Monday, April 22, 2013

Sarkozy, Bartolone, Magistrates, honesty, democracy, responsibility

Sarkozy, Bartolone, Magistrates, honesty, democracy, responsibilityd.50 @ gmx.frmadic50.blogspot.com
The reference text is the French text;Translation google translation


Paris, Monday, April 22, 2013



Christiane TAUBIRAAttorney,Minister of Justice
Christine MaugueChief of Staff

13, place Vendôme75042 PARIS CEDEX 01Tel. : 01 44 77 60 60Fax: 01.44.77.60.81




Copy to:President of the RepublicMr. prosecutorof Paris


Subject: Shared Responsibility


Madam Attorney General,
1) - Shared responsibility
The President of the Republic is facing alone the consequences of the absence of Mr. Cahuzac. He wondered how to ensure that politicians can not reproduce such errors. The government is proposing legislative reforms. Parliament must debate. It is the responsibility of the Executive Branch. It is in his role.
  
Pathways responsibilities that lead to such a shock to public confidence in the institutions they are solely or even mainly consist of practices called political social networks?
Georges Pompidou in The Gordian knot has already discussed this issue with regard to the crime leaders in the use of the atomic bomb Hiroschima.
Can we stick to the ancient figure of the Prince who assumes the crimes and intellectual who denounces? He answers this question by concluding: "The responsibilities are shared singularly."
The President made from crime induced by the exercise of government. Why would they not magistrates from crime produced by the exercise of their professional activities?
2) - The case Bartolone
The workman who made the request for the study of reciprocal relations between services using a racketeer Switzerland and elected. This being elected Mr. Bartolone, President of the National Assembly. The judges filed away
Six months after this no further, the press (Bfm-tv, The Chained Duck) advanced the management of Mr. Bartolone activity in mobilizing parliamentarians from all sides against the transparency policy of the President.
Wednesday, April 17, in an article, P.3 "The 'sam'suffit' of Bartolone," the Chained Duck begins with these words:- "Claude Bartolone took the head of the parliamentary peasant revolt against the publication of assets of elected. There sees a "danger to democracy." And also, perhaps, a danger for its tranquility ... "
The title of Chained Duck, "The 'Sam'suffit" of Bartolone "is ambiguous. It may be called the dream home of Mr. Bartolone. He may also appoint the concerns of journalists when the legal quality of the heritage of Mr. Bartolone.
Le Canard chained article concludes by recalling:1 - Mr. Bartolone wants to become Prime Minister2 - Mr. Bartolone will then "spend"
Whether in the commentary or bfmtv this article Chained Duck, I see a change in tone vis-à-vis policy. Now policies no longer have a legal immunity. They must meet the established facts.
Since it was asked magistrates to investigate the facts of the issues Mr. Bartolone civil relations, it would have been appropriate, in accordance with well-functioning institutions, the judiciary prissent initiated an audit those found between elected and adventurer links?
As in the case Cahuzac, it absolutely must wait for a "Deep Throat", French or foreign, instills in the French press investigation poison of suspicion or evidence, for a man who will be able to become "Prime Minister"?
The magistrates they demean taking the initiative to a hearing of the fourth person in the country to hear about their personal relationships and reciprocal tax services with a racketeer who is also a tax exile?
For now, in the case Cahuzac or the Bettencourt affair, journalists say publicly that justice repeats word for word the composition of their records. Is this the mark of a constitutional "Authority"?
3) - The case SarkozyWe are told on the sly opening a preliminary inquiry into the facts surrounding the alleged financing of the election campaign of Mr. Sarkozy in 2007 by Gaddafi. As in the Bettencourt affair, it is a juridiciaire initiative based on inferences, assumptions, presumptions.
The legitimacy of these legal concerns should not lead to disqualify any questioning based on tangible items, public and easily verifiable.
Why not open a preliminary investigation into the suspected rape of a member by Sarkozy?Answer:a-In case the ruling groups are divided. The composition of the groups with the executive affects the signs of criminal activity.b-In the other, they are united. All participants in the dissemination of information signaled their rejection of any intrusion of justice. Judges endorse this code of honor mafia. This code specifically designed to perpetuate the practices complained of.
Where is the famous independence of the judiciary?
3) - The removal of the JudiciaryThe withdrawal of the judicial authority and subordination of the legal action in the balance of power between the leaders of the groups involved disqualification government.
To the extent that the existence of an independent judiciary providing real separation of powers is a prerequisite for democracy, the withdrawal of judges serving democracy. It is noted that the news reporters, referring to the factious event on 6 February 1934.
Is it a coincidence that the only two formal oral comments I have ever obtained are:1 - That a police commander. Before all the police officers of the 17th arrondissement, together with tapestry, including the new commissioner, he blurted out, "You're in your place Mr. Salomone: down! ".2 - The Chief Commissioner: "Today, it is a simple medical examination. The next time it will be much more serious. "3 - Mr. prosecutor involved in right to this conspiracy.4 - It was meant to cover rape, false public documents, conspiracy between official and civilian thugs criminals operating mentally handicapped.
Today, the promiscuity of crime and official networks involves the functioning of institutions or society. Dishonesty or crime, judges are real disadvantages to tackle modern crime.
In fact, the experiment confirms the correctness of the remark of Mr. Pompidou on shared responsibilities.
Please accept, Madam, the assurances of my highest consideration,
 
Marc Salomone

Sarkozy, Bartolone, Magistrats, honnêteté, démocratie, responsabilités

Sarkozy, Bartolone, Magistrats, honnêteté, démocratie, responsabilités

d.50@gmx.fr

madic50.blogspot.com


Paris, le lundi 22 avril 2013




Christiane TAUBIRA
Garde des Sceaux,
Ministre de la Justice

Mme Christine MAUGÜÉ
Directrice du cabinet


13, place Vendôme
75042 PARIS CEDEX 01
Tel. : 01 44 77 60 60
Fax : 01.44.77.60.81





Copie à :
Monsieur le Président de la République
Monsieur le procureur de la République
de Paris



Objet : Partage des responsabilités



Madame la Garde des Sceaux,

1)- Les responsabilités partagées

M. le Président de la République fait face, seul, aux conséquences de la faute de M. Cahuzac. Il s'interroge sur les moyens de faire en sorte que les hommes politiques ne puissent reproduire de pareilles fautes. Le gouvernement propose des réformes législatives. Le Parlement doit en débattre. C'est la responsabilité du Pouvoir exécutif. Il est dans son rôle.
Les filières des responsabilités qui conduisent à un tel ébranlement de la confiance publique envers les institutions sont elles uniquement, voire même principalement, constituées des pratiques des réseaux sociaux appelés politiques ?

