Saturday, February 15, 2014

Request , Court of Justice of the Republic, Sarkozy , Hollande, President of the Republic, the Minister of Justice , prosecutor , rape, embezzlement , procurement, legislative power , executive power , MP, woman.

Request , Court of Justice of the Republic, Sarkozy , Hollande, President of the Republic, the Minister of Justice , prosecutor , rape, embezzlement , procurement, legislative power , executive power , MP, woman.
madic550.blogspot.com
The reference text is the French text
Paris , Friday, Feb. 14, 2014


Court of Justice of the Republic
COMPLAINTS COMMISSION
21 , rue de Constantine75007 ParisTel. : 01.44.11.31.00Fax: 01.44.11.31.39Mail: courdejustice.courdecassation @ justice.fr



Subject: Rape, prostitution setting , hotel procurement, embezzlement , concealment , rape of a member in the exercise of its functions, aggression Legislature by the Executive Branch by the Head of State Nicolas Sarkozy , in the exercise of his functions, by premeditation.



Mr President of the Commission requests
1 - First part : the applicationThe text below is a discussion of the logic of the application. The fine argument, detailed , discussed, the query is in the texts attached to this presentation . They accompany the request. They are presented in the second part .
1) - ApplicationI submit to the Court of Justice of the Republic of the facts reported by Mrs. William in his book "The monarch, his son, his fief ," published June 14, 2012 examination. They aim Mr. Sarkozy under Head of State for an action that would last May 27, 2008 , during a ceremony at the Elysee medals .
Under old raped, I would have lived this experience MP Ms and Mr Sarkozy would have done this . Under citizen, I do not agree with the the balance of powers , a member .
To these two titles, I submit this request.According to Dr. William M. Sarkozy , in the exercise of his functions as Head of State , has a member itself present in the exercise of its functions MP, obliged to give him a blowjob , taking advantage of the weak position of the member who expected him a grant.
The facts established by the theatrical composition unit of time, place and action . They pose for a state institution no problem with verification.
Public establishment of the truth of the facts is suspended at the inquest . The facts discussed here are suspected .
However, it should be noted that nobody, not even the person , no one thought to contradict the statements of Mrs. William. But Mr. Sarkozy was founded to answer these infamous for his information. On the one hand , it has the authority to the public. On the other hand, has the financial means of legal action . He did nothing.
I therefore consider these facts in a positive way by allowing the judge to tell us what is their veracity .
Analysis of the causes can be subjective. Fact checking and analysis can be objective .
2) - The factsA member is received requesting a grant. Mr. Sarkozy staged regular harassment of all abusers who want to impose a sexual act with a person in a position of weakness. It does this with the ordinary vocabulary of all abusers . We can not say that innovates . It puts the woman at fault and ungrateful . It puts people at the center of the world as a creator of law.
By confusion between a blowjob and getting a grant, established by Mr. Sarkozy constraint to satisfy in particular prior to public demand , calculated by the interruption of the immediate application discussion made ​​by the honorable member Mr Sarkozy transforms the subsidy payment fellatio.
This constraint and payment mechanically derive a set of legal qualifications.
3) - Plausible qualifications1 - The woman sucks. It is paid . She is a prostitute.It is both prostitute , prostitution setting and a prostitute , it acquires a state .
2 - Mr. Sarkozy up by the honorable Member coercion, trickery, by premeditation, a prostitute .The contract is forced to part . It is not free for both parties.Mr. Sarkozy is the creator of this contract, this constraint of this kind. It is pimp.He voluntarily transforms the local prostitution. This place is a brothel .The amount paid for fellatio is the payment of a password .
3 - It is not Mr. Sarkozy pays his money.This money comes from the public purse and it is withdrawn under grant and non -payment of a password for an individual.This is so because the Treasury could not pay this password for the account of an individual.Misappropriation of public funds is made .Mr. Treasurer becomes the payer fence embezzlement and pimping .Honorable member becomes receiver of stolen goods misappropriation of public and all those who have benefited the fund.This amount must be repaid to the Treasury by the applicants.
4 - the honorable member is received are quality. It is in this room the representative of the legislative branch .Mr. Sarkozy in respect of Head of State came a member apply for a grant . It represents the executive branch .By the honorable member at the end of his penis , Mr. Sarkozy puts Parliament under him . For this demonstration of servility of the legislative power , he makes it to the Executive Branch .
5 - Like all rapists, he expressed his dissatisfaction. The press tells us that the case was fast. She had no other purpose than to a member , the Legislature , to its knees.
4) - Personal FreedomWe want to argue that the honorable member does what she wants with her time and her body.
Under particular course . But it is in the present circumstances under MP . It is for the representative of the Executive Branch .
She can not physically lower. It carries the Legislature in this report to the Head of State.
Similarly , it sucks that she wants. But it can not exchange a grant against a blowjob. This is prostitution and corruption . A member can not be brought into prostitution by a pimp. It can not enter into a contract fraught with illegalities . First she violates his constitutional position . It is also the fault involved in this course.
It is the same for Mr. Sarkozy . It is in front of her the representative of the Executive Branch . This legal requirement .
He can not physically lower a member . It is there to ensure the balance of powers . That's why he lives in the Elysee. It accepts the benefits. It must also accept what for him are drawbacks.
He can not " Type in the box ." Today, even the famous " secret funds " can not be used for these maneuvers.On the other hand , we see that the question of personal freedom does not arise . Mr. Sarkozy implements a contractual system in which freedom has no place . Would have had the honorable member has the ability to create it. She did not have this capability. See paragraph 19 .
5 ) - The purpose of the stageGiven the course of action , place , date, it seems impossible that Mr. Sarkozy has not organized , prepared, knowingly that scene.



