Saturday, November 02, 2013

Homogeneity of crime, social discrimination , administrative rape , Member , Executive

Homogeneity of crime, social discrimination , administrative rape , Member , Executivehttp://madic50.blogspot.fr/d.50 @ gmx.frThe reference text is the French text. Translation google translationPart 1: Letter to the President of the RepublicParis , Saturday, November 2, 2013François HOLLANDPresident of the RepublicThe care ofMr. BesnardChief of StaffMr. PresidentI have the honor to send you , for your information , the attached text.I protest even if it is in vain , against the code of silence organized by the prosecutor of the Republic on the basis of social discrimination.The fact that I am not speaking to him by a lawyer means that I am poor. . It infers a disqualification principle of my request.This disqualification is not related to the quality of my request. It is constant .It applies to all complaints of abuse not experienced myself or people of my social status , since they hinder managers, network managers, their alliances with civil criminality . I think of rape , assault of mentally disabled , for example.Mr. prosecutor is well aware of the problem since it took care to order a police hearing my request. The traffic officer responsible for this hearing took place about me signing a text that my request. As I turned to walk into the combines , he kicked me in the police laughing.I'm used to being treated like a dog , a shit, a slave, by officials and members of the State. Again, for reasons of social discrimination sometimes clearly stated as such : " You are you, Mr. Salomone , down! ".The demand that I make is certainly founded the actions of judges to Mr. Sarkozy in other cases. The facts to which I refer are direct and not deducted. It is possible to determine whether they existed or not.If the facts reported by Dr. William existed , Sarkozy broke a member . Justice must tell us what it is.Please accept , Sir , the assurance of my highest consideration ,Marc SalomonePart 2: The homogeneity of the crime of rape .http://madic50.blogspot.fr/Paris , Saturday, November 2, 2013Mr. prosecutorSubject: Judicial news and homogeneity of the crime each other .N. Ref. : Application to open a preliminary investigation of the July 19, 2012- "There, you 're therapist, you must register on a website and remove your plate ! " Jacqueline AUDAX President of Court of Assizes . Pallardy trial .Copy to:President of the RepublicPrime MinisterMadam AttorneyMr. Minister of the InteriorPresident of the Court of Appeal of ParisProsecutor General to ParisMr. District Attorney in LilleThe procurator Lady of the Republic in BordeauxMrs. ZIMMERMANN , Judge ; Dean .Mrs. Kheris , JudgeMrs. PALLUEL , JudgeMr. Fillon , Deputy Prime Minister EmeritusMr. Galut , MPMr. MESLOT , MPMr. prosecutor ,1) - IntroductionThere is a striking parallel between the two cases , that of M. Pallardy and Mr. Sarkozy .The Pallardy case after others questioned the silence of justice on allegations against Mr Sarkozy by Mrs. William.This is not a simple Omerta . This is the implementation of a law of exception . This extends to a French division between the French state and French civilians.This law of exception does not apply only to Mr Sarkozy . It is possible only because he built a parallel law, or a parallel practice of law.This dual practice of law leads to unequal Law French . It builds separate or conflicting legal legitimacy. It is the support of deliberate chaos.2) - The two charactersA- M. PallardyM. Pallardy , osteopath, was tried and sentenced to 10 years in prison for rape and sexual abuse in the exercise of his profession. He was accused that his massage was finished improperly in vaginas, breasts that were improperly pressed , his language was full of sexual harassment.The court then accuses him of having used his position to violate the hands and sexually abusing some of his clients , the hands and the floor . Fellatio appears in evidence without appears to be questioned in court.Regardless of the credit here as one , the prosecution , the other , the defense agreed to this arrangement . It is from him that Mr. Pallardy was tried and convicted.He was interrogated , indicted , tried and convicted .B- Social comparisonOne has been sentenced to 10 years in prison. The other is still not questioned by the court.One is born muddy . Orphan and public assistance. It was all business for the state diplomas .The other is a lawyer, Minister, Head of the State. It has a name particle . It is especially the joker of the ruling powers.Mr. Sarkozy is not even questioned . Officials join forces to prevent the hearing of the person requesting the opening of a preliminary investigation.C- A technical questionI do not care to consider the case Pallardy . I take the news reports and the judgment for facts.In this text, highlight the identities and differences between the legal complaints made ​​to it with information on such acts Ms. Guillaume Sarkozy's reference to Mr. Pallardy 's sole function.In order not to confuse the discussion of the arguments produced by justice, reported in the press , with the case itself and the person in question , I will appoint Mr. Pallardy by " MP "I drove this reflection from news reports made ​​on the Internet.Chapter 1: the remarkable identitiesThe ordering of facts, scenes, shows a similarity between the two types of staging.1) - A single seizure of the person in a theatrical process.1 - For Mr. Sarkozy :This is the staging of a boxing before a mirror . When Ms. MPP between , she faced a man in heat, muscles taut , the triumphant look .2 - To Mr. P. :a- " Therapeutic actions under a " powerful and dangerous method "which could bring back buried memories of sexual abuse, and had made " transfers " on his person. "
b- "His method " manual psychotherapy " can succeed where the" psychoanalysis has failed " is" so powerful and dangerous that the person sometimes does not know what happened , because they are the maneuvers that open the doors of the unconscious , " he has put forward . "c- The "powerful and dangerous method " leaves coites patients and submit to their master .2 ) - The same report consideration.1 - For Mr. SarkozyHe is Head of State . It invites us to place at the service of France .Who can out of his office shouting the rapist ?2 - To Mr. P. :a- The investigatorBesides the physical shock , he believes that " the personality of Pallardy and media appearance " could be that these women are " felt inferior to ."b- parquet- The prosecution says it has used " his authority and reputation " for " infantilization " of women with " weaknesses " and more abuse them .- The General Counsel , Annie Grenier, explained to the court that Pierre Pallardy said that his "patients" were his "children" : "You have a pedophile attitude, you took advantage of the influence you had on them," had she said.
 
3) - The same method of handling after the shock.1 - For Mr. Sarkozy :After seeing the muscles : the usual spiel rapists : You can not leave me in this state ...In short, if France is ridiculous to Austrian Prime Minister , it's your fault.Mr. Sarkzoy tu its prey, and enclosing it in a sticky familiarity.2 - To Mr. P. :a- massage belly . Undertaken immediately , strong , they put the patient in a state of dependency. She expects to complete taking his body. Women concerned themselves " hypnotized ."b -A gesture , it binds speech, personal and sexual issues for most. In turn , the man scolds , growls , and then gives the " my little heart." "I felt like a little girl caught in the act . Destabilized and I was a bit lost . "c- The other alleged victims , mostly young and pretty , describe a charming character , who calls " my little heart " and their phone for news . One ensures that Pierre Pallardy tried to kiss her. Many say they felt uncomfortable when the physio has exerted strong pressure on their hand abdomen.bd- If they do not accept is that it is "stuck" . Strong curse in our society.4) - The same sexualization of proximity1 - For Mr. SarkozyMuscles, tu , raw language, advancing the body.2 - To Mr. P. :" The other alleged victims , mostly young and pretty , describe a charming character , who calls " my little heart " and their phone for news . "5) - The same blackmail result1 - For Mr. SarkozyProstitution = grantDignity = no subsidy .2 - To Mr. P. :Welfare is promised including through the media .- "He kept the stars and it was sensitive to it . (...) He said he did it for her, that he would look after as he cared for the stars , it looked like Naomi Campbell, while my friend was red and had clear skin. ".- Became a physiotherapist and osteopath in the 1970s , after an orphan youth torn between institutions , the practitioner does not take long to become one of the most recognized of his profession. Success in the years 1980-1990 , he runs the TV shows and provides advice on diet and well-being through its bestsellers.Women are looking for a virtually new life.6) - The same objects -human inability to lie publicly1 - For Mr. SarkozyMs. MPP knows she will lose any political support, all its relationships, invitations, etc. . if it is one in which the accident happens .Mrs. William is very clear on this issue , if a woman ( or man for that matter) not only overcomes this event , she left politics.All journalists covering Mr. Sarkozy . This is a public ideological worse off than before the law on rape . At least the pre- feminist rape law protest .2 - To Mr. P. :"Most of the time they made ​​no complaint . But many of the actions complained that looked very accurately reported the facts , as a kind of signature , "testified Penau François , one of the police officers who conducted the investigation .They evoke a vigorous massage first and last belly - his book sold more than 200,000 copies elsewhere is " And if everything came from the belly " - which leaves sounded and palpation of the chest , hugs, " the call my little heart , " touching or attempts or attempted penetration , with hand or sex.All " say surprised not to have had the ability to push , it returns motto ," says the investigator , noting that many complainants are yet " strong personalities ." Besides the physical shock , he believes that " the personality of Pallardy and media appearance " could be that these women are " felt inferior to ."Pallardy recognize during the investigation vigorously , even authoritarian practice, session , and also a lot of empathy for his patients. But since the beginning fiercely denies any inappropriate relationship . "

