Monday, September 30, 2013

Sarkozy , Judge Gentil , judge, omerta , corruption pact , crs , African heads of state ,

d.50 @ gmx.fr
madic50.blogspot.com

Sarkozy , Judge Gentil , judge, omerta , corruption pact , crs , African heads of state ,




Paris , Monday, September 30, 2013




Mr. prosecutor in Paris


" Quo usque tandem , Catiline abutere patientia nostra ? "


Subject: Omerta , pact of corruption and inequality before the law


Copy to:

President of the Republic

Prime Minister

Madam Attorney

Mr. Minister of the Interior

Mr. Attorney General to Paris

Mr. prosecutor in Lille

The procurator Lady of the Republic in Bordeaux

Mr. Fillon Honorary Deputy Prime Minister



Mr. prosecutor

Chapter 1 : Introduction

1) - The inequality before the law
A number of lawsuits involve the existence or non-existence of legal proceedings . The diversity of some of them can not be explained without the existence of a legally inexplicable special judicial protection of Mr. Sarkozy .

as follows:
1 - The corruption pact
a- A judge must proceed by rumors of corridors to announce a future no need for Mr. Sarkozy ,
b- This rumor is constitutive of a corruption pact for oter Mr. Sarkozy a procedure.
2 - ill-gotten gains and rape
a- A judge makes a distinction between the public body and private body of a foreign Head of State to justify the charge of it despite its statutory immunity .
b- What is true for the so-called issue of " ill-gotten gains " of African Heads of State would not be for the rape of a member by Mr. Sarkozy , French Chief of State.
3 - Rape by Crs and that the Head of State
a- A judge holding a place Crs which directs a person liable to the Treasury of a traffic ticket to give him a blowjob. The Crs has accepted the refusal of the person.
b- What about the rape of a member by a Head of State who committed exactly the same crime, which increasingly has refused to hear the refusal of the person raped and forced her to taste the sperm of the rapist ?

2) - The right inequality
a- Applications to open a preliminary investigation filed by Mr. Salomone on the facts reported by Mrs. William relating to rape a member by Mr. Sarkozy have resulted in only a demonstration session of hatred and provocation of a traffic policeman charged to do so by the police commissioner of the place .
b- The refusal to follow are the result of a legal disqualification of the person of Mr. Salomone for social reasons .
c- This disqualification is the same as that experienced in the past by women in Napoleonic law . They also give rise to the same humiliation Commission sessions .

d- This does not concern only the request for Mr. Sarkozy . This legal discrimination extends to all complaints by people of the same social milieu as Mr. Salomone .

3) - Subject
It is the examination of the general corruption and judicial discrimination by studying particular cases concerning what this dedicated memory.

Chapter 2: The Covenant of corruption

1) - Information
The Chained Duck article says that Mr. Sarkozy has a special agreement procedure with the judge Gentil instruction .

cf. The Chained Duck Wednesday, September 18, 2013 , P. 3 " Sarko and judge signed the armistice ." DS Article for reference to several newspapers . The article ends with : "I want you, you want me ... "

Official recognition by the courts , the quality of the information usually supplied by the newspaper allows us to build on this article.

The purpose of this study is its relationship to the actual logic of the facts reported .

2) - Key dates
- March 21, 2013 indictment of Mr. Sarkozy
- On June 5, the Supreme Court refused to suspend the hearing .
- June 28, 2013, the prosecutor Bordeaux requires six non-places , including Mr Sarkozy and Mr Woerth. " No charge" burden.
- September 13, 2013 filing of the motion for recusal of Mr Banier and Maistre . The basis of personal ties between the judge and the expert retained Gentil .
- On 24 September 2013, the Court of Appeal of Bordeaux valid throughout the procedure and expertise .
- On 24 September 2013, the First President Bussiere validates the legitimacy of the expert .
All defendants are returned Corrections .
- September 18, 2013, the Chained Duck , P3, in an article entitled " Sarko and judge signed the armistice ," signed DS , as a reference to several newspapers , says Gentile judge is about to sign the non- instead of Mr. Sarkozy .





3) - The fairy tale

A- The newspaper article
The paper tells a story :
" 1 - It must be the legal battle of the century, it will be a pitiful disarray . On the one hand , Nicolas Sarkozy , indicted March 20 for abuse of weakness in the Bettencourt affair . On the other hand , the judge, Jean- Michel Gentil , head of Bordeaux judges who dared involve former President of the Republic.
2 - And then all of a sudden one , the case is spritz . Sarkozy , who loudly threatened to file a motion for recusal against Gentile and his colleagues, abruptly waived . And his lawyer swallowed his flank .
3 - The wicked judge becomes nice . Why this sudden volte face ? Because Gentile judge skilful to run rumors , whispers in the corridors , all things considered, it will give rise to non- Sarko . Wise decision to avoid defeat , given the thinness of the case.
4 - Most importantly, and more prosaically, Gentil watches a nice promotion and knows that a request for recusal against him would stain on his resume. I stop bothering you, you'll play in your corner : a story playground.
5 - September 13 , released by Mrs Thierry Herzog, Sarkozy advocate , counsel for other accused in the exam men in Bettencourt affair are resigned to drop him without the famous motion for recusal . And all bitterly regret mount only in court , especially as their customers are less parties that the most famous of them.
6 - Their application is mainly based on the severe notice Gilles Lacan , Advocate General at the Court of Cassation, which was not private , June 18, to castigate the many blunders and procedural errors accumulated by the judges of Bordeaux . Many blunders that made their risky business .
7 - September 24 , we will know the fate of the appellate courts to requests for annulment filed by former men set . Sarko was . Will he retire before the Gentile judge has signed his dismissal ?
8 - I want you, you want me ...
DS "

B- The paper tells the story of a fair exchange between a judge who wants a promotion and a litigant who just better not " stain " CV judge by maintaining a sterile request. In exchange, the judge granted him a non- place that anyway it would be imposed by the Court of Appeal as the case is thin. And justice emerges fairer, more effective , more humane .





4) - Analysis
Like all fairy tales the magic of this one does not stand up to analysis . Subject to the accuracy of the facts reported by the newspaper.

1 - The argument of " failed" no longer holds.
He has never held . Mr. Sarkozy withdrew the request and it was declared inadmissible . The presence of Mr. Sarkozy would not have changed the legitimacy of the expert . Insiders do not doubt that invalidation decision would be to stop any legal action and that it was inconceivable . This is precisely the logic of judicial fiasco announced through the press that the two instances of the Call and the Presidency , wanted to eliminate .
b -Something completely " pshit ." But it is not just the issue of the judge. After the rumor that vehicle providing a non- place , nice vera judge 's procedure confirmed by the Court of Appeals for the Call and the First President for the Challenge .
c- This rumor was not to anticipate a legal debacle that has not occurred. It was to organize the aftermath of the consolidation of the case. It is not a retreat but a deployment.

2 - spot
The newspaper is the " point man " of the explanation given by the judge Gentil its ambulatory posturing .
He " knows that a request for recusal against him would stain on his resume. "
However, on September 13 , the recusal motion is audiencée without Mr. Sarkozy certainly, but with other individuals .
On what "demand" of each would she "spot" on the resume of Judge Gentil and not "demand" of others? Judges studying the qualities of judge Nice for promotion do they distinguish between entachements ?

