Friday, October 18, 2013

facts , law, Sarkozy , MP, parliament, rape , Elysee

facts , law, Sarkozy , MP, parliament, rape , Elysee

http://madic50.blogspot.fr/

d.50 @ gmx.fr

The reference text is the French text

Paris , Friday, Oct. 18, 2013


Mr. prosecutor


Subject: the facts and the law.


Copy to:

President of the Republic

Prime Minister

Madam Attorney
Mr. Minister of the Interior

President of the Court of Appeal of Paris
Prosecutor General to Paris

Mr. District Attorney in Lille
The procurator Lady of the Republic in Bordeaux

Mrs. ZIMMERMANN , Judge ; Dean .
Mrs. Kheris , Judge
Mrs. PALLUEL , Judge

Mr. Fillon , Deputy Prime Minister Emeritus
Mr. Galut , MP
Mr. MESLOT , MP



Mr. prosecutor ,

I see and I reported here facts about me as a citizen and taxpayer in the operation of the public service of justice. They just reinforce the request for a preliminary investigation filed July 19, 1202 and which is clearly expects prescription.

Chapter 1 - The tectonics of rape

1) - The corruption pact

Mr. Gentile judge issued an order of dismissal for Mr. Sarkozy , and him alone. Good for Mr. Sarkozy .

Information from the A- 18 September 2013
For the text of 30 September 2013 , I had the chance to study public links forged out of the proceedings between Mr Sarkozy and Gentile judge.

The reference text is The Chained Duck Wednesday, September 18, 2013 , P. 3 " Sarko and judge signed the armistice ." DS Article for reference to several newspapers . The article ends with : "I want you, you want me ... "

Judge Gentil took care to run in the hallways of the courthouse rumors about the arrival of a non- place for Mr. Sarkozy , and him alone.

Following these rumors counsel for Mr. Sarkozy was not present at the hearing to challenge the judge Gentil. The other parties were strong and marries did know.

At the same time , the newspaper announces that there is an organic link between the rumors started by the Gentile judge, the absence of counsel for Mr. Sarkozy to the Challenge , the " big promotion " expected shortly by M . Gentile judge.

The rumor which leads to the absence removes the "spot" " on the resume " the judge would be the objection , and only one made ​​by Mr Sarkozy , it makes spotting the arrival of Belle promotion. On arrival there was no need is there.

For fellows , this is a pact of corruption.

B- Information from the October 9, 2013
The Chained Duck Wednesday, October 9, 2013 , P. One by one unsigned article entitled " Bettencourt, a great Bordeaux vintage ." The paper takes its assertions of September .
He confirmed :
a- judges Bordeaux had no evidence for abuse of weakness .
b- Gentil judge rendered his decision as based on a calculation of career.
c- The possibility of an exchange between the big promotion and dismissal is "a good deal" .
d- The removal of Mr. Woerth , former Minister , is to save face because the facts are prescribed and do not concern the defendant .

Nobody is able to require of law that this feudal use, private , public service record.

C- The information in the October 16, 2013
cf. : The Chained Duck 16,10,13 , P. 4 , under the title : " Lagarde and the IMF undermined by a case not very nikel "
1 - The Facts
U.S. judge in Washington , Emmet Sullivan, accused the IMF of complicity in a mining scam case in Cameroon.
In doing so, he lifted the immunity enjoyed by the IMF for all its activities, as most international institutions.
It thus responds to the complaint of one of its officers, Eugene Nyambal on this. The IMF had returned after her complaint.
2 - Analysis
After almost all the courts of the world were confronted with crime managers or executive networks covered by immunity, Judge Sullivan noted that it is possible to control the evolution of our societies without restatement judicial use immunity.
QED.

2) - The Judicial Affairs Mr Sarkozy

The media tell us that remain several court cases against Mr. Sarkozy . But it will be little or indirectly involved . It may therefore be interested in the things of life and politics with confidence.

Among the cases cited , I do not see anywhere mention the request for a preliminary investigation into the alleged rape of a Member present at the Elysee are quality .

The facts have been made ​​public by the book Mrs. William, a trustworthy person , " Monarch , his son , his stronghold ." "

The book , published June 14, 2012 . It was sold 100,000 copies in a few days. All networks French executives have read , including judges .

The pages of this book were taken over by the media, including those where the value of the published information is guaranteed by decades of successful lawsuits .

These facts are rape, forced prostitution , pimping the hotel , the rape of a member in the performance of his duties , misappropriation of public funds , abuse of power, abuse of executive power against Power legislature.

Mr. Sarkzoy has never denied the facts. It has the means , the moral authority . He would support justice against what would be slander to the exercise of the presidential term.

Overload probability of accuracy of the facts contained in Mr. Salomone led to the filing of an application to open a preliminary investigation on 19 July 2012.

The prosecutor acknowledged receipt of the request by ordering a police interrogation of the applicant.

At the police station , a traffic officer was instructed to place Mr. Salomone under pressure contempt for him to prepare and sign a document that is not him. The hearing was therefore canceled. With a big smile contractual sure to have served his head .

Since a police captain said, in France, with its hierarchy and union : " You are you, Mr. Salomone , down! " The defendant kneeling , head held face against the ground, I know that for the French officials , including judges , I'm a shit .

Except that it does not answer the question.

3) - The game of the martyr

Commenting the Bettencourt affair , Mr Sarkozy said : "For politicians who during these months have used this" case " and participated in the growing suspicion, I want to remember how the presumption of innocence is a fundamental principle . "

In the case of the rape of the Elysee , Sarkozy is not improperly reported to justice.
He is the Head of State at the time of the reported facts .
He plans to return to the state leadership .

He told a newspaper, the small -Bornand : "The little political news , I do not want to deal with it. France, it is something else. "
Who can imagine that we can deal with France and not meet the alleged rape of a chosen nation by yourself in the place of public certification of its own power?

Nobody can say that in responding to a judge in these matters , Mr Sarkozy would appear in court at a disadvantage . It is notable and popular.

He is Head of State at the time of the facts and the scene is full of medals ceremony . It can easily prove that he has not made ​​the statements reported or committed public money or requested fellatio or blackmailed , or caused a person away , etc. .

Mrs. William does not want to attack Mr. Sarkozy . It is not morally disqualifies these practices. She believes they are tests to overcome, hazing . Therefore, it is the person raped to laugh to prove himself worthy of the confidence of the group . As an enemy , rapists institutions have seen worse .

4) - The facts and the law

a- The facts say
Mr Sarkozy would have placed a deputy came apply for a grant in the case of fellate him because of his irrepressible desire and willingness that would be hers for the award of the grant .

b- The law says:
It is the judiciary , and to them alone , to tell us where appropriate to laugh or if there is rape , rape of a member in the exercise of its functions, constraint prostitution , pimping , hotel procurement, embezzlement of public funds , abuse of power, abuse of executive branch against the legislative branch .

The decision of the obligation to laugh should also be argued. It is precisely the argument excellence and rapists.

5) - The disqualification of Parliament
The alleged rape is in a process of public disqualification of parliamentarians.

A- Judges and capitalist framework
The judges have been willing to put in examination Mr Sarkozy for allegedly drawn pennies a millionaire to conduct his campaign . If they felt there was a presumption of fraud is understandable.


However, no one will check if activists gather for election campaigns benefit or not a moment of weakness donor .
It is the personality of Mrs. Bettencourt is in question . It's because she's a millionaire Mr Sarkozy came to see .

This is due to its quality of capitalist that judges give him so much. Elderly people robbed by their guardians are not entitled to the same respect. Justice awaits prescription to recognize the fault of the Guardian .

The Bettencourt is a clash of the girl with the mother for the asset management of the latter. The initial complaint refers only to one person . He is an artist unrelated to the state.

But this time, justice makes a genuine judicial raid. Mr. Sarkozy , Head of State at the beginning of the case, and Mr. Woerth , Minister at the beginning of the case are that the collateral damage of this family dispute .

This will lead to referral to the Tribunal a former Minister , a magistrate initially hearing the case , destabilize a court, a move prosecutor and lead to disorientation of the case.

The Bettencourt family, because capitalism is in fact a place of power.

B- judges and MPs

We can compare with the concern of judges for the physical and moral integrity of a member .

This woman who has an appointment with Mr. Sarkozy in his office and asking for between a subsidy is a member . It is for this reason that it is there and that Mr Sarkozy , Head of State, receives in his desk and spoke to her .

For his sexual needs , he has two wives Sarkzoy available which he can talk about his privacy. One because she's a friend forever. The other becaufe will become his wife.

They are women and intimate at the time for Mr. Sarkozy .

" Isabelle Balkany received the rosette from the hands of his friend President , May 27, 2008. Before the ban and arriere -ban of Sarkozi , Charles Pasqua Pal Sarkozy , the father, the head of state has declaimed a " declaration of love to Isabelle ." "
cf. :
A countdown of the two women who share in various ways the privacy of Mr Sarkozy , the honorable member is present as such in the areas of exercise of executive power. It is in the exercise of its function. She works.

When one gets sucked by a person who is forced then it is a " declaration of love " to a third person present , it really takes that person an idiot chore .

For judges , so it was only natural that the Head of the Executive Power up a representative legislature in a state of subordination and dependency by requiring her to be down up to his fly so he stuffs his screw in the throat.

The pipe that Sarkozy wins the mouth of the member for both a leash is connected by means of which it enslaves the legislature to the executive. And judges would not find anything wrong ?

On the occasion of Madam Deputy, there is no question of questioning the former Head of State. For so little.

Let us remember that for a domestic dispute two capitalists, both courts failed to explode, a minister and a judge are referred to the Tribunal .

C- The officers and members

Disqualification of elected induced by this formal meeting of formal prostitution a Member present are quality was heard by the state administrations which Mr Sarkozy was then the head .

In 2013, twice , members clashed with police to exercise their prerogatives as legislators.
a- January 28 , 2013, four members Socialists are temporarily prevented from traveling with protesters opposed to marriage for all who camped outside the National Assembly. Including presenting their card.
b- April 16 , 2013, four UMP are temporarily prevented from entering the National Assembly. Including presenting their card.

The police did not completely opposed to their movement but its brand supprématie , that the executive power of the Legislature .

Mr. Sarkozy has not done anything on May 27, 2008. The police are in the verbal and Sarkozy in the manual. The Head of State set the status , officials apply.
While this session Elysian is an episode of a process, but it is built with a spectacular burst of the authority of the Head of State .

D- The Power
This goes hand in hand with a European parliaments disqualification :
1 - The law now under the European Commission , ie the administration or the Executive.
2 - Mr Sarkozy himself has organized the divestiture of the Parliament of its historical prerogative of final budget control of the nation.
3 - It is ultimately the government that controls the budget it develops .

The ease with which the judiciary considers crimes against persons elected to the nation by the subordinate officers or members of the Executive Branch considers a kind of transfer of legislative power outside the walls of Parliament and parliamentarians person .

A major capitalist is more important to a member state . It is also more completely considered part of the state.

Chapter 2 - The physiology of rape

1) - Conditions for reflection

I speak positively of the rape , subject to confirmation , due to the reliability of evidence and the reputation of those who report or colpotent , also because of the inability of Mr Sarkozy to be made any denied .

This chapter is devoted to the analysis of the inner workings of the alleged rape .

2) - Premeditation
Mr Sarkozy has no uncontrollable sexual urge . He is not mentally ill or he may have committed other uncontrollable acts. He raped a member with full knowledge of the facts; because he has so decided . He found it useful politically . This policy is not his only desire .
It is not the desire that subverts the political space for a moment . It is the policy that invests in desire.

