Saturday, September 22, 2012

Citizen democracy and fascism administrative

Citizen democracy and fascism administrative

1 - Letter to Madam Justice Minister

2 - # 1 Provocateur

3 - # 2 Provocateur

4 - Letter to Madam Justice Minister


 1 - Letter to Madam Justice Minister


Paris, Monday, September 10, 2012



 Christiane TAUBIRA
Attorney,
Minister of Justice

Chief of Staff
Mr. Christian Vigouroux

Business technical adviser reserved
Eric Lafontaine

13, place Vendôme
75042 PARIS CEDEX 01
Tel. : 01 44 77 60 60
Fax: 01.44.77.60.81




Madam Minister

Which brings me to you is the public work of the summer. The French have brought to our attention the crimes policy frameworks. Had he not see? From when we are accomplices and beyond what we prying?

My first seems you he raped a woman and violated the constitution. My second has implemented a system of departmental corruption he transported himself to the highest level of the state. My third is a collective person which includes Paris, the capital. Frameworks honest this territory called the state aid. They are clandestinely by downloading information to the press. Dousdé they act as drug couriers. It looked old, resisters. My fourth is the political police which operates covertly to counter judicial activity.

The press, this is the culprit, Madam Minister. Without it, the general public which I belong would not have known these "agape." I denounce Canal + and Chained Duck. Their information is more pernicious there are all the chances it is accurate. Person who has never been able to fault the lies of the judiciary.
The attached texts invite the following questions:

1 - Should we censor, or instruct? Extinguish or light? The State identifies you there crimes of its leaders? Democracy would weaken it to judge the crimes of its representatives?

2 - rape, pimping, possibly the plot, they still make sense in the place of power, the executive branch? Should be noted that the rape of a person by a representative of a Power for violating another Power, the Legislative Power, is a constitutional fault? The constitutional right to you it still make sense after the Maastricht Treaty? France is it below the Third World in the evolving capacities of the right to ignore the ideology of impunity that give themselves the heads of executive powers archaic?

3 - The other place it can power the substitution procedure code palermien "brothers" in the French Code of Criminal Procedure? The creation of a virtuous circle between an elected official who protects the affairs of racketeering and racketeering that puts his fortune to the career of the elected, do you look at it that economists individual success? A system of reciprocal exchange is anything other than a corruption pact? Which can prevent businessmen clamoring for what everyone agrees one of them? How to refuse the other fraternities when elected perseveres in his?

4 - Why, in France, the corruption as a mode of organization between politicians of different parties, it would be productive efficiency in public projects, righteousness accounts, rejection of the mafia? We know that it produces the opposite in comparable countries such as Italy, and elsewhere in the world. Corruption laws they stop at the borders of France, as fortunately the toxic cloud of Chernobyl? That the state should support? Honest people or corrupt?

5 - Is it appropriate to leave the shallows of the political police deal with people who ask judges? It's repetitive. Organize, produce, cover kidnapping, sequestration, torture, to obtain the withdrawal of complaints, forgery public as a form of legal written reports, they are the only actions that are able to lead students School of the judiciary?

We remain at your disposal, please accept, Madam Attorney General, the assurances of my highest consideration,


Marc Salomone


PS: Attachments

Request to open a preliminary inquiry and press articles:

1 - Thursday, July 19, 2012
2 - Article Chained Duck of July 4, 2012
3 - Friday, July 27, 2012, Addendum
d-Monday, August 6, 2012
4 - Article Chained Duck of 27/06/2012
5 - Although they have no common factuelement.
6 - Friday, August 17 2012-09-09
7 - Article Chained Duck of August 14, 2012
8 - Tuesday, August 28, 2012
9 - Chained Duck of August 22, 2012
10 - Tuesday, August 28, 2012. Police
11 - Thursday, August 30, 2012
12 - Article of the Chained Duck August 29, 2012
13 - Friday, September 7, 2012
14 - Article Chained Duck of September 5, 2012

 2 - # 1 Provocateur


Paris, Tuesday, August 28, 2012


Mr. Prosecutor

Respond to requests for judicial initiations that I had the honor to propose that it may be already interested in me.

If something should happen to me, justice would be well advised to begin his search by phone number: 06.51.54.96.27. The owner of this number called me Monday, August 27, 2012, at 1:09 p.m., in: 00 05: 28 minutes.

This gentleman said to be many. He said they are interested in my complaint in 2007 about the apartment of Mr. Sarkozy. He says they have seen on the internet that I was "things in real estate," and they do like me "things in real estate." He says they want to meet me to do "things together." Insistently. The goal is to meet me. No credibility in this language, nor an activist, an actor or a real commitment. I told him to read what I had written on the internet and that I recontacted by mail. He says he will learn better and remember. I think there will be sequels.

I have enough experience to recognize the disguise of police provocateur. Without risk of being wrong. There will be no need to use the police to investigate if you deem it necessary. It would be judge and party.