If the "spot" was the concern of the judge, it would apply to all "requests" which are all "spots" .

Judge does not care spots . Judicial solidarity is publicly manifested his place before decisions . Provided it is regular , promoting Gentile judge is not suspended in any one spot .

3 - out of the office
Gentile judge out of his office , the place of manufacture of the procedure to get into the hallway and there spreading a "rumor" .
It is not trivial to bypass the procedure in this case disclose decisions out of his office and written by his clerk .


If a prisoner is the hunger strike to enforce their rights, judges concerned will charge him this action wrong because he moves out of the legal process and that disqualifies by this fact.

As such, this circumvention of procedural exclusivity, even defective , is a contempt of court concerned and aggression against the institution. A man who has more than thirty of prison is now prevented from coming out on parole on the grounds he did one day hunger strike .

Gentile judge claims as a feudal privilege to circumvent the procedural rules in a Palace of the Republic. He must have a strong back .

The rumor is that he repents first public mental manipulation ambiguous criminal statute that is a litigant in particular.

The counsel for the defendant could alarm the nth failure of the judge to all the duties of his office. It does nothing and instead withdrew the motion for recusal was that the judge. It was precisely because it would have taken liberties with the procedure as to appoint an expert girlfriend in the case and beneficiary of a collection for this expertise.

Mr Sarkozy was the strongest applicant. It was enough to keep this request. He withdrew.

4 - The corridor
Gentile judge could make the dismissal from his office and know by his clerk .

If announces no need to come in the hallways, it is also to know that he already knows that his procedure will be validated.
Had is a procedural decision , he would have called his office. Mr Sarkozy had only to withdraw his complaints and queries.
But then the judge should have Gentil argue and say the opposite of what he said in his writings. These are those studied instances of Appeal when his walks .

gold:
a- He is convinced of the guilt of Mr. Sarkozy .
b- He can not fool the Court of Appeal and the First President who are to consider the arguments that have earned the indictment of Mr. Sarkozy .
c- He knows that the Court of Appeal and the First President will strengthen the .

What is it in the "corridors" ?
The procedure enables the rumors to try to cast a clear and form an implicit call to the other party to act . It does not give the dismissal without compensation to Mr Sarkozy . What the newspaper called "I stop bothering you, you're going to play in your area . A story playground. ".
In short, he instructs a parallel process to the legal process .

5 - The fable and interest
It might seem that this is an ego story. The judge wants the defendant folded before him.

This is where the story of the spot on the resume.

The judge does not simply lower the chatter of the defendant. The fable of the task , such as the blood stain on the clée Bluebeard , says Gentile judge has a personal stake in the case , an interest. Mr Sarkozy is the aim of the Rumor , as it is required to pass this interest.
Who could tell the newspaper that the judge feared a spot on his resume? The judge. It is he who engages in dialogue with one of the producers of spots and determines which .
How to say without speaking publicly ?
He introduces his personal interest in entering into personal contact with the person .

This extraordinary procedure , and frankly illegal approach leads the pas de deux in the corridors by a full moon .

If the judge had no personal interest in the matter of rumor, it would have happened by the official procedural route .

The newspaper that personal interest pass the benefit of the concern that the judge is Nice to the spot on the CV entailed maintaining the objection . We know that it is inconsistent.

6 - Convergence
Although somewhat as it may , the rumor has taken place and the conversation off procedure and recontre out the procedure and probably the law. This meeting and the conversation are both virtual and distanced does not change their behavior .

As this is not a spot for fear that you research it ? Little discount there any response from Mr Sarkozy ? It came in the form of withdrawal of the application . What follows on?


Mr. Sarkozy fails to appear Sept. 13 in the discussion of the recusal motion filed by himself and his co-accused . It matters little whether the lawyer should appear, Mr. Herzog in this case . It is Mr Sarkozy .

This absence will be publicly noticed and attibuée a willingness concliation with the judge that Mr Sarkozy and his counsel had severely thrashed .

Gentile judge did not need the advice of Mr. Sarkozy nor its accomodements , to make decisions and to be assured of the support of the judiciary in its proceedings.

Why he gets to frolic in the corridors of the Palace in telling anyone who will listen that he will make a dismissal in the case of Sarkozy ?

Why reply to these footwork Mr. Sarkozy withdraws you about the recusal motion he ardently desired since his indictment ? His co -defendants have not enjoyed their solitude and have indicated .

On what is this sudden convergence of refusal to attack the other?

7 - passassion market
The withdrawal of the application is not clearing a spot . It is the acceptance of a negotiation which concern the CV of the judge , so the interest of the judge. The argument of the spot told us the place of negotiation. This is his career, in this case a promotion that fascinates the judge said in the hallways.
The stain on the CV 's concern Gentile its promotion judge.

This imaginary stain terribly discomfort to the point that starts dancing in the hallways to draw attention to those who can remove it. Who? Just Mr. Sarkozy . Not on that of the judge in any case Gentil , the other applicants did not leave a stain on the CV of judges.

In what career you judge it for Mr Sarkozy ? In anything. The judge made ​​a good procedure. He knows it will be validated . It can only benefit . The fable spots does not concern .

And yet he sought the opinion of Mr Sarkozy and his alone .

What is special about this career at this point ? Gentile judge repeatedly asked for a transfer to other courts. Those in the know know and they can act accordingly. There he is made aware of a possible " big promotion ".

Gentile judge wants to announce it to the press, the French network managers, because he does not want his accession to the " big promotion " is a surprise and she does talk.

How is this " big promotion " for you it Mr Sarkozy ?

This " big promotion " does not stem from an internal review to the judiciary of its rules of play . It is a discussion , a policy, negocation . The fact that political, it may involve Mr. Sarkozy .

Mr Sarkozy may be a "spot" , an obstacle to the attainment of the " big promotion " because he is an integral part of this discussion.

If the " big promotion " had nothing to do with the opinion of Mr Sarkozy , it has not been requested and the legend of the spot would not have been invented.

This stain concerns that Mr. Sarkozy for the simple reason that it does not exist. It is the fact of the person Gentile court judge tacheuse , ie involved in his " big promotion ".

Why would Mr. Sarkozy there more detacher Mr. Banier ? Because Mr. Banier is not related to the " big promotion ". There ' is no reason to assign a task , it predicted a non- place , suggest him to do something as a withdrawal request , to show a sign. There is no need to judge.

The withdrawal is indeed a sign. The sign that Sarkozy has understood the meaning of posturing corridors J. Gentile and he responded favorably .

It meets as what is not particularly pressing Mr. Nice ?

The only answer he can give is that it is agreed that the " big promotion " J. Gentile is not impeded or, in the coded vocabulary stained judge.

In other words, the donors of the " big promotion " are people who are also in relations with Mr Sarkozy . In any case, they are worried for him. At the same time , they like the Gentile judge. They want everyone agrees and loves .