Georges Pompidou, dans Le Noeud Gordien, a déjà examiné cette question en ce qui concerne la criminalité des gouvernants dans l'usage de la bombe atomique à Hiroschima.

Peut on s'en tenir à l'antique figure du Prince qui assume les crimes et de l'intellectuel qui les dénonce ? Il répond à cette question en concluant : « Les responsabilités se sont singulièrement partagées ».

M. le Président fait face à la criminalité induite par l'exercice du gouvernement. Pourquoi les magistrats ne feraient ils pas face à la criminalité produite par l'exercice de leurs activités professionnelles ?

2)- Le cas Bartolone

C'est un ouvrier qui a présenté la demande d'étude des relations de services réciproques entre un affairiste utilisant la Suisse et un élu. Cet élu étant M. Bartolone, Président de l'Assemblée nationale. Les magistrats ont classé sans suite

Six mois après ce classement sans suite, la presse (Bfm-tv, Le Canard Enchaîné) pointe l'activité dirigeante de M. Bartolone dans la mobilisation des parlementaires de tous bords contre la politique de transparence de M. le Président.

Le mercredi 17 avril, dans un article, P.3, « Le 'sam'suffit' de Bartolone », le Canard Enchaîné commence par ces mots :
- « Claude Bartolone a pris la tête de la jacquerie parlementaire contre la publication du patrimoine des élus. Il y a voit un « danger pour la démocratie ». Et aussi, peut être, un danger pour sa tranquilité... »

Le titre du Canard Enchaîné, « Le « Sam'suffit » de Bartolone », est ambigu. Il peut nommer la maison du rêve de M. Bartolone. Il peut aussi nommer les préoccupations des journalistes quand à la qualité juridique du patrimoine de M. Bartolone.

Le Canard enchaîné termine l'article en rappelant :
1- M. Bartolone veut devenir Premier Ministre
2- M. Bartolone devra alors « y passer »,

Que ce soit dans le commentaire de Bfmtv ou dans cet article du Canard Enchaîné, je vois un changement de ton vis-à-vis des politiques. Désormais, les politiques ne bénéficieront plus d'une immunité morale. Ils devront répondre des faits constatés.

Depuis qu'il a été demandé aux magistrats d'enquêter sur des faits des relations civiles problématiques de M. Bartolone, n'eût il pas été judicieux, conforme au bon fonctionnement des institutions, que les magistrats prissent l'initiative d'une vérification de ces liens avérés entre un élu et un aventurier ?

Comme dans l'affaire Cahuzac, faut il absolument attendre qu'une « Gorge profonde », française ou étrangère, instille dans la presse d'investigation française le poison du soupçon, voire de la preuve, concernant un homme qui aura peut être réussi à devenir « Premier Ministre » ?

Les magistrats se rabaisseraient ils en prenant l'initiative d'une audition du quatrième personnage de l'Etat pour l'entendre sur ses relations de services personnels et fiscaux réciproques avec un affairiste qui est aussi un exilé fiscal ?

Pour l'instant, dans l'affaire Cahuzac ou dans l'affaire Bettencourt, les journalistes disent publiquement que la justice reprend mot à mot la composition de leurs dossiers. Est-ce la marque d'une « Autorité » constitutionnelle?

3)- Le cas Sarkozy
On nous annonce en catimini l'ouverture d'une enquête préliminaire sur les faits concernant un présumé financement de la campagne électorale de M. Sarkozy, en 2007, par M. Kadhafi. Comme dans l'affaire Bettencourt, il s'agit d'une initiative juridiciaire reposant sur des déductions, des suppositions, des présomptions.

La légitimité de ces préoccupations judiciaires ne doit pas conduire à disqualifier un questionnement qui repose sur des éléments tangibles, publics, facilement vérifiables.

Pourquoi alors ne pas ouvrir une enquête préliminaire sur la présomption du viol d'une députée par M. Sarkozy ?
Réponse :
a- Dans un cas, les groupes dirigeants sont divisés. La composition des groupes qui disposent du pouvoir exécutif influe sur les signes de l'activité judiciaire.
b- Dans l'autre, ils sont unis. Tous les participants à la diffusion de l'information ont marqué leur refus de toute intrusion de la justice. Les magistrats avalisent ce code de l'honneur maffieux. Ce code vise expressément à perpétuer les pratiques incriminées.

Où est la fameuse indépendance de la justice ?

3)- Le retrait de l'Autorité judiciaire
Ce retrait de l'Autorité judiciaire et cette subordination de l'action judiciaire aux rapports de forces entre les groupes dirigeants participent de la disqualification des pouvoirs publics.

Dans la mesure où l'existence d'une justice indépendante assurant une réelle séparation des pouvoirs est une des conditions de la démocratie, ce retrait des magistrats dessert la démocratie. C'est ce que notent les journalistes en évoquant l'actualité de la manifestation factieuse du 6 février 1934.

Est-ce un hasard si les deux seuls commentaires oraux officiels que j'aie jamais obtenus sont :
1- Celui d' un commandant de police. Devant tous les officiers de police judiciaire du 17° arrondissement, réunis en tapisserie, y compris la nouvelle commissaire, il a lâché : « Vous êtes à votre place Monsieur Salomone : en bas ! ».
2- Le Commissaire principal : « Aujourd'hui, c'est une simple visite médicale. La prochaine fois ce sera beaucoup plus grave ».
3- M. le procureur de la République participait de plein droit à cette association de malfaiteurs.
4- Elle visait à couvrir : viol, faux en écritures publiques, association de malfaiteurs entre voyous civils et criminels officiels, exploitation de handicapés mentaux.

Aujourd'hui, cette promiscuité du crime et des réseaux officiels met en cause le fonctionnement même des institutions, voire de la société. La malhonnêteté, voire la criminalité, des magistrats sont de vrais handicaps pour aborder la criminalité moderne.