 
3 - AuthorizationIt will take the patient to Mr. P. permission for them to talk . It is the complaint of a young engineer . So , a woman of action .- "For this massager with golden hands , which has in its professional agenda a hundred names and relations among Dominique de Villepin , the wind is given to turn in February. An engineer Saumur aged 30 files a complaint , accusing Pierre Pallardy - asserting a state diploma in physiotherapy in 1968 and obtained a certificate of osteopathy issued in 1978 in the UK - has engaged in a very thorough gynecological examination. "http://www.lexpress.fr/informations/un-kine-en-mauvaise-posture_671686.html


7) - PolicyThis woman must have the ability to establish a contractual relationship and not psychological or sensitive words , both with MP with the public authorities . His complaint was not acted upon because it was the second, but because it involved the political requirement monitored.The survey was then installed on weighing the importance of a state or the other , all the others. Does Mr. P. represents the order in which the public or is it Madam engineer ? And consequently other women.8) - The typologyIn this equation :1 - The complainants are women, clients , patients .a- They are in the position of :b- Equals fresh dates. There is talk of a "liberation" of women.c- Dispossessed of any capital in this relationship. They are made ​​of proletarians .d- Light by definition. So, right , servile or liability .2 - Mr. P. is a man, the capitalist relationship, professional relationship , graduate, healthy.It is a- like bodies of public authority has always been a man.b- He is the owner , the holder of power , the representative of the company based on the property.c He embodies strength , good health , the ability to restore order , even medical .3 - For all state institutions , it is he who is right first. This is the name of this logic that thousands of citizens who build the province are robbed by local artisans which have their Vagrancy validated by the courts. They are the capitalist owners of the relationship, the local order , etc. .9) - InvestigationThere is something going on with the second complaint I think due to the political personality of the engineer .This is because the decision was first policy that the investigation was not contradictory.- "The counsel for the accused , Hervé Témime , has questioned the investigation , asking the officer " what acts ( he ) was made ​​to discharge " or if he had read the books Pallardy to" seek which could explain the method? " No replied the policeman, " this is a survey that asks for evidence ." "About these interviews, Mr. P. speak to him of rape :"The former osteopath is strongly attacked the conditions of his detention. Accusing François Penau of insulting and being " unworthy of being a police officer ," he began , in the quiet exhortations from the President: "I was searched the body, I had a psychological and physical rape , the shock of my life. " Tub in the room "10) - ChangesMr. P. was convinced that his reputation academic rank enough to cancel the word of the complainant . This is what happens with the first complaint. This is taken as usual , almost ancient .
 
Mr. Pallardy lived in the imagination of a time when men were by themselves representatives of the police. They were , for example Head of family.
 
This is still the case in countries subject to administrative policies religious type .
 
When the dominant male is challenged by a protected creature , the answer is based on a logical invariable : The dominant male has been "authoritarian ," he could use "direct " methods , which have been " upset " creatures . But it is tough and fair. It has almost nothing . They are instead the creatures who have sinned , here trying to " entice the ". He refused to "give " and to maintain law and order against it.This is the ritual argument all administrative staff questioned by administration for acts of personal criminality .Mr. P. did not understand that now the administrative policy is based on the ratio of administrative and administered rather than on the relationship of women and men.
 
The latter, as such are stripped of all public rights and especially to include public policy on women's bodies . This right is reserved and transferred to administrative , men and women, it is necessary either to both sexes administered .So , contrary to the information dated, dated, tacky , MP , the decision is made to take away all social falbala . It is no longer a man, a dominant male , it is a given , an inmate in an open environment .From this moment :1 - The interview is no longer about the disqualification of women speaking body . It no longer produces heat psychological but legal truths.2 - This is the body of P. which must now produce the expected legal truth . Mr. P. has been violated as he was subjected to Question or as Private Bradley Manning in the United States was subjected to sleep deprivation , and of course violated. His body must speak and say that the authorities have planned to hear .The case P. is primarily a session withdrawal capacity of civilian men to establish themselves reports superiority with women, even with men.Now social relations including sexuality no longer pass between men and women, but between administrative and citizens. The sex of one or another matter. Mr. P. is violated by a male administrative . It will be for 10 years. But both by men than by women, all administrative .Even the engineer to have lodged a complaint against a " gynecological examination overgrown ." The fact that the first complaint was simply " no further action " indicates that this law is of recent date . There are still some hesitation for citizens in an open environment .By cons , Madam engineer can not push a dig at vaginal body pushed from a woman's administration , except:To justify a- legitimate violence exercised by it against him that force remains the law,b- A must pay compensation for "contempt "c -A have a criminal record for rebellion , outrage, violence against law enforcement officer with automatic stop working more than 10 days.As such, the trial P. is a process of transfer of rights .Chapter 2: The distinctionMr. P. overflows its functions. But it remains strictly within the framework of the exercise thereof .Mr. Sarkozy is completely out of its functions. He uses them to build from scratch a foreign operation .How this distinction appears you it technically ?1) - InterpretationThe confrontation with Mr. Justice P. is that accusations of rape and sexual assault are interpretations of facts.This is the legal debate which separates what came out of the exercise of the profession and what is sexual activity not granted then it was unexpected .1 - When the court speaks of penetration, it seems that it is vaginal penetration during a massage.When Mr. P. engages in "a thorough gynecological examination "a- Justice in its interpretation. She said non-consensual and therefore rape penetration.b- Mr P. to his. He said professional gesture .
 
2 - To enter breasts , kissing, etc. .a- Justice said sexual assaultb- Mr P. said powerful method , promiscuous lips due to circuits massages.
  
3 - For the sexual invitationsa- Justice said : Sexual harassment , rudeness.b- Mr P. . said Fellowship , each culture.
 
Both positions are held .Mr. P. has the effect of a boy race has acquired a status of Professor of Medicine .The liberties and abuse of the aristocrat become coarse Slip the redneck .Mr. P. was wrong status and time.He was believed to have the authority of a skilled person to hold about bistro . It does not have that authority.b- Put your hand on the buttocks of the waitress who leaves with the order became a touching, sexual assault.He did not understand . Nobody told him anything.

 
4 - SexThe French press is often vague and does not give about the ways of thinking that there really were acts of penetration sex , saw the practitioner. Or that there has not been one .A- FellatioOral sex is mentioned in a newspaper one. It was said by an anorexic in his testimony to the police. The complainant is not present at the hearing because of death . Nobody talks about it in his place.Curiously, this blowjob , which is still a cornerstone in a rape case , does not give rise to any questions from the judges. At least according to the newspaper ."If she had said nothing to her mother , she was open to a friend sessions with the osteopath , who kissed , caressed her sex. Before the police , also evoke a blowjob.The court reads the testimony of the friend : " He kept the stars and it was sensitive to it (...) He said he did it for her, that he would look after as he cared for the stars , she looked like Naomi Campbell, while my friend was red and had clear skin '. "The mother adds to the audience ! "When the police called , I think she realized , she realized she had been tricked ."Apparently , there is no questioning of fellatio. Between being raped and " ripped off " there are still more than a nuance .The B- sexThe release says: " According to the testimony of at least two young women, however, Pierre Pallardy would not stay there . Pretext to resolve their tensions , it would have forced to have sexual intercourse , by the second or third visit . "Either this is a sex manual . Either it is a sexual relationship with the penis.In both cases , the stress lies in a ruse . If the women refuse, they do not undergo further harm morale. They might do a shouting match with no more civil to her off the premises . Mr. P. is in no way their head and can not stop seeing civil damages for themselves .- " One of them told how , during the session, the osteopath had kissed her on the mouth and had grabbed her breasts with both hands . She had pushed him and asked for an explanation at the end of the session. "You're stuck , miss . I went out , I was stunned , confused , " she has said. "
 
The press reported the possibility of rape as a trivial aspect of the case , a mere possibility .It seems that the rapes attributed to Mr. P. and for which it will be sentenced to 10 years in prison manuals are overflows in the vagina during massages.The device would be quite different from that of a free rape in a scene with no other purpose than to accomplish .5 - DiscussionIf I put in parallel relation to justice and that of MP , it is not to study the value of the one and the other. I do not care about this matter. Is that these two facts indicate that the looks are not unequivocal . They require interpretation to be meaningful to justice.