This is a discussion with several partners . Those with the " big promotion ", who accept its legal consequences , whoever receives the acceptance of these rules by the judge, who recorded this effort harmony widespread .
By spreading the rumor that will get the answer of Mr. Sarkozy , the Gentile judge does not favor a litigant because of his own belief , even in the state of prejudice.
Like a butterfly spreading its pheromones, it receives and transmits the terms of a transaction.
The judge made ​​the rumor , Sarkozy fails to appear, and the principle of non- place is officially recorded .
This is not a favor. It is a market

This is not exactly a disinterested argument. The exchange is not just an exchange of good process .

Mr. Sarkozy does not just receive it gives . There was an exchange without which the action does not work. Mr. Sarkozy is not only beneficiary of an unfair advantage. It participates in the formation of the decision.

The " big promotion " is unique in that it is " beautiful." Like all the beauties of the world , it has something more . More compared to what would be a promotion. More that can only be acquired in a transaction that can justify its legality at this point it must be held off-site diction of legality.

This is what the judges called a personal enrichment.

8 - corruption pact
Negotiation is not about a transaction to the file contents .

By putting the " big promotion " within the reach of the nice judge, protectors Sarkozy get the judge dismisses the charge against it.

This dismissal does not come from a apreciation file . He comes from a trading judge's career . Mr Sarkozy , by removing the " motion for recusal " concurs with access to judge a " big promotion ". In return , he received the dismissal .

The key to trading is that ultimately Judge does not have to justify its decisions.

The journalist concludes with these words: "I want you, you want me ... ". We are in France .



To break the record, the judge had to decide the dismissal in his office. If he leaves his office to discuss a justiciable, because the discussion out of the folder.

Both public actors and suppliers " big promotion " are all actors in a discussion to probably very subordination of judicial proceedings for personal enrichment magistrate and exoneration of a defendant 's guilt which the judge in the process of enrichment was convinced before the Proposion the " big promotion ".

If this is the case, this is what is called a pact of corruption. It is impossible not to see what is presented to us by the press as a judicial Carambouille that in southern Italy called a mafia corruption. A crime gang .

It will suffice to bury everything in silence the media sing the air of " thinness of the case" with the famous refrain: it had to end like that .....

What corruption today?

9 - certainties :
1 - These people are not poor. If the judges have watched over carefully to what the state can not enrich .

When a mental disability to Cotorep should receive damages from a thug, the prosecutor acts in person for the thug pays nothing .

2 - They are not mentally ill. Otherwise, the judges have watched over them to be recognized accessible punishment and prison destuction .

Chapter 3: The extension of the scope of protection
The protection afforded to Mr Sarkozy seems to have no limit .

If a judge must bow to Mr. Sarkozy , we understand that the judges involved did not even think to consider the application made ​​by a chap the opening of a preliminary investigation against Mr. Sarkozy for information of rape, pimping , embezzlement , breach of the constitution , abuse of legislative power .

Entrapment at the convocation of everyman nickname for a hearing takes his explanation in this corruption.

While we ask delusional mental patients for their actions , everything is done to protect Mr Sarkozy , whose ruling circles seem to have utility.

The paradox :
A- Action
Mr. Kennyatta , President of Kenya, whose father led the independence , was indicted by the International Criminal Courts. He is African and black.
Several African presidents in office are charged by the French courts for the offense known as the " ill-gotten gains ." They are African and black .
To indict the Heads of State in the French courts have dissociated the body of the Head of State, subject to immunity, the corp particular litigant as another . They are African and black .
Strauss- Kahn , IMF President at the relevant time , having the status of Head of State , immunity that accompanies it, is indicted for acts of sexual assault in New York and the made of pandering to Lille.
To accuse , Lille , judges establish that the mere kiss a prostitute constitutes pimping . A judge of the Supreme Court intervene outside of its functions to stigmatize the accused.
Strauss- Kahn is French and white, but it hinders the United States .

We note that in all these scenarios , judges have demonstrated legal imagination to achieve the indictment of the defendant.

B- Omerta
By cons , it is unbearable to French judges only hear Mr. Sarkozy , European framework associated with the United States, to discuss with him a rape case of a member and financial and statutory crime in the exercise of its functions.

Subsidiary Question , how the penis body of Mr. Sarkozy is it?
a- The State
In this case, it must file the appropriate service to use them when he left .
b- The individual's ?
In this case , it must meet the criminal use of his penis to justice.








Chapter 4: The banality of charge

1) - The Facts
The 24,09,13 , here's what we learn from a free newspaper Metro :

" COMPANY - He was indicted for accepting bribes and exhibition ...

1 - A CRS A13 was indicted in Versailles ( Yvelines ) for " indecent exposure " and " passive corruption " and jailed Tuesday after demanding sexual favors against the promise of deleting records , a prosecutors said Wednesday .
2 - On 19 August, on the A13 , at Morainvilliers (Yvelines), the policeman highway CRS proposed a woman to cancel its PV in exchange for sexual favors.
3 - It is also indicted for older "multiple facts ," said the prosecutor of Versailles, without giving further details. The investigation was entrusted to IGPN , " police policies ."
4 - "The pants down " in the police car
According to Le Parisien , which broke the story , that day , the officer of the motorway company West - Ile de France , only on a police vehicle, a respondent to a mother 35 years the order to stop at a rest area Morainvilliers . " He noted a series of infringements on the motorist's vehicle (...) in their car to write fines before asking her to join him ."
5 - " Stephanie then saw the policeman, his pants down and excited state . He argues that the records could be erased if she appeared conciliatory , "reports the newspaper .
6 - The refusal of the mother, " the policeman dressed , do not verbalize and offers to escort the woman home ," says Le Parisien , which states that the officer confessed .
With AFP "

2 ) - Analysis

1 - Identity

This is the replication Sarkozy affair .

A person invested with public authority built reports invested this authority to a person third person as a ratio of personal dependence of the second to the first .



The representative government uses this dependency created by itself to get his penis and require a blowjob against the end of addiction.

1 - In one case, the grant of an MP is transformed by the authority of the Executive Branch to request a personal advantage. It is conceived as involving the subordination of demanderaesse the whim of the executive authority . This person becomes a dispenser of favors .
2 - In the other cases, the organization of the implementation of a fault motorist person allows the staff member to say that there is dependence on the driver , man or woman, in respect of the employee manager fault that he himself caused . It becomes dispenser of favors .

In both cases :
1 - The public market space corruption is established by opening pentalon , the output of the penis, the claim of fellatio.
2 - The physical scene is accompanied by a morality play that set a new contract charitable guy who is common to all rapists : the rapist instead the dependent person in a moral obligation to provide a service to a person in a state of great physical distress , sexual here .
a- In case : " You can not leave me like this ... "
b- In the other case : Be nice ...
5 - The contract is completed by the fact that both parties have access to the suffering of the other party and show generosity towards each other.
6 - The dependent person who refuses to fulfill the contract shows that it is a vile selfish.
7 - She deserves the punishment that accompanies this refusal :
a- The refusal of the grant
b- The validation of the ticket.
8 - Cqfd .