1 - Heatstroke
a- UpstreamThe 25,06,12 , Mr. Balkany , whose wife is decorated just after fellatio , said: " You know that he received the Legion before returning to Isabelle ? Premier Austrian. " . Mr. Balkany fact that he has never had a heat stroke from the lower abdomen caused by the award of a medal to Prime Minister of Austria or elsewhere us.
Downstream - bTo meet any potential liability for its libido Sarkozy had in the walls , his wife and a friend, Mrs. Balkany , who expressed itself publicly anything to him.
c- Nowhere does it mention a liability of Mr. Sarkozy at his libido is done, just this time .
2 - The presence in the officeSo Mr. Balkany , the only one who has denied these facts , proceeds precisely by an ellipse . He said that the facts are impossible because it would be absurd to imagine that we can bend by giving a medal to the Prime Minister. At the Head of Government succeeds a friend who is always described publicly via the Internet as the "Jewish mother" Mr Sarkozy . There are not enough to ejaculate.
This is not sufficient to invalidate the existence of the facts reported by Mrs. William. Enough against by to tell us that Mr. Sarkozy was not in the office or by chance in a particular sexual dissatisfaction .
He was in the office because he had appointed you to this member . On the one hand , this was the only audience . Furthermore, these hearings in the Presidential Cabinet , that of Napoleon , are considered "privileges" which is more "rare" privileges .
If the facts are true, Mr. Sarkozy has knowingly broken the medals to create from scratch and a pure political rape scene which he had no instinctual need.
After enjoying the receipt of an alter ego in the person of the Head of the Austrian government , he wanted to lower the Parliament , with a member between her thighs. Then he could decorate a subordinate elected a pillar of his political career ( already residing in concern with justice ), a woman of his political clan in particular defined by ethno-religious particularism.
By this symbolic operation , it overwrites the policy based on the citizen universality and decorates tribal politics . This is the Republic that was soiled ; voluntarily .3 - The intoxication of power.Mr. Sarkozy engaged in these demonstrations May 28, 2008 . It was at the height of his glory . He thinks conqueror irresistible.
a- From 28 November 2007 to 21 February 2008 , he fought to impose penalty Retention safety. He even refused to impose retroactive .Without repeating the contents of this law , it is the first confrontation with the judiciary . He comes out the winner.b- It prepares, with the couple Balkany , installing his son of 22 years without advanced degrees in the direction of the Epad . One of Europe's largest financial center .The operation is for fall 2008 . She is already preparing in violent conflicts with his friends.c- Mr Sarkozy publicly glad that strikes have disappeared from France .
d- In all its fields of competence , Mr Sarkozy wants to impose his authority, but not its supremacy.
e- I just want to point out that this case does not come by chance at that time , this opportunity , this place, with the presence of these people.
Mr. Sarkozy is a blow to the Republican State because he feels in a position to substitute other state rules ; clan for example , among others.
This public contempt of Parliament is a European development based both on the supremacy of the administration , so the Executive Branch , and the erasure of elected officials, the Legislature , whose role is dislocated between administrative power and the judiciary , become both creators of law.
6) - EquivalentThese facts are identical in logic to those who have earned the sudden arrest of Mr. Strauss- Khan. But they are legally aggravated release. The reference is relevant because at the time, Strauss- Khan is also Head of State.
It would have served its Head of State , or at least important hotel guest , to seek a binding oral sex from a housekeeper . Unlike social prestige is constantly sexual subordination weak to strong .
M , Strauss- Khan , Head of State , received a dismissal by the inability of the court to ascertain the facts with certainty.
The immunity of Mr Strauss- Khan was cleverly challenged in court.
We find the same ingredients as for Mr. Sarkozy .
The differences between Mr Sarkozy and Mr Strauss- Khan , both Heads of State at the time, both abusers abuse of power , are as follows:A- One has a maid , the other a member .b- One is in New York and one in Parisc- One inconvenient U.S. , the other serves .d- One is judged, the other benefits of Omerta
Another major difference is that in one case, a maid led to the judgment of a Head of State, and in the other , the refusal to consider is justified by the working condition of the applicant.
Subsidiary question: these two countries, which has a future ?
7 ) - ImmunityIn the study of different legal business which are linked the name of Mr. Sarkozy , stuffing full immunity was shattered .
In2007, the media are telling us to sounds of trumpets that judges can will not be able to study the divorce of Mr Sarkozy so the constitution placed outside the law.Since then, the magistrates of all ranks , agreed that Mr. Sarkozy must meet all actions committed as Head of State who does not fall within the honest exercise of such office .
It may be untenable to try African Heads of State, the Head of State judge Strauss- Khan, claiming the trial of the leaders of wrongdoing State, everywhere except in France became . Worldwide , the amnesty laws of Heads of State have fallen, including with retroactive effect , as in Latin America.
The only way for Mr. prosecutor not to investigate the case of Mr. Sarkozy is to be considered non-existent. That is to consider the applicant as subhuman .
A comparison with the United States.
8) - The omertaWhat also distinguishes the Strauss -Kahn case of Sarkozy is factually identical case is the Omerta surrounding the actions of Mr. Sarkozy . Even though all participants said they did not doubt the veracity of Mrs. William.
By June 2012, articles and comments are such kinds of themselves they lead to choking of the case. There was no information. There is no information, it is a non- information. It is shameful , playoff , to make state.
Ms. Guillaume itself supports member stating that if it is not able to overcome this event , it must leave politics immediately. I do not say that subsequent positions occupied by Mrs. William corruption within the intent. But I know from experience that if Mrs. William had not disqualified herself about it, it would have been removed from any position leader.
Journalists analyze all the facts in terms of a merry and occupational hazard.
All parliamentary deputies or senators, know both the book and Mrs. William M. Salomone approach . All MPs have been duly notified.All women ministers.Unions magistrates.All feminists , at least the ones we see on television associations.There is not a single answer.
As soon as I filed the first request to open a preliminary investigation, 19 July 2012 , I got a call from the political police to meet me in order disorder in the suburbs , while I lived in Paris . In September 2012, I got a call from the same political police, to get involved in the sale of adulterated products .Then nothing.
We can date September 2012 when the decisions to the damper on the case were taken. From that moment , you could leave me alone. Actually , I'm talking in a vacuum.


9) - Masks of rapeAll those who have been raped know these verses on the humor of the thing, their own ridicule , lack of humor and finally the certainty of rapists being guilty of anything .
By his words , his method, his blackmail affect , friendship , exchange service , Sarkozy not derogate ritual rape neighborhood . The story of the rape in a frame gilding dry sadness squalid rooms, cellars sticky , filthy toilets , vacant lots , empty locker room , where they usually occur .
10) - The clever and premeditated deceptionMr. Sarkozy thinks protect themselves legally by a lawyer tricks.
 
He is so convinced of its right , its innocence, it organizes this scene so that it responds to itself judicial questions.
 
1 - He is careful to state that it was in the office for his own warm-up boxing. Between two medal ceremonies , a foreign Prime Minister and secondary elected.2 - He is surprised and taken aback by the bailiff who presents his appointment from 17:40 . He even took care to ask you do not mind .3 - It is already 5:50 p.m. ET he must put the new medal to 18pm.4 - He said to the bailiff or not knowing who she is or why she comes .The Head of State is always the last to know of his appointment at the Elysee.5 - One recognizes the ruse by which Mr Sarkozy has hardly ever left his signature in any of the cases for which however is satisfied that justice is involved.
6 - Now, be received in the office of the President is just a "privilege" and what is more a privilege "rare" .7 - In this case, this " rare privilege " is not only rare, it is unique. Honorable member is the only person on the presidential agenda.8 - How can it ignore the people he offers a " rare privilege ". What light means it has chosen for a specific operation.9 - We are talking here of the President, not a trepanation .
10 - But the bailiff and can testify that the President no longer knew who he was to receive , and he was surprised . And voila .
11 - the honorable member said she immediately knows that time the President is precious. It therefore proposes to move immediately to the heart of the matter .12 - It will be in a position to be surprised .13 - Mr. Sarkozy launches into a delaying operation. He who has no time to lose.14 - About 20 minutes of scheduled appointment , Mr Sarkozy has already lost 10.It organizes a waste of time .
15 - He began the rape scene . This is the sub-brand of sexual abuser . It is not a police officer, policeman, a judge , a psychiatrist who did these forms on file .16 - It is the same for women and men violated. If they do not allow themselves to be , they are intruders , bastards , abnormal , makers of stories.
17 - doing :He was welcomed by the member know through official channels bailiffs he does not expectb- He created a parallel universe official reason for the coming of the hon.c- The official reason is still there but unanswered .d- Rape takes the place of the useful conversation.e- Implicitly, if the boy said no, he knows that Mr. will not be happy and may be hurt him going .f - So the girl takes no risk for Mr. sucks he is not angry .g- It has not been discussed verbally transaction.h The slut loves cock , what can be handsome ?
18 - New layout inferioritya- Only justice can tell us whether the finite case , Mr. repackages his own material , or the fact away.b- Why closes his fly you there ? because he is 18h , it was a speech.c- life is such that while streaks fun men work , and in the best interests of the Nation.d- Take it in your mouth.
19 - The passage voussoiementHand in the fly , Sarkozy tu honorable Member .Once the zipper closed, Sarkozy voussoie the hon.It shows as well as friendship , collusion , shared gauloiserie are nothing to do with proof.It goes back to the member for voussoyer back into place , she did not forget the distance between them , or that Mr. Sarkozy wants to .It is not input anything in his inner circle .
Mr. Sarkozy knows the place so that the constitution assigns to each speaker. There has voluntarily waived by premeditated calculation.
Mr. Sarkozy has served his authority to turn a woman into a sex object.
20 - Exchange of money against a forced sexual services constitutes both a rape and a setting with hotel procuring prostitution . Only the judges can give formal qualifications .
21 - ClearingThe a- bitch brings her little concern museum .b- Mr Sarkozy has yet forgotten . Honestly, he was not thinking .c He also ignores the price.The Head of State receives a beggar has obviously not studied the case. All that can be studied on a corner table.d- I do not believe it .After e- hemorrhoids Mr Pompidou , Mitterrand cancer , Alzheimer here Mr Sarkozy .So f - MP has been cleared. No museum , not price . It does not exist .g- It's really a mouth , nothing but a mouth that sucked .