The member enters the office when Mr. Sarkozy ended a fight imaginary boxing with himself.



This fight is not a preparation for the medal presentation , a formal fitness to deal alone with the crowd of recipients . A time to let off steam to compensate for the stress of public life .

Receiving honorable member is not an interlude , a moment stolen from the hectic schedule of a sequence devoted to the presentation of medals. The MPP is not received between two doors. It was convened for specific purposes .

3) - The interview technique
Mr. Sarkozy uses the current process frameworks of manipulating the time to monitor the person of the speaker . The logic of the process is to create a state of emergency.

a- At the reception, it is reported that Mr. Doe , the this - this, has only a short time but he is keen to receive you. It is unsuitable to take time to reflect , to contradict . John Doe sighs , looks at his watch , is annoyed . Then a phone call from a secretary , and Tourbilon of appointment ends the discussion when Mr. so and so gave his order and where the caller could not develop his views . Enough said.

b- The interview took place. The caller leaves . For example, in 1906 , as soon as the speaker out, the Interior Minister Clemenceau phone to the press that the peasant union leader has accepted 10 Francs . This is now a sell . The protest movement is morally broken. Otherwise, the police are involved.

It is this practice that Sarkozy uses .

4) - The heat of Mr Sarkozy
This January 30, 2008 , Mr. Sarkozy does not need to warm up . If it is hot, it has two wives available to commit the sexual concerns . One he will marry in three days.

It is difficult to imagine that a man who could not help but get a mouth before each meeting or on the scene marries a woman without speaking to him this personal obsession and obligation of intimate solidarity. If there is one activity that spouses should share it is the sexual condition of each activity .

We are actually not there in the night visits or outside representation executive officer concerned. We are unable to settle the aforesaid himself alone or by his private company , his sexual impulses in the ordinary activity.

If something is repetitive and medical order , to the point that a wife can not satisfy her, then , after nine months of operation, the provisions necessarily have been taken . Either he has an attendant to fellatio or sexual these crises are not so overwhelming that the person says .

It would be somewhat surprising that this seasoned politician can not cope with a medal presentation session without asking a friend then pass it by mouth 22h interrogations and legal confrontations in the Bettencourt affair without that it is reported only one sexual escapade .

5) - The pleasure medals
The medal presentation is far from being a chore to Mr. Sarkozy . As seems to be the case quite often for these benefits. Mr Sarkozy thanked his friends , they foreign or French , are political and serve its policies. Of 56 guests at Fouquet's 16 medalists will be in two years that follow. 28% .

For this session , he will face a lifelong friend that will decorate and which he will publicly make a " declaration of love to Isabelle ," without note.

For Mr Sarkozy , the medal ceremonies are holidays.

This man is quite self-possessed to be always left to others to compromise himself in his place. In the case Bettencourt , compromise Mr. Woerth in place attests.

He is preparing for a visit with friends to celebrate the coming to power of one of them . His father is in the room . He is getting married in three days.

It is customary to assume a sexual arousal before getting on stage . Please consider it done not come to the 5-7 for a moment one of its supplementary knowledge ? This has necessarily if adicte enjoyment - minute other than masturbation.

Why in this case it receives a woman 's perspective of the service you'd expect from it is necessarily a bad party?

A provincial political activist member of 58 years . Probably good for her husband who has known since childhood. But to send the air déboté in a place that the woman must surely follow , but rather the choice of a man who expects to be disappointed.

The fast - done well-done at the request of anyone, it's a job . It is not that of Ms. MPP . That is , the recall to work .
So it is invraissemblabe Mr. Sarkozy was sexually aroused and he asked a provincial gourd calm their passions .

6) - The guarantee of Mr. Balkany

A- Mr. Balkany

This is also the point made Patrick Balkany , UMP , intimate M.Sarkosy , husband of Isabelle Balkany , mayor of Levallois -Perret in the Hauts -de- Seine. In the book of Mrs. William spouses Balkany are presented under the pseudonym " Thenardier ."

Upon issuance of Canal + Le grand journal , the 25,06,12 , he said:
"When we put the president in unlikely situations , I agree that this is a fable, but when told it receives an MP and it is a treat to go back before the Legion honor Isabelle Balkany (silence) . You know that he received the Legion before returning to Isabelle ? The Austrian Prime Minister . "

Mr. Balkany not qualified this book filthy rag , lies and others. It assigns the quality of being a " fable ."
Mrs. William would just a little forced on the bottle or the seal when the staging of the characters in the fable itself .

And he said that Mr. Sarkozy is in the office between receiving the Austrian Prime Minister and Isabelle Balkany .

Mr. Balkany therefore ensures that it is impossible that Mr. Sarkozy was so little that it is energized since the interview took place between the discount decoration Austrian Prime Minister Mr. and Mrs. Balkany .

Indeed , nothing indicates the interest of Mr. Sarkozy for Austrian or other Prime Ministers. Unlike ordinary administrative that are heavily versed in anal intercourse and found the alleged rape of a quasi-constitutional Elysee validate their claim association.

Ms. B- Balkany

Mrs. Balkany would it cause its implementation in such states ?

No testimony corroborates this hypothesis. Mr. and Mrs. Balkany form what Le Monde called a "couple solid ." The husband cheat his wife diligently , but the reverse is attested nowhere.
Mrs. Balkany was a very good friend of Mrs. Cecilia Sarkozy . The latter has publicly declared a heightened jealousy. Nor Mrs. Balkany , she would share her man. With Carla Bruni- Sarkozy , the distance was cultural and not psychological .

In addition, Mrs. Balkany knows fellatio , as well as practice words. Thus, during an intimate affair in which her ​​husband is involved, she rushes to the police to say: " My husband has never needed a gun to get a blowjob " , according to Liberation.

If sexual need incompressible , Sarkozy could therefore speak bluntly to this matron. She knows what to say about .

Mr. Sarkozy did not call his office to talk about his hot , because he has not . His number Boxer is political, not sexual.

C- Mr. Balkany reason. Mr. Sarkozy was no heat . It was in operation .

7) - The exclusive tour
Mr. Sarkozy is not excited by the Prime Ministers . It is not stressed by the medal to a friend forever.

How did he have on its agenda a visit and one in his office , while the medal ceremonies are connected and that the visit is of no sense of urgency ?

This visit also had no reason to be because its purpose could very well be settled by mail.

Indeed, the purpose of the visit is totally eclipsed during this interview. Ms. MPP is subject to the entry of sexual harassment and is returned immediately after the reason for the urgency of the medal . Mr Sarkozy is then "pressed" . The grant is the ticket placed on the table .

This is the implementation of the logic of the triptych : Reception framed unique handling ( the receptioninste imposes its theme , the receipt is fully covered ) , eviction on the ground of emergency schedule.

This is a show with ordinary frames that gives Mr. Sarkozy . There is no stress or emergency. It has a mission between two medal ceremonies .



8) - The manipulation techniques

1 - Packaging
The person knows that he receives "Mr. President " exceptionally receives between two appointments a ceremony particularly important character . She was educated . In short , she knows she discomfort. So she knows will interfere as little as possible, otherwise his rudeness deserve exemplary punishment. This refusal will forever this grant she probably needs for his reelection or simply because she's honest and she has promised to constituents concerned.

As in all these interviews, received depends . She is about to say lip two sentences from its right to tranpirer , say thank you , get out , whatever the answer.

2 - Inequality actors
This member does not enter into an office, but the President for an interview last chance . She thinks see the status of Commander , hear the Oracle.

Mr Sarkozy has prepared for him a different staging. The scene that Mr. Sarkozy has built is precisely the theatrical stage, the physical location , space for the rape of Ms. MPP .

It will take against the foot , destabilize , to violate the throw . The classic of all rapists.

3 - The technique of agresssion
It features a male multiplying manly postures. This comedy of boxing in front of a mirror to put flesh and blood Sarkozy's scene imposing presence in a room reserved for three-piece suits ties . By this sudden oppressive dictatorship of the body, Mr. Sarkozy may require that sex and soon open its Pentaton , drop his pants , show his sex.
Showing off her musles under his jacket and his shirt , he can open his fly and released his cavernous muscle.

4 - The technique of emergency
This man will say " hurry" has plenty of time to convince a stranger, a respectable woman, probably a mother and wife ( members , men and women , all are) . He wants her to yield to his advances. It takes time . During this time , he speaks of his stiff cock , his balls full of his lustful desires.

This language , it requires a lady who came to get a grant. She has the choice between public defeat and personal shame . What to say to his constituents ? She did not want to suck the President ?

Kneel is a way to go unnoticed , to close the incident to hide his humiliation .

Swallowing sperm, she swallows a pill that gives him a grant and public dignity. She is the one who enters the President's office and emerged with a grant. It has lost its dignity and Parliament equality with the executive branch , so little.

5 - tchnique early withdrawal
As in all rape, or almost as soon as the cock, or finger , the rapist entered the port in question, the operation is complete . It can continue until ejaculation , fingers can be a hectic time in the anus or vagina , but it is incidental. The goal is reached . Enter , subject , break .

6 - The technique of confusion
Like all rapists, private or public, Mr Sarkozy said "pressed" . This means that the rapist is to have control of the moment of penetration and withdrawal.

It's the idiot , but violated expect the full cycle of the sexual act is consumed. This is the "proof" , a certainty in a world that rocks .

Sabotage the cycle is still tell the person raped :
- she has not decided anything, not even in thought . It is nothing .
b- it does nothing happened because the person raped itself can testify that it was short, shorter than in the act "for real" .
c- The rape did not take place. The raped person can not even say she was raped . It must recognize itself as it does not correspond to the sexual act as one can imagine.

Rapists are aware that their slaves can not claim to have satisfied . It would be another way to consider it as a partner and not an object. People raped had agreed to submit to it, they are removed to the rationale for inclusion . They are broken and destabilized .

The ultimate ideology of rape , its fulfillment is achieved when the rapist can say that it 's nothing personal . He was the devoted servant of the public good . He gave his body to control the bestiality of the bitch.


9 - Rape selected

Mr Sarkozy has it you wanted to be a woman?

A-This is almost never the case in these selected rape.
1 - These people, men or women, have what it takes "home " to satisfy their sexual instincts.
2 - These rapes all main character of never really finished or not claimed as rape.
3 - specifically sexual phase is even rejettée insofar as it puts the person raped in the posture of one , or one sexual partner.
4 - This is the main reason for the invocation of the urgency to do something else or systematic reporting of disappointment .

B- These rapes have declared reason: the game, the joke of hazing , the urgency to disgorge the leek , the search for the research object small b , the need not to lose face , etc. .

C- They have a reality publicly take possession of a person and beyond the group. They are marking procedures , training of livestock, the subjugation of the individual to the extent that it belongs to a population.

D- Women know these excavations thorough body by male bored but believe they must show these " bitches" that control beyond public conveniences. We need their bodies to say that they like it. This is their place, there 's late .

10) - The choice of the beast
Mr. Sarkozy has not taken a copy of a sample of a homogeneous population would have around him or he would have legal responsibility .

To do so , he would have tracked the deserving when he would have put a medal, or that , on this day , he would dangle it could have . Or more simply , a secretary acting intern. It was his interest.

There, he had no need, want , interest , running the trifle. It was a political work to do. He brought a completely foreign person express his Elysian and administrative world.

