadres dirigeants administratifs négocient des transformations de leurs administrations en se plaçant hors de la représentation souveraine de leur Etat.

Ils ne sont plus en situation de rapports diplomatiques avec leurs interlocuteurs mais dans des rapports personnels de négociateurs commerciaux.

Les critères de valorisation de leur autorité par ce que l’OCDE nomme des « univers » ne sont donc plus les mêmes.

Si aujourd’hui, les dirigeants du « Trésor » veulent une « carrière mieux rémunérée », là où leurs anciens se contentaient des satisfactions de leurs Pouvoirs, ce n’est pas nécessairement parcequ’ils sont devenus vénaux.

Ce peut être aussi parcequ’ils ont conscience que la valorisation pécuniaire de la profession, de son exercice, la reconnaissance de leur valeur et donc à terme de leur autorité personnelle, passent par une « meilleure rémunération ».

Cette valorisation n’est plus définie par leurs seules inscriptions dans des hiérarchies salariales locales.

Elle se définit aussi, voire prioritairement, par ce qu’on pourrait appeler le Marché des revenus des cadres dirigeants mondiaux.

Le lutinisme n’est donc pas assimilable à la demande permanente de corruption. Il est d’abord le signal d’un dysfonctionnement statutaire qu’il convient d’examiner.

2- Les « portes tournantes »
Une autre catégorie de dérèglement due à cette inadéquation du calcul des revenus des cadres dirigeants à la mondialisation sont les perturbations du fonctionnement des pouvoirs publics, ou « systèmes politiques », et des « marchés financiers », ou « univers » privés, par le seul « recyclage régulier de personnel entre les deux univers », le Public et le privé.


Un rapport confidentiel de l’OCDE daté de 2009, fait le même constat en Australie, en Belgique, au Canada, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, et au Royaume-Uni. Là encore, l’OCDE s’inquiète des conséquences du pantouflage et des « portes tournantes » sur les autorités de régulation.

Extrait du rapport de l'OCDE en 2009 :
« Les relations proches entre, d’un côté, les régulateurs et le pouvoir politique, et de l’autre, l’industrie de la finance et ses lobbyistes, sont alimentées par le recyclage régulier de personnel entre ces deux univers. (…) S’attaquer aux portes tournantes constitue le début d’un processus indispensable afin de restaurer la confiance des citoyens dans le système politique et le fonctionnement des marchés financiers. »

L’OCDE a repéré les nuisances que cette confusion provoque quant à la fiabilité aussi bien du Public que du Privé.

La stabilité des réseaux de cadres dirigeants au sein des « deux univers » est devenue un élément déterminant de la « confiance des citoyens » en eux.
a- Il ne sera plus possible d’assurer cette stabilité par l’identification du Public au sacrifice monastique et du Privé à la sarabande spoliatrice.
b- Par contre, la fondation des rémunérations des uns et des autres sur l’inscription de celles-ci dans le capital est devenue une référence.
c- Cette inscription est bien sûr distincte dans le privé et dans le public où elle ne contredit pas la maitrise salariale.

5)- Conclusion
C’est une illusion stérile que de prétendre revenir à un passé dont nous n’avons plus les codes.

Plutôt que de regarder se décomposer la haute administration confrontée à la mondialisation ; il est possible d’expérimenter des modes de rémunérations innovants qui offrent aux cadres dirigeants publics de développer réseaux publics dirigeants durables inscrits dans la mondialisation.

Aux yeux de l’OCDE, c’est cela qui est crucial.

Marc SALOMONE

c3- 14.11.17, CDC, député le gendre, Lombard, rémunération, marché, public, privé



Paris, le mardi 14 novembre 2017

En copie :
Président de la République
Premier Ministre
Ministre de l’Economie et des Finances  / Directrice générale du Trésor

Présidents du Parlement / Présidents des Groupes parlementaires

Union européenne / OCDE

Caisse des dépôts et consignation :
Directeur général / Elus de la Commission de surveillance


LE RETRAIT DES CADRES DIRIGEANTS PUBLICS

1)- Les faits
Un article du Canard Enchainé, du mercredi 8 novembre, p.2, « Le gendre pas si idéal », rapporte les difficultés de la nomination d’un nouveau Directeur Général (DG) à la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

La CDC est le socle financier de la France. Si elle ruinée ou démantelée, la République française, comme la Grèce récemment, n’a plus les moyens d’exister.

Eric Lombard, ancien PDG de Generali France, est pressenti pour être nommé.