Please accept, Mr. Prosecutor, the assurance of my highest consideration,

Marc Salomone


 3 - # 2 Provocateur
 
Paris, September 17, 2012


N. No. :
Paris, Thursday, July 19, 2012
Paris, Friday, July 27, 2012
Paris, Monday, August 6, 2012
Paris, Friday, August 17, 2012
Paris, Tuesday, August 28, 2012


Mr. Prosecutor

That day, September 17, 2012, at 16:28, during 55secondes since the number: 07.53.48.69.97, a person called me claiming to be interested in "your ad for sale of condoms appeared on the Internet." It is a commercial advertisement went there over a year, for goods destroyed for over a year also. She was not certified. At the same time that I spent the announcement, I consulted the DGCCRF and the DDPP. They have delivered a negative verdict, the goods were destroyed on the spot. This is a scam in which the case is pending. It is long since I act by legal insurance and all I have to prepare the file myself. This person can not know.

Managers of the website in question were quickly withdrawn because the announcement has not been supplied.

To find this announcement a year after its cancellation, it must have powers of investigation on me that only the state institutions have.

On the one hand, there are a number of surveys on me.

On the other hand, these surveys are not designed to inform the competent authorities but to organize a barbouzarde, ie: an administrative activity and illegal fascist.

Already, Tuesday, Aug. 28, a provocative police phoned me to discuss my complaint "about" things in real estate. " His friends were also "things in real estate."

I keep a strict account of these interventions. It is indeed proceed as criminals administrative state.

They call several times to locate the person, "house", and then, with the agreement of the criminal prosecutor, they occur at the time of the slag in the apartment of the person. They are open by presenting himself as the factor. They then come into force.

Hot, terrorism, handcuffing, kidnapping, forgery and public meeting psychiatry. Kidnapping, torture, withdrawal of the complaint.

The withdrawal of the complaint by the complainant is only formal since the prosecutor accomplice, finding that the plaintiff is no longer able to attend, cancels the complaint.

In these fascist attacks against French citizens, union solidarity, administrative, judicial, are total. The judges of the Supreme Court does not hesitate to practice public forgery. The village men can show their sex remained at his gaze is worthless.

The system is known. Common rights of state methods repetitive.
I submitted three requests for preliminary initiations. It appears therefore sought to respond in ways ordinary administrative fascism.

The only way to stop this cycle is to give a criminal after public official requests. Fellow fascists, left or right, like all criminal mafia does not like light.

Please accept, Mr. Prosecutor, the assurance of my highest consideration,


Marc Salomone


 4 - Letter to Madam Justice Minister

 Paris, September 17, 2012




Christiane TAUBIRA
Attorney,
Minister of Justice

Chief of Staff
Mr. Christian Vigouroux

Business technical adviser reserved
Eric Lafontaine

13, place Vendôme
75042 PARIS CEDEX 01
Tel. : 01 44 77 60 60
Fax: 01.44.77.60.81





Madam Attorney General,

Please find attached two letters I sent to Mr. Prosecutor.

It happens that I know quite well that prepares the crime.
Because I had to file a complaint for rape and conspiracy against officials of the police thugs allied civilians against the mentally handicapped, I've been raped, abducted, kidnapped, tortured by thugs ordinary State, under the control of the prosecutor of the Republic.

I also know Solidarity trade unionists in the crime.

I ask you to stop this fascist business by responding to requests for preliminary initiations that I filed. They do not like such and such does not obstruct the course of justice.

Please accept, Madam, the assurances of my distinguished consideration,


Marc Salomone





Démocratie citoyenne et fascisme administratif


Démocratie citoyenne et fascisme administratif

1- Lettre à Mme la Garde des sceaux
2- Provocateur n°1
3- Provocateur n°2
4- Lettre à Mme la Garde des sceaux



Paris, le lundi 10  septembre 2012



 Christiane TAUBIRA
Garde des Sceaux,
Ministre de la Justice

Directeur du cabinet
M. Christian VIGOUROUX

Conseiller technique affaires réservées
M. Eric LAFONTAINE

13, place Vendôme
75042 PARIS CEDEX 01
Tel. : 01 44 77 60 60
Fax : 01.44.77.60.81




Madame la Ministre

Ce qui m’amène vers vous c’est le travail public de l’été. Des français ont porté à notre regard des crimes et délits de cadres politiques. Fallait-il ne pas les voir ? A partir de quand sommes nous complices et au-delà de quoi sommes nous indiscrets ?

Mon premier semble-t’il a violé une femme et violé la constitution. Mon second a mis en place un système de corruption départementale qu’il a transporté par sa personne au plus haut niveau de l’Etat. Mon troisième est une personne collective qui inclut Paris, la capitale. Les cadres honnêtes de cette collectivité territoriale appellent l’Etat à l’aide. Ils le font clandestinement, en refilant des informations à la presse. Ils agissent en dousdé, comme des passeurs de drogue. On aurait dit autrefois, des résistants. Mon quatrième est la police politique qui intervient en sous-main pour contrer une activité judiciaire.