22 - ConcealmentWhen Mr. Sarkozy ended number of Mac , he said to the honorable member to go see Mr. Tigellinus who pay .a- It is proof that the case has already been studied.b- If the facts are correct , Mr. Tigellinus fence is embezzlement and pimping .
23 - Setting twistsa- The award of the grant is overpriced.b- This irresponsible wants to ruin France. She has no concern for the public purse.c- For Charity , as is its gadget and Marcel is a good day , instead of the slap , he gives her bone to chew on and told him to get his bifton in Bébert Bute the treasurer .While the d- sum is already budgeted . This reason, Mr. Tigellinus can unlock the case.e- All violations are guilty. It must be lucky not to be suspected of transporting AIDS.
23 - The blowa- Count reminds the crane he must go. She takes her time . Is that of France. She should be ashamed . She is only able to be aware of ?b He 's gone when she said goodbye and thank you . As befits a slave.But in fact , a master does not expect the salvation of a slave . He does not expect a simple relief of the abdomen ; nothing.c He does not even have to talk to his wife.
11 ) - The operationMr. Sarkozy is there a transaction tax is called the organization of insolvency.
 
He placed each of the protagonists in the situation of having to testify honestly that has not sucked in exchange for a grant or coerced .
To do admit , it remains only to find judges who are willing to believe that a man of this level:a-Se begins to stink sweat mimicking a boxing match high level, then he will have to smell the scope of media executives in the country.b- Forget the coming of the only person that called in between.c- Did not study the case will be submitted within the framework of an appointment that is a " rare privilege ".d- Ignore the person he has in front of him is crushed by the position helde- Ignore this person seems to play his life on this appointment.- f Ignore this person does this blowjob to obtain the grant .
If Mr. Sarkozy is to develop this unconscious realities , then , judges must know French to how this mental disability affect the rights and dignity of the French .
12) - The factsIn reality, Mr. Sarkozy is necessarily master of what he does, his agenda , his appointment, his calculations. It was pure calculation and deception that organizes all this scene in which everyone folds by professionalism , fear, credulity , especially , need to believe .

Honorable member has the hysterical laughter of all persons who are raped , or want at all costs to keep their pace. Especially , it does nothing ever happened ! It is then that come cachetons . There is much to suggest that she took a shower arriving home. They and they all do , shower or water on the face, endless .
Several European raped in Qatar are charged with adultery. It is the mirror of this reversal errors is no longer in our country a filthy public ideology and tenacious. Honorable member knows that it must take place in this ideology resume all media . She laughed not to be lynched .
Just in case, if the media dress honorable Member for winter. Do they know that the honorable member is not a saint. Besides, you did it not lying in his youth ? She divorced . You do not say .
And then? She is member and Mr Sarkozy is Head of State . The constitution distributes , trains , assigns . This is what Mr Sarkozy implicitly recognizes passing familiarity of the voussoiement .
The problem is that judges share this ideology inversion of responsibility.
13) - ConsentMr. Sarkozy has violated a member and the woman who goes with it. He can never rely on the consent of the latter to justify the action on the first . It indeed created a system that invalidates this questioning .
 
Mrs. MP came to a subsidy that has not been mentioned for the sole reason that the discussion was to make implicit exchange fellatio against the grant.
Has the honorable member said input it does not want to waste his time to the Head of State. So she asked to enter the heart of the matter .Mr. Sarkozy b- cut, change the subject , leads to the pipe.c- Fellatio made ​​Mr. Sarkozy gives grant already budgeted .
It also follows that in the consent of the member does not exist and will never be known . The requirement to stop fellatio request any notice to the woman and to the hon. Fellatio filled the entire space of the match. When the pipe is finished the meeting ends. She had no other aim or content that fellatio. The grant follows without discussion because it is the other name of the rape , the payment and qualification in commercial act committed illegal way . It is already budgeted .
One wants a blowjob. The other wants a subsidy. Both are balanced . Except that this balance producing a mask , commercial act social , legal, political . It's prostitution, pimping , embezzlement , concealment , abuse of power over another.
The subjective opinions of one another and can not be assessed without criminal facts objectives are the media.


14) - The symbolic effects
This symbolic disqualification of the legislative branch by the executive branch necessarily has implications for the functioning of the state . This is par excellence the place of deployment of the Executive Branch and location reports to the legislature are subject to daily adjustments .
Mrs. William published his book in June 2012. She wears thus known to the general public , so the subordinate population of the state, the last lap of the Legislature by the Executive Branch . Those who did not know even know now .
The fact became a political slogan for administrative networks. Specifically, a state official has a member knees.
One of the direct consequences of contempt in this case by the executive branch against the legislative power are the two police attacks against parliamentarians in 2013. It is no coincidence as the facts stand in the same unit of political time , the avatars of Marriage for all.
Once against members left ; January 29, 2013 . They wanted to run on the sidewalk for parliament to meet protesters . They were prevented by knowingly and brutally by a policeman.Once , against members of right ; Tuesday, April 16, 2013 . These members wanted to enter the parliament was in session . They were stopped time and brutally by police .
In the ordinary functioning of the state , officials of the Executive Branch accompany the consequences of voluntary disqualification , organized, premeditated , a power over another.
The parliamentary anti hate law enforcement has many aspects . But it does not prohibit group access to parliament members if you do not think the hierarchy is not willing to see them as sucking cock.
Similarly , a large number of police officers do not like judges. But it does not run under windows Attorney Badinter by the Nazi hello if you're not a Nazi.

http://www.huffingtonpost.fr/damien-meslot/incidents-deputes-crs_b_3099603.htmlhttp://www.ndf.fr/nos-breves/30-01-2013/mardi-soir-devant-lassemblee-la-police-empeche-des-deputes-de-gauche-de-provoquer-civitas