However, there is a major difference between the two criminals :
1 - Mr. Sarkozy refused to give way to the expression of a refusal on the part of the member . He went through with the sexual exploitation of the woman, the realization of sexual enjoyment . He pronounced the ritual formula of rapists : What is missed or I have not even enjoyed. It is important that the rapist through disqualifies the person raped . Slut and incapable .

2 - by Crs against the refusal was able to hear the conductor to accept oral sex, he stopped in his process of sexual exploitation of this woman. He acknowledged the denial of women as its own law and he acknowledged his subordination to the law.



Yet Crs is charged and detained before trial. However, the Crs not able to intervene on the offense . Therefore , it is the name of disturbing public order that would represent his continued freedom he is incarcerated.

The incarceration of the defendant indicates that merely a proposal and a sexual exhibitionism are legally classified as a criminal activity . This ranking takes place with the agreement of the police hierarchy and unions.

For good measure we added to it all the faults included in the administrative record. This is a classic all offensive kind of employers to get rid of an employee of such person . The same processes encountered in voluntary associations.

What concerns us here is the simplicity of the statement of facts in judicial decisions :
1 - For the Crs , the act is about rape. It will remand prison. Radiation and barely firm covering preventive necessarily follow .
2 - For Mr Sarkozy , the act is of the order of about table. Anyone who has asked to justice is considered an obsessed procedure which sees evil everywhere and did not understand that women MPs are " sleeping " satisfy the sexual needs of men of state.

These two cases are perfectly comparable terms under identical legal realities.

The same applies to other cases studied in previous correspondence. This comparison of the proceedings against Mr. Strauss- Kahn , President of the IMF, the rank of Head of State at from the Commission: the facts and the abscence of procedure vis-à -vis Mr. Sarkozy , forefront head of state from the Commission: at the facts.

Once again we are faced with an inequality before the law between the French .

Conclusion

Under citizen and taxpayer , I should accept :

1 - That sends preventive prison, that it raises many questions and costs, an official who knew the voice of the victim , so the law and stop the crime , so that it covers the same crime on the part of a man who was not even able to hear the voice of his victim and then persevered to the end in denial of the law.

2 - What's in a courthouse , organizing a corruption pact with personal enrichment of the magistrate, at taxpayer expense , and subsequent non- place for defendant. This, for sure , if we are to believe the facts reported by the newspaper and so likely as the judicial reputation of this newspaper.

3 - Let us organize the omerta on the rape of a member of Parliament, the Treasury, the Legislature .

4 - Whether organizing a legal mafia and crime during the mentally ill.

That's it?

Please accept, Mr. prosecutor , insurance Sincerely ,


Marc Salomone

Sarkozy, gentil, juge, omerta, pacte de corruption, crs, chefs d'Etat africains,

d.50@gmx.fr
madic50.blogspot.com

Sarkozy, gentil, juge, omerta, pacte de corruption, crs, chefs d'Etat africains, 



Paris, le lundi 30 septembre 2013




Monsieur le procureur de la République à Paris


« Quo usque tandem, Catilina, abutere patientia nostra? » 


Objet : Omerta, pacte de corruption et inégalités devant la justice


Copie à :

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Premier Ministre

Madame la Garde des Sceaux

Monsieur le Ministre de l'intérieur

Monsieur le procureur général à Paris

Monsieur le procureur de la République à Lille

Madame la procureuse de la République à Bordeaux

Monsieur FILLON Député Premier Ministre honoraire



Monsieur le procureur de la République

Chapître 1 : Présentation

1)- L'inégalité devant la loi
Un certain nombre d'actions judiciaires entraînent l'existence ou l'inexistence de procédures judiciaires. La diversité de certaines d'entre elles ne peut s'expliquer sans l'existence d'une protection judiciaire particulière juridiquement inexplicable de M. Sarkozy.

Ainsi :
1- Le pacte de corruption
a- Un juge d'instruction doit procéder par rumeurs de couloirs pour annoncer un futur non-lieu pour M. Sarkozy,
b- Cette rumeur est constitutive d'un pacte de corruption pour oter M. Sarkozy d'une procédure.
2- Les biens mal acquis et le viol
a- Un juge opère une distinction entre le corps public et le corps privé d'un Chef d'Etat étranger pour justifier l'inculpation de celui-ci en dépît de son immunité statutaire.
b- Ce qui vaut pour la question dite des « biens mal acquis » des Chefs d'Etat africains ne vaudrait pas pour le viol d'une députée par M. Sarkozy, Chef d'Etat français.
3- Le viol par le Crs et celui par le Chef d'Etat
a- Un juge place en détention un Crs qui a enjoint à une personne redevable auprès du Trésor public d'une contravention routière de lui faire une fellation. Le Crs ayant accepté le refus de la personne visée.
b- Quid du viol d'une députée par un Chef d'Etat qui a commis exactement la même criminalité, qui en plus a refusé d'entendre le refus de la personne violée et l'a contrainte à goûter au sperme du violeur?

2)- L'inégalité en droit
a- Les demandes d'ouverture d'une enquête préliminaire déposées par M. Salomone sur les faits rapportés par Mme Guillaume relatifs au viol d'une députée par M. Sarkozy n'ont abouti qu'à une séance de démonstration de haine et de provocation de la part d'un agent de la circulation préposé à cet effet par le commissaire de police du lieu.
b- Ces refus de donner suite sont le fait d'une disqualification juridique de la personne de M. Salomone pour des raisons sociales.
c- Cette disqualification est la même que celle vécue autrefois par les femmes dans le droit napoléonien. Elles donnent lieu d'ailleurs aux mêmes séances d'humiliations de commissariat.

d- Ceci ne concerne nullement la seule demande visant M. sarkozy. Cette discrimination judiciaire s'étend à toutes les plaintes déposées par des personnes du même milieu social que celui de M. Salomone.

3)- Objet
C'est à l'examen de ces faits généraux de corruption et de discrimination judiciaire par l'étude de cas particuliers les concernant qu'est consacré ce mémoire.

Chapitre 2 : Le Pacte de corruption

1)- L'information
L'article du Canard Enchaîné nous dit que M. Sarkozy bénéficie d'une procédure d'entente particulière avec le juge d'instruction Gentil.

cf. Le Canard Enchaîné du mercredi 18 septembre 2013, P. 3 « Sarko et son juge signent l'armistice ». D.S. Article servant de référence à plusieurs journaux. L'article se termine par : « Je te tiens, tu me tiens... »

La reconnaissance officielle, par voie judiciaire, de la qualité de l'information délivrée habituellement par ce journal nous permet de faire fond sur cet article.

L'objet de cette étude est son rapport à la logique réelle des faits rapportés.

2)- Rappel des dates
- Le 21 mars 2013, mise en examen de M. Sarkozy
- Le 5 juin, la Cour de cassation refuse de suspendre l'instruction.
- Le 28 juin 2013, le parquet de Bordeaux requière six non-lieux, dont M. Sarkozy et M. Woerth. « Aucune charge » ne pèse sur eux.
- Le 13 septembre 2013, dépôt de la requête en récusation de M. Banier et de Maistre. Au motif des liens personnels entre le juge Gentil et l'experte retenue.
- Le 24 septembre 2013, la Cour d'Appel de Bordeaux valide toute la procédure et l'expertise.
- Le 24 septembre 2013, la Première Présidente Bussière valide la légitimité de l'experte.
Tous les prévenus sont renvoyés en correctionnel.
- Le 18 septembre 2013, le Canard Enchaîné, P3, dans un article intitulé « Sarko et son juge signent l'armistice », signé D.S., servant de référence à plusieurs journaux, déclare que le juge Gentil s'apprête à signer le non-lieu de M. Sarkozy.