En effet, l'expérience confirme la justesse de la remarque de M. Pompidou sur le partage des responsabilités.

Je vous prie d'agréer, Madame la Ministre, l'assurance de mes salutations distinguées,
Marc SALOMONE

Wednesday, April 17, 2013

Sarkozy, judges, mistakes and faults, omerta, social segregation


Sarkozy, disturbance errors, mistakes operation, omerta and social segregationd.50 @ gmx.frmadic50.blogspot.com

Paris, Tuesday, April 16, 2013


Copy to:President of the RepublicMadam AttorneyYour Ref. 12/00282 (to be quoted in all correspondence)
Subject: errors disturbance faults of operation; Omerta and social segregation.
Mr. prosecutor
The omerta procedure serves to meet the demand investigation into the allegations against Mr Sarkozy by Mrs. William.At the same time:a-Under the auspices of the government elected and gota associations met in Paris to demand the criminalization of clients of prostitutes.b-The media tell us that Mr Fillon, former Prime Minister, is the subject of a preliminary investigation to a request for survey without competitive call for its exercise. That the person insane.c-Mr Sarkozy is indicted for being an abuse of weakness. That the person insane.


In this enumeration to Prévert are:1 - From the criminalization of clients of prostitutes. But not a word of the same on the testimony of Dr. William about a client that turns an honest woman prostitute.2 - Opening of preliminary investigations simple denunciations press Cahuzac, Sarkozy, Fillon, etc..But not a word about the testimony of Mrs. William.3 - The Indictment of Mr Sarkozy from denunciations of the press; BETENCOURT.But not a word about the testimony of Mrs. William.There is still a glaring inequality in considering two facts with equal qualifications on the same defendant, the same justice.Mr. Sarkozy is Indicted under Abuse of weakness. In this case, this qualification is indirect. Abuse of weakness was, if successful, to get money. The qualification raising campaign funds is the main direct charge is prescribed. Lawyers for Mr. Sarkozy are sure to ask the judge if the abuse of weakness is not an artificial way around a limitation period. The facts are disputed by the applicant.By cons, in the rape of the member, the abuse of weakness is the direct description of the offense. For sexually abusing a person must take advantage of his weakness. We can ask for money without abusing the weakness of a person, even elderly. You can not violate a prostitute MP, embezzle public funds, without abusing a position of weakness. The facts have not been disputed by the applicant.Therefore if the qualification Abuse weakness is chosen for the application of electoral funds, it must be retained for rape.However, in this case, justice, the same country for the same person, the same qualification, refused to open an investigation, or the simple examination of the facts. It discards its responsibilities by giving the establishment of evidence in the hands of a peacekeeper who makes it impossible, probably on the order.Honesty and professionalism are the cornerstones of the moralization of public action. From the moment one deviates, it inevitably goes to corruption.It is clear that justice is using the press to choose his actions. It's not the press that informs the public of the actions of justice. It is justice that chooses to study the faults from those presented by the press.For this purpose the court makes its reasoning for that of the press.The Director of Médiapart said on television that the procedure Indictment of Mr. Sarkozy, or judicial hearing Mr. Cahuzac, were copied and pasted from the exposure device surveys Médiapart.In writing his book, Dr. William develops intelligent omerta, echoed by the media after the publication of his book. This is to state the facts and code their public choking to disqualify both any desire to debate and debaters.The famous civil society is silent: feminist associations, the tax union, parliamentarians, lawyers, unions magistrates Anticor Association.Refusals, nothing.Lawyers are too busy.Journalists have already announced their choice.Publishers are specialized in all but not that.The newspaper Le Monde, 12.12, 12, entitled "Ile de France:" Huchon system, "which Mr. prosecutor was informed by me on 18.12.12, is an act of company committed witness tampering by the Department of Regional Council of Ile de France. The main French newspaper is professionally involved in a maneuver of corruption.The magistrates held their subordination to the omerta:They covered the relationship with Mr. Bartolone wheeler; financial escapades regional elected Ile de France.They are silent on the witness tampering organized by the Directorate of the Regional Council of Ile de France.Why they would study at one what they hide in the other?Of course, in the case of Mr. Sarkozy, there is rape of a woman, a member of the constitution, hotel and agrave procurement, embezzlement, tax evasion, etc.. It is more difficult to close the case by saying that it is neither criminal nor important.Faced with this reality, the judiciary implements two formulas President Queuille:1 - "There is no problem that an absence of solution eventually overcome. "2 - "Politics is not the art of solving problems, but to silence those who ask. "The use of silence and torture are indeed two common practices of magistrates to remove intruders and organize the impunity of State officials. These are the eyes of the judges only guarantors of the peace. Incursions of justice in their practices can only be of the order of settling of accounts or internal adjustment.This is not a technocratic state. This is a Teutonic state.This subordination of justice to a clique of civil society in the way of the Fourth Republic, organizes out of colonial deviation between State officials and the people. Agree among themselves on the faults of disturbance that judge the faults of operation that covers one begins.The distinction between the two weaknesses Abuse has no other purpose.If I had to sum up in a word that judicial policy, it would be this: The judges are wrong and they bring justice wrong.Please accept, Mr. prosecutor, the assurance of my highest consideration,
Marc Salomone

Sarkozy, magistrats, fautes et fautes, omerta, ségrégation sociale

Sarkozy, fautes de perturbation, fautes de fonctionnement, omerta et ségrégation sociale
d.50@gmx.fr
madic50.blogspot.com

Paris, le mardi 16 avril 2013




Copie à :
Monsieur le Président de la République
Madame la Garde des Sceaux

Vos Réf. : 12/00282 (à rappeler dans toute correspondance)

Objet : fautes de perturbation, fautes de fonctionnement ; Omerta et ségrégation sociale.


Monsieur le procureur de la République


L'omerta sert de procédure pour répondre à la demande d'enquête préliminaire concernant les faits imputés à M. Sarkozy par Mme Guillaume.

Au même moment :
a- Sous l'égide du gouvernement le gota électif et associatif se réunit à Paris pour demander la pénalisation des clients de prostituées.
b- Les médias nous annoncent que M. Fillon, ancien Premier Ministre, est visé par une enquête préliminaire pour une demande de sondage sans appel concurrentiel durant son exercice. Ce que l'intéressé dément.
c- M. Sarkozy est mis en examen pour la qualification d'abus de faiblesse. Ce que l'intéressé dément.