  
A- The words of Mr. P.Mr. P.dit :a- " " I maintain these denials and I will prove to the court that I am innocent , that's seven and a half years I expect this time, "b- " " It is impossible that I can do something as vile "It is plausible that say this not just because he wants to hide the truth.He can also tell because the facts he is accused of are included in professional practice , do not exceed . For him, put his hand into a vagina authority falls under the professional authority .The accompanying massage facts, seduction, promises of appointment, are interpretable in terms of redneck culture , shopping and excitement. How many women have felt humiliated, stripped, paraded through the good jokes traders markets? Mr. P. may be a good masseur who would have needed a Head of Department .B- MonicaMonica summarizes the case this ambiguity .a- "Despite his doubts and confusion, Monica continues sessions . If the attitude of the concerned caregiver , his technique works . "I would have continued and even recommended Pierre Pallardy to friends if he had not done so . "b- "Eventually , his fears are confirmed . The practitioner attempts to kiss her on the mouth. "I turned away , he did not insist , but I was on my guard , ready to get up at the slightest movement . "c- The coup de grace comes when he assures her that she can call him, he will come home " sexually flourish ." Indecent proposal too . Monica will not return . "There in the aisles and back of this speech all the ambiguities of the action of MP Being a jerk is not necessarily synonymous with rapist even if it can be unbearable , even traumatic .
6 - JudgmentEverything that interests me here is to establish that the acts for which MP was sentenced not leave the therapeutic practice . They are inserted and appear as extensions thereof .The President said:- " " Ensure that sex is not a taboo and it enters your overall therapy is much to your credit , but as an actor you intended to solve a sexual problem is another matter There you . 're therapist, you must register on a website and remove your plate ! ".It echoes the words of Monica :- "He assures her that she can call him, he will come home " to develop sexually . "There is no guarantee that this formula has been designed to be implemented. This is a sentence of commercial, soldier, redneck , etc. .The Court finds that this behavior can lead MP to " withdraw his plate ," we readily understand. But that does not induce evidence of aggressive sexual behavior.There was a debate interpretations . The Court ruled . She ruled because she had to do . There was no separation of activity deemed criminal activity considered legal . This is contradictory interpretation that distinguished the two .Again , what interests us here is only to reproduce the logic of judgment.2 ) - Mr. SarkozyThe situation of Mr. Sarkozy is quite different. Her rape. It does not violate the rules , he organized a theatrical scene only intended to produce sexual activity constraint.The scene that is uniquely built and especially sexual .It is not derived from its state functions. It is outside the scope of its powers .I think Mr. Sarkozy did this to change the balance of powers in favor of the Republic of executive power at the expense of the legislative branch .If the facts prove true, this interpretation of the facts would not this alleged rape an act of government.On the one hand , it contains phases authentic piracy Treasury . On the other hand , is a state action that is similar to the factious action.Mr. Sarkozy asks a woman to give him a blowjob against the satisfaction of a need to exercise its mandate to member demand.He could have said he wanted to be part of the use of the grant. For example, he could have asked the award of contracts under this grant open to companies of his friends it would have been an abuse of power in the legitimate use of power. It would have ended up there in the crime alleged against MP by the court.But Grant was not interested . Nor the audience with an MP claiming a grant. There will be no question of the grant. It is a bifton on the table for the bitch.He took advantage of a grant application to change the status of the grant, the member himself .The head of state is a pimp and the member becomes a prostitute . It is the customer. The grant is the price of the pass.It becomes pimp craft . It is he who is the whore , the customer , the place of exercise.He draws a direct and indirect benefit from the payment of the pass, under client under the subordination of one member to the person under the subordination of the legislative power to the Executive Branch .The grant is a misuse of public funds.The aggression against a member , against a representative to exercise the legislative power is constituted.Why Mr. Sarkozy is not heard it on the facts reported by Mrs. William ?Chapter 3: gangrene1) - IntroductionOne newspaper, The People newspaper Limousin , had the idea to note the challenge the conditions of his Guard View by MP

"The counsel for the accused , Hervé Témime , has questioned the investigation , asking the officer " what acts ( he ) was made ​​to discharge " or if he had read the books Pallardy to" seek the which could explain the method? " No replied the policeman, " this is a survey that asks for evidence ."The former osteopath is strongly attacked the conditions of his detention. Accusing François Penau of insulting and being " unworthy of being a police officer ," he began , in the quiet exhortations from the President: "I was searched the body, I had a psychological and physical rape , the shock of my life. " Tub in the room .... "Mr. P. seems to have actually been violated with anal penetration. Hence the distinction between the psychological and physical rape.He was like hundreds of thousands of French are every year in local police and gendarmerie.These rapes are of the same nature as those alleged in MP or that reported by Dr. William about Mr. Sarkozy .Not only they have never tried, but they have become the bedrock of understanding between different state bodies , with the personal enrichment contempt charge and acceptance of false public documents .This system of rape because he holds that record immediately distinguish between those who have the " map " and those who do not have it. Thus, among lawyers , judges are never violated, lawyers are sometimes .For journalists, what happens to the police or in the basement of the courthouse , called " mousetrap " is not clear from the information.There is information when relevant staff want to use their own depravity to commission reports on the local dirt , evil being of staff , which bears the burden of pain held longer his own . One wonders how these people resist such trials .The union demand satisfied, everything continues as before to the detainees. A detainee is incarcerated raped four times in the driveway and back four times , without leaving the administration.The body of prisoners, their anus, is the place of registration of the power of each service. Just as the body of the woman was the place of registration of the power of the head of the family and the dominant male. This principle is still used in countries under religious polity .Journalists will always associate with State officials . For them, the rape of prisoners is like the rape of a Member of Parliament by Mr Sarkozy , a non- issue.Chapter 4: The homogeneity of the criminal fieldThe three cases meet in session Court of Assisi, for a moment , the asshole MP .1) - It seems that these three cases are not distinguished differences of gravity .1 - The evocation of rape in Police custody by P. raises " tub in the room ."Presumably the audience felt as an insult MP recalls his personal little problems facing the immense pain of complainants who face him.2 - These women accuse him the same mistakes as those sustained by MP from the police but did not want to accept the identity of mistakes.3 - except that there is no difference between a finger wanders into a vagina by force and finger strength entering a anus, or who walks between the thighs , by duress.2) - They are also present as distinct from the impact of the sexual action of the person who supports it.1 - case SarkozyA- HereMrs. William said: "I wanted to talk about the relationship between a man of power and sex. The scene exists, but it is universal. This is perhaps the only scene from the book that is not violent . It is trivial. This elected cares, she has seen others. When a politician you are, if you are not able to handle it , it is better to change jobs . "Here, a woman, a deputy mayor , sucks to order ? Where is the problem?B- The problem solvedFrench managers have found where the problem is.He has no rape when the woman is assigned to a function prostitute against her will , undergoes blackmail is paid fraudulently .b- By cons , there is an assault when the woman is a professional prostitute and works voluntarily , and that the client is publicly stated such, and pays his dues with his own money .Judges refuse to oppose the policy of substitution of the moral law , ie the law of the law. This substitution held monitored sovereign citizen. This explains why the guards are considered exempt from the application of the Regulation.2 - Case of policeThe Court of Assisi said:- Madam President , " he began , in the quiet exhortations of the President ."- The public said: " Swirls in the room"Here, the evocation of the facts is indecent and emotion of the victim should not disturb the serenity of the hearing.3 - Case P.Annie Grenier, General Counsel, said:- Mr. P. " Said his " patients " were his" children " : " You have a pedophile attitude, you took advantage of the influence you had on them, " she had started ."- " For her, it had used " its authority and reputation " for" infantilization " of women with " weaknesses " and to better take advantage of them. "- " The Advocate General , Annie Grenier, called Thursday jurors to " punish serious acts " , claiming that there were seven rape victims who " are here to tell you that yes, they are indeed victims " . "Here, the act of oppressing others is very serious . The Court must rule on the facts "serious" and declare "victims" of people who are.It should be noted that qualify as " pedophile " relations of domination of a man on a major woman is like calling a woman a "minor" and more children . This is a return to slavery qualification of women. The use of this mixture indicates that the trial is political and preordained .3) - From the Authority privilegeMr. P. must be condemned . It must be because he is no longer the privilege holder body search .Mr. Sarkozy and the city police must not appear . They are holders of the privilege of rape.It is the ordinary practice of the authority slips a parallel practice of law. The Authority is Privilege . If the assignment of the privilege is not recognized , it is 10 years .Walking is high .4) - UnitThe cousinages of these three cases are obvious.In all three cases , the abuse of power is manifested by sexual abuse.a- Mr Sarkozy has his way by imposing a blowjob. He wants to destroy a deputy mayor for a variety of reasons already discussed .b- The Policeman gets his way by laying bare and probably anal penetration of a man Kept view. He wants to destroy him sign what he wants to sign him .What is a regular method and claimed by the unions.c- Mr P. abuse of vaginal penetration . Nothing in the news release did not say that he wanted to get sexual pleasure . By cons , it would surely include these women in an ideological barnum which outperforms compared to its peers.This was common in the male dominant ideology in Europe and still is in countries dominated by religious ideologies.5) - The legal differenceThese three abusers now correspond to three categories of criminal populations.1 - Civil abusers .They go to court as defendants.2 - Administrative abusers .They go to court :Either as a- investigators on the actions of the former.b- either as seeking personal enrichment under contempt based on the protests of the people they have violated.3 - Abusive leaders.Business Strauss- Khan and Sarkozy shows that for the Chiefs, the distinction is between those who are the leaders in online and those who disturb .The reference system is where the regulatory sexuality as an instrument of dictatorship use is more developed in France American ruling opinion .6) - Personal enrichment1 - The gender systema- In based on the relationship between men and women, the systems of domination in recent settled by direct submission of a woman to a man.b- It sits domination by beatings and sexual use of women entrusted to him socially . Rape of neighborhoods ensure sociability practice.c- This system survives in countries sharia or in countries where the Orthodox Church has been restored as a vehicle for administrative policy.2 - Administrative -administered systema- In the current Western system , the public order established by the subordination of the administrative administered . In the EU, the states themselves become administered rather than individuals or citizens.b- The administrative base their dictatorship over also administered in person report. This report establishes the rape hand and financial levies administered by the administrative involved.3 - The financial levyWage technique personal enrichment through court became a truly national industrya- whole scenario documentary Depardon the President of the umpteenth criminal court of Paris , is the testimony of the personal enrichment of state personnel through the enslavement of people in a weakened state procedure. Here, an illegal alien .b- I reported in the previous post the case of a teacher on trial for "insulting " because she protested against her rape by a policeman.c- Each year, there are several million changing hands so under the guise of the courts.d- The subsidiary question is what in the name of moral authority and therefore legal , legal , administrative judges and they can now fight the civil racketeering .e- An administration whose members are enriched in the exercise of their functions can only corrupt and disintegrate under public administration.7) - National DivisionThese cases do not rely on any objective difference would require a different legal treatment.The three persons covered by this information orchestrate sex outside the requirements of their respective professions and the common and universal law.Contrary to the claims of Mrs. General Counsel , it is clear that the indictments or protections are based on membership or non- scheduled castes of the state and not the seriousness of the facts.There there, establishing a distinction between undue French . This distinction is made public through the capabilities of rape each other .Justice:Refuse a- sexual escapades of P.b- Covers the sexual escapades of the Inspector -so .c- Participates in Omerta on sexual escapades of Mr. Sarkozy .The principle of this distinction is unconstitutional.8) - The judicial use of rapeFor judges , sexuality is :1 - A separate administrative administered , those workings of the state of those affected . The former has almost all the rights of the latter, as they are subordinated to their hierarchy.This distinction is the subject of numerous lawsuits that form a parallel political case to the administrative policy of the Republic.2 - To strengthen cohesion supremacist pathways of executive power vis-à -vis the legislature . Through this distinction is the transfer of the legality of the Parliament regulatory and judicial bodies production of law. Judges can become producers of law. Administrative bodies as well. This is what happens with the European Courts of Justice and the EU Commission , said in Brussels.ConclusionThe latest judicial restores itself to the homogeneity of the legal field in which the crime paid to Mr. Sarkozy moved .The arrest of Mr. P. by the President of the Court of Assizes is entirely appropriate to question the actions of Mr. Sarkozy :
 