He engages in this grotesque dance boxer to bewitch its prey and lead to his fly . He would not need such a show of force against a subordinate , a groupie, a lower .

It shows his strength, he deploys the wheel peacock, he hypnotizes his prey, because she is his equal . He can do nothing against it . It owes much respect she has for him .

It is a power, the executive. It is another , the legislature. It should belittle these powers in a personal relationship of both sexes. By number of tap , it is to see that the chicken is a rooster. From there , he can go .

It sets its report to Parliament .

11) - The final blow

1 - The technique amazes
He did it come to this. She saw the world, their world at his feet . She saw the demonstration of the power of law enforcement . It has access to gilding and collectively. It dipose of hers personally. Then he crushes his muscles and his rage Student brawler .

2 - The technique of heating
There, he asks the man who offers his flesh in words and shirt. It is a criminal version of the insolence of these young people who show their butt to the bourgeois , passersby , or touching the fly on stage. The emotion of the audience is guaranteed.

The MPP is vulnerable as anyone who dare call indecency , slapping insult denounce the outrage. In his own way , he swears a great love making him dangling it serves France. We are in a day discount Medal , he invites her to join him among the soldiers at the front . Flesh , fire , blood, turning her head , she gave in and wallows in heroism.

3 - The technique of cooling
Once it is compromised. He said stop, puts his stuff, getting dressed . He rejects the bitch unwelcome its unhealthy soil man busy for the public good . It was Mr. Sarkozy has wasted his time .

12 ) - The return of the real

How long does the honorable member has it put you back to reality? To look around it ?

Because this lady has never ceased to be a Member of Parliament and Mr Sarkzoy to be the Head of State .


He got what he wanted : to get sucked by a parliamentary and to parliament after his tail.

This change of relationship between the two powers of the Republic, by the subordination of one to another, is staged in a strictly personal relationship ; Royal .

It is a symbolic operation , certainly. It is done by procedures condensation and transfer specific pychologiques operations. As when support for the agrarian revolution took the form of the Sheepfold Queen Marie- Antoinette .

The facts are there . A parliamentarian, a qualified representative of the Legislature is to assujetie qualified representative of the Executive Branch by the oldest method of symbolic subordination , sexual subjugation .

The reverse does not exist. The parliamentarians are sucking or by the Head of State or by the police around him.

13) - The division of people
The rape , the people as a nation does not need to know or to discuss .

By cons , Sarkozy has in no way made ​​it so that it remains secret. Quite the contrary .

Mr. Sarkozy is not particularly angry against the book of Mrs. William as a whole. It is simply and accurately against the pass this book on oral sex : " Sarkozy has not digested the scene from the book goes into his office. It Framed Devedjian " attests an elected UMP.

By writing this scene , Mrs. William puts the action to reach the general public. It may make a political debate. Fortunately for him, the journalists will verrouiler all debates and transform them into Gauloiseries or privileges connoisseurs. There are those who are " scented " and others are silent the first and second pretend .

This is why journalists pretend not attach importance to this event. They reduce to a Gallic farce, the certificate of the lack of manners of Mr. Sarkozy .

 Since frame mentioned in a book , we talk to the network executives who did not have knowledge may feel able to give their opinion.
But these networks that executives must give notice in the circumstances falls first to pledge allegiance to the public due to insignificance .

And so the media debate is the guarantee of Omerta .

It is difficult to argue that gauloiserie can answer all the questions asked after that feminists have proclaimed for 40 years that this technique debate is a component of the continued rape .

Networks executives who have to know the knew , including administrative . We have seen that the police have finally adopted the idea that parliamentarians are their subordinates , as well as French , consequently .

Chapter 3: The pluralism of sources of rape

This rape is not instinctual . It does not include a member by accident. He has his reasons . But what about the Omerta which guarantees its author not to be questioned by the court ? What is it ?

14) - The Omerta

1 - The talkative organization Omerta
a- Mr. prosecutor responds to the request that was sent by M.Salomone as requested formal hearing of the applicant. The hearing was scheduled to be wasted, and that the text presented at the hearing was not the original text of the application but additional text . The police hierarchy understood the message loud and deliberately sabotaged the hearing , making it impossible.

b- This is also a common method used to ensure the dominance of executives.
There is more network managers compromise more difficult it will be to overcome the obstacles to legal action for compensation .
Rape? It adds the false public documents , kidnapping, torture, outrages , mutual blows, etc. .
Rape will be treated after fifteen appendices trial in fifteen years. It will be prescribed.

Any judicial hierarchy works on this basis.

c- class barrier is paramount. She identifies with the construction of the state population as foreign to the civilian population and the common law.


It is not a matter for judges :
a- From seem to recognize the equal rights of Salomone and Mr Sarkozy .
b- To recognize the equal rights between Mr. Salomone , anyone of his class , and a millionaire trader, or between adminisitrés and adminsitratifs .

2 - The specificity of this Omerta
It appears, however, that this judicial Omerta , extending civil Omerta , the journalists, the same does not only come from social discrimination .

It is the study of the sociological reasons other than prejudice or administrative that chapter is devoted .

15) - Why this judicial Omerta ?

The reasons are threefold :
a- Interest
b- The lowering of Parliament
The contradictions of - law

16) - The reasons of interest

First there are two reasons that seem rational , ordinary . They are defined as the reasons for the interest.

a- powerful have an interest in silencing the poor
Salomone is . So very ordinary , judges may use torture to silence such unwelcome.
b- powerful in their interest to protect their fellows.
Mr. Sarkozy is . The production of false is commonplace in these cases.

We understand all these criteria reflections judges because they are the air we breathe. Either to suffer or to benefit or to implement .

This does not answer all the questions posed by the Omerta .

17) - The lowering of Parliament

Its consequences are organized in two ways.
1 - Lowering
The lowering of the Parliament is the reason for the alleged rape attributed to Mr Sarkozy , the Head of State at the time.

The European Union , the elimination of the sovereignty of the people, their consequences , cause a lowering of Parliament and even its marginalization . His work is done administratively.

Mr. Sarkozy is a co- signatory of the Treaty of 2012 by which parliaments are divested in favor of the administration of their first right , founder, is the final public tax control .

2 - Support for lowering.
Support for this reduction , changes in the functioning of the state and public administration it causes is the raison d'être of Omerta that covers the rape .

Now it seems to State officials that Parliament is a media room , a place of dialogue, romping , as envirronnemental Social and Economic Council , a forum for consultation , an organ of the state and even least one power.

Support cover , the rape of a Member of Parliament by a representative of the Executive Branch back to draw a line of demarcation invisible to the general public , which is launching the bone gauloiserie , but visible to the agents of the state.

A bit like the judges consistently leave the police violate a lawyer who made ​​a scene at a police station to trace within the legal profession a fine distinction between apples and oranges .

Similarly , accepting that one of them gauze a mentally ill prisoner , judges quietly legalized inferiority Law mentally handicapped. Do they know that they can serve meat of negotiations between state officials and thugs. Thus 30 % of prisoners are mentally ill. What constitutes a crime against humanity.

18) - The contradictions of law

The Defender of Rights Baudis , has already noticed on the ground of secularism , two competing rights .

Regarding the rape , we can say that three different legal guidance clash.
1 - The legality of the Civil Code
2 - The legality of parallel administrative law
3 - religious law, nowadays mainly that of the Sharia.

19 ) - The law of the Civil Code

French law requires that such public discussion of rape and closent continue in the office of a judge.

It requires that both the Civil Code governs the French law.

This is where the problem lies. Massively , the Civil Code is not the only source of law or legal practice.

20) - The parallel administrative law
The parallel right worn by the action of Mr Sarkozy , and those that prohibit the entry of members of Parliament , allows :
a- Avoid the use judge implicitly calling the member bitch and imposing public to laugh .
b- Draw the positive consequences of the submission of legislative power to the Executive Branch .
c- The administration of law becomes creative .

A-This is the right claimed by successful administration .

For a- top , the EU
80% of the texts voted by Parliament are only required transcripts of EU decisions which are only administrative regulations having the force of law , even constitutional.

For b- down, staff and administrative unions
More and more public order laws are the legislative transcripts union demands , corporate , administrative, subjugation administered :

- Act Outrage
- Act evasion ( imprisonment and death penalty administrative )
- Act rebellion
- Act relegation
etc. .
There are dozens of laws that do not arise from legislative concerns of the legislature, but the subordination of legislative power to an administrative fact.





B- This is the right claimed by lawyers

1 - Spanking
a- The legislature has consistently expressed its opposition to the criminalization of spanking and consistently distinguished between the abuse and the simple act of such violence .
b He has consistently held that the laws for the defense of the physical and moral integrity of children to parental violence did not allow the criminalization of spanking , it would take to do specific laws , he was opposed such laws .
c- In spite of this , a court has sentenced a father to a sentence with sursi for a spanking. This is all the more remarkable because it was not accompanied by any rift between father and son , or any disruptive sequelae in children.
d- can not be better to say that the law empowers the legislature and derives its legitimacy from other sources to create legality.

2 - Separation
It is clear that judges are administrative as separate from the rest of the population population. Judgments about killings administered by adminsitratifs as such are unequivocal .

21 ) - The most successful parallel law , sharia allows to charge the member for indecency and stoning for adultery more .

This right, like the parallel administrative law, is poised to acquire a right to equal dignity of the Civil Code.

1 - Work in the State
a- The decision of the Constitutional Council declaring the Concordat as a constitutional provision;
b- The Judgment of the Court of Cassation said that the provision of Sharia are binding on the employer. The Supreme Court has justified this decision by
ba - the primacy of religion over secularism and freedom of thought
bb- The implication of the incompatibility of secularism with religious freedom, and opposition from the bottom of the Republic in respect of religion.
c- The judgment of the Court to approve the marriage breakdown to lie on the virginity of the bride, the call having been first circumstantial political concession of judges;
d- The accession of religious legal practices to the dignity of legal legal practices .
This is the circumcision ritual slaughter by sticking , polygamy , divorce by repudiation , etc. .
Many legal facts which indicate that the Sharia is becoming an element of the claim of Terra Nova, association officials, including judges, namely the French administrative and legal pluralism .

2 - Work around the state
We are witnessing a game of back and forth between the media and justice, providing one another and creating a system start- up to go further in the institutionalization of a plurality of legalities .

Thus, following the judgment of the Court of Cassation , media is changing day to legalize the doctrine of blasphemy and religious concept of respect for religion.

3 - The subversion of civil law
a- For the transfer of religious law in civil law and civil law transcription by obtaining civil case law , religious law gradually manages to establish itself as an ordinary civil law.
b- It develops in the ideological movement of State cunning campaigns to criminalize both :
1 - The criticism of religious ideologies and its public implications
2 - The French population on the pretext of not acknowledge that part .

22) - Legal infiltration

1 - A new ideological fact occurred :
a- The principled argument communalism is the identification of the criticism of Islam and Muslim political racism.
b- This argument is now taken by Sciences Po graduates who are most executives of the French State , as an argument of public authority.
c- It is both a declaration of alliance with Muslims and Islam, and a claim to criminalize French through some of them from some university networks.
d- This is in addition to other proclamations will teneure from other academic castes.

2 - Thus, when an issue of C in air , 5 France , Tuesday, Oct. 15, 2013 , Mr. Roland Cayrol , a media authority , produced for granted the concept of " anti -Muslim racism."
This category is the outright takeover by an agent of the state is the Islamic vocabulary.



M. Cayrol is fully aware of the political significance of his public use of the communal category of "racism , anti-Muslim ." In knowingly , he introduced a new law, the Sharia , in practice the French Civil law.