Dans cette énumération à la Prévert, on trouve :
1- De la criminalisation de clients de prostituées. Mais pas un mot des mêmes sur le témoignage de Mme Guillaume concernant un client qui transforme une femme honnête en prostituée.
2- De l'ouverture d'enquêtes préliminaires sur simples dénonciations de presse, Cahuzac, Sarkozy, Fillon, etc.
Mais pas un mot sur le témoignage de Mme Guillaume.
3- De la Mise en examen de M. Sarkozy à partir de dénonciations de presse ; Bétencourt.
Mais pas un mot sur le témoignage de Mme Guillaume.

Il y a tout de même une inégalité flagrante dans l'examen de deux faits à qualifications identiques, concernant le même justiciable, par la même justice.

M. Sarkozy est Mis en examen au titre de l'Abus de faiblesse. Dans ce cas, cette qualification est indirecte. L'Abus de faiblesse visait, s'il est retenu, à obtenir de l'argent. La qualification de collecte de fonds électoraux qui est l'accusation principale, directe, est prescrite. Les avocats de M. Sarkozy ne manqueront pas de demander au juge si l'Abus de faiblesse n'est pas un moyen factice de contourner un délai de prescription. Les faits sont contestés par l'intéressé.

Par contre, lors du viol de la députée, l'Abus de faiblesse est la qualification directe de l'infraction. Pour abuser sexuellement d'une personne, il faut abuser de sa faiblesse. On peut demander de l'argent sans abuser de la faiblesse d'une personne, même agée. On ne peut violer, prostituer une députée, détourner des fonds publics, sans abuser d'une situation de faiblesse. Les faits n'ont jamais été contestés par l'intéressé.

Par conséquent si la qualification d'Abus de faiblesse est retenue pour la demande de fonds électoraux, elle doit être retenue pour le viol.

Or, dans ce cas, la justice, du même pays, pour la même personne, la même qualification, refuse l'ouverture d'une enquête, soit le simple examen des faits. Elle se défausse de ses responsabilités en remettant l'établissement de la déposition aux mains d'un gardien de la paix qui la rend impossible, probablement sur ordre.

L'honnêteté et la conscience professionnelle sont les piliers de la moralisation de l'action publique. A partir du moment où on s'en écarte, on passe inévitablement à la corruption.

Il est manifeste que la justice se sert de la presse pour choisir ses actions. Ce n'est pas la presse qui informe le public des actions de la justice. C'est la justice qui choisit les fautes à étudier parmi celles présentées par la presse.
A cet effet la justice subordonne son raisonnement à celui de la presse.

M. le Directeur de Médiapart a expliqué à la télévision que la procédure de Mise en examen de M. Sarkozy, ou l'audition judiciaire de M. Cahuzac, étaient des copiés-collés du dispositif d'exposition des enquêtes de Médiapart.

Dans l'écriture de son livre, Mme Guillaume met au point l'omerta intelligente, reprise par les médias dès la publication de son livre. Celle-ci consiste à exposer les faits et à coder leur étouffement public, à disqualifier à la fois toute volonté d'en débattre et les débatteurs.

La fameuse société civile est muette : Associations féministes, syndicat du fisc, parlementaires, juristes, syndicats de magistrats, Association Anticor.
Des refus, rien.
Les avocats sont trop occupés.
Les journalistes ont déjà annoncé leurs choix.
Les éditeurs sont spécialisés en tout mais pas en ça.

L'article du journal Le Monde du 12.12;12, intitulé : « Ile de France : le « système Huchon », dont M. le procureur de la République a eu connaissance par mes soins le 18.12.12, est un acte de l'entreprise de subornation de témoin engagée par la Direction du Conseil régional d'Ile de France. Le principal journal français est impliqué professionnellement dans une manoeuvre de corruption.

Les magistrats ont organisé leur subordination à cette omerta :
Ils ont couvert les relations de M. Bartolone avec un affairiste ; les frasques financières des élus régionaux d'Ile de France.
Ils font le silence sur la subornation de témoin organisée par la Direction du Conseil régional d'Ile de France.
Pourquoi étudieraient ils chez l'un ce qu'ils masquent chez l'autre ?

Bien sûr, dans le cas de M. Sarkozy, il y a viol d'une femme, d'une députée, de la constitution, proxénétisme hôtelier et agravé, détournement de fonds publics, fraude fiscale, etc. Il est plus difficile de clore la procédure en disant que ça n'est ni pénal ni important.

Face à cette réalité, la magistrature met en œuvre deux formules du Président Queuille :

1- « Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
2- « La politique n'est pas l'art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »
L'usage du silence et de la torture sont en effet deux pratiques ordinaires des magistrats pour éliminer les gêneurs et organiser l'impunité des cadres de l'Etat. Ceux-ci sont aux yeux des magistrats les seuls garants de la paix publique. Les incursions de la justice dans leurs pratiques ne peuvent être que de l'ordre du règlement de compte ou de l'ajustement interne.

Ce n'est plus un Etat technocratique. C'est un Etat teutonique.

Cette subordination de la justice à une camarilla de la société civile, à la façon de la quatrième République, organise une rupture de type coloniale entre les cadres de l'Etat et le Peuple. On se met d'accord entre soi sur les fautes de perturbation qu'on juge et les fautes de fonctionnement qu'on couvre.

La distinction des deux Abus de faiblesses n'a pas d'autre raison d'être.

