Tuesday, April 19, 2016

président de la République, élections, candidature, terra nova, confiance, 19.04.16




Paris, le mardi 19 avril 2016


En copie :
Premier Ministre
Ministre de l’économie

Président du Sénat
Président de l’Assemblée nationale

Présidents des groupes du Parlement


Objet : Les raisons du «rejet » de « la classe politique »




Monsieur le Président de la République,

a- Comme en 2007, pour Mme Royal, en 2012, pour vous-même ; j’appellerai à voter pour vous en 2017, car vous êtes le seul à partir duquel la gauche peut gagner.
b- Le dressage politique de toute une vie ne fait cependant pas une majorité.

1)- La fonction électorale
La presse nous annonce que vous faites l’objet d’un « rejet » et que celui-ci concerne en fait toute la « classe politique ».

La réussite de votre politique économique est attestée par les chiffres. Ce fameux « rejet » ne vient donc pas de l’échec de celle-ci.

Les électeurs considèrent que le dossier économique, fort épais, est certes crucial, mais qu’il est de la seule responsabilité du gouvernement.

Les choix électoraux s’établissent sur d’autres critères. Ils sont moraux et politiques.

Pour voter, les électeurs apprécient le rapport du Chef au Peuple ; chaque fraction du Peuple ayant son appréciation de ce rapport.

De cette estimation ils concluent aux capacités du candidat à prendre en main le dossier économique ; ainsi que les autres.

Cela s’appelle la confiance. Le seul travail des candidats est de dire Faites-moi confiance ! Et tout leur art est d’être entendu.

2)- Le rejet

1- Le constat
Ce qui provoque ce fameux « rejet » de « la classe politique », y compris de ceux qui sont les supports des demandes d’illusion, c’est la constatation faite par chacun qu’une fois passées les élections tous les gouvernements mettent en application la politique théorisée jadis par l’association Terra Nova.

2- L’effet
Cette politique aboutit aujourd’hui à ce que le Président Pompidou a appelé « Le nœud gordien ». Chaque tentative de résoudre un problème en complique les nœuds.

Chacun le comprend avec ses mots, même ceux qui ne connaissent ni Terra Nova ni M. Pompidou.

3- La logique de cette politique
a- Virer les ouvriers, les employés, les cadres subalternes, du champ politique.
b- Mettre en avant les populations migrantes dites de la diversité.
c- Privilégier les idéologies corporatives des cadres bacs+5, dites Catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+)
d- Associer le patronat, tous niveaux confondus, par une politique favorable au seul capital au détriment du seul salariat.
e- Mener une politique sociétale moderne et libérale qui donne du sens à la vie ordinaire.

Il s’ensuit mécaniquement des rapports politiques qui s’imposent à tous.

Nous allons décrire succinctement et sans autre prétention qu’indicative chacun de ces points.

3)- Les classes populaires
Les ouvriers et employés français sont saturés de la haine des cadres politiques et administratifs à leur égard.
a- Ils sont déjà perdus pour une gauche qui de toute façon ne veut pas d’eux.
b- La droite ne se cache plus de vouloir en découdre avec eux afin de les broyer socialement et de détruire la Sécurité sociale.

En 2016, année précédent les élections décisives, par la simple manipulation des plafonds des allocations, les plus pauvres, par exemple les retraités pauvres, ont perdu près de 10% de leurs revenus. C’est un bras d’honneur.

Le fait est si général que le Canard Enchainé y consacre le 13 avril l’un de ses « couacs », cf. p.4.

4)- Les populations diversitaires

1- La recomposition des populations
Les attentats ont mis les populations diversitaires dans la capacité de rentabiliser trente ans d’épuration ethnique de l’habitat populaire des métropoles organisée conjointement par les préfectures, leur adjonction municipale clientéliste, et le communautarisme.

Ce fait a été documenté par les sociologues, tels M. Camus concernant l’épuration de la population juive de Sarcelles et M. Guilluy pour la population générale.

Les populations diversitaires occupent désormais tous les bassins d’emplois et de développement économique.

Les ouvriers, employés, cadres subalternes, français en ont été exclus et déplacés vers la grande couronne des métropoles ; d’où une politisation spécifique nouvelle des campagnes dite « ruralité ».