It is this legal category that Muslim parties justify their draconian trial.

3 - Preparation
Thus, in January 2007, various Muslim militant organizations do a trial Charlie Hebdo and other organs of democratic presses for publishing the Danish cartoons of Mohammed.
This attack against press freedom , thought , expression, is also in the name :
a- The identification of the criticism of Islam and public actions of Muslim racism.

b- Through identification of Islam to Judaism , Jews of yesterday to today's Jews, and the age of the captain of the Zouave pants , these critics say are both related Nazism , its resurgence , and tell all become complicit in the Holocaust itself.

The candidate of the left in the presidential election , Segolene Royal, supports the Islamists. The right-wing candidate , Nicolas Sarkozy says he prefers the excesses of freedom without freedom . He will be elected .
On the one hand , the Tribunal agrees to judge , on the other hand, it performs under the clear right to the insolence of the satirical newspaper .

Gradually , freedom of expression and thought is going to be locked into a particular law comical satire.

2 - Installation
In June 2012, Tunisia Jabeur Mejri was sentenced to seven years in prison for the same charge. For publishing cartoons of Mohammed and the publication of satirical writings about Muhammad .

a-A twists , some will see a delay of Tunisia to Europe. They twist . This judgment in Tunisia is making the complaint in France . In 2007, it was too early . In 2012 , it is finally possible.

b- In 2007, he had to say loud and clear that freedom of expression takes precedence over specific ideas. Already , this freedom was reduced to a comic function. But he prevailed .
http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2007/02/11/proces-des-caricatures-le-making-of-4/

c- In 2012, the qualification of "racism , anti-Muslim " may be necessary in the discussion of training of law.

4 - Penetration
For now:
a- This qualification stands between freedom and incarceration caricature for blasphemy. But already by M. Cayrol , it is a legal and social fact.
b- It is a quality of a minority of the population expected to be relegated to one end of society. But it creates an obligation to comply with Islamic requirements for the rest of the population. Unless falling within the scope of the qualification.
c- This qualification is made ​​public resumption of qualification principled communitarianism : France is a racist country , the French are racist .
d- The French are racist , they are criminals. A qualified criminal in ordinary people 's existence is a slave of law or in the process of being population due to his fault.
5 - With the qualification Cayrol , Sharia is integrated in civil law as if nothing happened . The rest is a matter of artful construction of jurisprudence. Until taking legal power.

23) - The death toll
In early 2008 , Mr. Sarkozy is at the top of his power. For the rape , he saber champagne and squirting foam.

Now MPs are themselves longer sure of their right to enter Parliament.

The inability of judges to consider the presumption of rape is part of a common and obvious discrimination between citizens on social grounds.

But this does not explain everything.

Judges can not act parcequ'ils fit into the consequences of the disqualification of the legislative branch .

They install both supprématie the Legislature and the emergence of administrative powers did. These administrative powers are both corporatism secular government that administrative policies nuns.

It is the combination of these three currents , social hatred, rejection of Parliament , the emergence of legal pluralism , which makes it impossible to study the alleged rape told by Mrs. William.

This is a pretext inadmissible because it is precisely to publicly certify that humans are inferior to others, that parliamentarians are subordinated to state officials , the parallel equivalent rights Civil rights thereto , that the rape took place , that is if the reported facts existed .

Therefore, it is necessary to open a preliminary investigation of the facts reported by Mrs. William.

Whether for :
Remove a- Conne , as suggested journalists and secular frameworks
b- Stoning adultery as practical networks religious dictatorship.

It should anyway know the facts before judging .

Please accept, Mr. procurreur of the Republic, the assurance of my highest consideration ,


Marc Salomone

faits, droit, Sarkozy, député, parlement, viol, Elysée,

faits, droit, Sarkozy, député, parlement, viol, Elysée, 



d.50@gmx.fr


Paris, le vendredi 18 octobre 2013


Monsieur le procureur de la République


Objet : les faits et le droit.


Copie à :

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Premier Ministre

Madame la Garde des Sceaux
Monsieur le Ministre de l'intérieur

Monsieur le Président de la Cour d'appel de Paris
Monsieur le Procureur général à Paris

Monsieur le Procureur de la République à Lille
Madame la procureuse de la République à Bordeaux

Madame ZIMMERMANN, Juge d'instruction ; Doyenne.
Madame KHERIS, Juge d'instruction
Madame PALLUEL, Juge d'instruction

Monsieur FILLON, Député, Premier Ministre honoraire
Monsieur GALUT, Député
Monsieur MESLOT, Député





Monsieur le procureur de la République,

Je constate et je rapporte ici des faits qui me concernent au titre de citoyen et de contribuable quant au fonctionnement du service public de la justice. Ils viennent conforter la demande d'ouverture d'enquête préliminaire déposée le 19 juillet 1202 et dont on attend manifestement la prescription.

Chapître 1- La tectonique du viol

1)- Le pacte de corruption

M. le juge Gentil a rendu une ordonnance de non-lieu pour M. Sarkozy, et lui seul. Tant mieux pour M. Sarkozy.

A- Informations du 18 septembre 2013
Par le texte du 30 septembre 2013, j'ai eu à étudier fortuitement les liens publics tissés hors de la procédure entre M. Sarkozy et le juge Gentil.

Le texte de référence étant Le Canard Enchaîné du mercredi 18 septembre 2013, P. 3 « Sarko et son juge signent l'armistice ». D.S. Article servant de référence à plusieurs journaux. L'article se termine par : « Je te tiens, tu me tiens... »

M. le juge Gentil a pris soin de faire courir dans les couloirs du palais de justice des rumeurs sur la venue d'un non-lieu pour M. Sarkozy, et lui seul.

Consécutivement à ces rumeurs l'avocat de M. Sarkozy était absent à l'audience de récusation du juge Gentil. Les autres parties en ont été fort marries et l'ont fait savoir.

En même temps, le journal nous annonce qu'il y a un lien organique entre les rumeurs lancées par le juge Gentil, l'absence de l'avocat de M. Sarkozy à la Récusation, la « belle promotion » attendue sous peu par M. le juge Gentil.

La rumeur conduit à cette absence laquelle ôte la « tache » « sur le CV » du juge que serait la demande de récusation, et uniquement celle déposée par M. Sarkozy, ce détachage facilite la venue de la Belle promotion. A l'arrivée le non-lieu est bien là.

Pour les quidams, c'est un pacte de corruption.

B- Informations du 9 octobre 2013
Le Canard Enchaîné du mercredi 9 octobre 2013, P. 1, par un article non signé intitulé : « Bettencourt, un grand cru bordelais ». Le journal reprend ses affirmations du mois de septembre.
Il confirme :
a- Les juges de Bordeaux n'avait pas de preuves pour l'abus de faiblesse.
b- Le juge Gentil a rendu sa décision aussi en fonction d'un calcul de carrière.
c- La possibilité d'un échange entre la belle promotion et le non-lieu est « un bon deal ».
d- Le renvoi de M. Woerth, ancien Ministre, est là pour sauver les apparences car les faits sont prescrits ou ne concernent pas le prévenu.

Personne n'est en mesure de demander compte à qui de droit de cet usage féodal, privé, du service public judiciaire.

C- Les informations du 16 octobre 2013
cf. : Le Canard Enchaîné du 16,10,13, P. 4, sous le titre : « Lagarde et le FMI minés par une affaire pas très nikel »
1- Les faits
Le juge américain de l'Etat de Washington, Emmet Sullivan, accuse le FMI de complicité d'escroquerie dans une affaire minière au Cameroun.
Ce faisant, il a levée l'immunité dont jouit le FMI pour toutes ses activités, comme la plupart des institutions internationales.
Il donne ainsi suite à la plainte d'un de ses cadres, Eugène Nyambal, concernant cette opération. Le FMI l'avait renvoyé à la suite de sa plainte.
2- L'analyse
Après presque toutes les cours de justice du monde qui ont été confrontées à la criminalité des cadres ou réseaux de cadres couverts par l'immunité, le juge Sullivan constate qu'il n'est plus possible de maîtriser l'évolution de nos sociétés sans réévaluer l'usage judiciaire de l'immunité.
Cqfd.

2)- Les affaires judiciaires de M. Sarkozy

Les médias nous disent qu'il resterait plusieurs affaires judiciaires visant M. Sarkozy. Mais celui-ci y serait peu ou indirectement impliqué. Il pourrait donc s'intéresser aux choses de la vie et à la politique en toute sérénité.
Parmi les affaires citées, je ne vois nul part citer la demande d'ouverture d'une enquête préliminaire concernant le viol présumé d'une députée présente à l'Elysée es qualité.

Les faits ont été rendus publics par le livre de Mme Guillaume, une personne digne de foi ; « Le Monarque, son fils, son fief ».  »

Le livre est , paru le 14 juin 2012. Il a été vendu à 100 000 exemplaires en quelques jours. Tous les réseaux de cadres français l'ont lu ; dont les magistrats.

Les pages de ce livre ont été reprises par les médias, y compris par ceux dont la valeur des informations publiées est garantie par des décennies de procès gagnés.

Ces faits sont le viol, la prostitution par contrainte, le proxénétisme hôtelier, le viol d'une députée dans l'exercice de ses fonctions, le détournement de fonds publics, l'abus de pouvoir, l'agression du Pouvoir exécutif contre le Pouvoir législatif.

M. Sarkzoy n'a jamais démenti ces faits. Il en a les moyens, l'autorité morale. Il aurait le soutien de la justice contre ce qui serait des calomnies visant l'exercice du mandat présidentiel.

La surcharge de probabilité de l'exactitude des faits rapportés à conduit M. Salomone au dépôt d'une demande d'ouverture d'une enquête préliminaire, le 19 juillet 2012.

Le parquet a reconnu avoir reçu la demande en ordonnant une audition policière du demandeur.

Au commissariat, un agent de la circulation fut chargé de placer M. Salomone sous la pression du mépris pour lui faire établir et signer un texte qui ne serait pas de lui. L'audition fut donc annulée. Avec un grand sourire du contractuel sûr d'avoir bien servi son chef.

Depuis qu'un capitaine de police a dit, en France, devant sa hiérarchie et les syndicalistes : « Vous êtes à votre place, M. Salomone, en bas ! », le justiciable étant à genoux, la tête tenue face contre le sol, je sais que pour les fonctionnaires français, magistrats compris, je suis une merde.

A ceci près que ça ne répond pas à la question posée.

3)- Le jeu du martyr

En commentaire de l'affaire Bettencourt, M. Sarkozy dit : « Aux responsables politiques qui durant ces longs mois ont utilisé cette « affaire » et participé à cultiver le soupçon, je veux rappeler combien la présomption d’innocence est un principe fondamental. »

Dans l'affaire du viol de l'Elysée, M. Sarkozy n'est pas abusivement signalé à la justice.
Il est Chef de l'Etat au moment des faits rapportés.
Il compte revenir à la direction de l'Etat.

Il a confié à un journal, le petit-bornand : « La petite actualité politique, je ne veux plus m'en occuper. La France, c'est autre chose. »
Qui peut imaginer qu'on puisse s'occuper de la France et ne pas répondre du viol présumé d'une élue de la nation par soi-même dans le lieu de certification publique de son propre Pouvoir ?
Personne ne peut dire qu'en répondant devant un juge à ces questions, M. Sarkozy se présenterait devant la justice en position d'infériorité. Il est notable et populaire.