Si je devais résumer d'un mot cette politique judiciaire, ce serait ainsi : Les magistrats se trompent et ils mettent la justice en tord.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le procureur de la République, l'assurance de mes salutations distinguées,


Marc SALOMONE

Monday, April 08, 2013

Sarkozy, crime and justice, theses Sarkozy

Sarkozy, crime and justice, theses Sarkozy
d.50 @ gmx.fr
The reference text is the French text


Paris, Monday, April 8, 2013



Mr. prosecutor



Copy to:- President of the Republic- Madam Attorney



Subject: criminals and the public authority


Mr. prosecutor
Title 1: The thesis of Mr. SarkozyOn 25 March 2013, Mr Sarkozy published on his Facebook page a statement of principle that contains theories about its relationship to justice.
These formulas are universal. They are independent of the case for which they were produced.
For theses Mr. Sarkozy disqualify all those who claim to be a reference to their inertia and their participation in Omerta.
1) - The text on Facebook"When I face the ordeal of a formal unfair and unfounded review, I want to thank from my heart all those who wanted to show me their trust. To all those who I supported as well as those who fought me, I want to state that at no time in my public life, I have not betrayed my duties.I will devote all my energy to demonstrate my integrity and honesty. The truth will prevail. I have no doubt.Needless to say, I claim no special treatment except that of every citizen to have the right to a fair and impartial justice.This is because I have confidence in the judicial institution that I will use the remedies which are open to all citizens. NS "
2) - The "treason""I want to say that at no time in my public life, I have not betrayed my duties. "
Subject Mrs. William, the Chained Duck, Canal +, the Nouvel Observateur, which I use as reference, have told the truth, do not be deceived, have checked their sources, the facts contradict this formula.
Mr. Sarkozy has "betrayed his duties" by:1 to 1 rapeMost likely a-gangb-rape, pimping, pandering hotel, embezzlement, tax evasion of taxes,2 - Rape of a memberRape of a representative of the Legislature by the Head of State, ie the Executive.Rape of the separation of powersRape of the Constitution3 - Criminal Changing how governmentCreating a parallel mafia law in public administrative law.Droit de seigneur on administrative administered.
It is therefore clear that Sarkozy can not account by itself criminal facts reported by the press concerning the functioning of institutions. It was then the justice to ask questions and get answers.
3) - The Truth"I will devote all my energy to demonstrate my integrity and honesty. The truth will prevail. I have no doubt. "Mr Sarkozy is facing himself publicly to the question of "betrayal of his office." He believes he has not failed. The facts indicate otherwise. It is justice to resolve the dispute between the truth and himself.
 
Mr Sarkozy says he will devote all his energy to establish his integrity and HONESTY. Mr. prosecutor may therefore open the debate with a knowledgeable and available partner.
4) - ImmunityFor two formulas shows that Mr. Sarkozy to himself renounced the slave fable full immunity of the Head of State in office.
A-"I have not betrayed my duties."The idea of ​​betraying his duties indicates that Mr. Sarkozy does not believe in the ideology of immunity. It can "betray" and therefore out of the legal framework that organizes its "charge" and immunity.
Ordinary B-Treatment"It goes without saying that I claim no special treatment except that of every citizen to have the right to a fair and impartial justice. "Mr. Sarkozy abandons there any reference to a special treatment related to immunity. It recognizes that issues of personal crime must be judged like everyone else.
5) - The Omerta and the lawBy claiming to be judged like everyone else, Sarkozy invalidate the clever technique by which network managers have reported the facts, including Mrs. William.Facts are reported while preventing it would be indecent to see something other than worldliness. From that moment, all the executives who try to bring the case to trial would be immediately isolated, ostracized, neutralized by their peers.Therefore, only a junior employee, without public or institutional ambition, can wear this crazy project to point out to Mr. prosecutor that rape was committed, which, and it must be judged.According to the criteria used by Mr. Sarkozy, a rape committed by himself must be considered by the court as it does for everyone.
6) - Right"It's because I have confidence in the judicial institution that I will use the remedies which are open to every citizen"A rights-pathways are open to all citizens.Mr. B-Sarkzoy accept questions from the bench. They are self-evident.This concludes the considerations on inequality between citizens of the Judge Salas researcher.
Title 2: Justice
7) - The silence of Mr. SarkozyIt is conceivable that Mr. Sarkozy is aware of my approach, Paris is small. This Facebook page is so for both the case where he is indicted and one in which I stand.
By the assertion that he never "betrayed his duties," Mr Sarkozy proclaims that in the case raised by Mrs. William has no awareness of having committed an offense, or to a woman, or to "bear", ie the state, the Republic.
Mr. Sarkozy did not even bother to answer or the revelations of Mrs. William, or the request for an inquiry by Mr. Salomone following the publicity of these facts.
 
He received assurances from the media that they will not seek to obtain a judicial inquiry.
He knows I judge researcher Salas has published an article in the Paris to declare that Mr. Salomone is a social rank too less for judges accept his request for a person to presidential rank.
Having been President of the Republic, he knows that Mr. Salomone is considered by the judges as an inferior social status to any legal action concerning State officials. Whatever the crimes committed by them against him.
8) - The ideology of the importanceThe denial comes first certainty that the prosecutor will never agree to comply with the request of an unimportant man who is a very important person. The tramp and VIP.
It is no coincidence that, in the case where Mr. Sarkozy is Indicted, the department or the prosecutor have missed the information that the prosecution would require the dismissal of Mr. Sarkozy. While the information was partially denied. It was recalled that the report of the prosecutor of the Republic would be given in 4 months.


Nobody is fooled. For the French officers, they should say publicly that the charge of an important character is not obvious. They had to create evidence that the importing Aside review the long arm of relations in the judiciary, over in the process.
The distinction between what is "important" or "not important" is a obscessionnelle ideology at all stages of state government.
When you are poor, weak, vulnerable, the first qualification of your business what you hear, you have to admit, is that "your case is not important." "It's not important." "You think this is important, but it is not important." Police, judges, lawyers, all working first in the qualification of the importance and unimportance.
Coluche summarized the non-importance of a word: "Move along, there's nothing to see."
Rejecting the judicial requests from people "unimportant" is used to diqualifier their next steps; to filing a court application to avenge the rejection of the previous one. This allows revenge supposed to torture the avenger to heal and protect potential victims. Ride rides, contempt has no limit.
9) - Another practice of lawIn the case before us, Sarkozy is under the Head of State. The alleged rape of a woman held for:-Assign a women a place, which was their place,b-Assign administered to a place which was their place before the Revolution and under the Occupation,c-Assign network administrative staff to face up to citizens, give them a policy. This place was theirs under the old regime, the Occupation in the colonies against the natives.
By opening a preliminary investigation, the prosecutor of the Republic:a-shake impunity for senior executives of the state.b-disqualify impunity for civilian executives, private, acting also by evidence of a tutelary power.c-Would open the way for discussion of administrative policies that reduce administrative reports to administration to manipulation of objects.