Les français faibles, vulnérables, désarmés, notamment les handicapés, deviennent une variable d’ajustement des négociations de l’Etat et de la progression des populations diversitaires.

J’ai vu la Dass déplacer une famille de handicapés lourds de la proche banlieue à la banlieue éloignée, puis en Ardèche, juste pour faire cesser les persécutions. Tous n’ont pas cette chance.

2- La production de la terreur
a- la primauté donnée par les gouvernements aux populations diversitaires sur les populations françaises,
b- la pression démographique qui en résulte,
c- la pénétration institutionnelle qui l’accompagne,
d- l’installation d’une prééminence musulmane par les Pouvoirs publics,
e- le développement de la violence de masse comme moyen d’expression ; comme en 2005,
f- la disposition par les diversitaires des magistrats comme instruments de coercition idéologique,
g- l’acquisition de privilèges de logements, d’embauches, de crédits,
h- la disposition de médias spécifiques et l’acquisition de postes diversitaires dans les médias,
i- la certitude imbécile et irresponsable des cadres français de pouvoir manipuler les religions et les migrants,
j- la violation de la loi 1905 comme norme de l’action publique,
k- le clientélisme que plus personne ne peut plus masquer,
l- le refus des pays de départ des migrants de reprendre leurs ressortissants, y compris sous le coup d’une décision de justice des pays d’accueils, constitue un acte juridique d’occupation.
Voire les réponses des Etats algériens et marocains aux demandes formelles des Etats français et allemands.
m- la lâcheté des uns, la bêtise des autres,
Cette progression dans les reculs, les destructions, les disparitions, de l’Etat français, concourent à l’émergence d’une offensive de niveau militaire en 2015.

3- Les effets de la terreur
Pour mesurer l’ampleur des conséquences de la logique de division nationale, soutenue par maintes associations et universitaires, et reprise par tous les gouvernements, nous allons prendre quelques faits de niveau gouvernemental.

Ce sont les faits de cette sorte qui font références pour le débat électoral.

5)- Des faits gouvernementaux
1- 2013 : M. Montebourg, Ministre de l’économie, ouvre aux populations de la diversité, auprès de la Caisse des dépôts et consignation (CDC), une ligne de crédits industriels et commerciaux, de fait illimitée, dont les français sont exclus même si leurs projets rapportent à l’Etat et aux banques.
La CDC finance en fait des tremblements de terre sociaux à venir à partir des modifications de la propriété.

2- Le 31 aout 2015, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) refuse les postes de Premiers présidents aux femmes.

Ce n’est pas la première fois que les magistrats jugent selon la Charia. Ce droit tend à devenir une référence judiciaire ordinaire ; une jurisprudence.


3- décembre 2015- février 2016, les magistrats valident la mise en cause judiciaire des policiers par les ayants-droits des voyous diversitaires dans l’exercice de leurs fonctions et soutenus par des organisations qui sont de faux-nez de puissances étrangères.

Exemples :
a- appel par le parquet de l’acquittement d’un policier par une Cour d’assise.
b- organisation d’une plainte collective par une association américaine contre une Brigade de sécurité de Quartier (BSQ) au profit de représentants des dealers sous couvert de leur minorité civile.

C’est un pas de plus fait dans la reconnaissance de droit de populations gérées par des politiques administratives, ou Constitutions, distinctes.

Aucun réseau anarchiste n’a jamais rêvé d’une telle déstabilisation de la police.

4- Mars 2016, il est annoncé que la loi El Khomri légalisera la pratique de la religion dans les entreprises.

C’est une demande des juristes universitaires, tels MM Badinter et Lyon-Caen ; jusqu’à présent chantres de la laïcité.

Le combat déclaré contre la loi 1905 est un des axes des combats du parti des polytechniciens. Cf. : Alain Minc en octobre 2015.

C’est l’assignation des entreprises au partage du pouvoir de la direction et la violation du droit de propriété au profit des représentants de l’islam. Dans des vidéos, les femmes de la Ratp disent la terreur que leur imposent les musulmans.

Je rappelle que les entreprises ont été depuis la Révolution le lieu de formation, de pérennisation, d’extension, de la laïcité. La laïcisation de l’Etat et des écoles succède à celle des entreprises et ne la précède pas.