" " Ensure that sex is not a taboo and it enters your overall therapy is much to your credit , but as an actor you intended to solve a sexual problem is another matter . Here you n ' are more therapist, you must register on a website and remove your plate ! ".The justice must consider , as MP , Mr Sarkozy 's ability to retain its "plate" without rendering accounts to the court on his sexual role to address the representatives of the Legislature " actor ."Mr. P. was heard by the court. I ask that it goes well for Mr. Sarkozy .Please accept, Mr. prosecutor , insurance Sincerely ,
  
Marc Salomone

Homogénéité de la criminalité, discriminations sociales, viols administratifs, députée, exécutif

Homogénéité de la criminalité, discriminations sociales, viols administratifs, députée, exécutif

http://madic50.blogspot.fr/

d.50@gmx.fr

Le texte de référence est le texte français. Traduction google traduction


Partie 1 : Lettre au Président de la République


Paris, le samedi 2 novembre 2013


François HOLLANDE
Président de la République


Aux bons soins de
Monsieur BESNARD
Chef du Cabinet


Monsieur le Président

J’ai l’honneur de vous adresser, pour votre information, le texte ci-joint.

Je proteste même si c'est en vain, contre l'omerta organisée par M. le procureur de la République sur le fondement d'une discrimination sociale. Le fait que je ne  m'adresse pas à lui par un avocat indique que je suis pauvre. Il en déduit une disqualification de principe de ma demande.

Cette disqualification n'est pas liée à la qualité de ma demande. Elle est constante.

Elle s'applique à toutes les plaintes concernant les agressions subies pas moi-même ou des gens de ma condition sociale, dès lors qu'elles gênent des cadres, des réseaux de cadres, leurs alliances avec les criminalités civiles. Je pense aux viols, aux agressions de handicapés mentaux, par exemple.

M. le procureur de la République est parfaitement conscient du problème puisqu'il a pris soin d'ordonner une audition policière de ma demande. L'agent de la circulation préposé à cette audition a eu l'ordre de m'imposer la signature d'un texte contraire à ma demande. Comme j'ai refusé de marcher dans la combine, il m'a chassé du commissariat en éclatant de rire.

Je suis habitué à être traité comme un chien, une merde, un esclave, par les fonctionnaires et syndicalistes de l'Etat. Là encore, pour des raisons de discrimination sociale parfois clairement formulées comme telles : « Vous êtes à votre place, Monsieur Salomone, en bas ! ».

La demande que je formule est certainement aussi fondée que les actions de magistrats visant M. Sarkozy dans d'autre affaires. Les faits auxquels je fais référence sont directs et non déduits. Il est possible d'établir s'ils ont existé ou non.

Si les faits rapportés par Mme Guillaume ont existé, M. Sarkozy a violé une députée. La justice doit nous dire de quoi il s'agit.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes salutations distinguées,

Marc SALOMONE



Partie 2: L'homogénéité de la criminalité, les viols.





Paris, le samedi 2 novembre 2013

Monsieur le procureur de la République

Objet : L'actualité judiciaire et l'homogénéité de la criminalité des uns et des autres.

N. Réf. : Demande d'ouverture d'une enquête préliminaire du 19 juillet 2012

- « Là, vous n'êtes plus thérapeute , il faut vous inscrire sur un site Internet et retirer votre plaque! » Mme Jacqueline AUDAX Présidente de Cour d'Assise. Procès Pallardy.


Copie à :

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Premier Ministre

Madame la Garde des Sceaux
Monsieur le Ministre de l'intérieur

Monsieur le Président de la Cour d'appel de Paris
Monsieur le Procureur général à Paris

Monsieur le Procureur de la République à Lille
Madame la procureuse de la République à Bordeaux

Madame ZIMMERMANN, Juge d'instruction ; Doyenne.
Madame KHERIS, Juge d'instruction
Madame PALLUEL, Juge d'instruction

Monsieur FILLON, Député, Premier Ministre honoraire
Monsieur GALUT, Député
Monsieur MESLOT, Député

Monsieur le procureur de la République,

1)- Introduction
Il y a un parallèle saisissant entre deux affaires, celle de M. Pallardy et celle de M. Sarkozy.

L'affaire Pallardy, après d'autres, interroge le silence de la justice sur les faits imputés à M. Sarkozy par Mme Guillaume.

Ce n'est pas une simple Omerta. C'est la mise en place d'un droit d'exception. Celui-ci s'étend à une division des français entre français de l'Etat et français civils.

Ce droit d'exception ne s'applique pas seulement à M. Sarkozy. Il n'est possible que parcequ’il construit un droit parallèle, ou une pratique parallèle du droit.

Cette double pratique du droit induit une inégalité en droit des français. Elle construit des légitimités juridiques distinctes voire antagoniques. Elle est le support d'une politique volontaire de chaos.

2)- Les deux personnages

A- M. Pallardy
M. Pallardy, ostéopathe, est jugé et condamné à 10 ans de prison pour viol et abus sexuels dans l'exercice de sa profession. Il lui a été reproché que ses massages se terminaient indûment dans les vagins, que les seins étaient abusivement pressés, que son langage débordait sur un harcèlement sexuel.

Le tribunal lui reproche donc de s'être servi de sa fonction pour violer par les mains et abuser sexuellement de certaines de ses clientes, par les mains et la parole. Une fellation apparaît dans les témoignages sans qu'il semble qu'elle soit questionnée au tribunal.

Peu importe ici le crédit que les uns, l'accusation, les autres, la défense, accordent à ce dispositif. C'est à partir de lui que M. Pallardy a été jugé et condamné.

Il est interrogé, mis en examen, jugé et condamné.

B- La comparaison sociale

L'un vient d'être condamné à 10 ans de prison. L'autre n'est toujours pas interrogé par la justice.


L'un est né crotté. Orphelin et à l'assistance publique. Il a fait tous les métiers pour obtenir des diplômes d'Etat.

L'autre, est avocat, Ministre, Chef de l'Etat. Il porte un nom à particule. Il est surtout le joker des puissances dirigeantes.

M. Sarkozy n'est même pas interrogé. Les fonctionnaires se liguent pour empêcher l'audition de la personne qui demande l'ouverture d'une enquête préliminaire.

C- Une question technique
Je ne me soucie pas d'examiner l'affaire Pallardy. Je prends les informations de presse et le jugement pour des faits établis.

Dans ce texte, la référence à M. Pallardy a pour unique fonction de mettre en lumière les identités et les différences des reproches judiciaires qui lui sont faits avec les informations de Mme Guillaume sur tels actes de M. Sarkozy.

Afin de ne pas confondre l'examen des arguments produits par la justice, rapportés par la presse, avec l'affaire elle-même et la personne mise en cause, je nommerai M. Pallardy par « M. P. »

Je conduit cette réflexion à partir des informations de presse prises sur Internet.

Chapitre 1 : les identités remarquables

L'ordonnancement des faits, des scènes, fait apparaître une identité entre les deux types de mise en scène.

1)- Une même saisie de la personne visée dans un processus théâtral.

1- Pour M. Sarkozy :
C'est la mise en scène d'un combat de boxe devant une glace. Quand Mme la Députée entre, elle fait face à un homme en chaleur, les muscles bandés, l'allure conquérante.