Il apparait que le Président de la Commission de Surveillance, le député Le Gendre, a dirigé le Cabinet de Conseil en entreprises Explora et Cie, partenaire pendant dix ans de Generali France. 

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, la HATVP, doit dire s’il y a « conflit d’intérêt ». Elle en décidera et avisera.
Mais cette décision ne répondra pas à la question des refus multiples essuyés par le gouvernement dans sa quête d’un nouveau DG de la CDC.

3)- Retrait et nouveauté
Ce retrait des Cadres publics dirigeants n’est pas un incident de parcours.

Nous parlons ici des cadres dont la liste est notamment établie par le Décret n° 53-707 du 9 août 1953 modifié.

Si c’est un PDG, cadre du Privé, qui s’est porté volontaire, c’est aussi que des cadres du Public sollicités ont décliné l’offre.

Admettons que certains l’aient refusée pour des désaccords de ligne politique telles qu’évoquées par les syndicats. Il reste la place à l’information apportée par le journal selon laquelle :
a- « Qui l’eût cru ? On ne se bouscule pas au portillon pour remplacer Pierre-René Lemas, le patron de la Caisse des dépôts,
b- « ce que n’avait pas anticipé l’Elysée, c’est que le poste n’est pas follement aguichant pour un inspecteur des Finances.
c- « « Et puis plafonné à 450 000 euros depuis un décret du 16 janvier 2013, ce salaire promis au futur DG, coquet pour le public, a rebuté un certain nombre de candidats.
d- « …qui ont préféré aller pantoufler pour beaucoup plus dans le privé. »

Le bruit de fond du débat public français inscrit ce retrait dans une diffusion de l’avidité financière, de l’hypertrophie de l’appât du gain.

Il y a cinq ans, la Ministre de la fonction publique considérait comme anormal qu’un cadre dirigeant gagne plus qu’un « Ministre » et l’orientation du gouvernement était celle de la modération des hauts salaires au motif de l’immoralité des écarts de revenus qu’ils entrainaient.

Elle parlait ainsi en toute bonne foi parcequ’elle réfléchissait dans une logique de rémunération nationale et close ; sans liens avec les réseaux de cadres dits « étrangers ».

Or, par la rétention de leurs candidatures ; les cadres dirigeants nous font remarquer que désormais, leurs rémunérations se décident en fonction de critères non plus nationaux mais mondiaux.

Cette mise en retrait des candidatures peut être examinée comme un mouvement revendicatif de professionnels qui estiment que leurs rémunérations ne sont plus adaptées aux critères de référence des salaires des cadres dirigeants.

Ces critères mondiaux intègrent, sous des formes multiples, l’association des rémunérations salariales des cadres dirigeants au capital.

4)- Des dérèglements
Les dénégations étatiques à ce sujet conduisent à des dérèglements remarqués du fonctionnement de la fonction publique.

Ceux-ci sont analysés d’une façon purement morale comme l’expression des conséquences des transgressions des règles normales de fonctionnement des directions publiques. 

1- Le lutinisme

Exemple :
Christophe Nijdam, ancien banquier et ex-secrétaire général de l’ONG Finance Watch résume ainsi le travail de sape du Service public par les PRPT :
 « Quand vous êtes au Trésor, vous savez que si vous voulez par la suite faire une carrière mieux rémunérée, vous allez le faire dans le secteur bancaire. Vous avez toujours un petit lutin à l’arrière de votre cerveau qui vous dit que ce n’est peut-être pas très malin d’aller à l’encontre des désirs du secteur bancaire… au cas où. »

Indépendamment des aléas des choix de chacun ; actuellement, rien ne peut nous dire si ce lutinisme provient d’une décomposition des capacités d’honnêteté des cadres dirigeants du Public ou s’il est le résultat de l’inadéquation à la mondialisation des logiques de rémunération nationales et closes des administrations publiques alors que leurs fonctionnements y sont dors et déjà inclus.

La mondialisation implique que des cadres dirigeants administratifs négocient des transformations de leurs administrations en se plaçant hors de la représentation souveraine de leur Etat.

Ils ne sont plus en situation de rapports diplomatiques avec leurs interlocuteurs mais dans des rapports personnels de négociateurs commerciaux.

Les critères de valorisation de leur autorité par ce que l’OCDE nomme des « univers » ne sont donc plus les mêmes.

Si aujourd’hui, les dirigeants du « Trésor » veulent une « carrière mieux rémunérée », là où leurs anciens se contentaient des satisfactions de leurs Pouvoirs, ce n’est pas nécessairement parcequ’ils sont devenus vénaux.