Il est Chef d'Etat au moment des faits et la scène se passe en pleine cérémonie de remise des médailles. Il peut sans peine prouver qu'il n'a pas tenu les propos rapportés, ni engagé d'argent public, ni demandé de fellation, ni exercé un chantage, ni entraîné une personne à l'écart, etc.

Mme Guillaume ne veut pas agresser M. Sarkozy. Elle ne disqualifie pas moralement ces pratiques. Elle estime qu'elles sont des épreuves à surmonter, des bizutages. Dès lors, c'est à la personne violée d'en rire pour se montrer digne de la confiance du groupe. Comme ennemie, les violeurs en institutions ont vu pire.

4)- Les faits et le droit

a- Les faits disent :
M. Sarkozy aurait placé une députée venue solliciter une subvention dans le cas de lui faire une fellation en raison de ses désirs irrépressibles et de la bonne disposition qui serait alors la sienne pour l'octroi de la subvention.

b- Le droit dit :
C'est aux magistrats, et à eux seuls, de nous dire s'il y a lieu d'en rire ou s'il y a viol, viol d'une députée dans l'exercice de ses fonctions, contrainte de prostitution, proxénétisme, proxénétisme hôtelier, détournement de fonds publics, abus de pouvoir, agression du Pouvoir exécutif contre le Pouvoir législatif.

La décision de l'obligation d'en rire devrait elle aussi être argumentée. Elle est très précisément et par excellence l'argument des violeurs.

5)- La disqualification du Parlement
Ce viol présumé vient dans un processus de disqualification publique des parlementaires.

A- Les magistrats et les cadres capitalistes
Les magistrats se sont montrés prêts à mettre en examen M. Sarkozy au motif qu'il aurait soutiré quelques sous à une millionnaire pour mener sa campagne éléctorale. S'ils estimaient qu'il y avait présomption de fraude on le comprend.


Cependant, personne ne va vérifier si les militants qui collectent pour les campagnes électorales profitent ou non d'un moment de faiblesse des donatrices.
C'est bien la personnalité de Mme Bettencourt qui est en question. C'est parcequ'elle est millionnaire que M. Sarkozy vient la voir.

C'est en raison de sa qualité de capitaliste que les magistrats lui accordent tant d'importance. Les vieilles personnes spoliées par leurs tuteurs n'ont pas droit aux mêmes égards. La justice attend la prescription pour reconnaître la faute du Tuteur.

L'affaire Bettencourt vient d'un conflit de la fille avec la mère pour la gestion du patrimoine de cette dernière. La plainte initiale ne vise qu'une seule personne. C'est un artiste sans lien avec l'Etat.

Pourtant, à cet occasion, la justice procède à une véritable rafle judiciaire. M. Sarkozy, Chef d'Etat au début de l'affaire, et M. Woerth, Ministre au début de l'affaire, ne sont que des dégâts collatéraux de cette dispute familiale.

Celle-ci va conduire au renvoi au Tribunal d'un ancien Ministre, d'une magistrate saisie initialement de l'affaire, déstabiliser tout un tribunal, déplacer un procureur de la République et conduire au dépaysement de l'affaire.

La famille Bettencourt, parce que capitaliste, est de fait un lieu de Pouvoir.

B- Les magistrats et les députés

On peut comparer avec le souci des magistrats pour l'intégrité physique et morale d'une députée.

Cette femme qui a rendez-vous avec M. Sarkozy dans son bureau et qui entre pour lui demander une subvention est une députée. C'est à ce titre qu'elle est là et que M. Sarkozy, Chef d'Etat, la reçoit dans son bureau de travail et s'adresse à elle.

Pour faire ses besoins sexuels, M. Sarkzoy a deux femmes à disposition auxquelles il peut parler de son intimité. L'une parcequ'elle est une amie de toujours. L'autre parcequ'elle va devenir sa femme.

Elles sont des femmes et des intimes à ce moment là pour M. Sarkozy.

« Isabelle Balkany a reçu sa rosette des mains de son ami président, le 27 mai 2008. Devant le ban et l’arrière-ban de la sarkozie, de Charles Pasqua à Pal Sarkozy, son père, le chef de l’Etat a déclamé une « déclaration d’amour à Isabelle». »
A rebours de ces deux femmes qui partagent à des titres divers l'intimité de M. Sarkozy, Mme la députée est présente à ce titre dans le lieux d'exercice du Pouvoir exécutif. Elle y est pour l'exercice de sa fonction. Elle travaille.

Quand on se fait sucer par une personne qui est contrainte alors qu'on fait une « déclaration d'amour » à une tierce personne présente, c'est vraiment qu'on prend la personne de corvée pour une conne.

Pour les magistrats, il irait donc de soi que le Chef du Pouvoir exécutif place une représentante du Pouvoir législatif en état de subordination et de dépendance en exigeant d'elle qu'elle se baisse à hauteur de sa braguette pour qu'il lui enfourne son vis dans la gorge.

Le tuyau que M. Sarkozy impose dans la bouche de la députée pour les relier tous deux est une laisse au moyen de laquelle il asservit le parlement à l'exécutif. Et les magistrats n'y trouveraient rien à redire ?

A l'occasion de Mme la Députée, il n'est plus question d'interroger l'ancien Chef d'Etat. Pour si peu.

Souvenons nous que pour une dispute domestique de deux capitalistes, deux tribunaux ont failli exploser, un Ministre et une juge sont renvoyés au Tribunal.

C- Les policiers et les députés

La disqualification des élus induite par cette séance officielle de mise en prostitution d'une députée présente es qualité a été entendue par les administrations de l'Etat dont M. Sarkozy est alors le Chef.

En 2013, par deux fois, les députés se sont heurtés aux policiers pour exercer leurs prérogatives de législateurs.
a- Le 28 janvier 2013, quatre députés Socialistes sont momentanément empêchés de se rendre auprès de manifestants opposants au mariage pour tous qui campaient devant l'Assemblée nationale. Y compris en présentant leur carte.
b- Le 16 avril 2013, quatre députés UMP sont momentanément empêchés d'entrer dans l'Assemblée nationale. Y compris en présentant leur carte.

La police ne s'oppose pas complètement à leur circulation mais marque sa supprématie, celle du Pouvoir exécutif sur le Pouvoir législatif.

M. Sarkozy n'a pas fait autre chose le 27 mai 2008. Les policiers font dans le verbal et M. Sarkozy dans le manuel. Le Chef de l'Etat défini le statut, les fonctionnaires l'appliquent.
Certes, cette séance élyséenne n'est qu'un épisode d'un processus mais il est construit avec l'éclat spectaculaire de l'autorité du Chef de l'Etat.

D- Le Pouvoir
Ceci va de pair avec une disqualification européenne des parlements :
1- La loi découlant désormais de la Commission européenne, autrement dit de l'administration, soit le Pouvoir exécutif.
2- M. Sarkozy a lui-même organisé le dessaisissement du Parlement de sa prérogative historique de contrôle final du budget de la nation.
3- C'est en définitive l'administration qui contrôle le budget qu'elle élabore.

La légèreté avec laquelle la magistrature considère les atteintes aux personnes des élus de la nation par les membres dirigeants ou subalternes du Pouvoir exécutif prend en compte une sorte de transfert du Pouvoir législatif hors des murs du Parlement et de la personne des parlementaires.

Une capitaliste importante est plus importante pour l'Etat qu'une députée. Celle-ci n'est d'ailleurs plus tout à fait considérée comme faisant partie de l'Etat.

Chapître 2- La physiologie du viol

1)- Les conditions de la réflexion

Je parle positivement de ce viol, sous réserve de sa confirmation, en raison de la fiabilité des témoignages et de l'honorabilité des personnes qui les rapportent ou les colpotent ; en raison aussi de l'incapacité de M. Sarkozy à y apporter le moindre démenti.

Ce chapître est consacré à l'analyse des mécanismes intimes de ce viol présumé.

2)- La préméditation
M. Sarkozy n'a aucun besoin sexuel irrépressible. Il n'est pas un malade mental sans quoi il aurait commis d'autres actes irrépressibles. Il viol une députée en toute connaissance de cause ; parcequ'il en a décidé ainsi. Il l'a jugé utile politiquement. C'est sa politique et non son seul désir.
Ce n'est pas le désir qui subvertit la politique l'espace d'un instant. C'est la politique qui s'investit dans le désir.

La députée entre dans le bureau au moment où M. Sarkozy termine un combat de boxe imaginaire avec lui-même.



Ce combat n'est pas une préparation à la remise de médaille, une mise en condition physique pour affronter seul à la foule des récipiendaires. Un temps de défoulement pour palier au stress de la vie publique.

La réception de Mme la députée n'est pas un interlude, un instant volé à l'emploi du temps surchargé d'une séquence consacrée à la remise de médailles. La Députée n'est pas reçu entre deux portes. Elle a été convoquée à des fins précises.

3)- La technique de l'entrevue
M. Sarkozy utilise le procédé courant des cadres qui consiste à manipuler le temps pour contrôler la personne de l'interlocuteur. La logique du procédé consiste à créer un état d'urgence.
a- A l'accueil, il est signalé que M. Untel, le ceci-celà, n'a que peu de temps mais qu'il tient absolument à vous recevoir. Il devient inconvenable de prendre son temps, de réfléchir, de contredire. M. Untel soupire, regarde sa montre, s'agace. Puis, un coup de fil, une secrétaire qui entre, et le tourbilon des rendez vous met fin à la discussion au moment où M. untel a donné son ordre et où l'interlocuteur n'a pas pu développer son point de vue. Tout est dit.

b- L'entrevue a eu lieu. L'interlocuteur sort. Par exemple, en 1906, sitôt son interlocuteur sorti, le Ministre de l'intérieur Clémenceau téléphone à la presse que le leader syndical paysan a accepté 10 Francs. Celui-ci est désormais un vendu. Le mouvement de contestation est moralement brisé. Le reste, les gendarmes s'en occupent.

C'est à cette pratique courante que M. Sarkozy a recours.

4)- Les chaleurs de M. Sarkozy
Ce 30 janvier 2008, M. Sarkozy n'a nul besoin de s'échauffer. S'il est chaud, il a deux femmes à disposition pour confier ses soucis sexuels. Dont une qu'il va épouser dans trois jours.

Il est difficile d'imaginer qu'un homme qui ne pourrait s'empêcher de chercher une bouche avant chaque meeting ou entrée en scène épouse une femme sans lui parler de cette obsession personnelle et cette obligation de solidarité intime. S'il est une activité que les époux doivent partager c'est bien la condition sexuelle de l'activité de chacun.

Nous ne sommes en effet pas là dans les visites nocturnes ou hors représentation du cadre dirigeant concerné. Nous sommes dans l'incapacité du susdit à s'arranger lui-même, seul ou par sa compagnie privée, de ses pulsions sexuelles dans l'ordinaire de son activité.

Si la chose est répétitive et d'ordre médicale, au point qu'une épouse ne puisse la satisfaire, alors, au bout de neuf mois d'activité, des dispositions ont forcément été prises. Soit il a une préposée à la fellation, soit ces crises sexuelles ne sont pas si irrépressible que l'intéressé le dit.

Il serait pour le moins étonnant que cet homme politique chevronné ne puisse pas faire face à une séance de remise de médaille sans solliciter une bouche amie alors qu'il passera par 22h d'interrogatoires et de confrontations judiciaires dans l'affaire Bettencourt sans qu'il soit fait état d'une seule escapade sexuelle.