2- Pour M. P. :
a- « Des gestes thérapeutiques relevant d'une "méthode puissante et dangereuse", qui pouvaient faire ressurgir des souvenirs enfouis de violences sexuelles, ou avaient fait des "transferts" sur sa personne. »



b- « Sa méthode, «la psychothérapie manuelle» qui peut réussir là où la «psychanalyse a échoué» est «tellement puissante et dangereuse que la personne ne sait parfois pas ce qui s'est passé, parce que ce sont des manœuvres qui ouvrent les portes de l'inconscient», a t-il mis en avant. »

c- La « Méthode puissante et dangereuse » laisse coites les patientes et les soumets à leur Maître.

2)- Un même rapport de sidération.

1- Pour M. Sarkozy
Il est Chef de l'Etat. Il invite à se placer au service de la France.
Qui peut sortir de son bureau en criant au violeur ?

2- Pour M. P. :
a- L'enquêteur
Outre le choc physique, il estime que « la personnalité de Pallardy et son aspect médiatique" ont pu faire que ces femmes se soient "senties en infériorité ».

b- Le parquet
- L'accusation affirme qu'il a usé de « son autorité et sa notoriété » pour « infantiliser » des femmes présentant des "fragilités" et mieux abuser d'elles. 
- L'avocate générale, Annie Grenier, expliquait à la cour que Pierre Pallardy disait que ses «patients» étaient ses «enfants»: «Vous avez une attitude pédophile, vous avez profité de l'emprise que vous aviez sur elles », avait-elle lancé.
3)- Une même méthode de prise en main après le choc.

1- Pour M. Sarkozy :
Après la vue des muscles : le baratin habituel des violeurs : Tu ne peux pas me laisser dans cette état...
Bref, si la France est ridicule devant le Premier Ministre autrichien, c'est de ta faute.
M. Sarkzoy tutoie sa proie, l'enfermant ainsi dans une familiarité poisseuse.

2- Pour M. P. :
a- Les massages du ventre. Entrepris immédiatement, vigoureux, ils mettent la patiente en état de dépendance. Elle s'attend à une prise complète de son corps. Les femmes concernées se disent « hypnotisées ».
b- A ses gestes, il lie la parole, des questions personnelles et sexuelles pour la plupart. Tour à tour, l'homme sermonne, gronde, puis donne dans le "mon petit coeur". "Je me sentais comme une petite fille prise en faute. J'étais déstabilisée et un peu perdue."  
c- Les autres victimes supposées, pour la plupart jeunes et jolies, décrivent un personnage charmeur, qui les appelle "mon petit coeur" et leur téléphone pour prendre des nouvelles. L'une assure que Pierre Pallardy a tenté de l'embrasser. Plusieurs disent s'être senties mal à l'aise lorsque le kiné a exercé de fortes pressions manuelles sur leur bas-ventre.
bd- Si elle n'accepte pas, c'est qu'elle est « coincée ». Imprécation forte dans notre société.

4)- Une même sexualisation de la proximité

1- Pour M. Sarkozy
Les muscles, le tutoiement, le langage cru, l'avancement du corps.

2- Pour M. P. :
« Les autres victimes supposées, pour la plupart jeunes et jolies, décrivent un personnage charmeur, qui les appelle "mon petit coeur" et leur téléphone pour prendre des nouvelles. »

5)- Un même chantage au résultat

1- Pour M. Sarkozy
Prostitution = subvention
Dignité = pas de subvention.

2- Pour M. P. :
Le bien être est promis y compris par voie médiatique.
- « Il avait soigné des stars et elle était sensible à cela. (...) Il lui a dit qu'il faisait ça pour elle, qu'il la soignerait comme il soignait les stars, qu'elle ressemblait à Naomi Campbell, alors que mon amie était rousse et avait la peau claire. ». 
- Devenu kinésithérapeute, puis ostéopathe dans les années 1970, après une jeunesse d'orphelin ballotté entre institutions, le praticien ne tarde pas à devenir l'un des plus reconnus de sa profession. Couronné de succès dans les années 1980-1990, il court les plateaux télé et prodigue des conseils en diététique et bien-être à travers ses best-sellers.
Les femmes viennent chercher une quasi-nouvelle vie.

6)- Une même incapacité des objets-humains à se situer publiquement

1- Pour M. Sarkozy
Mme la Députée sait qu'elle perdra tout soutien politique, toutes ses relations, ses invitations, etc. si elle est celle par qui le malheur arrive.
Mme Guillaume est très claire sur cette question, si une femme (ou un homme en fait) ne surmonte pas seule cette épreuve, elle quitte la politique.
Tous les journalistes couvrent M. Sarkozy. C'est une situation idéologique publique pire qu'avant la loi sur le viol. Au moins les féministes d'avant la loi sur le viol protestaient.

2- Pour M. P. :
« La plupart du temps elles ne faisaient aucun grief. Mais plusieurs dénonçaient des agissements qui ressemblaient de façon très précise aux faits dénoncés, comme une sorte de signature", a témoigné François Penau, un des officiers de police ayant mené l'enquête.
Elles évoquent un premier et vigoureux massage du ventre -son dernier livre, vendu à plus de 200.000 exemplaires s'intitule d'ailleurs "Et si tout venait du ventre"- qui les laisse sonnées, puis des palpations de poitrine, embrassades, "les appeler mon petit cœur", des attouchements ou tentatives, pénétrations ou tentatives, avec la main ou le sexe.
Toutes "se disent étonnées de ne pas avoir eu la capacité de le repousser, ça revient en leitmotiv", poursuit l'enquêteur, relevant que plusieurs plaignantes sont pourtant "de fortes personnalités". Outre le choc physique, il estime que "la personnalité de Pallardy et son aspect médiatique" ont pu faire que ces femmes se soient "senties en infériorité".
Pallardy reconnaîtra pendant l'enquête une pratique énergique, voire autoritaire, en séance, et aussi beaucoup d'empathie envers ses patients. Mais nie farouchement depuis le début toute relation déplacée. »


3- L'autorisation
Il faudra aux patientes de M. P. une autorisation pour qu'elles parlent. C'est la plainte d'une jeune ingénieure. Donc, une femme d'action.
- « Pour ce masseur aux mains d'or, qui compte dans son agenda professionnel une centaine de noms et parmi ses relations Dominique de Villepin, le vent s'est remis à tourner en février dernier. Une ingénieure de Saumur âgée de 30 ans dépose plainte, accusant Pierre Pallardy - qui fait valoir un diplôme d'Etat de kinésithérapie obtenu en 1968 ainsi qu'un certificat d'ostéopathe délivré en 1978 en Grande-Bretagne - de s'être livré à un examen gynécologique très approfondi. »






7)- La politique

Cette femme a dû avoir la capacité à établir un rapport contractuel et non psychologique, ou dit sensible, aussi bien avec M. P. qu'avec les Pouvoirs publics. Sa plainte n'a pas été suivie d'effet parce qu’elle était la seconde mais parce qu’elle comportait l'exigence politique d'un suivi.

L'enquête s'est alors installée sur la pesée de l'importance étatique de l'un ou de l'autre, toutes les autres. Est-ce M. P. qui représente l'ordre dans le public ou est-ce Mme l'ingénieure ? Et par voie de conséquence les autres femmes.

8)- La typologie
Dans cette relation :
1- Les plaignantes sont des femmes, des clientes, des malades.
a- Elles sont donc dans la situation des :
b- Égales de fraîches dates. On parle d'une « libération » de la femme.
c- Dépossédées de tout capital dans cette relation. Elles sont prolétaires de fait.
d- Faibles par définition. Donc, en droit, serviles ou redevables.

2- M. P. est un homme, le capitalistes de la relation, le professionnel de la relation, le diplômé, le bien portant.
a- Il est le semblable des corps de l'autorité publique depuis toujours, un homme.
b- Il est le propriétaire, le détenteur du pouvoir, le représentant de la société fondée sur la propriété.
c- Il incarne la force, la bonne santé, la capacité à rétablir l'ordre, même médical.

3- Pour toutes les institutions d'Etat, c'est lui qui a raison d'abord. C'est au nom de cette logique que des milliers de citadins qui font construire en province se font dépouiller par les artisans locaux lesquels voient leur truanderie validée par la justice. Ils sont les propriétaires capitalistes de la relation, l'ordre local, etc.

9)- L'enquête
Il se passe quelque chose avec la deuxième plainte que je pense liée à la personnalité politique de l'ingénieure.
C'est parce que la décision a été d'abord politique que l'enquête n'a pas été contradictoire.
- « L'avocat de l'accusé, Hervé Témime, a mis en cause l'enquête, demandant à l'officier "quels actes (il) avait accomplis à décharge" ou s'il avait lu les livres de Pallardy pour "chercher ce qui aurait pu expliquer sa méthode?" Non répond le policier, "c'est une enquête qui ne demande que des dépositions". »


Au sujet de ces interrogatoires, M. P. parlera lui de viol :
«L'ex-ostéopathe a lui attaqué vivement les conditions de sa garde à vue. Accusant François Penau de l'avoir insulté et d'être "indigne d'être un officier de police", il a lancé, sous les exhortations au calme de la présidente: "J'ai été fouillé au corps, j'ai subi un viol psychologique et physique, le choc de ma vie". Remous dans la salle »

10)- Les changements
M. P. était convaincu que sa notoriété de rang professoral suffirait à annuler la parole des plaignantes. C'est ce qui se passe avec la première plainte. Celle-ci est prise de manière habituelle, quasi-ancestrale.
M. Pallardy vivait dans l'imaginaire des temps où les hommes étaient par eux mêmes des représentants de la force publique. Ils étaient par exemple Chef de famille.
C'est encore le cas dans les pays soumis à des politiques administratives de type religieux.
Lorsque le mâle dominant est mis en cause par une créature protégée, la réponse est fondée sur un logique invariable : Le mâle dominant a pu être « autoritaire », il a pu employer des méthodes « directes », lesquelles ont pu « bouleverser » les créatures. Mais, il est sévère et juste. Il n'a en rien failli. Ce sont au contraire les créatures qui ont fauté, ici en tentant de « l'aguicher ». Il a refusé de « céder » et à maintenu l'ordre public envers et contre tout.