Ce peut être aussi parcequ’ils ont conscience que la valorisation pécuniaire de la profession, de son exercice, la reconnaissance de leur valeur et donc à terme de leur autorité personnelle, passent par une « meilleure rémunération ».

Cette valorisation n’est plus définie par leurs seules inscriptions dans des hiérarchies salariales locales.

Elle se définit aussi, voire prioritairement, par ce qu’on pourrait appeler le Marché des revenus des cadres dirigeants mondiaux.

Le lutinisme n’est donc pas assimilable à la demande permanente de corruption. Il est d’abord le signal d’un dysfonctionnement statutaire qu’il convient d’examiner.

2- Les « portes tournantes »
Une autre catégorie de dérèglement due à cette inadéquation du calcul des revenus des cadres dirigeants à la mondialisation sont les perturbations du fonctionnement des pouvoirs publics, ou « systèmes politiques », et des « marchés financiers », ou « univers » privés, par le seul « recyclage régulier de personnel entre les deux univers », le Public et le privé.


Un rapport confidentiel de l’OCDE daté de 2009, fait le même constat en Australie, en Belgique, au Canada, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, et au Royaume-Uni. Là encore, l’OCDE s’inquiète des conséquences du pantouflage et des « portes tournantes » sur les autorités de régulation.

Extrait du rapport de l'OCDE en 2009 :
« Les relations proches entre, d’un côté, les régulateurs et le pouvoir politique, et de l’autre, l’industrie de la finance et ses lobbyistes, sont alimentées par le recyclage régulier de personnel entre ces deux univers. (…) S’attaquer aux portes tournantes constitue le début d’un processus indispensable afin de restaurer la confiance des citoyens dans le système politique et le fonctionnement des marchés financiers. »

L’OCDE a repéré les nuisances que cette confusion provoque quant à la fiabilité aussi bien du Public que du Privé.

La stabilité des réseaux de cadres dirigeants au sein des « deux univers » est devenue un élément déterminant de la « confiance des citoyens » en eux.
a- Il ne sera plus possible d’assurer cette stabilité par l’identification du Public au sacrifice monastique et du Privé à la sarabande spoliatrice.
b- Par contre, la fondation des rémunérations des uns et des autres sur l’inscription de celles-ci dans le capital est devenue une référence.
c- Cette inscription est bien sûr distincte dans le privé et dans le public où elle ne contredit pas la maitrise salariale.

5)- Conclusion
C’est une illusion stérile que de prétendre revenir à un passé dont nous n’avons plus les codes.

Plutôt que de regarder se décomposer la haute administration confrontée à la mondialisation ; il est possible d’expérimenter des modes de rémunérations innovants qui offrent aux cadres dirigeants publics de développer réseaux publics dirigeants durables inscrits dans la mondialisation.

Aux yeux de l’OCDE, c’est cela qui est crucial.

Marc SALOMONE




Paris, Tuesday, November 14, 2017


 Copy : 
President of the Republic 
Prime Minister 
Minister of Economy and Finance / Director General of the TreasuryPresidents of Parliament / Chairmen of Parliamentary GroupsEuropean Union / OECDDeposit and Deposit Office: 
Director General / Elect of the Supervisory Commission 


THE WITHDRAWAL OF PUBLIC LEADERS 

1) - The facts

 An article in the Enchainé Duck, Wednesday, November 8, p.2, "The not-so-ideal son-in-law," reports the difficulties of appointing a new Director General (DG) to the Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). 

The CDC is the financial base of France. If it is ruined or dismantled, the French Republic, like Greece recently, can no longer afford to exist. 

Eric Lombard, former CEO of Generali France, is expected to be appointed. 

It appears that the Chairman of the Supervisory Commission, the deputy Le Gendre, has headed the consultancy firm Explora et Cie, partner for ten years of Generali France. 

The High Authority for Transparency in Public Life, the HATVP, has to say if there is a "conflict of interest". She will decide and advise.But this decision will not answer the question of multiple refusals by the government in its quest for a new CEO of the CDC. 

3) - Withdrawal and novelty 

This withdrawal of the Public Executive Officers is not an incident of course. 

We are talking here about the cadres whose list is established in particular by the Decree n ° 53-707 of August 9, 1953 modified. 

If it is a CEO, executive of the Private, who has volunteered, it is also that public executives solicited declined the offer. 