2 - Second part: the documents attachedThe enclosed , in duplicate texts, are all letters to :Has the prosecutor of the Republic from 19 July 2012 until 3 February 2014.b- Mr. President was kept informed throughout the process. He is the guarantor of the independence of the judiciary.c- Madam Attorney .
On July 19, 2012 I filed with the prosecutor of the Republic Paris a request to open a preliminary investigation.
Only response to the prosecutor of the Republic , I was summoned to the police by a Guardian of Peace. Under the guise of an insulting home , it was to make me sign a text contrary to views expressed in the texts sent to the prosecutor . I had to leave the police for not signing a fake.
I constantly renewed consideration of the question since .
These texts deal with all the issues raised in this application thoroughly.
conclusion
Provided that the facts are accurate and given that they have never been contradicted by the applicants and their families :Mr. Sarkozy has not cheated on his wife , he violated another .He has not used the services of a prostitute , prostitute he an honest woman .He did not ask a kindness , it compels a person in a state of weakness.It has not paid sexual service he embezzled public funds to pay for an act of enforced prostitution.It is not a Head of State in this case , he is a pimp.It does not release funds and it corrupts public building applications .It has not been an MP , he put the Parliament knees.
In any democratic country in the world, such information no longer escape the gaze of justice.
French managers have every excuse to stay at a stage when no longer emerging .
It is too easy to say that senior judges were all appointed by Mr. Sarkozy .
French magistrates secretly think , that is really , that the right is useless .
For them, the law is used to settle scores or to make low as means of social negotiations of public order. It encloses the mentally ill as an adjustment variable of the public peace.
But Sarkozy case vs MP staged reports executives citizens . He enrolled in the public debate reflection on the existence of several sources of law, such as the Civil Code or Sharia .

To examine these facts, we must assume that the law is an instrument of knowledge and social organization. Judges are dumb. However, this is a modern society needs them .
It is so much easier to be told by a policeman that does not meet a shit .
So, as a former violated and citizen, I am submitting this request.
I remember that this is rape and an MP .
Please accept, Mr. President of the Commission queries, the assurance of my highest consideration ,

Marc Salomone

PS:1 - Marie- Celie GUILLAUMEMonarch his son 's gall.Publishing time
Chapter VII: Rocky monologue or perineumP. 91-101 .
2 - Articles of Chained Duck and Nouvel Observateur .See attachments.

Requête, Cour de justice de la République, Sarkozy, Hollande, Président de la République, Ministre de la justice, procureur de la République, viol, détournement de fonds publics, proxénétisme, Pouvoir législatif, Pouvoir exécutif, députée, femme.

Requête, Cour de justice de la République, Sarkozy, Hollande, Président de la République, Ministre de la justice, procureur de la République, viol, détournement de fonds publics, proxénétisme, Pouvoir législatif, Pouvoir exécutif, députée, femme.

madic550.blogspot.com


Paris, le vendredi 14 février 2014



Cour de Justice de la République

COMMISSION DES REQUETES

21, rue de Constantine
75007 Paris
Tel. : 01.44.11.31.00
Fax : 01.44.11.31.39




Objet : Viol, mise en prostitution, proxénétisme hôtelier, détournements de fonds publics, recels, viol d'une députée dans l'exercice de ses fonctions, agression du Pouvoir législatif par la Pouvoir exécutif, par le Chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, dans l'exercice de ses fonctions, par préméditation.




Monsieur le Président de la Commission des requêtes

1- Première partie : la requête
Le texte ci-après est un exposé de la logique de la requête. L'argumentation fine, détaillée, discutée, de la requête se trouve dans les textes joints à cette exposé. Ils accompagnent la requête. Ils sont présentés en deuxième partie.

1)- La requête
Je soumets à la Cour de Justice de la République l'examen des faits rapportés par Mme Guillaume dans son livre « Le Monarque, son fils, son fief », paru le 14 juin 2012. Ils visent M. Sarkozy au titre de Chef de l'Etat pour une action qui se serait passée le 27 mai 2008, lors d'une cérémonie de remise de médailles à l'Elysée. 

Au titre d'ancien violé, j'ai l'expérience de ce qu'aurait vécu Mme la députée et de ce qu'aurait fait M. Sarkozy. Au titre de citoyen, je n'accepte pas les atteintes à l'équilibre des Pouvoirs, à une députée.

A ces deux titres, je vous soumets cette requête.
Aux dires de Mme Guillaume, M. Sarkozy, dans l'exercice de ses fonctions de Chef d'Etat, a mis une députée, elle-même présente dans l'exercice de ses fonctions de députée, dans l'obligation de lui faire une fellation, profitant de la position de faiblesse de cette députée qui attendait de lui une subvention.

Les faits s'établissent selon la composition théâtrale d'unité de temps, de lieu et d'action. Ils ne posent donc pour une institution d'Etat aucun problème quant à leur vérification.

L'établissement public de la véracité des faits est suspendue à l'enquête judiciaire. Les faits analysés ici sont donc présumés.

Toutefois, il faut souligner que personne, pas même l'intéressé, n'a songé à démentir les dires de Mme Guillaume. Or, M. Sarkozy était fondé de répondre à ces informations infamantes pour lui. D'une part, il en a l'autorité auprès du public. D'autre part, il a les moyens financiers d'une action en justice. Il n'a rien fait.

Je peux donc examiner ces faits d'une manière positive en laissant au juge le soin de nous dire ce qu'il en est de leur véracité.

L'analyse des causes peut être subjectives. La vérification des faits et leur analyse peut être objective.

2)- Les faits
Une députée est reçue pour demander une subvention. M. Sarkozy met en scène le harcèlement ordinaire de tous les abuseurs qui veulent imposer un acte sexuelle à une personne en situation de faiblesse. Il le fait avec le vocabulaire ordinaire de tous les abuseurs. On ne peut pas dire qu'il innove. Il met la femme en faute et en ingrate. Il met l'homme au centre du monde en créateur de droit.

Par cette confusion entre une fellation et l'obtention d'une subvention, par la contrainte instituée par M. Sarkozy de le satisfaire en particulier préalablement à la demande publique, par l'interruption calculée de la demande immédiate de discussion formulée par Mme la députée, M. Sarkozy transforme la subvention en paiement de la fellation.

De cette contrainte et ce paiement découlent mécaniquement une série de qualifications juridiques.

3)- Les qualifications plausibles
1- La femme suce. Elle est payée. Elle est donc prostituée.
Elle est à la fois prostituée, mise en prostitution, et une prostituée, elle acquiert un état.

2- M. Sarkozy place Mme la députée par contrainte, par ruse, par préméditation, en prostituée.
Le contrat est forcé pour une partie. Il n'est pas libre pour les deux parties.
M. Sarkozy est le créateur de ce contrat, de cette contrainte, de cet ordre. Il est proxénète.
Il transforme volontairement le lieu en local de prostitution. Ce lieu devient une maison de passe.
La somme versée pour la fellation devient le paiement d'une passe.

3- Ce n'est pas M. Sarkozy qui paie de ses deniers.
Cette somme provient du Trésor public et elle en est retirée au titre de subvention et non de paiement d'une passe pour un particulier.
Il en va ainsi car le Trésor public ne pouvait payer cette passe pour le compte d'un particulier.
Le détournement de fonds publics est constitué.
M. le Trésorier payeur devient receleur de détournement de fonds et de proxénétisme.
Mme la députée devient receleuse de détournement de fonds publics ainsi que tous ceux qui en ont profité.
Cette somme doit être remboursée au Trésor public par les intéressés.