C'est l'argumentation rituelle de tous les cadres administratifs mis en cause par des administrés pour des faits de criminalités personnelles.

M. P. n'a pas compris que désormais la politique administrative repose sur le rapport des administratifs et des administrés et non plus sur les rapports des femmes et des hommes.
Ces derniers, à ce titre sont dépouillés de tous droits publics et tout particulièrement d'inscrire l'ordre public sur le corps des femmes. Ce droit est transféré et réservés aux administratifs, hommes et femmes, et il s'impose indifféremment aux deux sexes administrés.

Donc, contrairement aux informations datées, vieillottes, ringardes, de M. P., la décision est prise de lui ôter tout ce falbala social. Il n'est plus un homme, un mâle dominant, il est un administré, un détenu en milieu ouvert.

A partir de ce moment :
1- L'interrogatoire ne porte plus sur la disqualification du corps parlant des femmes. Celui-ci ne produit plus des chaleurs psychologiques mais des vérités judiciaires.
2- C'est le corps de M. P. qui doit désormais produire la vérité judiciaire attendue. M. P. a été violé comme il aurait été soumis à la Question ou comme le soldat Bradley Manning aux États-Unis a été soumis à la privation de sommeil, et bien sur violé. Son corps doit parler et dire ce que les autorités ont prévu d'entendre.

L'affaire P. est d'abord une séance de retrait des capacités des hommes civils à établir par eux-mêmes des rapports de supériorités avec les femmes, voire même avec les hommes.

Désormais les rapports sociaux incluant la sexualité ne passent plus entre les hommes et les femmes, mais entre les administratifs et les administrés. Le sexe de l'un ou de l'autre importe peu. M. P. est violé par un administratif mâle. Il le sera pendant 10 ans. Mais aussi bien par des hommes que par des femmes, tous administratifs.

Mme l'ingénieure à pu porter plainte contre un « examen gynécologique trop poussé ». Le fait que la première plainte ait été purement et simplement « classée sans suite » indique que ce droit est de fraîche date. Il y a encore des hésitations pour les administrés en milieu ouvert.

Par contre, Mme l'ingénieure ne pourra pas repousser une fouille à corps vaginale poussée de la part d'une femme de l'administration, sauf :
a- A justifier les violence légitimes exercer par celle-ci à son endroit pour que force reste à la loi,
b- A devoir lui verser des indemnités pour « outrage »,
c- A disposer d'un casier judiciaire pour rébellion, outrage, violence contre agent de la force publique avec Arrêt de travail automatique de plus de 10 jours.

A ce titre, le procès P. est une procédure de transferts de droits.

Chapitre 2 : La distinction

M. P. déborde de ses fonctions. Mais il reste strictement dans le cadre de l'exercice de celles-ci.
M. Sarkozy sort complètement de ses fonctions. Il utilise celles-ci pour construire de toute pièce une activité étrangère.

Comment cette distinction se manifeste t'elle techniquement ?

1)- L'interprétation
La confrontation de la justice avec M. P. vient de ce que les accusations de viols et agressions sexuelles sont des interprétations des faits.


C'est le débat judiciaire qui départage ce qui ressortit de l'exercice de la profession et ce qui est une activité sexuelle non-consentie puis qu’imprévue.

1- Lorsque la justice parle de pénétration, il semble que ce soit une pénétration vaginale lors d'un massage.
Lorsque M. P. se livre à « un examen gynécologique approfondi » :
a- La justice à son interprétation. Elle dit : pénétration non consentie et donc viol.
b- M. P. à la sienne. Il dit : geste professionnel.
2- Pour la saisie des seins, baisers, etc.
a- La justice dit : agressions sexuelles
b- M. P. dit : Méthode puissante, promiscuité des lèvres due aux circuits des massages.
3- Pour les invitations sexuelles
a- La justice dit : Harcèlement sexuel, grossièreté.
b- M. P.. dit : Camaraderie, chacun sa culture.
Les deux thèses se tiennent.

M. P. fait l'effet d'un garçon de course qui a acquis un statut de Professeur de Médecine.
Les privautés et les brutalités de l'aristocrate deviennent le sans-gêne grossier du beauf.
M. P. s'est trompé de statut et d'époque.
a- Il pense disposer de l'autorité d'un homme de l'art pour tenir des propos de bistrotier. Il n'a pas cette autorité.
b- Mettre la main aux fesses de la serveuse qui repart avec la commande est devenu un attouchement, une agression sexuelle.
Il ne l'a pas compris. Personne ne lui a rien dit.

4- Les rapports sexuels
La presse française est souvent imprécise et ne donne pas à ce sujet les moyens de penser qu'il y a vraiment eu des actes de pénétration par le sexe, le vit du praticien. Ni qu'il n'y en a pas eu.

A- La fellation
Une fellation est évoquée dans un journal, un seul. Elle a été dite par une anorexique lors de sa déposition à la police. Cette plaignante est absente à l’audience pour cause de décès. Personne n'en parle à sa place.



Curieusement, cette fellation, qui est tout de même une pièce maîtresse dans un dossier de viol, ne donne lieu à aucune question de la part des magistrats. Du moins selon le journal.
« Si elle n'avait rien dit à sa mère, elle s'était ouverte à une amie des séances avec l'ostéopathe, qui l'embrassait, lui caressait le sexe. Devant les policiers, elle évoquera aussi une fellation.
La cour lit le témoignage de l'amie: "Il avait soigné des stars et elle était sensible à cela (...) Il lui a dit qu'il faisait ça pour elle, qu'il la soignerait comme il soignait les stars, qu'elle ressemblait à Naomi Campbell, alors que mon amie était rousse et avait la peau claire" ».
La mère ajoute à l'audience ! « Quand la police a appelé, je pense qu'elle a pris conscience, elle a compris qu'elle s'était fait avoir ».
Apparemment, il n'y a aucun questionnement sur une fellation. Entre être violé et « se faire avoir » il y a quand même plus qu'une nuance.

B- Des rapports sexuels
La presse nous dit : « D'après le témoignage d'au moins deux jeunes femmes, toutefois, Pierre Pallardy n'en serait pas resté là. Sous prétexte de dénouer leurs tensions, il les aurait contraintes à avoir un rapport sexuel, dès le deuxième ou troisième rendez-vous. »
Soit, il s'agit d'un rapport sexuel manuel. Soit il s'agit d'un rapport sexuel avec le pénis.

Dans les deux cas, la contrainte réside en une ruse. Si ces femmes refusent, elles ne subissent pas d'autre préjudice que moral. Elles ne risquaient qu'une engueulade sans aucune suite civile pour elle hors de l'établissement. M. P. n'est en rien leur chef et elle peuvent cesser de le voir sans dommages civils pour elles mêmes.

- «  L'une d'elle a raconté comment, au cours de la séance, l'ostéopathe l'avait embrassée sur la bouche et avait saisi ses seins de ses deux mains. Elle l'avait repoussé et lui avait demandé des explications à la fin de la séance. «Vous êtes coincée, mademoiselle. Je suis sortie, j'étais sonnée, confuse», a t-elle dit. »
La presse rapporte cette possibilité de viol comme un aspect anecdotique de l'affaire, une simple possibilité.

Il semble bien que les viols attribués à M. P. et pour lesquelles il sera condamnés à 10 ans de prison sont les débordements manuels dans les vagins à l'occasion des massages.

Le dispositif serait donc bien différent de celui d'un viol franc dans une scène n'ayant pas d'autre raison d'être que de l'accomplir.

5- La discussion
Si je mets en parallèle le regard de la justice et celui de M. P., ce n'est pas pour étudier la valeur de l'un et de l'autre. Je ne me soucie pas de cette affaire. C'est que ces deux regards indiquent que les faits ne sont pas univoques. Ils nécessitent une interprétation pour avoir un sens en justice.

A- Les propos de M. P.
M. P.dit :
a- « "Je maintiens ces dénégations et je vais prouver devant ce tribunal que je suis innocent, ça fait sept ans et demi que j'attends ce moment",
b- «  «Il est impossible que je puisse faire des choses aussi ignobles»,

Il est plausible qu'il dise cela non pas simplement parcequ'il veut masquer la vérité.

Il peut le dire aussi parce que les faits dont on l'accuse sont inclus dans la pratique professionnelle, ne l'excèdent pas. Pour lui, placer sa main dans un vagin d'autorité relève de l'autorité professionnelle.