Accompanying civil Omerta by a judicial absence, Mr. prosecutor leaves the way open for another practice of law. Cohen Tanugi in a book "The right without a state", has this practice as the future of law. It is defined by the spontaneous lower the unchallenged domination of the strongest acceptance.
This is the subsitution of the evaluation of the strength of the rule of law.
This substitution is at work in this case:1 - This is what the honorable member is agreeing to subordinate to Mr. Sarkozy, to follow him, to kneel to suck, swallow, go room.2 - This is what ordinary citizens are silent.3 - This is what Mrs. William by the terms of the highest standard by which to judge the weak.It has as well as:a-The member must accept.b-By cons, Mrs. William distributes pairs of slaps. For it is in the strong camp, but always with the right to rape.4 - The press informs taking good qualifications that might seem to bring the two protagonists, weak and strong, to equality before the law.
10) - Codes of administrative proceduresMr. prosecutor may think it right to parallel legal right has always existed. It is now called the right of "blunder".
Yes, but when these practices become those gutters administrative officer of the State, its leader, they become a new Code of Administrative Procedure and compete with the official codes, legal.
There is no reason for the second Administrative Procedure Code does not increase to a third religious for example, then another, mafia, another, racketeering, etc..
For example:1 - Mr. Cahuzac uses the Administrative Procedure Code allows tax evasion. This code has been declared prohibited. But it is not taken for granted. By itself the government has accepted the existence of the parallel code. It took a news and late legal action.
2 - The officers of the tray Marseille have set up a code allowing racketeering and involvement in illicit trade.
a-The policeman who objected was dismissed for dishonorable reasons. The Code has been declared non-existent.Therefore it has not been said and could not continue to operate.b-The following year, at the request of dealers, their code has been declared prohibited.c-The prohibition of parallel code Bac, at the request of a dealer, it's been associated with some recognition of the parallel Administrative Code of dealers?
3 - Mr. Sarkozy staged a Procedure Code which allows rape. The fact is declared non-existent. The use of this code which is not prohibited.
Subsidiary question:-How long has the other codes they may be declared banned?b-How long will the official Administrative Code, it will have a monopoly of legality?c-How long, multiple parallel administrative codes will be presented, it will be illegal?Everyone expects the judicial response.
11) - Crime framesTo investigate managers still must admit the possibility of their crime.This is precisely what does not want to hear talk French executives. Crime are the popular classes. Honesty, it is the ruling classes.
So instead of addressing criminality as they present themselves, the French managers play continuously hysterical comedy.a-On the one hand, specialists constantly sniffing the stools of the working classes to interpret the events of their dangers involved.b-On the other hand, the executive networks spread across about apocalyptic each time a frame is made by hand in the cookie jar.c-rétalité is neither better nor worse. It is another.
There is nothing extravagant that Mr Sarkozy and Mr Cahuzac, for example, are called criminals. Crime is a qualification of human practices which are found everywhere obviously.
What may be surprising is the removal of the judiciary on the study of these facts. Judges are the only ones who can give the French legal benchmarks.



8) - ConclusionThere is no need to be in the "important" secrets to understand that Mr. Sarkozy is protected title of Honorary President and possible future candidate for the same position.
I have demonstrated that this case concerns the functioning of institutions and the constitution.
This would be a significant blow to legal aid in the establishment of the right of women to interview a President on his relations with women, their place in society, their rights.
In any case, women probably take confidence in the judiciary.
Possibly, if it interests the judges, it would be an important step towards consideration by a Judiciary Powers of the Republic.
However, it comes a question. The answer to this question can confirm or invalidate our approach: the rape of a female MP is it important?
Please accept, Mr. prosecutor, insurance of my distinguished consideration,

Marc Salomone

sarkozy, crime et justice, thèses de sarkozy

 Sarkozy, crime et justice, thèses de Sarkozy

d.50@gmx.fr





Paris, lundi 8 avril 2013




Monsieur le procureur de la République




Copie à :
- Monsieur le Président de la République
- Madame la Garde des Sceaux




Objet : Les criminels et l'autorité publique



Monsieur le procureur de la République

Titre 1 : Les thèses de M. Sarkozy
Le 25 mars 2013, M. Sarkozy publie sur sa page Facebook une déclaration de principe qui contient des thèses sur ses rapports à la justice.

Ces formules ont un caractère universel. Elles sont indépendantes de l'affaire pour laquelle elles ont été produites.

Par ces thèses M. Sarkozy disqualifie tous ceux qui prétendent le prendre pour référence de leur inertie et de leur participation à l'Omerta.

1)- Le texte sur Facebook
"Au moment où je dois faire face à l'épreuve d'une mise en examen injuste et infondée, je veux remercier du fond du coeur tous ceux qui ont tenu à me témoigner de leur confiance. A tous, à ceux qui m'ont soutenu comme à ceux qui m'ont combattu, je veux affirmer qu'à aucun moment dans ma vie publique, je n'ai trahi les devoirs de ma charge.
Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher. Je n'en doute pas.
Il va de soi que je ne réclame aucun traitement particulier si ce n'est celui de tout citoyen d'avoir le droit à une justice impartiale et sereine.
C'est parce que j'ai confiance dans l'Institution judiciaire que j'utiliserai les voies de droit qui sont ouvertes à tout citoyen. NS"

2)- La « trahison »
«  Je veux affirmer qu'à aucun moment dans ma vie publique, je n'ai trahi les devoirs de ma charge. »

Sous réserve que Mme Guillaume, le Canard Enchaîné, Canal+, le Nouvel observateur, qui me servent de référence, aient dit la vérité, ne se soient pas trompés, aient vérifiés leurs sources, les faits contredisent cette formule.

M. Sarkozy a « trahi les devoirs de sa charge » par:
1- un viol
a- Très probablement en bande organisée
b- viol, proxénétisme, proxénétisme hôtelier, détournement de fonds publics, soustraction d'impôts au fisc,
2- Viol d'une députée
Viol d'une représentante du Pouvoir législatif par le Chef de l'Etat, c'est à dire du Pouvoir exécutif.
Viol de la séparation des Pouvoirs
Viol de la Constitution
3- Modification criminelle du fonctionnement des pouvoirs publics
Création d'un droit maffieux parallèle au droit administratif publique.
Droit de cuissage des administratifs sur les administrés.