4- Mme la députée est reçue es qualité. Elle est dans cette pièce la représentante du Pouvoir législatif.
M. Sarkozy reçoit au titre de Chef d'Etat une députée venue demander une subvention. Il représente le Pouvoir exécutif.
En mettant Mme la députée au bout de sa verge, M. Sarkozy met le Parlement en dessous de lui. Par cette démonstration de servilité du Pouvoir législatif, il subordonne celui-ci au Pouvoir exécutif.

5- Comme tous les violeurs, il a manifesté son insatisfaction. La presse nous dit que l'affaire fut rapide. Elle n'avait pas d'autre but que de mettre une députée, le Pouvoir législatif, à genoux.

4)- Liberté personnelle
On voudra objecter que Mme la députée fait ce qu'elle veut de son temps et de son corps.

Au titre de particulier, certes. Mais elle est dans cette circonstance présente au titre de députée. Elle s'adresse au représentant du Pouvoir exécutif.

Elle ne peut pas, physiquement, s'abaisser. Elle est porteuse de ce Pouvoir législatif dans ce rapport au Chef de l'Etat.

De la même façon, elle suce qui elle veut. Mais elle ne peut échanger une subvention contre une fellation. C'est de la prostitution et de la corruption. Une députée ne peut pas être mise en prostitution par un proxénète. Elle ne peut pas entrer dans un contrat parsemé d'illégalités. Elle viole d'abord sa place constitutionnelle. Il est également fautif de l'impliquer dans ce parcours.

Il en va de même pour M. Sarkozy. Il est face à elle le représentant du Pouvoir exécutif. Cela oblige juridiquement.

Il ne peut abaisser physiquement une députée. Il est là pour garantir l'équilibre des Pouvoirs. C'est pour ça qu'il habite l'Elysée. Il en accepte les avantages. Il doit aussi en accepter ce qui pour lui sont des inconvénients.

Il ne peut pas non plus « Taper dans la caisse ». Aujourd'hui, même les fameux « fonds secrets » ne peuvent plus servir à ces manœuvres.
D'autre part, nous verrons que la question de la liberté personnelle ne se pose pas. M. Sarkozy met en place un système contractuel dans lequel la liberté n'a pas sa place. Il aurait fallu que Mme la députée ait la capacité à la créer. Elle n'a pas eu cette capacité. Voir le paragraphe 19.

5)- La raison de la scène
Vu le déroulement de l'action, le lieu, la date, il me paraît impossible que M. Sarkozy n'ait pas organisé, préparé, sciemment, cette scène.




1- Le coup de chaleur

a- En amont
Le 25,06,12, M. Balkany, dont la femme est décorée juste après la fellation, déclare : « Vous savez qui il recevait avant de remettre la légion à Isabelle ? Le premier ministre Autrichien. ». M. Balkany nous fait entendre qu'il n'y a jamais eu un coup de chaleur du bas ventre provoqué par la remise d'une médaille à un Premier Ministre, d'Autriche ou d'ailleurs.

b- En aval
Pour satisfaire un éventuel assujettissement à sa libido M.Sarkozy disposait, dans les murs, de sa femme et d'une amie, Mme Balkany, qui s'est dite elle-même publiquement prête à tout pour lui.

c- Nul part il n'est fait mention d'un assujettissement de M. Sarkozy à sa libido ; juste cette fois-ci.

2- La présence au bureau
Donc, M. Balkany, le seul qui ait démenti ces faits, procède justement par une ellipse. Il dit que les faits sont impossibles car il serait saugrenu d'imaginer qu'on puisse bander en remettant une médaille à un Premier Ministre. A ce Chef de gouvernement succède une amie de toujours qui est décrite publiquement, par Internet, comme la « maman juive » de M. Sarkozy. Il n'y pas non plus de quoi éjaculer.

Ceci ne suffit pas à invalider l'existence des faits rapportés par Mme Guillaume. Ça suffit par contre pour nous dire que M. Sarkozy ne se trouvait pas dans ce bureau par hasard ni dans une insatisfaction sexuelle particulière.

Il était dans ce bureau parcequ'il avait donné rendez vous à cette députée. D'une part, cette audience était la seule. D'autre part, ces audiences dans le Cabinet présidentiel, celui de Napoléon, sont considérées comme des « privilèges » qui plus est des privilèges « rares ».

Si les faits sont avérés, M. Sarkozy a sciemment interrompu la remise des médailles pour créer de toute pièce et par pure politique une scène de viol dont il n'avait aucun besoin pulsionnel.

Après avoir savouré la réception d'un alter ego en la personne du Chef du gouvernement autrichien, il voulait abaisser le Parlement, en mettant une députée entre ses cuisses. Ensuite, il pouvait décorer une élue subalterne, un pilier de son parcours politique ( au demeurant déjà inquiétée par la justice), une femme de son clan politique défini en particuliers par des particularismes ethnico-religieux.

Par cette opération symbolique, il écrase la politique reposant sur l'universalité citoyenne et décore la politique tribale. C'est la République qui fut salie ; volontairement.
3- L'ivresse de puissance.
M. Sarkozy se livre à ces démonstrations le 28 mai 2008. Il est alors au sommet de sa gloire. Il se pense en conquérant irrésistible.

a- Du 28 novembre 2007 au 21 février 2008, il s'est battu pour imposer la peine de Rétention de sûreté. Il a même voulu l'imposer avec effet rétroactif.
Sans revenir sur le contenu de cette loi ; c'est le premier affrontement avec les magistrats. Il en sort vainqueur.
b- Il prépare, avec le couple Balkany, l'installation de son fils de 22 ans, sans diplôme supérieur, à la direction de l'Epad. L'un des plus grands centre d'affaire d'Europe.
L'opération est pour l'automne 2008. Elle se prépare déjà dans des conflits violents avec ses amis.
c- M. Sarkozy se réjouit publiquement que les grèves aient disparu de France.

d- Dans tous les domaines de sa compétence, M. Sarkozy veut imposer non son autorité mais sa suprématie.

e- Je veux juste faire remarquer que cette affaire ne vient pas par hasard à ce moment, cet opportunité, ce lieu, avec la présence de ces personnes.

M. Sarkozy porte un coup à l'Etat républicain parcequ'il se sent en position d'y substituer d'autres règles étatiques ; claniques par exemple, entre autres.

Ce mépris public du Parlement correspond à une évolution européenne fondée à la fois, sur la suprématie de l'administration, donc du Pouvoir exécutif, et sur l'effacement des élus, le Pouvoir législatif, dont le rôle se disloque entre le Pouvoir administratif et le Pouvoir judiciaire, devenus tous deux créateurs de droit.

6)- Un équivalent
Ces faits sont identiques dans leur logique à ceux qui ont valu l'arrestation soudaine de M. Strauss-Khan. Mais ils en sont une version juridiquement aggravée. La référence est pertinente puisqu'au moment des faits, M. Strauss-Khan est aussi Chef d'Etat.