5)- Le plaisir des médailles
Cette remise de médaille est loin d'être une corvée pour M. Sarkozy. Comme cela semble être le cas assez souvent pour ces prestations. M. Sarkozy remercie ses amis, ceux-ci, étrangers ou français, sont des politiques et servent sa politiques. Sur 56 invités au Fouquet's 16 seront médaillés dans les deux ans qui suivent. Soit 28%.

Pour cette séance, il verra le visage d'une amie de toujours qu'il va décorer et à laquelle il va publiquement faire une « déclaration d’amour à Isabelle », sans note.

Pour M. Sarkozy, les remises de médailles sont des jours de fêtes.

Cet homme est assez maître de soi pour avoir toujours laissé à d'autres le soin de se compromettre à sa place. Dans l'affaire Bettencourt, la compromission de M. Woerth à sa place en témoigne.

Il se prépare à un rendez-vous entre amis pour célébrer l'arrivée au pouvoir de l'un d'entre-eux. Son père est dans la salle. Il va se marier dans trois jours.

Admettons qu'il soit coutumier d'une excitation sexuelle avant de monter sur l'estrade. Pouquoi n'a t'il pas fait venir pour ce 5 à 7 d'un instant une de ses connaissances supplétives ? Il en a forcément une s'il est adicte à la jouissance-minute autre que la masturbation.

Pourquoi dans ce cas reçoit-il une femme qui du point de vue du service qu'on attendrait d'elle est forcément un mauvais parti ?

Une militante politique provinciale députée de 58 ans. Surement bonne pour son mari qui la connaît depuis l'enfance. Mais pour s'envoyer en l'air au déboté dans un lieu que cette femme doit surement respecter, c'est plutôt le choix d'un homme qui s'attend à être déçu.

Le vite-fait bien-fait à la demande de n'importe qui, c'est un métier. Ce n'est pas celui de Mme la Députée. Laquelle est là, rappelons le pour travailler.
Donc, il est invraissemblabe que M. Sarkozy ait été excité sexuellement et qu'il ait demandé à une gourde provinciale de calmer ses ardeurs.

6)- La garantie de M. Balkany

A- M. Balkany

C'est d'ailleurs la remarque que fait Patrick Balkany, député UMP, intime de M.Sarkosy, mari d'Isabelle Balkany, Maire de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Dans le livre de Mme Guillaume, les époux Balkany sont présenté sous le pseudonyme de « Thénardier ».

Lors de l'emission de Canal+ Le grand journal, le 25,06,12, il dit :
« Quand on met le président de la République dans des situations invraisemblables ; Je veux bien que ce soit une fable, mais quand on dit qu’il reçoit une députée et qu’il se fait faire une gâterie avant d’aller remettre la légion d’honneur à Isabelle Balkany (silence). Vous savez qui il recevait avant de remettre la légion à Isabelle ? Le premier ministre Autrichien. » 

M. Balkany ne qualifie pas ce livre de torchon immonde, de mensonge et autres. Il lui attribue la qualité d'être une « fable ».
Mme Guillaume aurait simplement un peu forcé sur la bouteille ou le joint lors de la mise en scène des personnages de la dite fable.

Et il nous dit que M. Sarkozy vient dans ce bureau entre la réception du Premier Ministre autrichien et Isabelle Balkany.

M. Balkany garantit donc qu'il est impossible que M. Sarkozy ait été si peu que ce soit excité puisque l'entrevue aurait eu lieu entre la remise de décoration à M. le Premier Ministre autrichien et Mme Balkany.

En effet, rien ne signale l'intérêt de M. Sarkozy pour les Premier ministres autrichiens ou autres. Au contraire des administratifs ordinaires qui sont massivement versés dans la pénétration anale et qui ont trouvé dans le viol présumé de l'Elysée une validation quasi constitutionnelle de leur revendication syndicale.

B- Mme Balkany

Mme Balkany serait elle la cause de sa mise dans de tels états ?

Aucun témoignage ne vient corroborer une telle hypothèse. Mme et M. Balkany forment ce que Le Monde appelle un « couple solide ». Le mari tromperait sa femme assidument, mais l'inverse n'est attesté nul part.
Mme Balkany a été une très bonne copine de Mme Cécilia Sarkozy. Cette dernière s'est publiquement déclarée d'une jalousie exacerbée. Pas plus que Mme Balkany, elle n'aurait partagé son homme. Avec Mme Carla Bruni-Sarkozy, la distance a été culturelle et non psychologique.

Par ailleurs, Mme Balkany connaît la fellation ; aussi bien la pratique que les mots. Ainsi, lors d'une affaire intime dans laquelle son mari est impliqué, elle se précipite à la police judiciaire pour déclarer : "Mon mari n'a jamais eu besoin d'un revolver pour se faire tailler une pipe", selon Libération.

En cas de besoin sexuel incompressible, M. Sarkozy pouvait donc parler sans détour à cette matrone. Elle sait ce que parler veut dire.

M. Sarkozy ne la convoque pas à son bureau pour lui parler de ses chaleurs, parcequ'il n'en a pas. Son numéro de boxeur est politique et non sexuel.

C- M. Balkany a raison. M. Sarkozy n'était nullement en chaleur. Il était en opération.

7)- La visite exclusive
M. Sarkozy n'est pas excité par les Premiers Ministres. Il n'est pas stressé par la remise des médailles à une amie de toujours.

Comment se fait il qu'il ait à son agenda une visite et une seule dans son bureau, alors que les remises de médailles s'enchaînent et que cette visite ne revêt aucun caractère d'urgence ?

Cette visite n'avait d'ailleurs aucune raison d'être puisque son objet pouvait très bien être réglé par courrier.

En effet, l'objet de la visite est totalement éclipsé au cours de cette entrevue. Mme la Députée est soumise à l'entrée au harcèlement sexuel et elle est renvoyée aussitôt après au motif de l'urgence de la rémise des médailles. M. Sarkozy est alors « pressé ». La subvention est le billet posé sur le guéridon.

C'est la mise en place de la logique du triptyque : Réception encadrée, manipulation univoque (le receptioninste impose son thème, le reçu y est entièrement soumis), éviction au motif de l'urgence de l'emploi du temps.

C'est un spectacle, ordinaire chez les cadres, que donne M. Sarkozy. Il n'y a ni stress ni urgence. Il a une mission à remplir entre deux remises de médailles.



8)- Les techniques de manipulation

1- Le conditionnement
La personne qu'il reçoit sait que « Monsieur le Président » la reçoit exceptionnellement entre deux rendez-vous d'une cérémonie d'un caractère particulièrement important. Elle en a été instruite. Bref, elle sait qu'elle gêne. Elle sait donc devoir gêner le moins possible ; sinon sa grossièreté méritera une sanction éxemplaire. Ce sera le refus à tout jamais de cette subvention dont elle a probablement besoin pour sa réelection ou simplement parcequ'elle est honnête et qu'elle l'a promise aux administrés concernés.

Comme lors de toutes ces entrevues, la reçue est conditionnée. Elle s'apprête à dire du bout des lèvres les deux phrases auxquelles elle à droit, à tranpirer, dire merci, sortir ; quelque soit la réponse.

2- L'inégalité des acteurs
Cette députée n'entre pas dans un bureau, mais dans celui du Président pour une entrevue de la dernière chance. Elle pense voir la statut du Commandeur, entendre l'Oracle.

M. Sarkozy lui a préparé une toute autre mise en scène. La scène que M. Sarkozy a construite est précisément la scène théatrale, le lieu physique, l'espace du viol de Mme la Députée.

Il va la prendre à contre-pied, la déstabiliser, la violer, la jeter. Le grand classique de tous les violeurs.

3- La technique de l'agresssion
Il met en scène un mâle multipliant les postures viriles. Cette comédie du combat de boxe devant un miroir doit mettre en scène le corps de chair et de sang de M. Sarkozy ; en imposer la présence dans une salle réservée aux costumes trois pièces cravates. Par cette soudaine dictature oppressante du corps, M. Sarkozy peut imposer celle du sexe et bientôt ouvrir son pentaton, baisser son slip, exhiber son sexe.
En exhibant ses musles sous sa veste ou sa chemise, il peut ouvrir sa braguette et sortir son muscle caverneux.

4- La technique de l'urgence
Cet homme qui se dira « pressé » a tout le temps nécessaire pour convaincre une inconnue, une femme respectable, probablement mère de famille et épouse (les députés, hommes ou femmes, le sont tous). Il veut qu'elle cède à ses avances. Ça prend du temps. Pendant tout ce temps, il parle de sa queue raide, de ses couilles pleine, de ses envies lubriques.

Ce langage, il l'impose à une dame qui est venue chercher une subvention. Elle a le choix entre la défaite publique et la honte personnelle. Que dire à ses administrés ? Qu'elle n'a pas voulu sucer le Président ?

Se mettre à genoux est un moyen de passer inaperçue, de clore l'incident, de camoufler son abaissement.

En avalant le sperme, elle avale une pillule qui lui donne une subvention et une dignité publique. Elle est celle qui entre dans le bureau du Président et en ressort avec une subvention. Elle n'a perdu que sa dignité et le Parlement son égalité avec le Pouvoir exécutif ; si peu.

5- La tchnique du retrait précoce
Comme dans tous les viols, ou presque, dès que la bite, ou le doigt, du violeur est entrée dans l'orifice visée, l'opération est terminée. Elle peut continuer jusqu'à l'éjaculation, les doigts peuvent être agités un moment dans l'anus ou le vagin, mais c'est accessoire. Le but est atteint. Pénétrer, assujéttir, briser.

6- La technique du désarroi
Comme tous les violeurs, privés ou publics, M. Sarkozy se déclare « pressé ». Ce que veut le violeur, c'est avoir la maîtrise du moment de la pénétration et du retrait.

Ça à l'air idiot, mais les violés attendent que le cycle complet de l'acte sexuel soit consommé. C'est la « preuve », une certitude dans un univers qui bascule.

Saboter le cycle, c'est encore dire à la personne violée :
a- Qu'elle ne décide de rien, même pas en pensée. Elle n'est rien.
b- Qu'il ne s'est rien passé, puisque la personne violée peut elle-même témoigner que ça été bref, plus bref que dans l'acte « en vrai ».
c- Le viol n'a pas eu lieu. La personne violée ne peut même pas dire qu'elle a été violée. Elle doit reconnaître elle-même que ça ne correspondait pas à l'acte sexuel tel qu'on peut le concevoir.

Les violeurs sont attentifs à ce que leurs esclaves ne puissent pas prétendre les avoir contentés. Ce serait encore un moyen de se considérer comme une partenaire et non un objet. Les personnes violées avaient accepté de s'y soumettre, on leur retire jusqu'à la justification de cette soumission. Elles sont brisées et déstabilisées.

Le summum de l'idéologie du viol, son accomplissement, est atteint lorsque le violeur peut dire que cela n'a rien de personnel. Il est alors le dévoué serviteur de la chose publique. Il a donné son corps pour maîtriser la bestialité de la salope.


9- Les viols choisis

M. Sarkozy a t'il voulu se faire une femme ?

A- Ce n'est presque jamais le cas dans ces viols choisis.
1- Ces gens, hommes ou femmes, ont ce qu'il faut « à la maison » pour satisfaire leurs instincts sexuels.
2- Ces viols ont tous pour principal caractère de n'être jamais vraiment ni terminés ni revendiqués comme viols.
3- La phase spécifiquement sexuelle est même rejettée dans la mesure où elle place la personne violée dans la posture d'une, ou d'un, partenaire sexuel.
4- C'est la principale raison de l'invocation de l'urgence de faire autre chose ou de la déclaration systématique de déception.