Il est donc manifeste que M. Sarkozy ne peut rendre compte par lui-même des faits criminels rapportés par la presse et qui concernent le fonctionnement des institutions. C'est alors à la justice de poser les questions et d'obtenir les réponses.

3)- La vérité
« Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher. Je n'en doute pas. »
M. Sarkozy s'est confronté de lui-même publiquement à la question de la « trahison de sa charge ». Il estime qu'il n'a pas failli. Les faits indiquent le contraire. C'est à la justice de trancher ce différent entre la vérité et lui-même.
M. Sarkozy affirme qu'il va consacrer toute son énergie à établir sa probité et son honêteté. M. le procureur de la République peut donc ouvrir le débat avec un interlocuteur averti et disponible.

4)- L'immunité
Par deux formules M. Sarkozy montre qu'il à lui-même renoncé à la fable servile de l'immunité totale du Chef de l'Etat en exercice.

A- « Je n'ai trahi les devoirs de ma charge ».
L'idée de trahir les devoirs de sa charge indique que M. Sarkozy ne croit plus à l'idéologie de l'immunité. Il peut « trahir » et donc sortir du cadre légal qui organise sa « charge » et son immunité.

B- Traitement ordinaire
« Il va de soi que je ne réclame aucun traitement particulier si ce n'est celui de tout citoyen d'avoir le droit à une justice impartiale et sereine. »
M. Sarkozy abandonne là toute référence à un traitement extraordinaire lié à l'immunité. Il reconnaît que pour les questions de criminalité personnelle il doit être jugé comme tout un chacun.

5)- L'Omerta et la loi
En réclamant d'être jugé comme tout le monde, M. Sarkozy invalide la technique astucieuse par laquelle les réseaux de cadres ont rapporté les faits, y compris Mme Guillaume.
On rapporte les faits tout en prévenant qu'il serait indécent d'y voir autre chose qu'une mondanité. A partir de ce moment, tous les cadres qui s'essaieraient à porter l'affaire en justice serait immédiatement isolés, ostracisés, neutralisés, par leurs pairs.
C'est pourquoi, seul un employé subalterne, sans ambition publique ou institutionnelle, peut porter ce fol projet de faire remarquer à M. le procureur de la République qu'un viol a été commis, lequel, et qu'il doit être jugé.
Selon les critères retenus par M. Sarkozy, un viol commis par lui-même doit être examiné par la justice comme celle-ci le fait pour tout un chacun.

6)- Le droit
« C'est parce que j'ai confiance dans l'Institution judiciaire que j'utiliserai les voies de droit qui sont ouvertes à tout citoyen »
A- Les voies de droits sont ouvertes à tous les citoyens.
B- M. Sarkzoy accepte les questionnements de la magistrature. Ils vont de soi.
Ceci met fin aux considérations sur l'inégalité entre les justiciables du juge-chercheur Salas.

Titre 2 : La justice

7)- Le silence de M. Sarkozy
Il est permis de penser que M. Sarkozy est au courant de ma démarche, Paris est petit. Cette page Facebook vaut donc à la fois pour l'affaire où il est mis en examen et pour celle dans laquelle j'interviens.

Par l'affirmation selon laquelle il n'a jamais « trahi les devoirs de sa charge », M. Sarkozy proclame en fait que dans l'affaire soulevée par Mme Guillaume il n'a aucune conscience d'avoir commis une faute, ni envers une femme, ni envers « sa charge », c'est à dire l'Etat, la République.

M. Sarkozy ne prend même pas la peine de répondre ni aux révélations de Mme Guillaume, ni à la demande d'enquête formulée par M. Salomone suite à la publicité de ces faits.
Il a reçu la garantie de la part des médias qu'ils ne chercheront pas à obtenir une enquête judiciaire.

Il sait que je juge-chercheur Salas a fait paraître un article dans le Parisien pour déclarer que M. Salomone est d'un rang social trop inférieur pour que les magistrats acceptent sa demande concernant une personne de rang présidentiel.

Ayant été Président de la République, il sait que M. Salomone est considéré par les magistrats comme d'un rang social inférieur à toute action judiciaire concernant des cadres de l'Etat. Quelques soient les crimes commis par ceux-ci à son égard.

8)- L'idéologie de l'importance
Le déni vient d'abord de la certitude que le procureur de la République n'acceptera jamais de donner suite à la demande d'un homme sans importance qui vise une personne très importante. Le clochard et le VIP.

Ce n'est nullement un hasard si, dans l'affaire où M. Sarkozy est Mis en examen, le ministère ou le parquet ont laissé passer l'information que le parquet demanderait le non-lieu pour M. Sarkozy. Certes, l'information a été partiellement démentie. Il a été rappelé que le rapport de M. le procureur de la République serait remis dans 4 mois.



Personne n'est dupe. Pour les cadres français, il fallait dire publiquement que l'inculpation d'un personnage aussi important ne va pas de soi. Ils devaient créer l'évidence que le Mis en examen important à le bras long, des relations dans la magistrature, des relais dans la procédure.

La distinction de ce qui est « important » ou « pas important » est une idéologie obsessionnelle à tous les étages des administrations d'Etat.

Lorsque vous êtes pauvre, faible, vulnérable, la première qualification de votre affaire que vous entendez, que vous devez admettre, est que « votre affaire n'est pas importante ». « ça n'est pas important ». « Vous croyez que c'est important, mais ça n'est pas important ». Policiers, magistrats, avocats, tous fonctionnent d'abord à la qualification de l'importance et de la non-importance.

Coluche résumait la non-importance d'un mot : « Circulez, il n'y a rien à voir ».

Le fait de rejeter les demandes judiciaires de gens « sans importances » sert à diqualifier leurs démarches ultérieures ; au titre du dépôt d'une demande judiciaire pour venger le rejet de la précédente. Ce désir de vengeance supposé permet de torturer le vengeur pour le soigner et protéger ses victimes potentielles. Roulez manèges, le mépris n'a plus de limite.