Ce dernier se serait servi de son aura de Chef d'Etat, ou du moins de client important de l'hôtel, pour solliciter de façon contraignante une fellation de la part d'une femme de ménage. La différence de prestige sociale sert constamment à la subordination sexuelle des faibles aux forts.

M; Strauss-Khan, Chef d'Etat, a bénéficié d'un non-lieu par l'incapacité du tribunal d'établir les faits avec certitude.

L'immunité de M. Strauss-Khan a été récusée astucieusement par le tribunal.

On retrouve les mêmes ingrédients que pour M. Sarkozy.

Les différences entre M. Sarkozy et M. Strauss-Khan, tous deux Chefs d'Etat au moment des faits, tous deux abuseurs sexuels par abus de pouvoir, sont les suivantes :
a- L'un dispose d'une chambrière, l'autre d'une députée.
b- L'un est à New York et l'autre à Paris
c- L'un incommode les américains, l'autre les sert.
d- L'un est jugé, l'autre bénéficie de l'Omerta

Une autre différence majeure est que dans un cas, une chambrière conduit au jugement d'un Chef d'Etat, et dans l'autre, le refus d'examiner se justifie par la condition ouvrière du demandeur.

Question subsidiaire : de ces deux pays, lequel a de l'avenir ?

7)- L'immunité
Au cours de l'étude des différentes affaires judiciaire auxquelles sont liées le nom de M. Sarkozy, la farce de l'immunité totale a volé en éclat.

En2007, les médias nous annoncent à sons de trompettes que les juges ne vont peut être pas pouvoir étudier le divorce de M. Sarkozy tellement la constitution le place hors du droit.
Depuis, les magistrats, de tous grades, ont convenu que M. Sarkozy doit répondre de toutes les actions commises comme Chef d'Etat qui ne relèvent pas de l'exercice honnête de cette charge.

Il devenait peut être intenable de juger des Chefs d'Etat africains, de juger le Chef d'Etat Strauss-Khan, de réclamer la mise en jugement des chefs d'Etat fautifs, partout, sauf en France. Partout dans le monde, les lois d'amnisties des chefs d'Etat sont tombées, y compris avec effet rétroactifs, comme en Amérique latine.

Le seul moyen qu'a M. le procureur de la République de ne pas étudier le dossier de M. Sarkozy est de le considérer comme inexistant. Ce qui revient à considérer le demandeur comme un sous-homme.

A comparer avec les Etats-Unis.

8)- L'omerta
Ce qui distingue aussi l'affaire Strauss-Kahn de l'affaire Sarkozy qui est factuellement identique, c'est l'Omerta qui entoure les actes de M. Sarkozy. Alors même que tous les intervenants ont dit qu'ils ne doutaient pas de la véracité des propos de Mme Guillaume.

Dès juin 2012, les articles et commentaires sont faits de telles sortes qu'ils conduisent d'eux mêmes à l'étouffement de l'affaire. On ne tait pas l'information. Il n'y a pas d'information, c'est une non-information. Il devient honteux, éliminatoire, d'en faire état.

Mme Guillaume elle-même charge la députée en affirmant que si elle n'est pas capable de surmonter cet événement, elle doit quitter la politique sur le champ. Je ne dis pas que les postes ultérieurs occupés par Mme Guillaume relèvent de la corruption d'intention. Mais, je sais d'expérience que si Mme Guillaume n'avait pas disqualifié elle-même son propos, elle aurait été éliminée de tout poste dirigeant.

Les journalistes analyseront tous les faits sous l'angle de la gaudriole et des risques du métier.

Tous les parlementaires, députés ou sénateurs, connaissent à la fois le livre de Mme Guillaume et la démarche de M. Salomone. Toutes les parlementaires en ont été dûment averties.
Toutes les femmes ministres.
Les syndicats de magistrats.
Toutes les associations féministes, du moins celles qu'on voit à la télévision.
Il n'y a pas eu une seule réponse.

Dès que j'ai déposé la première demande d'ouverture d'une enquête préliminaire, le 19 juillet 2012, j'ai eu un appel de la police politique pour me rencontrer de façon trouble en banlieue, alors que j'habite Paris. En septembre 2012, j'ai eu un appel de la même police politique, pour m'impliquer dans une vente de produits frelatés.
Puis plus rien.

On peut donc dater de septembre 2012 le moment où les décisions de mettre l'étouffoir sur l'affaire ont été prises. A partir de ce moment, on pouvait me laisser tranquille. A vrai dire, je parle dans le vide.



9)- Les masques du viol
Tous ceux qui ont été violés connaissent ces couplets sur la drôlerie de la chose, leur propre ridicule, leur manque d'humour et pour finir la certitude des violeurs de n'être coupable de rien.

Par ses propos, sa méthode, son chantage à l'affect, à l'amitié, à l'échange de service, M. Sarkozy ne déroge en rien au rituel du viol de voisinage. Le récit de ce viol dans un cadre de dorure a la tristesse sèche des chambres sordides, des caves poisseuses, des chiottes crasseuses, des terrains vagues, des vestiaires vides, où ils se déroulent d'ordinaire.

10)- La tromperie astucieuse et préméditée
M. Sarkozy pense se protéger juridiquement par des astuces d'avocat.
Il est tellement convaincu de son bon droit, de son innocence, qu'il organise cette scène de telle façon qu'elle réponde d'elle même aux questions judiciaires.
1- Il prend bien soin de faire savoir qu'il était dans le bureau pour son seul échauffement de boxe. Entre deux remises de médailles, à un Premier Ministre étranger et à une élue secondaire.
2- Il est donc surpris et pris de court par l'huissier qui lui présente son rendez vous de 17h40. Il avait même pris soin de demander qu'on ne le dérange pas.
3- Il est déjà 17h50 et il doit faire remettre la nouvelle médaille à 18h.
4- Il dit à l'huissier ne plus savoir ni qui elle est ni pourquoi elle vient.
Le Chef de l'Etat est toujours le dernier informé de ses rendez vous à l'Elysée.
5- On reconnaît là la ruse par laquelle M. Sarkozy n'a pratiquement jamais laissé sa signature dans aucun des dossiers pour lesquels pourtant la justice est convaincu qu'il est impliqué.

6- Or, être reçu dans le bureau du Président est justement un « privilège » et qui plus est un privilège « rare ».
7- En l'espèce, ce « rare privilège » n'est pas seulement rare, il est unique. Mme la députée est la seule personne inscrite sur l'agenda présidentiel.
8- Comment peut il ignorer les personnes auxquelles il offre un « rare privilège ». Ce qui en clair veut dire qu'il les a choisi pour une opération précise.
9- On parle là du Président, pas d'un trépané.

10- Mais l'huissier peut ainsi témoigner que M. le Président ne savait plus qui il devait recevoir, et qu'il a été surpris. Et le tour est joué.

11- Mme la députée dit immédiatement qu'elle sait que le temps du Président est précieux. Elle propose donc de passer immédiatement au vif du sujet.
12- Elle va être mise en situation d'être surprise.
13- M. Sarkozy se lance dans une opération dilatoire. Lui qui n'a pas de temps à perdre.
14- Sur 20mn de rendez vous prévu, M. Sarkozy en a déjà perdu 10.
Il organise une perte de temps.