3)- Le conte de fée

A- L'article du journal
Le journal nous raconte une histoire:
«1- Ce devait être le combat ju­diciaire du siècle, ce sera une piteuse débandade. D'un côté, Nicolas Sarkozy, mis en examen le 20 mars pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt. De l'autre, le juge, Jean-Michel Gentil, à la tête des magistrats bordelais qui avaient osé impliquer l'ancien président de la République.
2- Et puis, d'un coup d'un seul, l'affaire fait pschitt. Sarkozy, qui menaçait bien haut de déposer une requête en récusation contre Gentil et ses confrères, y renonce brusquement. Et son avocat ravale sa bavette.
3- Le méchant juge devient gentil. Pourquoi cette subite volte face? Parce que le juge Gentil, habile à faire courir les rumeurs, murmure dans les couloirs que, tout bien réfléchi, il va accorder un non-lieu à Sarko. Sage décision pour éviter la déroute, étant donné la maigreur du dossier. 
4- Surtout, et plus prosaïquement, Gentil guette une belle promotion et sait bien qu'une demande en récusation contre lui ferait tache dans son CV. J'arrête de t'embêter, tu vas jouer dans ton coin: une histoire de cour de récré.
5- Le 13 septembre, lâchés par M° Thierry Herzog, défenseur de Sarkozy, les avocats des autres personnes mises en exa men dans l'affaire Bettencourt se sont donc résignés à déposer sans lui cette fameuse requête en récusation. Et tous regrettent amèrement de monter seuls au prétoire, d'autant que leurs clients sont moins bien partis que le plus célèbre d'entre eux.
6- Leur demande s'appuie notamment sur le sévère avis de Gilles Lacan, avocat général à la Cour de cassation, qui ne s'était pas privé, le 18 juin, de fustiger les nombreuses maladresses et erreurs procédurales accumulées par les juges de Bordeaux. Autant de bévues qui rendaient leur entreprise hasardeuse.
7- Le 24 septembre, on connaîtra le sort réservé par la cours d'appel aux demandes en nullité déposées par les mis en ex men. Sarko en était. Va-t-il se retirer avant même que le juge Gentil ait signé son non-lieu ?
8- Je te tiens, tu me tiens...
DS»

B- Le journal nous raconte l'histoire d'un échange de bons procédés entre un juge qui veut une promotion et un justiciable qui a juste intérêt à ne pas « tacher » le CV du juge par le maintien d'une requête stérile. En échange de quoi le juge lui accorde un non-lieu qui de toute façon lui serait imposé par la Cour d'Appel tant le dossier est maigre. Et la justice en sort plus juste, plus efficace, plus humaine.





4)- L'analyse
Comme tous les contes de fée la magie de celui-là ne résiste pas à l'analyse. Sous réserve de l'exactitude des faits rapportés par le journal.

1- L'argument de la « déroute » ne tient plus.
a- Il n'a jamais tenu. M. Sarkozy se retire de la requête et celle-ci a été déclarée irrecevable. La présence de M. Sarkozy n'aurait rien changé à la légitimation de l'experte. Les initiés ne doutaient pas qu'une décision d'invalidation reviendrait à stopper toute l'action judiciaire et qu'elle était inconcevable. C'est précisément la logique du fiasco judiciaire annoncé par la presse que les deux instances, de l'Appel et de la Présidence, ont voulu éliminer.
b- Quelque chose à fait « Pshit ». Mais ce n'est justement pas le dossier du juge. Après la rumeur qui véhicule la prévision d'un non-lieu, le juge gentil vera sa procédure confortée par la Cour d'Appel pour l'Appel et par la Première Présidente pour la Récusation.
c- Cette Rumeur ne visait pas à anticiper une débacle judiciaire qui n'a pas eu lieu. Elle visait à organiser les suites de la consolidation du dossier. Ce n'est pas un repli mais un déploiement.

2- La tache
Le journal se fait le « petit télégraphiste » de l'explication donnée par le juge Gentil de ses gesticulations déambulatoires.
Il « sait bien qu'une demande en récusation contre lui ferait tache dans son CV. »
Or, le 13 septembre, la requête en récusation est audiencée, sans M. Sarkozy certes, mais avec les autres justiciables.
A quel titre la « demande » des uns ferait-elle « tache » sur le CV du juge Gentil et pas la « demande » des autres ? Les magistrats qui étudient les qualités du juge Gentil pour le promouvoir font ils une distinction entre les entachements ?

Si la « tache » était la préoccupation du juge, elle concernerait toutes les « demandes » qui sont autant de « taches ».

M. le juge n'a cure des taches. La solidarité judiciaire s'est manifestée publiquement à son endroit avant les décisions. Pour autant qu'elle soit régulière, la promotion du juge Gentil n'est pas suspendue à une tache quelconque.

3- La sortie du bureau
Le juge Gentil sort de son bureau, le lieu de fabrication de la procédure, pour se rendre dans le couloir et y répandre une « rumeur ».
Ce n'est pas anodin de contourner la procédure, en l'espèce de divulguer des décisions hors de son bureau et des écrits de son greffier.


Si un détenu fait la grêve de la faim pour faire valoir ses droits, les magistrats concernés lui imputeront cette action à tord parcequ'il se place hors de la procédure légale et qu'il la disqualifie par ce fait.

A ce titre, ce contournement de l'exclusivité procédurale, même défectueuse, constitue un outrage aux magistrats concernés et une agression contre l'institution. Un homme qui a fait plus de trente de prison est aujourd'hui empêché de sortir en liberté conditionnelle au prétexte qu'il a fait un jour une grêve de la faim.

Le juge Gentil revendique comme un privilège féodal de contourner les règles procédurales dans un Palais de la République. Il lui faut avoir les reins solides.

La rumeur qu'il répend est d'abord une manipulation mentale publique au statut pénal équivoque qui vise un justiciable en particulier.

L'avocat de ce justiciable pourrait s'alarmer du nième manquement de ce juge à tous les devoirs de sa charge. Il n'en fait rien et au contraire retire la requête en récusation qui visait le juge. Elle le visait justement parce qu'il aurait pris des libertés avec la procédure, comme de nommer une copine experte dans l'affaire et bénéficiaire d'un encaissement pour cette expertise.

M. Sarkozy était le requérant le plus solide. Il avait de quoi maintenir cette requête. Il la retire.

4- Le couloir
Le juge Gentil pouvait rendre le non-lieu depuis son bureau et le faire savoir par son greffier.

S'il annonce un non-lieu à venir dans les couloirs, c'est aussi pour faire savoir qu'il sait déjà que sa procédure va être validée.
S'il s'était agit d'une décision procédurale, il l'aurait dite dans son bureau. M. Sarkozy n'avait plus qu'à retirer ses plaintes et requêtes.
Mais alors, le juge Gentil aurait dû argumenter et dire le contraire de ce qu'il a dit dans ses écrits. Ces derniers sont ceux qu'étudient les instances d'Appel au moment de ses promenades.