9)- Une autre pratique du droit
Dans l'affaire qui nous occupe, M. Sarkozy a agit au titre de Chef de l'Etat. Le viol présumé de cette femme a eu lieu pour :
a- Assigner les femmes à une place, à ce qui fut leur place,
b- Assigner les administrés à une place, qui fut leur place avant la Révolution ou sous l'Occupation,
c- Assigner les réseaux de cadres administratifs à une place face aux administrés, leur donner une politique. Cette place était la leur sous l'Ancien régime, sous l'Occupation, dans les colonies face aux indigènes.

En ouvrant une enquête préliminaire, M. le procureur de la République :
a- Ebranlerait l'impunité des cadres dirigeants de l'Etat.
b- Disqualifierait l'impunité des cadres civils, privés, qui agissent eux aussi par l'évidence d'un pouvoir tutélaire.
c- Ouvrirait la voie à la discussion des politiques administratives qui réduisent les rapports des administratifs aux administrés à des manipulations d'objets.




En accompagnant l'Omerta civile par une absence judiciaire, M. le procureur de la République laisse la voie libre à une autre pratique du droit. M. Cohen-Tanugi, dans un livre « Le droit sans Etat », présente cette pratique comme l'avenir du droit. Elle se définie par l'acceptation spontanée par le plus faible de la domination sans partage du plus fort.

C'est la substitution de l'évaluation du rapport de force à la règle de droit.

Cette substitution est à l’œuvre dans cette affaire :
1- C'est ce qu'a fait Mme la députée en acceptant de se subordonner aux propos de M. Sarkozy, de le suivre, de s'agenouiller, de le sucer, d'avaler, de revenir en salle.
2- C'est ce que font les citoyens ordinaires en se taisant.
3- C'est ce que fait Mme Guillaume en faisant du point de vue du plus fort l'aune à laquelle juger les faibles.
Elle dispose ainsi que :
a- La députée doit impérativement accepter.
b- Par contre, Mme Guillaume distribue des paires de claques. Par cela elle est dans le camp des forts ; mais toujours dans le droit au viol.
4- La presse informe en se gardant bien de qualifications qui pourraient paraître ramener les deux protagonistes, faible et fort, à égalité devant la justice.

10)- Les Codes de procédures administratives
M. le procureur de la République peut penser que ce droit parallèle au droit légal a toujours existé. Il s'appelle aujourd'hui le droit de « la bavure ».

Certes, mais lorsque ces pratiques des caniveaux administratifs deviennent celles de la direction de l'Etat, de son chef, elles deviennent un nouveau code de procédure administrative et entrent en concurrence avec les codes officiels, légaux.

Il n'y a aucune raison pour que ce second Code de procédure administrative ne s'augmente pas d'un troisième, religieux par exemple, puis d'un autre, maffieux, d'un autre, affairiste, etc.

Par exemple :
1- M. Cahuzac utilise le Code de procédure administrative qui permet la fraude fiscale. Ce code a été déclaré interdit. Mais cela n'est pas allé de soi. Par elle-même l'administration publique a accepté l'existence de ce Code parallèle. Il a fallu une information de presse et une action judiciaire tardive.

2- Les policiers de la Bac de Marseille ont mis en place un code autorisant le racket et la participation à un commerce illicite.

a- Le policier qui s'y est opposé a été licencié pour un motif infamant. Le Code a donc été déclaré inexistant.
Par conséquent il n'a pas été déclaré interdit et a pu continuer de fonctionner.
b- L'année suivante, à la demande des dealers, leur Code a été déclaré interdit.
c- Cette interdiction du Code parallèle de la Bac, à la demande d'un dealer, est elle allée de pair avec une certaine reconnaissance du Code administratif parallèle des dealers ?

3- M. Sarkozy met en scène un Code de procédure qui autorise le viol. Le fait est déclaré inexistant. L'usage de ce Code n'est dont pas interdit.

Question subsidiaire :
a- Combien de temps les autres Codes pourront ils être déclarés interdits ?
b- Combien de temps, le Code administratif officiel pourra-t'il avoir le monopole de la légalité ?
c- Combien de temps, la multiplicité des Codes administratifs parallèle pourra-t'elle être présentée comme illégale ?
Chacun attend la réponse judiciaire.

11)- La criminalité des cadres
Pour enquêter sur les cadres encore faut il admettre la possibilité de leur criminalité.
C'est précisément ce dont ne veulent pas entendre parles les cadres français. Le crime ce sont les classes populaires. L'honnêteté, ce sont les classes dirigeantes.

Donc, au lieu d'aborder les criminalités comme elles se présentent, les cadres français jouent en permanence une comédie hystérique.
a- D'une part, les spécialistes reniflent en permanence les selles des classes populaires pour interpréter les manifestations de leurs dangerosités.
b- D'autre part, les réseaux de cadres se répandent partout en propos apocalyptiques à chaque fois qu'un cadre est pris la main dans le pot de confiture.
c- La rétalité n'est ni meilleurs ni pire. Elle est autre.

Il n'y a rien d'extravagant à ce que M. Sarkozy et M. Cahuzac, par exemple, soient dits criminels. La criminalité est une qualification de pratiques humaines qui se retrouvent évidement partout.

Ce qui peut étonner, c'est le retrait de la magistrature quant à l'étude de ces faits. Les magistrats sont les seuls qui puissent donner aux français des repères juridiques.




8)- Conclusion
Il n'est pas besoin d'être dans les secrets « importants » pour comprendre que M. le Sarkozy est protégé au titre de Président honoraire et de future candidat possible au même poste.

Je pense avoir démontré que cette affaire concerne le fonctionnement des institutions et de la constitution.

Ce serait à coup sur une aide judiciaire considérable à l'établissement du droit des femmes que d'interroger un Président sur ses rapports aux femmes, à leur place dans la société, à leurs droits.

En tout cas, les femmes prendraient surement confiance dans la magistrature.

Eventuellement, si cela intéresse les magistrats, ce serait un pas important vers la prise en considération d'un Pouvoir judiciaire par les Pouvoirs de la République.

Il nous vient cependant une question. La réponse à cette question peut conforter ou invalider notre démarche : le viol d'une femme députée est-il important ?

Je vous prie d'agréer, Monsieur le procureur de la République, l'assurance des mes considérations distinguées,


Marc SALOMONE