15- Il entreprend la scène du viol. C'est de la sous-marque d'abuseur sexuel. Il n'est pas un policier, un gendarme, un magistrat, un psychiatre, qui n'aient ces formules dans ses dossiers.
16- Il en va de même pour les femmes et les hommes violés. S'ils ne se laissent pas faire, ce sont des gêneurs, des salauds, des anormaux, des faiseurs d'histoires.

17- Ce faisant :
a- Il a accueilli la députée en faisant savoir par le canal officiel des huissiers qu'il ne l'attendait pas
b- Il a créé un univers parallèle au motif officiel de la venue de la députée.
c- Ce motif officiel est toujours là mais en suspend.
d- Le viol prend la place de la conversation utile.
e- Implicitement, si le petit garçon dit non, il sait que le Monsieur ne sera pas content et qu'il va peut être lui faire du mal.
f- Donc, la petite fille ne prend pas de risque et suce le Monsieur pour qu'il ne soit pas fâché.
g- Il n'a pas été question verbalement de transaction.
h- La salope aime la queue, qu'y peut le beau gosse ?

18- Nouvelle mise en infériorité
a- Seule la justice peut nous dire si, l'affaire finie, Monsieur remballe lui-même son matériel, ou se le fait ranger.
b- Pourquoi ferme t'il sa braguette ? parcequ'il est 18h, il a un discours.
c- La vie est ainsi faite que pendant que des traînées s'amusent les hommes travaillent, et ce dans l'intérêt supérieur de la Nation.
d- Prend ça dans ta gueule.

19- Le passage au voussoiement
La main dans la braguette, M. Sarkozy tutoie Mme la députée.
Une fois la braguette refermée, M.Sarkozy voussoie la députée.
Il démontre ainsi que l'amitié, la connivence, la gauloiserie partagée, ne sont pour rien dans démonstration.
Il se remet à voussoyer la députée pour la remettre à sa place, qu'elle n'oublie pas la distance qui les sépare, ou que M. Sarkozy veut mettre.
Elle n'est en rien entrée dans son cercle d'intime.

M. Sarkozy connaît donc parfaitement la place que la constitution assigne à chacun des interlocuteur. Il y a dérogé volontairement, par calcul prémédité.

M. Sarkozy s'est bien servi de son autorité pour transformer une femme en objet sexuel.

20- L'échange d'argent contre un service sexuel contraint est constitutif à la fois d'un viol et d'une mise en prostitution avec proxénétisme hôtelier. Seuls les magistrats peuvent donner les qualifications officielles.

21- L'effacement
a- La conne ramène ses petites préoccupation muséales.
b- M. Sarkozy a encore oublié. Sincèrement, il n'y pensait pas.
c- Il ignore aussi le prix.
Le Chef de l'Etat qui reçoit une quémandeuse n'a évidement pas fait étudier l'affaire. Tout ça s'étudie sur un coin de guéridon.
d- Je n'en crois rien.
e- Après les hémorroïdes de M. Pompidou, le cancer de M. Mitterrand, voici l'Alzheimer de M. Sarkozy.
f- Donc la députée a été effacée. Pas de musée, pas de prix. Elle n'existe pas.
g- C'est vraiment une bouche, rien qu'une bouche, qui a sucé.




22- Le recel
Lorsque M. Sarkozy a fini son numéro de Mac, il dit à Mme la députée de passer voir M. Tigellin qui la paiera.
a- C'est bien la preuve que le dossier a déjà été étudié.
b- Si les faits sont exacts, M. Tigellin est receleur de détournement de fonds et de proxénétisme.

23- La mise en tord
a- Ce prix de la subvention est hors de prix.
b- Cette irresponsable veut ruiner la France. Elle n'a aucun souci des deniers publics.
c- Par Charité, puisqu'elle tient à son gadget et que M. Marcel est dans un bon jour, au lieu de la baffer, il lui accorde son os à ronger et lui dit d'aller chercher son bifton chez Bébert de la Bute, le trésorier.
d- Alors que la somme est déjà budgétée. Ce pourquoi, M. Tigellin peut débloquer l'affaire.
e- Tous les violés sont coupables. Elle doit s'estimer heureuse de ne pas être soupçonner de transporter le Sida.

23- Le coup de massue
a- M. le comte rappelle à la grue qu'il doit y aller. Elle lui prend son temps. C'est celui de la France. Elle devrait en avoir honte. Est -elle seulement capable d'en avoir conscience ?
b- Il est déjà parti lorsqu'elle lui dit au revoir et merci. Comme il se doit pour une esclave.
Mais justement, un Maître n'attend pas le salut d'une esclave. Il n'en attend qu'un simple soulagement du bas-ventre ; rien.
c- Il n'a même pas à en parler à sa femme.

11)- L'opération
M. Sarkozy fait là une opération qui en fiscalité s'appelle l'organisation de son insolvabilité.
Il a placé chacun des protagonistes dans la situation d'avoir sincèrement à témoigner qu'il ne s'est pas fait sucer en échange d'une subvention ni sous la contrainte.

Pour le faire admettre, il ne reste qu'à trouver des juges qui acceptent de croire qu'un homme de ce niveau :
a- Se met à puer la sueur en mimant un match de boxe de haut niveau, alors qu'il va devoir mettre son odeur à la portée des cadres médiatiques du pays.
b- Oublie la venue de la seule personne convoquée dans cet entre-deux.
c- N'a pas fait étudier le dossier qui va lui être présenté dans le cadre d'un rendez vous qui est un « rare privilège ».
d- Ignore que la personne qu'il a en face de lui est écrasé par la fonction qu'il occupe
e- Ignore que cette personne a l'impression de jouer sa vie sur ce rendez vous.
f- Ignore que cette personne ne fait cette fellation que pour obtenir la subvention.

Si M. Sarkozy est à ce point inconscient des réalités, alors, les juges doivent faire savoir aux français à quel point cette incapacité mentale porte atteinte aux droits et à la dignité des français.

12)- La réalité des faits
En réalité, M. Sarkozy est forcément maître de ce qu'il fait, de son agenda, de ses rendez vous, de ses calculs. C'est par pur calcul et tromperie qu'il organise toute cette mise en scène à laquelle chacun se plie par professionnalisme, peur, crédulité, et surtout, besoin d'y croire.


Mme la députée a le fou rire hystérique de toutes les personnes violées qui doivent, ou veulent, à tout prix conserver leur allure. Surtout, qu'il ne se soit rien passé ! C'est ensuite que viennent les cachetons. Il y a fort à penser qu'elle a pris une douche en arrivant chez elle. Ils et elles le font tous ; la douche ou l'eau sur le visage, sans fin.

Plusieurs européennes violées au Qatar sont inculpées pour adultère. C'est le miroir de ce renversement des fautes qui n'est plus dans notre pays qu'une idéologie publique crasseuse et tenace. Mme la députée connaît la place qu'elle doit tenir dans cette idéologie que reprendront tous les médias. Elle rit pour ne pas être lynchée.

A tout hasard, au cas où , les médias habillent Mme la députée pour l’hiver. Ils font savoir que Mme la députée n'est pas une sainte. D'ailleurs, n'a t'elle pas couché dans sa jeunesse ? Elle a divorcée. Vous m'en direz tant.

Et alors ? Elle est députée et M. Sarkozy est Chef de l'Etat. La constitution les distribue, les forme, les assigne. C'est ce que reconnaît implicitement M. Sarkozy en passant du tutoiement au voussoiement.