Or :
a- Il est convaincu de la culpabilité de M. Sarkozy.
b- Il ne peut ridiculiser la Cour d'Appel et la Première Présidente qui sont en train de se pencher sur les arguments qui ont valu la mise en examen de M. Sarkozy.
c- Il sait que la Cour d'Appel et la Première Présidente vont le conforter.

Que fait il dans les « couloirs » ?
La procédure de la rumeur lui permet de laisser planer une équivoque et de former un appel implicite à l'autre partie pour qu'elle agisse. Il ne veut pas donner le non-lieu à M. Sarkozy sans contrepartie. Ce que le journal appelle : « J'arrête de t'embêter, tu vas jouer dans ton coin. Une histoire de cour de récré. ».
Bref, il instruit une procédure parallèle à la procédure légale.

5- La fable et l'intérêt
Il pourrait sembler qu'il s'agit d'une histoire d'ego. Le juge voudrait que le justiciable plie devant lui.

C'est là qu'intervient la fable de la tache sur le CV.

Le juge ne veut pas simplement rabaisser le caquet du justiciable. La fable de la tache, comme celle de la tache de sang sur la clée de Barbe Bleue, indique que le juge Gentil a un enjeu personnel dans l'affaire, un intérêt. M. Sarkozy est la visée de la Rumeur, car il est le passage obligatoire de cet intérêt.
Qui a pu dire au journal que le juge craignait une tache sur son CV ? Le juge. C'est bien lui qui engage le dialogue avec l'un des producteurs de taches et qui détermine lequel.
Comment le dire sans en parler publiquement ?
Il introduit son intérêt personnel en entrant en contact personnel avec l'intéressé.

Cette démarche hors procédure, et pour tout dire illégale, entraîne le pas de deux dans les couloirs par un soir de pleine lune.

Si le juge n'avait aucun intérêt personnel dans cette affaire de rumeur, il serait passé par la voie procédurale officielle.

Le journal fait passer cet intérêt personnel au bénéfice de la préoccupation qu'aurait le juge Gentil de la tache sur le CV qu'entrainerait le maintien de la demande de récusation. Nous savons que c'est incohérent.

6- La convergence
Quoiqu 'il en soit, la rumeur a bien eu lieu ainsi que la conversation hors procédure et la recontre hors de la procédure et sans doute de la légalité. Que cette rencontre et cette conversation soient toutes les deux virtuelles et distanciées ne change rien à leur tenue.

Comme ce n'est pas une tache qu'il redoute, que recherche -t'il ? Qu'escompte t'il d'une réponse de M. Sarkozy ? Celle-ci est venue sous la forme du retrait de la requête. Qu'en découle t'il ?


M. Sarkozy s'abstient de paraître le 13 septembre lors de la discussion de la requête en récusation déposée par lui-même et ses coinculpés. Peu importe ici que ce soit l'avocat qui doive comparaître, Maître Herzog en l'occurence. Il est M. Sarkozy.
Cette absence sera publiquement remarquée et attibuée à une volonté de concliation avec ce juge que M. Sarkozy et son conseil avaient durement étrillé.

Le juge Gentil n'avait pas besoin de l'avis de M. Sarkozy, ni de ses accomodements, pour prendre ses décisions et pour être assuré du soutien des instances judiciaires à sa procédure.

Pourquoi se met il à gambader dans les couloirs du Palais en racontant à qui veut l'entendre qu'il va rendre un non-lieu dans l'affaire Sarkozy ?

Pourquoi en réplique à ces jeux de jambes M. Sarkosy se retire t'il de la requête en récusation qu'il a ardemment souhaitée depuis sa mise en examen ? Ses co-inculpés n'ont pas apprécié leur solitude et l'ont fait savoir.

Sur quoi repose cette convergence soudaine de refus d'attaquer l'autre ?

7- La passassion de marché
Le retrait de la requête n'est pas l'effacement d'une tache. C'est l'acceptation d'une négociation qui concernerait le CV du juge ; donc, l'intérêt du juge. L'argument de la tache nous dit le lieu de la négociation. C'est sa carrière, en l'espèce une promotion, qui passionne le dit juge dans les couloirs.
La tache sur le CV est le souci qu'a le juge Gentil de sa promotion.

Cette tache imaginaire le gêne terriblement au point qu'il se met à danser dans les couloirs pour attirer l'attention de ceux qui peuvent l'enlever. Qui ? Juste M. Sarkozy. Les autres requêrants ne laissent pas de tache sur le CV des juges ; pas sur celui du juge Gentil en tout cas.

En quoi la carrière du juge concerne t'elle M. Sarkozy ? En rien. Le juge a fait une belle procédure. Il sait qu'elle sera validée. Il ne peut qu'en bénéficier. La fable des taches ne le concerne pas.

Et pourtant, il sollicite l'avis de M. Sarkozy et de lui seul.

Qu'a de particulier cette carrière à cet instant ? Le juge Gentil a demandé plusieurs fois sa mutation dans d'autres tribunaux. Ceux qui ont à le savoir le savent et ils peuvent agir en conséquence. Là, il est mis au courant d'une possible « belle promotion ».

Le juge Gentil tient à en faire part à la presse, aux réseaux de cadres français, parcequ'il ne veut pas que son accession à cette « belle promotion » soit une surprise et qu'elle fasse jaser.

En quoi cette « belle promotion » concerne t'elle M. Sarkozy ?

Cette « belle promotion » ne découle pas de l'examen interne à la magistrature de ses règles d'avancement. Elle est une discussion, une politique, une négocation. Du fait ce caractère politique, elle peut concerner M. Sarkozy.

M. Sarkozy peut être une « tache », un obstacle, à l'accession à cette « belle promotion » parcequ'il est partie prenante de cette discussion.

Si la « belle promotion » n'avait rien à voir avec l'avis de M. Sarkozy, celui-ci n'aurait pas été sollicité et la légende de la tache n'aurait pas été inventée.

Cette tache ne concerne en effet que M. Sarkozy pour la simple raison qu'elle n'existe pas. Elle est donc le fait de la personne que le juge Gentil juge tacheuse, autrement dit impliquée dans sa « belle promotion ».

Pourquoi M. Sarkozy serait t'il plus tacheur que M. Banier ? Parce que M. Banier n'est pas lié à la « belle  promotion ». Il n' y a donc aucune raison de lui attribuer une tache, de lui prédire un non-lieu, de lui suggérer de faire quelque chose comme un retrait de requête, de se manifester par un signe. Il est inutile au juge.

Le retrait est en effet un signe. Le signe que M. Sarkozy a compris le sens des gesticulations de couloirs du juge Gentil et qu'il y répond favorablement.

Il répond à quoi puisqu'il n'est pas le pressing particulier de M. Gentil ?

La seule réponse qu'il puisse donner est qu'il est d'accord pour que la « belle promotion » du juge Gentil ne soit pas entravée ou, pour reprendre le vocabulaire codé du juge taché.