Let's say some have rejected it for political line disagreements as evoked by the unions. There is room for news from the newspaper that:

 a- "Who would have believed it? We do not jostle at the gate to replace Pierre-René Lemas, the boss of the Caisse des Dépôts, 

b- "What did not anticipate the Elysee is that the post is not madly enticing for a finance inspector.

 c- "And then capped at 450,000 euros since a decree of 16 January 2013, this promised salary to the future DG, pretty for the public, has rejected a number of candidates.

 d- "... who preferred to go slapping for a lot more in the private. " 

The background noise of the French public debate inscribes this withdrawal in a diffusion of the financial greed, the hypertrophy of the greed. 

Five years ago, the Minister of the Civil Service considered it abnormal that a senior executive earns more than a "Minister" and the government's orientation was that of moderating high wages because of the immorality of the differences. of income that they led. 

She spoke thus in good faith because she was thinking in a logic of national and closed remuneration; without links to so-called "foreign" networks of executives.

 However, by the retention of their applications; the senior executives point out that from now on, their salaries are decided according to criteria that are no longer national but global. 

This withdrawal of applications can be considered as a movement of claiming professionals who believe that their remuneration is no longer adapted to the benchmark salary of senior executives. 

These global criteria integrate, in multiple forms, the combination of executive compensation and capital. 

4) - DisordersState denials on this subject lead to remarkable disturbances in the functioning of the civil service. 

These are analyzed in a purely moral way as the expression of the consequences of the transgressions of the normal rules of operation of the public directorates. 

1- Lepidism 

Example:Christophe Nijdam, former banker and former secretary general of the NGO Finance Watch summarizes the work of undermining the Public Service by the PRPT:
 
"When you're in the treasury, you know that if you want to have a better paying career, you'll do it in the banking sector. You always have a little goblin in the back of your brain who tells you that it may not be very clever to go against the desires of the banking sector ... just in case. " 

Regardless of the hazards of the choices of each; currently, nothing can tell us if this leprosy comes from a decomposition of the capacities of honesty of the senior executives of the Public or if it is the result of the inadequacy to the globalization of the logic of national and closed remuneration of the public administrations then that their operations are there and already included. 

Globalization implies that administrative executives negotiate transformations of their administrations by placing themselves outside the sovereign representation of their state. 

They are no longer in diplomatic relations with their interlocutors, but in the personal relations of commercial negotiators. 

The criteria for valuing their authority by what the OECD calls "universes" are no longer the same.If today, the leaders of the "Treasury" want a "better paid career", where their elders were satisfied with the satisfaction of their Powers, it is not necessarily because they became venal. 

It may also be because they are aware that the pecuniary value of the profession, its exercise, the recognition of their value and therefore ultimately of their personal authority, go through a "better remuneration". 

This valuation is no longer defined by their only entries in local salary hierarchies.It is also defined, or even primarily, by what might be called the Global Executive Income Market. 

Leprinism is therefore not comparable to the permanent demand for corruption. It is the first signal of a statutory dysfunction that needs to be examined. 

2- The "revolving doors" 

Another category of disruption due to this mismatch in the calculation of executive revenues to globalization is the disruption of the functioning of public authorities, or "political systems", and private "financial markets" or "universes", by the sole "Regular staff turnover between the two worlds", the public and the private. 

An OECD confidential report dated 2009, makes the same observation in Australia, Belgium, Canada, Ireland, New Zealand, and the United Kingdom. Here again, the OECD is concerned about the consequences of revolving doors and "revolving doors" on regulatory authorities. 

From the 2009 OECD report:"The close relationship between regulators and political power on the one hand, and the finance industry and its lobbyists on the other, is fueled by regular staff turnover between these two worlds. (...) Tackling the revolving doors is the beginning of an indispensable process to restore citizens' trust in the political system and the functioning of the financial markets.  

"The OECD has identified the nuisance this confusion causes for the reliability of both the public and the private sector. 

The stability of senior management networks within the "two worlds" has become a key element of "citizen trust" in them. 

a- It will no longer be possible to ensure this stability by identifying the public with the monastic sacrifice and the private with the spoiling saraband. 

b- On the other hand, the foundation of each other's remunerations on the registration of these in the capital has become a reference. 

c- This registration is of course distinct in the private and the public where it does not contradict the salary control. 

5) - Conclusion
 
It is a sterile illusion to pretend to return to a past whose codes we no longer have.

Rather than looking to decompose the higher administration faced with globalization; it is possible to experiment with innovative modes of remuneration that offer public executives the opportunity to develop sustainable public sector networks as part of globalization.

In the eyes of the OECD, this is what is crucial.

Marc SALOMONE