Le problème est que les magistrats partagent cette idéologie de l'inversion des responsabilités.

13)- Le consentement
M. Sarkozy a violé une députée et la femme qui va avec. Il ne pourra jamais se prévaloir du consentement de la dernière pour justifier l'action sur la première. Il en effet mis en place un système qui invalide ce questionnement.
Mme la députée est venue pour une subvention dont il n'a pas été question pour l'unique raison que la discussion fut de rendre implicite l'échange de la fellation contre la subvention.

a- Mme la députée dit d'entrée qu'elle ne veut pas faire perdre son temps au Chef de l'Etat. Donc, elle demande d'entrer dans le vif du sujet.
b- M. Sarkozy la coupe, change de sujet, conduit à la pipe.
c- La fellation faite, M. Sarkozy donne la subvention déjà budgétée.

Il s'en suit d'ailleurs que le consentement de la députée ne se pose pas et ne sera jamais connu. L'exigence de fellation stoppe toute demande d'un avis quelconque à la femme et à la députée. La fellation a rempli tout l'espace de la rencontre. Lorsque la pipe est terminée la rencontre cesse. Elle n'avait pas d'autre but ou contenu que cette fellation. La subvention s'en suit sans discussion car elle est l'autre nom de ce viol, son paiement et sa qualification en acte commercial commis de façon illégal. Elle est déjà budgetée.

L'un veut une fellation. L'autre veut une subvention. Les deux s'équilibrent. A ceci près que cet équilibre masque la production d'un acte commercial, social, juridique, politique. C'est de la prostitution, proxénétisme, détournement de fonds publics, recels, agression d'un Pouvoir sur un autre.

Les opinions subjectives de l'un et de l'autre ne peuvent être appréciées sans les faits criminels objectifs qui en sont les supports.



14)- Les effets symboliques

Cette disqualification symbolique du Pouvoir législatif par le Pouvoir exécutif a forcément des conséquences dans le fonctionnement de l'Etat. C'est par excellence le lieu de déploiement du Pouvoir exécutif et le lieu où les rapports au législatif sont l'objet d'ajustements quotidiens.

Mme Guillaume publie son livre en juin 2012. Elle porte par là même à la connaissance du grand public, donc de la population subalterne de l'Etat, la mise à genoux du Pouvoir législatif par le Pouvoir exécutif. Ceux qui l'ignoraient encore désormais le savent.

Le fait devient un slogan politique pour les réseaux administratifs. Concrètement, un agent de l'Etat a mis une députée à genoux.

Une des conséquences directe du mépris affiché dans cette affaire par le Pouvoir exécutif contre le Pouvoir législatif sont les deux agressions policières contre les parlementaires en 2013. Ce n'est nullement par hasard puisque les faits se tiennent dans la même unité de temps politique, celle des avatars du Mariage pour tous.

Une fois contre les députés de gauche ; le 29 janvier 2013. Ils voulaient circuler sur le trottoir du parlement pour aller à la rencontre de manifestants. Ils en ont été empêchés en toute connaissance de cause et brutalement par un policier.
Une fois, contre les députés de droite ; le mardi 16 avril 2013. Ces députés voulaient entrer dans le parlement qui tenait séance. Ils en ont été empêchés un temps et brutalement par des policiers.

Dans le fonctionnement ordinaire de l'Etat, les agents du Pouvoir exécutif accompagnent les conséquences de la disqualification volontaire, organisée, préméditée, d'un Pouvoir par rapport à l'autre.

La haine anti parlementaire des forces de l'ordre a de multiples aspects. Mais on n'interdit pas en groupe l'accès au parlement à des députés si on ne pense pas que la hiérarchie est d'accord pour ne voir en eux que des suceurs de bite.

De la même façon, un grand nombre de policiers n'aiment pas les magistrats. Mais on ne défile pas sous les fenêtres du Garde des Sceaux Badinter en faisant le salut nazi, si on n'est pas nazi.













2- Deuxième partie : les documents joints
Les textes ci-joints, en double exemplaires, sont l'ensemble des courriers adressés à :
a- M. le procureur de la République à partir du 19 juillet 2012 jusqu'au 3 février 2014.
b- M. le président de la République qui a été tenu informé de toute cette démarche. Il est le garant de l'Indépendance de la justice.
c- Madame la Garde des Sceaux.

Le 19 juillet 2012 j'ai déposé auprès de M. le procureur de la République à Paris une demande d'ouverture d'une enquête préliminaire.

Pour seule réponse de M. le procureur de la République, j'ai été convoqué au commissariat par un Gardien de la Paix. Sous le couvert d'un accueil insultant, il s'agissait de me faire signer un texte contraire aux vues exposées dans les textes adressés au parquet. J'ai dû quitter le commissariat pour ne pas signer un faux.

J'ai constamment renouvelé l'étude de la question posée depuis.

Ces textes traitent de tous les questions soulevées dans cette requête de manière approfondie.

Conclusion

Sous réserve que les faits rapportés soient exacts et compte tenu qu'ils n'ont jamais été démentis par les intéressés et leurs proches :
M. Sarkozy n'a pas trompé sa femme ; il en a violé une autre.
Il n'a pas usé des services d'une prostituée ; il a prostitué une femme honnête.
Il n'a pas demandé une gentillesse ; il contraint une personne en état de faiblesse.
Il n'a pas payé un service sexuel ; il a détourné des fonds publics pour payer un acte de prostitution forcée.
Il n'est pas un Chef d'Etat dans cette affaire ; il est un proxénète.
Il ne débloque pas des fonds ; il corrompt une admnistration.
Il n'a pas reçu une députée ; il a mis le Parlement à genoux.

Dans aucun pays démocratique du monde, de tels informations n'échappent plus au regard de la justice.

Les cadres français ont tous les prétextes pour en rester à un stade où ne sont plus les pays émergents.

Il est trop facile de dire que les magistrats supérieurs ont tous été nommés par M. Sarkozy.

Les magistrats français pensent secrètement, c'est à dire réellement, que le droit ne sert à rien.

Pour eux, le droit sert à régler des comptes ou à fabriquer les faibles comme moyens de négociations sociales de l'ordre public. On enferme du malade mental comme variable d'ajustement de la paix publique.

Mais l'affaire Sarkozy vs députée met en scène les rapports des cadres dirigeants aux citoyens. Il inscrit dans le débat public la réflexion sur l'existence de plusieurs sources du droit ; tels le Code civil ou la Charia.


Pour examiner de tels faits, il faut penser que le droit est un instrument de connaissance et d’organisation social. Les magistrats sont muets. Or, c'est là qu'une société moderne a besoin d'eux.

Il est tellement plus facile de me faire dire par un gardien de la paix qu'on ne répond pas à une merde.

Donc, au titre d'ancien violé et de citoyen, je vous soumets cette requête.

Je rappelle qu'il s'agit du viol et d'une députée.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la Commission des requêtes, l'assurance de mes salutations distinguées,


Marc SALOMONE


PS :
1- Marie-Célie GUILLAUME
Le Monarque son fils son fiel.
Éditions du moment

Chapitre VII : Rocky ou le monologue du périnée
P. 91 à 101.

2- Articles du Canard Enchaîné et du Nouvel observateur.
Voir les pièces jointes.