Autrement dit, les donneurs de la « belle promotion » sont des gens qui sont eux aussi en relations avec M. Sarkozy. En tout cas, ils se font du souci pour lui. En même temps, ils aiment bien le juge Gentil. Ils souhaitent que tout le monde s'accorde et s'aime.

C'est une discussion à plusieurs partenaires. Ceux qui présentent la « belle promotion », celui qui en acceptent les conséquences judiciaires, celui qui réceptionne l'acceptation de ces règles par le juge, ceux qui enregistrent cet effort d'harmonie généralisé.
En répandant la rumeur qui va attirer la réponse de M. Sarkozy, le juge Gentil ne favorise pas un justiciable en raison de ses propres conviction, même à l'état de préjugés.
Tel un papillon qui répand ses phéromones, il reçoit et transmet les conditions de d'une transaction.
Le juge fait courir la rumeur, M. Sarkozy s'abstient de paraître, et le principe du non-lieu est acté.
Ce n'est pas une faveur. C'est un marché,

Ce n'est pas exactement une dispute désintéressée. L'échange ne se limite pas un échange de bon procédé.

M. Sarkozy ne se contente pas de recevoir, il donne. Il y a un échange sans lequel l'action ne fonctionne pas. M. Sarkozy n'est pas seulement bénéficiaire d'un avantage indu. Il participe à la formation de la décision.

La « belle promotion » a ceci de particulier qu'elle est « belle ». Comme toutes les beautés du monde, elle possède quelque chose en plus. Un plus par rapport à ce que serait une promotion. Un plus qui ne peut s'acquérir que dans une transaction qui ne peut justifier de sa légalité à ce point qu'elle doit se tenir hors des lieux de diction de la légalité.

C'est ce que les juges d'instruction appelle un enrichissement personnel.

8- Le pacte de corruption
La négociation ne porte pas sur une transaction visant le contenu du dossier.

En mettant la « belle promotion » à la portée du juge gentil, les protecteurs de M.Sarkozy obtiennent que le juge abandonne les poursuites contre celui-ci.

Ce non-lieu ne vient pas d'une apréciation du dossier. Il vient d'une négociation sur la carrière du juge. M. Sarkozy, par le retrait de la « requête en récusation », signifie son accord avec l'accès du juge à une « belle promotion ». En retour, il reçoit le non-lieu.

La clé de la négociation étant qu'en dernière instance M. le juge n'a pas à justifier de ses décisions.

Le journaliste conclut par ces mots : « Je te tiens, tu me tiens... ». Nous sommes en France.



Pour sortir du dossier, le juge n'avait qu'à prononcer le non-lieu dans son bureau. S'il sort de son bureau pour discuter avec un justiciable, c'est parce que la discussion sort du dossier.

Les deux protagonistes publics et les fournisseurs de la « belle promotion » sont tous acteurs d'une discussion visant trés probablement à la subordination d'une procédure judiciaire à l'enrichissement personnel du magistrat instructeur et à la disculpation d'un prévenu de la culpabilité duquel le magistrat en voie d'enrichissement s'est montré convaincu préalablement à la proposion de la « belle promotion ».

Si cela est le cas, c'est ce qu'il est convenu d'appeler un pacte de corruption. Il est impossible de ne pas voir dans ce qui nous est présenté par la presse comme une carambouille judiciaire ce qu'en Italie du Sud on appelle une corruption maffieuse. Une criminalité en bande organisée.

Il suffira pour tout enfouir dans le silence que les médias entonnent le grand air de « la maigreur du dossier », avec le célèbre refrain: ça devait finir comme ça.....

Qu'est-ce que la corruption de nos jours ?

9- Les certitudes :
1- Ces gens ne sont pas des pauvres. Sinon les magistrats auraient scrupuleusement veillés à ce que l'Etat ne puisse pas les enrichir.

Quand une handicapée mentale à la Cotorep doit toucher des dommages et intérêts de la part d'un voyou, le procureur de la République intervient en personne pour que le voyou ne paie rien.

2- Ils ne sont pas des malades mentaux. Sinon, les magistrats auraient veillés à ce qu'ils soient reconnus accessibles à la peine et à la destuction carcérale.

Chapître 3 : L'extension du domaine de protection
La protection dont bénéficie M. Sarkozy semble ne pas avoir de limite.

Si un juge doit plier devant M. Sarkozy, on comprend que les magistrats concernés n'imaginent même pas d'examiner la demande faite par un quidam de l'ouverture d'une enquête préliminaire visant M. Sarkozy pour une information de viol, proxénétisme, détournement de fonds publics, violation de la constitution, agression du Pouvoir législatif.

La provocation policière lors de la pseudo convocation du quidam pour une audition prend son explication dans cette corruption.

Pendant qu'on demande à des malades mentaux délirants de répondre de leurs actes, tout est fait pour protéger M. Sarkozy dont les cercles dirigeants semblent avoir l'utilité.

Le paradoxe :
A- L'action
M. Kennyatta, Président du Kenya, dont le père a dirigé l'accession à l'indépendance, est inculpé par la Cours pénale internationale. Il est africain et noir.
Plusieurs Présidents africains en exercice sont inculpés par les tribunaux français pour l'infraction dite des « biens mal acquis ». Ils sont africains et noirs.
Pour inculper des Chefs d'Etat en exercice, les tribunaux français ont dissocié le corps du Chef de l'Etat, soumis à l'immunité, du corp du particulier, justiciable comme un autre. Ils sont africains et noirs.
M. Strauss-kahn, Président du FMI au moment des faits, bénéficiant du statut de Chef d'Etat, de l'immunité qui l'accompagne, sera mis en accusation pour les faits d'agression sexuel à New-York et pour les faits de proxénétisme à Lille.
Pour l'accuser, à Lille, les magistrats établiront que le seul fait de baiser une prostituée est constitutif du proxénétisme. Un magistrat de la Cour de Cassation interviendra en dehors de ses fonctions pour stigmatiser l'accusé.
M. Strauss-kahn est français et blanc mais il gêne les Etats-Unis.

Nous remarquons que dans tous ces cas de figures, les magistrats ont fait preuve d'imagination juridique pour parvenir à l'inculpation du justiciable.

B- L'Omerta
Par contre, il est insupportable aux magistrats français de seulement entendre M. Sarkozy, cadre européen associé aux Etats-Unis, pour examiner avec lui une affaire de viol d'une députée et de délinquance financière et statutaire durant l'exercice de ses fonctions.

Question subsidaire, à quel corps le pénis de M. Sarkozy appartient-il ?
a- Celui de l'Etat
Dans ce cas, il doit en déposer l'usage au service adéquat en quittant ses fonctions.
b- Celui du particulier ?
Dans ce cas, il doit répondre de l'usage criminel de son pénis devant la justice.








Chapître 4: La banalité de l'inculpation

1)- Les faits
Le 24,09,13, voici ce que nous apprenons par un journal gratuit du métro :

« SOCIETE - Il a été mis en examen pour exhibition et corruption passive...