B- Ces viols ont des motif déclarés : le jeu, la blague de bizutage, l'urgence de se dégorger le poireau, la fouille pour la recherche de l'objet petit b, la nécessité de ne pas perdre la face, etc.

C- Ils ont une réalité : prendre possession publiquement d'une personne et au-delà d'un groupe. Ce sont des procédures de marquages, de formation d'un bétail, d'assujetissement d'un individu pour autant qu'il appartienne à une population.

D- Les femmes connaissent bien ces fouilles à corps minutieuses par des mâles ennuyés mais convaincus qu'ils doivent montrer à ces « salopes » qui commandent au delà des convenances publiques. Il faut que leurs corps disent pour elles qu'elles aiment ça. C'est leur place, là, au bout du bout.

10)- Le choix du bestiau
M. Sarkozy n'a pas prélevé un exemplaire d'un échantillon d'une population homogène qu'il aurait autour de lui ou dont il aurait la charge légale.

Pour agir ainsi, il aurait traqué la méritante à laquelle il aurait remis une médaille, ou à laquelle, en ce jour, il ferait miroiter qu'elle pourrait en avoir une. Ou plus simplement, une secrétaire stagiaire intérimaire. Ça a son intérêt.

Là, il n'avait aucun besoin, envie, intérêt, à courir la bagatelle. Il avait un travail politique à faire. Il fait venir exprès une personne complètement étrangère à son monde élyséen et administratif.

Il se livre à cette grotesque danse du boxeur pour ensorceler sa proie et la conduire à sa braguette. Il n'aurait pas besoin d'une telle démonstration de force à l'égard d'une subordonnée, d'une groupie, d'une inférieure.

Il montre sa force, il déploie la roue du paon, il hypnotise sa proie, parce qu'elle est son égale. Il ne peut rien contre elle. Il lui doit autant de respect qu'elle lui en doit.

Il est un Pouvoir, l'exécutif. Elle en est un autre, le législatif. Il doit rabaisser ces Pouvoirs au niveau d'un rapport personnel des deux sexes. Par son numéro de claquette, il fait voir à la poule qu'il est un coq. A partir de là, il peut la monter.

Il règle son compte au Parlement.

11)- L'estocade

1- La technique de l'épate
Il l'a faite venir pour ça. Elle a vu le monde, leur monde, à ses pieds. Elle a vu la démonstration de force publique de son Pouvoir. Elle n'a accès à des dorures que collectivement. Il dipose des siennes personnellement. Puis, il l'écrase de sa musculature et de sa rage de bagarreur étudiant.

2- La technique de l'échauffement
Là, il pose à l'homme qui offre sa chair en mots et en chemise. C'est une version criminelle de l'insolence de ces jeunes gens qui montrent leurs fesses aux bourgeois, aux passants, ou qui se touchent la braguette sur scène. L'émotion du public est garantie.

La Députée devient vulnérable comme toutes les personnes qui n'osent qualifier l'indécence, gifler l'insulte, dénoncer l'outrage. A sa manière, il lui jure un grand amour en lui faisant miroiter qu'elle sert la France. Nous sommes dans une journée de remise de Médaille, il l'invite à le rejoindre parmi les soldats du front. La chair, le feu, le sang, lui tournent la tête, elle cède et se vautre dans l'héroïsme.

3- La technique du refroidissement
Une fois qu'elle s'est compromise. Il lui dit stop, range ses trucs, se rhabille. Il rejette la salope qui importune de ses souillures malsaines l'homme affairé au bien public. C'est M. Sarkozy qui a perdu son temps.

12)- Le retour du réel

Combien de temps Mme la députée a t'elle mise pour revenir à la réalité ? Pour regarder autour d'elle ?

Car cette dame n'a jamais cessée d'être une Députée et M. Sarkzoy d'être le Chef de l'Etat.


Il a obtenu ce qu'il voulait : se faire sucer par une parlementaire et mettre le parlement au bout sa queue.

Cette opération de changement des rapports entre les deux Pouvoirs de la République, par la subordination de l'un à l'autre, se met en scène dans un rapport strictement personnel ; Royal.

C'est une opération symbolique, certes. Elle se fait par les procédures de condensation et de transfert propres aux opérations pychologiques. Comme au temps où le soutien à la révolution agraire prenait la forme de la Bergerie de la Reine Marie-Antoinette.

Les faits sont là. Une parlementaire, une représentante qualifiée du Pouvoir législatif s'est assujetie au représentant qualifié du Pouvoir exécutif par la plus vieille méthode symbolique de subordination, l'assujetissement sexuel.

L'inverse n'existe pas. Les parlementaires ne se font sucer ni par le Chef de l'Etat ni par les gendarmes qui l'entourent.

13)- La division du peuple
Ce viol, le peuple en tant que nation n'a besoin ni d'en connaître, ni d'en débattre.

Par contre, M. Sarkozy n'a nullement fait ça pour que ça reste secret. Bien au contraire.

M. Sarkozy n'est pas spécialement en colère contre le livre de Mme Guillaume dans son ensemble. Il l'est simplement et précisément contre le passage de ce livre concernant la fellation : «Sarkozy n'a pas digéré la scène du livre qui se passe dans son bureau. Il veut la peau de Devedjian», atteste un élu UMP.

Par l'écriture de cette scène, Mme Guillaume met l'action à la portée du grand public. Elle risque d'en faire un débat politique. Heureusement pour lui, les journalistes vont verrouiler tous les débats et les tranformer en gauloiseries ou en privilèges de connaisseurs . Il y a ceux qui sont « au parfum » et les autres ; les premiers se taisent et les seconds font semblant.

C'est la raison pour laquelle les journalistes feignent de ne pas attacher d'importance à cet événement. Ils le réduisent à une farce gauloise, à l'attestation du manque de savoir-vivre de M. Sarkozy.

Puisqu'une cadre en fait état dans un livre, on en parle pour que les réseaux de cadres qui n'en avaient pas eu connaissance puisse avoir l'impression de pouvoir donner leur avis.
Mais, ces réseaux de cadres doivent savoir que donner un avis en la circonstance revient d'abord à faire acte d'allégeance à l'insignifiance publique du fait.

Et ainsi, le débat médiatique devient la garantie de l'Omerta.

Il est cependant difficile de soutenir que la gauloiserie peut répondre à toutes les questions posée après que les féministes aient proclamé depuis 40 ans que cette technique de débat est un élément constitutif de la poursuite des viols.

Les réseaux de cadres qui ont à le savoir l'ont su ; les administratifs notamment. Nous avons vu plus haut que les policiers ont définitivement adoptés l'idée que les parlementaires leurs sont subordonnés ; ainsi que les français, par voie de conséquence.

Chapître 3 : Le pluralisme des sources du viol

Ce viol n'est pas pulsionnel. Il ne vise pas une députée par hasard. Il a ses raisons. Mais qu'en est il de l'Omerta qui garantit à son auteur de n'être pas questionné par la justice ? A quoi tient elle ?

14)- L'Omerta

1- L'organisation bavarde de l'Omerta
a- M. le procureur de la République répond à la demande qui lui a été adressé par M.Salomone puisqu'il a demandé l'audition officielle du demandeur. Cette audition était prévue pour ne servir à rien puis que le texte soumis à l'audition n'était pas le texte initial de la demande mais un texte complémentaire. La hiérarchie policière a compris le message cinq sur cinq et a délibérément saboté l'audition, la rendant impossible.

b- C'est là aussi une méthode courante utilisée pour garantir la domination des cadres.
Plus il y a de réseaux de cadres compromis, plus il sera difficile de surmonter les obstacles mis à une action judiciaire en réparation.
Un viol ? On y ajoute les faux en écritures publiques, les enlèvements, les tortures, les outrages, les coups réciproques, etc.
Le viol sera traité après quinze procès annexes dans quinze ans. Il sera prescrit.

Toute la hiérarchie judiciaire fonctionne sur cette base.

c- La barrière de classe est primordiale. Elle s'identifie à la construction de la population d'Etat comme étrangère à la population civile et à la loi commune.


Il n'est pas question pour les magistrats :
a- De paraître reconnaître l'égalité en droit de M. Salomone et de M. Sarkozy.
b- De reconnaître cette égalité en droit entre M. Salomone, quiconque de sa classe sociale, et un commerçant millionnaire ; ni entre les adminisitrés et les adminsitratifs.

2- La spécificité de cette Omerta
Il apparaît cependant que cette Omerta judiciaire, s'étendant à l'Omerta civile, celle des journalistes, la même, ne provient pas des seules discriminations sociales.

C'est à l'étude de ces raisons autres que les préjugés sociologiques ou administratifs que ce chapître est consacré.

15)- Pourquoi cette Omerta judiciaire?

Les raisons sont de trois ordres :
a- Les intérêts
b- L'abaissement du Parlement
d- Les contradictions du droit

16)- Les raisons d'intérêts

Il y a d'abord deux raisons qui paraissent rationnelles, ordinaires. Elles se définissent comme les raisons de l'intérêt.

a- Les puissants ont intérêt à faire taire les misérables
M. Salomone en est. De façon tout à fait ordinaire, les magistrats peuvent avoir recours à la torture pour faire taire de tels importuns.
b- Les puissants ont intérêt à protéger leurs semblables.
M. Sarkozy en est. La production de faux est une banalité dans ces cas.

Nous comprenons tous ces critères de reflexions des magistrats car ils sont l'air que nous respirons. Soit pour la subir, soit pour en bénéficier, soit pour la mettre en œuvre.

Cela ne répond pas toutefois à toutes les questions posées par cette Omerta.

17)- L'abaissement du Parlement

Ses conséquences s'organisent de deux façons.
1- L'abaissement
L'abaissement du Parlement est la raison d'être du viol présumé imputé à M. Sarkozy, Chef de l'Etat au moment des faits.

L'Union européenne, l'élimination de la Souveraineté du Peuple, leurs conséquences, entraînent un abaissement du Parlement et plus encore sa marginalisation. Son travail se fait par voie administrative.

M. Sarkozy est le co-signataire du Traité de 2012 par lequel les Parlements sont dessaisis au profit de l'administration de leur droit premier, fondateur, qui est le contrôle public final de l'impôt.

2- Le soutien à l'abaissement.
Le soutien à cet abaissement, aux modifications dans le fonctionnement de l'Etat et de l'administration publique qu'il entraîne est la raison d'être de l'Omerta qui couvre ce viol.

Désormais, il semblent aux cadres de l'Etat que le Parlement est plus une chambre médiatique, un lieu de dialogue, de défoulement, comme le Conseil économique social et envirronnemental, un lieu de consultation, qu'un organe de l'Etat et encore moins un Pouvoir.

Soutenir, couvrir, le viol d'une Députée par un représentant du Pouvoir exécutif revient à tracer une ligne de démarcation invisible au grand public, auquel on lance l'os de la gauloiserie, mais bien visible pour les agents de l'Etat.

Un peu comme les magistrats laissent régulièrement les policiers violer un avocat qui fait un scandale dans un commissariat pour tracer à l'intérieur des professions juridiques une fine distinction entre les torchons et les serviettes.