Les faits d'accompagnement des massages, de séduction, de promesses de rendez-vous, sont interprétables en termes de culture de beauf, d’exaltation commerçante. Combien de femmes se sont senties humiliées, déshabillées, exhibées, par les bonnes plaisanteries des commerçants de marchés ? M. P. est peut être un bon masseur qui aurait eu besoin d'un Chef de service.

B- Monica
Le cas Monica résume cette équivoque.
a- « Malgré ses doutes et son trouble, Monica poursuit les séances. Si l'attitude du soignant l'inquiète, sa technique fonctionne. "J'aurais même continué et recommandé Pierre Pallardy à des amies s'il n'avait pas agi ainsi. » 
b- « Par la suite, ses craintes se confirment. Le praticien tente de l'embrasser sur la bouche. "J'ai détourné la tête, il n'a pas insisté, mais j'étais sur mes gardes, prête à me lever au moindre geste."
c- Le coup de grâce intervient quand il lui assure qu'elle peut l'appeler, qu'il viendra chez elle "l'épanouir sexuellement". La proposition indécente de trop. Monica ne reviendra plus. »

Il y a dans les allées et retour de ce discours toutes les ambiguïtés de l'action de M. P. Être un con n'est pas forcément synonyme de violeur même si ça peut être insupportable, voire traumatisant.




6- Le jugement

Tout ce qu'il m'intéresse d'établir ici est que les faits pour lesquels M. P. a été condamné ne sortent pas de la pratique thérapeutique. Ils y sont insérés et se présentent comme des extensions de celle-ci.

Mme la Présidente dit :
- « "Faire en sorte que le sexe ne soit pas un tabou et qu'il entre dans votre thérapie globale est tout à votre honneur, mais que vous vous proposiez comme acteur pour résoudre un problème sexuel est une tout autre affaire. Là, vous n'êtes plus thérapeute, il faut vous inscrire sur un site Internet et retirer votre plaque! ».

Elle fait écho à la phrase de Mme Monica :
-  « Il lui assure qu'elle peut l'appeler, qu'il viendra chez elle "l'épanouir sexuellement ».
Rien n'assure que cette formule ait eu vocation à être suivie d'effet. C'est une phrase de commercial, de soldat, de beauf, etc.

Que la Cour juge que ce comportement puisse conduire M. P. à « retirer  sa plaque », on le comprend volontiers. Mais cela n'induit pas l'évidence d'un comportement sexuel agressif.

Il y a eu un débat d'interprétations. La Cour à tranché. Elle a tranché parce qu’elle a eu à le faire. Il n'y avait pas séparation de l'activité jugée criminelle de l'activité jugée légale. C'est l'interprétation contradictoire qui a distingué les deux.

Encore une fois, ce qui nous intéresse ici c'est uniquement de reproduire la logique du jugement.

2)- M. Sarkozy

La situation de M. Sarkozy est toute autre. Lui viol. Il ne transgresse pas les règles, il organise une scène théâtrale uniquement destinée à produire une activité sexuelle contrainte.

La scène qu'il construit est univoque et spécialement sexuelle.

Elle n'est pas une dérive de ses fonctions d'Etat. Elle est hors du champ de ses attributions.

Je pense que M. Sarkozy a fait cela pour changer l'équilibre des Pouvoirs de la République au profit du Pouvoir exécutif et au détriment du Pouvoir législatif.

Si les faits s'avéraient exacts, Cette interprétation des faits ne ferait pas de ce viol présumé un acte de gouvernement.
D'une part, il contient des phases d'authentique piraterie du Trésor public. D'autre part, c'est une action d'Etat qui s'apparente à l'action factieuse.

M. Sarkozy demande à une femme de lui faire une fellation contre la satisfaction d'une demande nécessaire à l’exercice de son mandat de députée.

Il aurait pu lui dire qu'il voulait être partie prenante de l'usage de la subvention. Par exemple, il aurait pu demander l'attribution des marchés ouverts par cette subvention à des entreprises de ses amis Ce qui aurait été un abus de pouvoir dans l'usage légitime de son pouvoir. Il se serait retrouvé là dans la délinquance reprochée à M. P. par le tribunal.

Mais, la subvention ne l'intéresse pas. Pas plus que l'audience accordée à une députée réclamant une subvention. Il ne sera pas question de la subvention. Elle est un bifton posé sur la table pour la pute.

Il profite d'une demande de subvention pour changer le statut de la subvention, de la députée, de lui-même.
Le chef de l'Etat devient un proxénète et la députée se transforme en prostituée. Il est le client. La subvention est le prix de la passe.
Il se transforme en proxénète artisanal. C'est lui qui trouve la pute, le client, le lieu d'exercice.

Il tire un bénéfice direct et indirect du paiement de la passe, au titre de client, au titre de la subordination d'une députée à sa personne, au titre de la subordination du Pouvoir législatif au Pouvoir exécutif.
La subvention devient un détournement de fonds publics.
L'agression contre une députée, contre une représentante en exercice du Pouvoir législatif, est constituée.

Pourquoi M. Sarkozy n'est il pas entendu sur les faits rapportés par Mme Guillaume ?

Chapitre 3 : la gangrène

1)- Introduction
Un seul journal, Le Populaire, journal du Limousin, a l'idée de noter la contestation des conditions de sa Garde à Vue par M. P.




« L'avocat de l'accusé, Hervé Témime, a mis en cause l'enquête, demandant à l'officier "quels actes (il) avait accomplis à décharge" ou s'il avait lu les livres de Pallardy pour "chercher ce qui aurait pu expliquer sa méthode?" Non répond le policier, "c'est une enquête qui ne demande que des dépositions".

L'ex-ostéopathe a lui attaqué vivement les conditions de sa garde à vue. Accusant François Penau de l'avoir insulté et d'être "indigne d'être un officier de police", il a lancé, sous les exhortations au calme de la présidente: "J'ai été fouillé au corps, j'ai subi un viol psychologique et physique, le choc de ma vie". Remous dans la salle.... »

M. P. semble avoir été effectivement violé avec pénétration anale. D'où le distinguo entre le viol psychologique et physique.

Il l'a été comme des centaines de milliers de français le sont chaque année dans les locaux de police et de gendarmerie.

Ces viols sont de même nature que ceux reprochés à M. P. ou celui rapporté par Mme Guillaume au sujet de M. Sarkozy.

Non seulement ils ne sont jamais jugés, mais ils sont devenus le socle de l'entente entre les différents corps d'Etat ; avec l'enrichissement personnel par accusation d'outrage et l'acceptation des faux en écritures publiques.

Ce système de viol ne tient que parcequ'il trace immédiatement une distinction entre ceux qui ont « la carte » et ceux qui ne l'ont pas. Ainsi, parmi les juristes, les magistrats ne sont jamais violés, les avocats le sont quelques fois.

Pour les journalistes, ce qui se passe au commissariat ou dans les caves du Palais de justice, appelées « souricières », n'est pas du ressort de l'information.

Il n'y a information que lorsque les personnels concernés veulent se servir de leurs propres turpitudes pour commanditer des reportages sur la crasse des locaux, le mal être du personnel, lequel porte le fardeau de la douleur des détenus plus les siennes propres. On se demande comment ces gens résistent à de pareilles épreuves.

La revendication syndicale satisfaite, tout continue comme avant pour les personnes détenues. Une personne détenue incarcérée est violée quatre fois à l'allée et quatre fois au retour, sans avoir quitté l'administration.

Le corps des détenus, leur anus, est le lieu d'inscription du pouvoir de chaque service. Tout comme le corps de la femme était le lieu d'inscription du pouvoir du Chef de famille et du mâle dominant. C'est encore le principe utilisé dans les pays sous administration politique religieuse.


Les journalistes s'associent toujours aux cadres de l'Etat. Pour eux, le viol des personnes détenues est comme le viol d'une Députée par M. Sarkozy, un non-sujet.

Chapitre 4 : L'homogénéité du champ criminel

Les trois affaires se rejoignent, en séance de Cour d'Assise, l'espace d'un instant, par le trou du cul de M. P..

1)- Il semble que ces trois affaires se distinguent pas leurs différences de gravité.

1- L'évocation du viol en Garde à Vue par M. P. suscite des « remous dans la salle ».
On peut penser que le public a ressenti comme une insulte que M. P. évoque ses petits tracas personnels face à l'immense douleur des plaignantes qui lui font face.

2- Ces femmes lui reprochent les mêmes fautes que celles subies par M. P. de la part du policier mais ne veulent pas accepter l'identité des fautes.

3- A ceci près qu'il n'y a pas de différence entre un doigt qui s'égare dans un vagin par la contrainte et un doigt qui force l'entrée d'un anus, ou qui se promène entre les cuisses, par la contrainte.

2)- On les présente aussi comme distinctes par l'impact de l'action sexuelle sur la personne qui la supporte.

1- affaire Sarkozy

A- Ici
Mme Guillaume dit : « J'ai voulu parler de la relation entre un homme de pouvoir et le sexe. La scène existe, mais c'est universel. C'est peut-être la seule scène du livre qui n'est pas violente. Elle est triviale. Cette élue s'en fout, elle en a vu d'autres. Quand on est une femme politique, si on n'est pas capable de gérer ça, il vaut mieux changer de métier. »

Ici, une femme, une député-maire, suce sur commande ? Où est le problème ?