1- Un CRS de l'A13 a été mis en examen à Versailles (Yvelines) pour «exhibition sexuelle» et «corruption passive» et écroué mardi, après avoir réclamé des faveurs sexuelles contre la promesse d'effacer des procès-verbaux, a indiqué mercredi le parquet.
2- Le 19 août dernier, sur l'A13, au niveau de Morainvilliers (Yvelines), ce policier de la CRS autoroutière a proposé à une femme de faire annuler ses PV en échange de faveurs sexuelles.
3- Il est également mis en examen pour des «faits multiples» plus anciens, a ajouté le Parquet de Versailles, sans donner plus de détails. L'enquête avait été confiée à l'IGPN, «la police des polices».
4- «Le pantalon baissé» dans la voiture de police
Selon le Parisien, qui a révélé l'affaire, ce jour-là, le policier de la compagnie autoroutière Ouest-Ile de France, seul à bord d'un véhicule de police, a intimé à une mère de famille de 35 ans l'ordre de s'arrêter à une aire de repos de Morainvilliers. «Il relève une série d'infractions sur le véhicule de l'automobiliste (...) entre dans sa voiture pour rédiger les amendes avant de lui demander de le rejoindre».
5- «Stéphanie voit alors le policier, le pantalon baissé et en état d'excitation. Il avance que les procès-verbaux pourraient être effacés si elle se montrait conciliante», relate le quotidien.
6- Devant le refus de la mère de famille, «le policier se rhabille, ne la verbalise pas et propose de raccompagner la jeune femme chez elle», poursuit le Parisien qui précise que le policier est passé aux aveux.
Avec AFP »

2)- Analyse

1- Identité

C'est la réplication de l'affaire Sarkozy.

Une personne investie de l'autorité publique construit les rapports des personnes investies de cette autorité à une personne tierce comme un rapport de dépendance personnelle de la seconde aux premières.



Le représentant des pouvoirs publics utilise cette situation de dépendance créée par elle-même pour sortir son pénis et exiger une fellation contre la fin de la dépendance.

1- Dans un cas, la demande de subvention d'une députée est transformée par l'autorité du Pouvoir exécutif en demande d'un avantage personnel. Celle-ci est conçue comme impliquant la subordination de la demanderaesse au bon vouloir de l'autorité exécutive. Celle-ci devient alors une personne dispensatrice de faveurs.
2- Dans l'autre cas, l'organisation de la mise en faute d'une personne automobiliste permet au fonctionnaire concerné de dire qu'il y a dépendance de l'automobiliste, homme ou femme, à l'égard du fonctionnaire gestionnaire de la faute qu'il a lui-même provoquée. Il devient alors dispensateur de faveurs.

Dans les deux cas :
1- L'espace public du marché de corruption s'établit par l'ouverture du pentalon, la sortie du pénis, la revendication d'une fellation.
2- Cette scène physique s'accompagne d'une scène morale qui établi un nouveau contrat de type caritatif qui est commun à tous les violeurs : le violeur place la personne dépendante dans l'obligation morale de rendre un service à une personne en état de grande détresse physique, ici sexuelle.
a- Dans un cas : « Tu ne peux pas me laisser comme ça... »
b- Dans l'autre cas : Sois gentille...
5- Le contrat est rempli par le fait que les deux parties accèdent à la souffrance de l'autre partie et font preuve de générosité l'une envers l'autre.
6- La personne dépendante qui refuserait de remplir le contrat montre qu'elle est une égoïste ignoble.
7- Elle mérite donc la sanction qui accompagne ce refus :
a- Le refus de la subvention
b- La validation de la contravention.
8- Cqfd.

Il y a cependant une différence majeure entre les deux criminels :
1- M. Sarkozy a refusé de laisser la place à l'expression d'un refus de la part de la députée. Il est allé jusqu'au bout de l'exploitation sexuelle de cette femme, la concrétisation de la jouissance sexuelle. Il a prononcé la formule rituelle des violeurs : C'est raté ou je n'ai même pas joui. Il importe que le violeur disqualifie jusqu'au bout la personne violée. Salope et incapable.
2- Le Crs par contre a su entendre le refus de la conductrice d'accepter la fellation, Il s'est arrêté dans sa procédure d'exploitation sexuelle de cette femme. Il a reconnu le refus de la femme comme étant sa propre loi et il a reconnu sa subordination à la loi.



Pourtant, le Crs est inculpé et placé en détention avant le procès. Or, le Crs n'a pas les moyens d'intervenir sur le délit. Par conséquent, c'est au nom du trouble à l'ordre public que représenterait son maintien en liberté qu'il est incarcéré.

L'incarcération du justiciable indique que le simple fait d'une proposition et d'une exhibition sexuelle sont classées judiciairement comme une activité criminelle. Ce classement à lieu avec l'accord de la hiérarchie policière et des syndicats.

Pour faire bonne mesure on lui adjoint toutes les fautes incluses dans son dossier administratif. C'est un grand classique de toutes les offensives de type patronal visant à se débarrasser d'une personne de type salariée. On rencontre les mêmes procédés dans les associations volontaires.

Ce qui nous concerne ici, c'est la simplicité du rapport des faits aux décisions judiciaires :
1- Pour le Crs, l'acte est de l'ordre du viol. Il va en prison préventive. Radiation et peine ferme couvrant la préventive suivront nécessairement.
2- Pour M. Sarkozy, l'acte est de l'ordre du propos de table. Quiconque en demande compte à la justice est considérér comme un obsédé de la procédure qui voit le mal partout et n'a pas compris que les femmes députées doivent « coucher », satisfaire les besoins sexuels des hommes d'Etat.

Ces deux cas sont des réalités juridiques identiques parfaitement comparables termes à termes.

Il en va de même des autres cas étudiés dans les courriers précédents. Telle la comparaison des procédures engagées contre M. Strauss-Kahn, Président du FMI, de rang de Chef d'Etat lors de la commisison des faits, et l'abscence de procédure vis-à-vis de M. Sarkozy, de rang de Chef d'etat lors de la commisison des faits.

Une fois de plus nous sommes confrontés à une inégalité devant la loi entre les français.











Conclusion

Au titre de citoyen et de contribuable, je devrais accepter :

1- Qu'on envoie en prison préventive, avec ce que cela suscite d'interrogations et de coûts, un fonctionnaire qui a su entendre la voix de sa victime, donc de la loi, et s'arrêter dans le crime ; alors qu'on couvre une criminalité identique de la part d'un homme qui n'a même pas su entendre la voix de sa victime et à donc persévéré jusqu'au bout dans le déni de la loi.

2- Que dans un Palais de justice, on organise un pacte de corruption avec enrichissement personnel du magistrat, aux frais du contribuable, et non-lieu consécutif pour le justiciable. Ceci, de façon certaine si l'on en croit les faits rapportés par le journal et de façon fort probable selon la réputation judiciaire de ce journal.

3- Qu'on organise l'omerta sur le viol d'une députée, du Trésor public, du Pouvoir législatif.

4- Qu'on organise une criminalité légale et maffieuse à l'occasion des malades mentaux.

C'est tout ?

Je vous prie d'agréer, Monsieur le procureur de la République, l'assurance des mes salutations distinguées,



Marc SALOMONE