5- Avril 2016, la « Loi égalité et citoyenneté » :
En dépit du flou dont les présentateurs entourent le contenu de cette loi, nous discernons qu’elle :
a- acte le principe d’un privilège de naissance des individus de certaines populations en l’occurrence celles dites de la diversité.

C’est la négation de l’abolition de la Noblesse durant la Nuit du 4 aout 1789 ; le fondement de la démocratie française.


b- institue une reconnaissance légale de communautés.
Ceci est contraire au principe d’indivisibilité de l’Etat établit par le député Clermont-Tonnerre, le 23 décembre 1789 :
- « Contre la discrimination à l’égard des bourreaux, des comédiens, des protestants et des juifs ».
- « Il faut refuser tout aux (communautés) comme nation et accorder tout aux (communautaires) comme individus ; il faut méconnaître leurs juges ; ils ne doivent avoir que les nôtres ; il faut refuser la protection légale au maintien de leur corporation (communautaire) ; il faut qu’ils ne fassent dans l’État ni un corps politique ni un ordre ; il faut qu’ils soient individuellement citoyens. Mais, me dira-t’on, s’ils ne veulent pas l’être ? Eh bien, s’ils veulent ne l’être pas, qu’ils le disent, et alors, qu’on les bannisse. II répugne qu’il y ait dans l’État une société de non-citoyens et une nation dans la nation.
Enfin, l’état présumé de tout homme domicilié dans un pays est d’être citoyen ».

6- Bilan
Sous le coup de la terreur militaire :
a- l’inégalité en droit des personnes,
b- l’application de la charia pour les rapports des sexes et la gestion des entreprises,
c- l’atteinte au droit de propriété,
d- la division nationale,
Sont désormais actés par les Pouvoirs publics et inscrits dans la loi ou la pratique des cadres dirigeants de l’Etat.

6)- Les cadres salariés
Les cadres salariés, au moins depuis le Bataclan, commencent à avoir la trouille pour leur sécurité et leurs places.
Ils se demandent si l’ingénieur marocain ne va pas succéder au plombier polonais qui les a tant fait rire.
Ils veulent une politique sécuritaire et des privilèges qui les distinguent des pauvres.
Ni la gauche ni la droite ne sont en situation de leur offrir :
a- un régime policier à l’américaine ;
b- des inégalités sociales anglo-saxonnes qui donnent du sens au darwinisme social.
Il est même possible que ces catégories sociales soient les grandes perdantes des réformes en cours. Car, c’est en leur sein que les réseaux d’inégalités vont désormais se former et se développer.

7)- Les patrons
Les réseaux capitalistes sont acquis à la Droite. C’est cependant un cadeau empoisonné :
a- le Traité de Lisbonne excite déjà une concurrence européenne barbare entre les PME ;
b- le Traité transatlantique va balayer une grande partie du petit patronat français qui en est encore à la Petite maison dans la prairie.
c- les agriculteurs, camionneurs, professions libérales, etc. sont des problèmes aussi difficiles pour vous qu’ils le seraient pour la droite si malheureusement elle l’emportait.

Les promesses de la droite sentent la démagogie électorale :
a- La seule promesse concrète faite aux patrons est qu’ils pourront ne plus payer sinon les salaires du moins les cotisations sociales et qu’ils ne seront plus importunés par les contrôle de l’Etat.
b- La trituration du Contrat de travail est la seule « politique économique » qui soit présentée par n’importe lequel des candidats.

Bonne chance au prochain gouvernement, notamment pour faire rentrer les impôts et diminuer le chômage !