De la même façon, en acceptant que l'un d'entre eux gaze un malade mental détenu, les magistrats légalisent discrètement l'infériorité en droit des handicapés mentaux. Ils font savoir qu'ils peuvent servir de viandes de négociations entre les agents de l'Etat et les voyous. C'est ainsi que 30% des détenus sont des malades mentaux. Ce qui constitutif d'un crime contre l'humanité.

18)- Les contradictions du droit

Le Défenseur des droits M. Baudis, a déjà fait remarqué que sur le terrain de la laïcité, deux droits s'affrontent.

En ce qui concerne ce viol, on peut dire que trois orientations juridiques différentes s'affrontent.
1- La légalité du Code civil
2- La légalité du droit administratif parallèle
3- La légalité religieuse, de nos jours principalement celle de la Charia.

19) - Le droit du Code civil

Le droit français impose que ce type de discussions publiques sur le viol continuent et se closent dans le bureau d'un juge.

Il ne s'impose que tant que le Code civil régit le droit français.

C'est justement là qu'est le problème. Massivement, le Code Civil n'est plus la seule source du droit ni des pratiques légales.

20)- Le droit parallèle administratif
Le droit parallèle porté par cette action de M. Sarkozy, et par ceux qui interdisent l'entrée des députés au Parlement, permet :
a- D'éviter le recours juge en qualifiant implicitement la députée de salope et en lui imposant publiquement d'en rire.
b- De tirer les conséquences positives de cette soumission du Pouvoir législatif au Pouvoir exécutif.
c- L'administration devient créatrice de droit.

A- C'est le droit revendiqué avec succès par les administratifs.

a- Par en haut, l'UE
80% des textes votés par les parlementaires ne sont que des transcriptions obligatoires des décisions de l'UE qui ne sont que des textes administratifs ayant valeur de loi, voire constitutionnelle.

b- Par en bas, le personnel et les syndicats administratifs
De plus en plus de lois d'ordre public ne sont que les transcriptions législatives des exigences syndicales, corporatives, administratives, d'assujetissement des administrés :

- Loi sur l'Outrage
- Loi sur l'évasion (peine de prison et peine de mort administrative),
- Loi sur la rébellion
- Loi sur la relégation,
etc.
Ce sont des dizaines de lois qui ne découlent pas des préoccupations législatives du législateur, mais de la subordination du législateur à un Pouvoir administratif de fait.





B- C'est le droit revendiqué par les juristes

1- La fessée
a- Le législateur a constamment manifesté son opposition à une criminalisation de la fessée et opéré systématiquement une distinction entre la maltraitance et le simple acte de violence de ce type.
b- Il a constamment dit que les lois assurant la défense de l'intégrité physique et morales des enfants face aux violences parentales ne permettaient pas la pénalisation de la fessée, qu'il faudrait pour ce faire des lois spécifiques, qu'il était opposé à de telles lois.
c- En dépît de cela, un tribunal vient de condamner un père à une peine avec sursi pour une fessée. C'est d'autant plus remarquable que celle-ci ne s'est accompagnée d'aucune rupture entre le père et son fils, ni d'aucune séquelle déstabilisante chez l'enfant.
d- On ne peut pas mieux dire que le droit s'émancipe du Pouvoir législatif et tire sa légitimité d'autres sources de création de la légalité.

2- La séparation
Il est manifeste que les magistrats constituent les administratifs comme une population séparée du reste de la population. Les jugements sur les meurtres d'administrés par les adminsitratifs sont à ce titre sans équivoques.

21)- Le droit parallèle le plus abouti, la charia, permet d'inculper la députée pour outrage aux bonnes mœurs et de la lapider pour adultère ; un plus.

Ce droit, comme le droit parallèle administratif, est en passe d'acquérir une égale dignité au droit du Code civil.

1- Le travail dans l'Etat
a- La décision du Conseil Constitutionnel déclarant le Concordat comme disposition constitutionnelle ;
b- L'Arrêt de la Cour de Cassation disant que les disposition de la Charia s'imposent à l'employeur. La Cour de Cassation a justifié cet arrêt par :
ba- la prééminence de la religion sur la laïcité et la liberté de penser
bb- L'insinuation de l'incompatibilité de la laïcité avec la liberté religieuse, et l'opposition de fond de la République au respect des religions.
c- Le jugement du Tribunal ayant statué sur la rupture du mariage pour mensonge sur la virginité de l'épouse, l'Appel ayant été d'abord une concession politique circonstancielle des magistrats ;
d- L'accession des pratiques juridiques religieuses à la dignité de pratiques juridiques légales.
Il en est ainsi de la circoncision, de l'abattage rituel par égorgement, de la polygamie, du divorce par répudiation, etc.
Autant de faits juridiques qui indiquent que la Charia est en passe de devenir un élément de ce que revendique Terra Nova, association de hauts fonctionnaires, dont des magistrats, à savoir le pluralisme juridique et administratif français.

2- Le travail autour de l'Etat
Nous assistons à un jeu de va-et-vient entre les médias et la justice, l'un fournissant l'autre et créant ainsi un système de marche-pied pour aller toujours plus loin dans l'institutionnalisation d'une pluralité de légalités.

Ainsi, suite à l'Arrêt de la Cour de Cassation, une évolution médiatique se fait jour pour légaliser la doctrine du blasphème et le concept religieux de respect de la religion.

3- La subversion du droit civil
a- Par le transfert du droit religieux dans le droit civil et sa transcription en droit civil par l'obtention de jurisprudences civiles, le droit religieux parvient progressivement à s'imposer comme une légalité civile ordinaire.
b- Il se développe dans ce mouvement idéologique d'Etat des campagnes rusées qui visent à criminaliser à la fois :
1- La critique des idéologies religieuses et de ses implications publiques,
2- La population française au prétexte de n'en accuser qu'une partie.

22)- L'entrisme juridique

1- Un fait idéologique nouveau s'est produit :
a- L'argument principiel du communautarisme est l'identification de la critique de l'islam et des politiques musulmanes au racisme.
b- Cet argument est désormais repris par les diplômés de Sciences Po qui sont l'essentiel des cadres de l'Etat Français, comme un argument d'autorité publique.
c- C'est à la fois une proclamation d'alliance avec les musulmans et l'islam et une réclamation de criminalisation des français au travers d'une partie d'entre-eux de la part de certains réseaux universitaires.
d- Cela s'ajoute à d'autres proclamations de même teneure de la part d'autres castes universitaires.

2- Ainsi , lors d'une émission de C dans l'air, France 5, le mardi 15 octobre 2013, M. Roland Cayrol, une autorité des médias, produit comme allant de soi le concept de « racisme anti-musulman ».
Cette catégorie est la reprise pure et simple par un agent de l'Etat de fait du vocabulaire islamique.



M. Cayrol est parfaitement au courant de la portée politique de son utilisation publique de la catégorie communautariste de « racisme-antimusulman ». En toute connaissance de cause, il introduit un nouveau droit, la charia, dans la pratique du droit Civil français.

C'est par cette catégorie juridique que les partis musulmans justifient leurs procès liberticides.

3- La préparation
Ainsi, en janvier 2007, divers organisations militantes musulmanes font un procès à Charlie Hebdo et d'autres organes de presses démocratiques pour avoir publié les Caricatures de Mahomet danoises.
Cette attaque contre la liberté de presse, de pensée, d'expression, se fait aussi au nom :
a- De l'identification de la critique de l'islam et des actions publique des musulmans au racisme.

b- Par le biais de l'identification de l'islam au judaïsme, des juifs d'hier aux juifs d'aujourd'hui, et de l'âge du capitaine à la culotte du zouave, ces critiques sont dites à la fois liées au nazisme, à sa résurgence, et pour tout dire deviennent complices de la Shoa elle-même.

La candidate de la gauche aux élections présidentielles, Ségolène Royal, soutient les islamistes. Le candidat de la droite, Nicolas Sarkozy, déclare qu'il préfère les excès de la liberté à l'absence de liberté. Il sera élu.
D'une part, le Tribunal accepte de juger, d'autre part, il acquitte au titre équivoque du droit à l'insolence des journaux satiriques.

Peu à peu, la liberté d'expression et de penser va être enfermée dans un droit particulier des comiques à la satire.

2- L'installation
En juin 2012, en Tunisie, Jabeur Mejri est condamné à 7 ans de prison pour la même accusation. Pour avoir publié des caricatures de Mahomet et pour la publication d'écrits satiriques sur Mahomet.

a- A tord, certains y verront un retard de la Tunisie sur l'Europe. Ils ont tords. Ce jugement en Tunisie est la réalisation de la plainte en France. En 2007, il était trop tôt. En 2012, c'est enfin possible.

b- En 2007, il fallait dire haut et fort que la liberté d'expression prime sur les idées particulières. Déjà, ce principe de liberté était réduit à une fonction comique. Mais, il primait.

c- En 2012, la qualification de « racisme-antimusulman» peut s'imposer dans le débat de formation de la légalité.

4- La pénétration
Pour l'instant :
a- Cette qualification se tient entre la liberté de caricature et l'incarcération pour blasphème. Mais déjà, par M. Cayrol, elle est un fait juridique et social établi.
b- Elle est une qualité d'une minorité de la population censée être reléguée dans une extrêmité de la société. Mais elle crée une obligation de conformité aux exigences musulmanes pour le reste de la population. Sauf à tomber sous le coup de la qualification.
c- Cette qualification est en fait la reprise publique de la qualification principielle du communautarisme : la France est un pays raciste, les français sont racistes.
d- Les français étant racistes, ils sont criminels. Une population qualifiée de criminelle dans l'ordinaire de son existence est une population asservie de droit ou en passe de l'être ; en raison de sa faute.
5- Avec la qualification de Cayrol, la Charia s'intégre au droit civil comme si de rien n'était. Le reste est affaire de construction rusée de jurisprudences. Jusqu'à la prise de pouvoir juridique.

23)- Le bilan
En ce début d'année 2008, M. Sarkozy est au sommet de son pouvoir. Par ce viol, il sabre le champagne et en fait gicler la mousse.

Désormais, les parlementaires ne sont mêmes plus très sûrs de leur droit d'entrer au Parlement.

L'incapacité des magistrats à étudier cette présomption de viol relève d'une évidente et commune discrimination entre les justiciables sur des bases sociales.

Mais ceci n'explique pas tout.

Les magistrats ne peuvent agir parcequ'ils s'inscrivent dans les conséquences de cette disqualification du Pouvoir législatif.

Celles-ci installent à la fois la supprématie du Pouvoir législatif et l'emergence de Pouvoirs administratifs de fait. Ces pouvoirs administratifs sont aussi bien les corporatismes des administrations laïques que les politiques administratives religieuses.

C'est la conjonction de ces trois courants, haines sociales, rejet du Parlement, émergence d'un pluralisme juridique, qui rend impossible l'étude du viol présumé raconté par Mme Guillaume.

C'est un prétexte irrecevable, car c'est justement pour certifier publiquement que des humains sont inférieurs à d'autres, que les parlementaires sont subordonnés aux agents de l'Etat, que les droits parallèles au droit Civil équivalent à celui-ci, que ce viol a eu lieu, si tant est que les faits rapportés aient existé.

Par conséquent, il faut ouvrir une enquête préliminaire sur les faits rapportés par Mme Guillaume.

Que ce soit pour :
a- Eliminer la Conne, comme le suggère les journalistes et cadres laïques,
b- Lapider l'adultère, comme le pratique les réseaux de dictature religieuse.

Il faut de toute façon connaître les faits avant d'en juger.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le procurreur de la République, l'assurance de mes salutations distinguées,



Marc SALOMONE