B- Le problème résolu
Les cadres français ont trouvé où est le problème.

a- Il n'y a pas de viol lorsque cette femme est assignée à une fonction de prostituée contre son gré, subit un chantage, est payé frauduleusement.
b- Par contre, il y a une agression lorsque la femme est une prostituée professionnelle et travaille de son plein gré, et que le client est publiquement déclaré tel, et paie son dû de ses deniers.


Les magistrats refusent de contrarier cette politique de substitution de la morale à la loi, autrement dit du règlement à la loi. Cette substitution du détenu surveillé au citoyen souverain. Cela explique que les gardiens soient considérés comme dispensés de l'application du règlement.

2- Affaire du policier
La Cour d'Assise dit :
- Mme la Présidente :  « il a lancé, sous les exhortations au calme de la présidente ».
- Le public dit : « Remous dans la salle »

Ici, l'évocation des faits est indécente et l'émotion de la victime ne doit pas troubler la sérénité de l’audience.

3- Affaire P.
Mme Annie Grenier, avocate générale, dit :
- M. P. « disait que ses «patients» étaient ses «enfants»: «Vous avez une attitude pédophile, vous avez profité de l'emprise que vous aviez sur elles», avait-elle lancé ».
- «  Pour elle, il avait usé de"son autorité et sa notoriété" pour "infantiliser" des femmes présentant des "fragilités" et pouvoir mieux abuser d'elles. »
- « L'avocat général, Annie Grenier, avait appelé jeudi les jurés à "punir des actes graves", affirmant qu'il y avait sept victimes de viols qui "sont ici pour que vous disiez : oui, ce sont bien des victimes". »

Ici, le fait d'abuser de la faiblesse d'autrui est gravissime. La Cour doit statuer sur des faits « graves » et déclarer  « victimes » des personnes qui le sont.

Il est à noter que qualifier de « pédophile » les rapports de domination d'un homme sur une femme majeure revient à qualifier la femme de « mineur » et plus encore d'enfant. C'est le retour à une qualification esclavagiste de la femme. Le recours à cet amalgame indique que le procès est politique et joué d'avance.

3)- De l'Autorité au privilège
M. P. doit être condamné. Il doit l'être parcequ'il n'est plus détenteur du privilège de fouille à corps.
M. Sarkozy et le policier cité ne doivent pas comparaître. Ils sont détenteurs du privilège de viol.

C'est dans la pratique ordinaire de l'autorité que se glisse une pratique parallèle du droit. L'Autorité devient Privilège. Si l'affectation du privilège n'est pas reconnue, c'est 10 ans.

La marche est haute.


4)- L'unité
Les cousinages de ces trois affaires sont patents.
Dans les trois cas, l'abus de pouvoir se manifeste par un abus sexuel.
a- M. Sarkozy parvient à ses fins en imposant une fellation. Il veut détruire une député-maire pour toutes sortes de raisons déjà analysées.

b- Le Policier parvient à ses fins par une mise à nu et probablement une pénétration anale d'un homme Gardé à vue. Il veut le détruire pour le contraindre à signer ce qu'il veut lui faire signer.
Ce qui est une méthode régulière et revendiquée par les syndicats.

c- M. P. abuse de la pénétration vaginale. Rien dans les informations de presse ne nous dit qu'il voulait obtenir une jouissance sexuelle. Par contre, il voulait sûrement inclure ces femmes dans un barnum idéologique qui le surclasse par rapport à ses confrères.
Ce qui fut habituel dans l'idéologie du Mâle dominant en Europe et l'est toujours dans les pays dominés par les idéologies religieuses.

5)- La différence judiciaire
Ces trois abuseurs correspondent désormais à trois catégories de populations judiciaires.

1- Les abuseurs civils.
Ils vont au tribunal comme accusés.

2- Les abuseurs administratifs.
Ils vont au tribunal :
a- Soit comme enquêteurs sur les actions des premiers.
b- Soit comme demandeur d'enrichissement personnel au titre de l'outrage fondé sur les protestations des personnes qu'ils ont violés.

3- Les chefs abuseurs.
Les affaires Strauss-khan et Sarkozy montre que pour les Chefs, la distinction est entre ceux qui sont dans la ligne dirigeantes et ceux qui la dérangent.
Le système de référence est l'opinion dirigeante américaine où l'usage réglementaire de la sexualité comme instrument de dictature est plus élaboré qu'en France.

6)- L'enrichissement personnel

1- Le système homme-femme
a- Dans les systèmes fondés sur la relation entre les hommes et les femmes, la domination de ces dernières s'établit par la soumission directe d'une femme à un homme.

b- Celui-ci assoie sa domination par les coups et l'usage sexuel de la femme qui lui est confiée socialement. Les viols de voisinages garantissent la sociabilité de la pratique.

c- Ce système survit dans les pays de charia ou dans les pays où la religion orthodoxe a été restaurée comme véhicule de la politique administrative.

2- Le système administratif-administré
a- Dans le système occidental actuel, l'ordre public s'instaure par la subordination des administrés aux administratifs. Dans l'UE, les États eux-mêmes deviennent des administrés et non plus des personnes ou des citoyens.
b- Les administratifs assoient leur dictature sur les administrés également dans un rapport personne. Ce rapport s'établit par le viol avec la main et les prélèvements financiers sur les administrés par les administratifs concernés.

3- Le prélèvement financier
La technique salariale de l'enrichissement personnel par voie de tribunal est devenue une véritable industrie nationale :
a- Tout le scénario du documentaire de Raymond Depardon sur la Présidente de la ixième chambre correctionnelle de Paris, est le témoignage de cette procédure d'enrichissement personnel des personnels d'Etat par le biais de l'asservissement de personnes en état de faiblesse. Ici, un étranger en situation irrégulière.
b- Je rapporte dans le courrier précédent l'affaire d'une institutrice jugée pour « outrage » parce qu'elle a protesté contre son viol par une gendarme.
c- Chaque année, ce sont plusieurs millions d'euros qui changent ainsi de main sous le couvert des tribunaux.
d- La question subsidiaire est de savoir au nom de quelle autorité morale et donc judiciaire, légale, les magistrats et administratifs peuvent ils combattre désormais les racketteurs civils.
e- Une administration dont les membres s'enrichissent dans l'exercice de leurs fonctions ne peut que se corrompre et se désagréger au titre d'administration publique.

7)- La division nationale
Ces trois affaires ne reposent donc pas sur une quelconque différence objective qui nécessiterait un traitement judiciaire différent.
Les trois personnes visées par ces informations instrumentalisent la sexualité hors des exigences de leurs professions respectives et de la légalité commune et universelle.
Contrairement aux affirmations de Mme l'avocate générale, il est manifeste que les mises en accusation ou les protections sont en fonction de l'appartenance ou non aux castes de l'Etat et non de la gravité des faits.

Il y a là, la mise en place d'une distinction indue entre les français. Cette distinction publique se fait au travers des capacités de viol des uns et des autres.
La justice :
a- Refuse les frasques sexuelles de M. P.
b- Couvre les frasques sexuelles de l'inspecteur untel.
c- Participe à l'Omerta sur les frasques sexuelles de M. Sarkozy.
Le principe de cette distinction est inconstitutionnel.

8)- L'usage judiciaire du viol

Pour les magistrats, la sexualité sert :
1- A distinguer les administratifs des administrés, ceux qui sont des rouages de l'Etat de ceux qui le subissent. Les premiers ont a peu près tous les droits sur les seconds, tant qu'ils se subordonnent à leur hiérarchie.
Cette distinction fait l'objet de nombreux procès qui forment une jurisprudence politique parallèle à la politique administrative de la République.
2- A renforcer la cohésion suprémaciste des filières du Pouvoir exécutif vis-à-vis du Pouvoir législatif. Au travers de cette distinction s'opère le transfert de la légalité du Parlement aux instances réglementaires et judiciaires de production du droit. Les magistrats peuvent devenir producteurs de droit. Les instances administratives aussi. C'est ce qui se passe avec les Cours européennes de justice et la Commission de l'UE, dite de Bruxelles.

Conclusion
L'actualité judiciaire rétablit d'elle même l'homogénéité du champ juridique dans lequel la criminalité prêtée à M. Sarkozy s'installe.

L'interpellation de M. P. par Mme la Présidente de la Cour d'Assise est tout à fait pertinente pour interroger l'action de M. Sarkozy :
« "Faire en sorte que le sexe ne soit pas un tabou et qu'il entre dans votre thérapie globale est tout à votre honneur, mais que vous vous proposiez comme acteur pour résoudre un problème sexuel est une tout autre affaire. Là, vous n'êtes plus thérapeute, il faut vous inscrire sur un site Internet et retirer votre plaque! ».

Le justice doit en effet examiner, comme pour M. P., la capacité de M. Sarkozy à conserver sa « plaque » sans avoir rendu des comptes à la justice sur son rôle « d'acteur » sexuel pour aborder les représentantes du Pouvoir législatif.

M. P. a été entendu par la justice. Je demande qu'il en aille de même pour M. Sarkozy.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le procureur de la République, l'assurance des mes salutations distinguées,
Marc SALOMONE