8)- Les Valeurs
Les promesses arrogantes des politiques culturelles libérales ont fait long feu.
1- la seule initiative progressiste dite du « mariage pour tous » buttera de plus en plus sur sa filiation anglo-saxonne, qui vise avant tout à la marchandisation du corps et à ses développements.
La famille a été totalement laissée aux seules religions qui ne vont pas se priver d’exploiter leur filon préféré.
2- la prohibition devient le socle de tous les débats et de toutes les réformes de société.
3- il est singulier que ce soient les organisations de contestation ou de mouvement qui fournissent désormais les bataillons du moralisme et de la bigoterie.
A Paris, c’est la gauche et sa gauche qui ont tenté d’assimiler le « Lotus Bus », ou « Bus des putes », de Médecin du monde, à une activité proxénète.
d- Ceux qu’on appelait autrefois les « intellectuels de gauche » se sont tous prononcés contre le primat de la Liberté d’expression par le truchement du rejet de la référence qu’est le « premier amendement » de la Constitution américaine.
4- Une partie majeure des universitaires est désormais ouvertement et publiquement contre la République française.
Cf. le parti des polytechniciens :
- M. Peyrelevade qui refuse « l’intérêt général »,
- M. Minc qui refuse la loi 1905,
- M. Attali qui refuse la Liberté comme norme constitutionnelle et veut que les « juifs », à ce titre, organisent « le combat politique » des « minorités » contre les français et la République française qui les opprime. Cf. : discours au CRIF.
5- les féministes soutiennent l’omerta judiciaire sur le viol d’une députée par un chef d’Etat de droite, M. Sarkozy ;
6- les humanistes et les élus de gauche soutiennent l’omerta judiciaire concernant la spoliation des handicapés par la direction municipale de Paris conduite par M. Delanoë et semble t’il poursuivie depuis.
7- l’art. 40 fait obligation aux fonctionnaires de révéler un crime dont ils connaissance.
Les magistrats en exigent l’application par les fonctionnaires des finances quand il s’agit de fraude fiscale.
Ils refusent de s’appliquer cette obligation pour ce qu’ils nomment eux-mêmes un « crime de viol ».
8- La criminalisation de la folie, voulue et actée par les universitaires, est un crime contre l’humanité.
9- Bilan :
Quelle autorité morale et intellectuelle les cadres français peuvent ils avoir aujourd’hui dans les discussions publiques de « valeurs » ?

9)- Un retour
Cette conjonction de la terreur et de la division nationale ne s’installe pas par hasard dans le fonctionnement de l’Etat français.

1- Ce fut déjà le cas par la jonction pétainiste des cadres dirigeants français et de l’Occupation allemande ; la « Divine surprise ».

2- En se réclamant illégalement de la « Noblesse d’Etat » depuis 1991, les cadres dirigeants de l’Etat français ont renoué avec cette destruction des « Principes » édictés par la Déclaration de 1789.

10)- Conclusion

Voilà les raisons de ce rejet. Elles ne sont pas insurmontables.

Il est tout à votre honneur de maintenir l’idée que la démocratie est la seule politique qui puisse conduire au succès.

C’est une raison de plus pour souhaiter votre réélection.

En vous remerciant pour votre attention et en vous souhaitant bon courage,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de mes salutations distinguées,

Marc SALOMONE

Wednesday, April 13, 2016

13.04.16, armée, terrorisme, place de la république, hommage,solidarité, soldats, morts, 13.04.16




Paris, le mercredi 13 avril 2016

Président de la République
Premier Ministre
Ministre des armées

Président du Sénat
Président de l’Assemblée nationale

Présidents des groupes du Parlement

ASAF



Bonjour,

Aux Invalides, M. Le Président de la République rend l’hommage de la Nation aux soldats morts au combat comme il l’a fait pour les victimes civiles des attentats ; tous tués par le même ennemi.

M. le Président de la République a aussi demandé aux français de manifester eux-mêmes leur unité en mettant un drapeau à chaque fenêtre.

C’est pourquoi, aux cotés de l’action de l’Etat, la population manifeste elle-même sa solidarité aux civils que le terrorisme à tué, pour leur laïcité, leur judaïté, leur profession policière, leur mode de vie.


L’expression de cette volonté populaire de faire face à l’adversité a trouvé son lieu qui est la Place de la République, son parvis, et singulièrement le pourtour de la statue sur lequel viennent se poser un instant les témoignages et les hommages.

Les soldats tombés au champ d’honneur font aussi partie de notre « mode de vie ».

Les organisations démocratiques, laïques, nationales, multiples, que vous représentez ne pourraient elles pas s’entendre pour convier la population à venir sur le parvis de la Place de la République se recueillir devant les photos des soldats qui meurent en mission et leur manifester ainsi sa solidarité ?

Un hommage éphémère dans ses manifestations, des gestes simples, une présence digne, renouvelée, qui disent à nos soldats qu’ils sont inséparables de la vie de la cité, de notre quotidien, et que les français se retrouveront inlassablement à leurs côtés chaque fois que l’un d’entre eux sera fauché.

Je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes salutations distinguées,


Marc SALOMONE
Retraité

13.04.16, euro 16, équipe de france benzema, le graët, chantage, association de malfaiteurs, sélection, 13.04.16




Paris, le mercredi 13 avril 2016

En copie :
Premier Ministre
Garde des Sceaux
M. Patrick Kanner
Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Président du Sénat
Président de l’Assemblée nationale

Marie-Françoise Bechtel, Députée
Fanélie Carrey-Conte, Députée
Cécile Duflot, Députée,
Georges Fenech, Député,
Pierre Laurent, Sénateur


Juge Nathalie Boutard
Télécopie : +33 1 39 07 38 96




Monsieur Le Graët

Ce matin, les médias nous disent que vous allez prendre aujourd’hui votre décision concernant l’intégration ou non de M. Benzema dans l’équipe de France pour l’Euro 2016.

En retenant l’hypothèse que la presse n’invente pas tout ce qu’elle annonce, nous pouvons dire que :
M. Benzema a transmis les demandes de voyous à un honnête homme, dans l’enceinte juridique, technique, matérielle, de l’équipe de France.

Autrement dit : au titre d’agent de l’Etat il a introduit dans le périmètre de l’Etat les ordres de voyous civils auprès d’un autre agent de l’Etat.
C’est un acte maffieux. L’acte maffieux est précisément l’installation à l’intérieur du périmètre de l’Etat de procédures de filières civiles du gangstérisme

Si la presse n’a pas délibérément menti, ces faits sont établis.

M. Benzema a été mis en examen pour : « complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un délit puni d'au moins cinq ans d'emprisonnement, en l'espèce le chantage».

Les enquêteurs, la police, ont fait savoir que : « Benzema a bien reconnu en garde à vue qu’il savait que son intervention n’était pas amicale compte tenu des propos utilisés sur les écoutes ».

Ses partisans affirment que c’est une «  tentative de chantage qui n'a pas abouti ». Ils oublient de préciser que la tentative a échoué uniquement parceque M. Valbuena a sur le champ transmis le dossier à la police.

Un honnête homme a fait échouer une première tentative de prendre de l’autorité sur lui, d’introduire le chantage dans l’ordinaire de l’équipe de France, d’installer les voyous dans la gestion de la vie privée des joueurs et bientôt dans le déroulement des matchs.

Il faudrait en déduire qu’après tout il ne s’est rien passé, ou si peu.

Effectivement, M. Benzema voulait assujettir M. Valbuena.
Consécutivement, les journalistes sportifs déclarent :
a- M. Valbuena n’a plus assez de bonnes performances pour faire partie de l’équipe de France.
b- M. Benzema est indispensable à l’équipe de France.

Dans une présentation infantile ; l’argument des amitiés adolescentes recouvre simplement la constitution et le fonctionnement d’une administration privée factieuse voulant subvertir l’administration publique.

Il n’est plus possible aujourd’hui de dire que la constitution d’une « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit », fondée sur la substitution d’une administration privée criminelle à l’administration publique qu’elle investie, n’est pas susceptible de s’articuler avec l’implantation du terrorisme ; même à l’insu du plein gré des auteurs du délit.

Faudra t’il un massacre dans les vestiaires pour que nous admettions, tous ensemble, que les mêmes causes produisent les mêmes effets ?

M. Benzema a fait ses choix. Ils sont contre l’honnêteté, la loyauté, la légalité.

Vous aurez le soutien de tous les factieux si vous légalisez de fait la pénétration criminelle dans les institutions de l’Etat.

Je suis certain que vous aurez le soutien de tous les français si vous expliquez à ceux qui prennent des responsabilités pénales au sein des administrations de l’Etat qu’ils doivent en assumer les conséquences administratives.

Je vous prie d’agréer, M. Le Graët, l’assurance de mes salutations distinguées,


Marc SALOMONE