La presse, voilà la coupable, Madame la Ministre. Sans elle, le grand public auquel j’appartiens n’aurait rien su de ces « agapes ». Je dénonce Canal+ et le Canard Enchaîné. Leurs informations sont d’autant plus pernicieuses qu’il y a toutes les chances pour qu’elles soient exactes. Personne n’ayant jamais pu les prendre en défaut de mensonges d’ordre judiciaire.
Les textes ci-joints invitent à poser les questions suivantes :

1- Faut-il censurer, ou instruire ? Eteindre ou éclairer ? L’Etat s’identifie t’il aux crimes de ses dirigeants? La démocratie s’affaiblirait elle à juger les crimes de ses représentants ?

2- Le viol, le proxénétisme, éventuellement le complot, ont-ils encore un sens dans le lieu d’un Pouvoir, le Pouvoir exécutif ? Doit-on remarquer que le viol d’une personne par le représentant d’un Pouvoir à des fins de violer l’autre Pouvoir, le Pouvoir législatif, est une faute constitutionnelle ? Le droit constitutionnel à t’il encore un sens après le Traité de Maastricht ? La France est-elle en deçà du Tiers-monde dans l’évolution des capacités du droit à passer outre l’idéologie de l’impunité totale que s’octroient les chefs des Pouvoirs exécutifs archaïques?

3- L’autre lieu de Pouvoir permet-il la substitution du code de procédure palermien des « frères » au code de procédure pénal français? La constitution d’un cercle vertueux entre un élu qui protège les affaires d’un affairiste et l’affairiste qui met sa fortune au service de la carrière de l’élu, ne regarde t’elle que les économistes de la réussite individuelle ? Un système d’échange réciproque est il autre chose qu’un Pacte de corruption ? Qui peut éviter que les affairistes réclament pour chacun ce qu’on accorde à l’un d’entre eux ? Comment refuser les fraternités des autres élus lorsqu’on persévère dans la sienne ?

4- Pourquoi, en France, la corruption, comme mode d’organisation entre les élus des différents partis, serait elle productrice d’efficacité dans les réalisations publiques, de droiture des comptes, de rejet de la maffia ? Nous savons qu’elle produit l’inverse dans des pays comparables comme l’Italie, et partout ailleurs dans le monde. Les lois de la corruption s’arrêtent elles aux frontières de la France, comme fort heureusement le nuage toxique de Tchernobyl? Qui l’Etat doit il soutenir ? Les honnêtes gens ou les corrompus ?

5- Est- il pertinent de laisser les bas-fonds de la police politique s’occuper des personnes qui posent des questions aux magistrats ? C’est répétitif. Organiser, produire, couvrir : l’enlèvement, la séquestration, la torture, pour l’obtention du retrait des plaintes, les faux en écritures publiques, comme mode de rapports écrits légaux, sont elles les seules actions que sont capables de conduire les élèves de l’école de la magistrature ?

En restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Madame la Garde des Sceaux, l’assurance de mes salutations distinguées,


Marc SALOMONE



PS : Documents joints

Demande d’ouverture d’une enquête préliminaire et articles de presse du :

1- Jeudi 19 juillet 2012
2- Article Canard Enchaîné du 4 juillet 2012
3- Vendredi 27 juillet 2012, Addendum
d- Lundi 6 août 2012
4- Article du Canard Enchaîné du 27.06.2012
5- Bien qu’ils n’aient factuelement aucun point commun.
6- Vendredi 17 août 2012-09-09
7- Article du Canard Enchaîné du 14 août 2012
8- Mardi 28 août 2012
9- Article du Canard Enchaîné du 22 août 2012
10- Mardi 28 août 2012. Police
11- Jeudi 30 août 2012
12- Article du Canard Enchaîné du 29 août 2012
13- Vendredi 7 septembre 2012
14- Article du Canard Enchaîné du 5 septembre 2012 

2- 

Paris, le mardi 28 août 2012


Monsieur le Procureur de la République

Suite aux demandes d’ouvertures d’enquêtes judiciaires que j’ai eu l’honneur de vous proposer, il se pourrait qu’on s’intéresse déjà à ma personne.

S’il devait m’arriver quelque chose, la justice serait bien avisée de commencer ses recherches par le numéro de téléphone : 06.51.54.96.27. Le propriétaire de ce numéro m’a appelé le lundi 27 août 2012, à 13h09, durant : 00 05 :28mn.

Ce Monsieur dit être plusieurs. Il dit qu’ils sont intéressés par ma plainte de 2007 au sujet de l’appartement de M. Sarkozy. Il dit qu’ils ont vu sur Internet que je faisais « des choses dans l’immobilier » et qu’ils font comme moi des « choses dans l’immobilier ». Il dit qu’ils veulent me rencontrer pour faire des « choses ensemble ». Avec insistance. Le but est de me rencontrer. Aucune crédibilité dans ce langage, ni comme militant, ni comme acteur d’un engagement réel. Je lui ai répondu qu’il lise ce que j’avais écrit sur Internet et qu’il me recontacte par mail. Il dit qu’il va mieux se renseigner et me rappeler. Je pense qu’il y aura des suites.

J’ai assez d’expérience pour reconnaître le déguisement du provocateur policier. Sans grand risque de me tromper. Il sera donc inutile d’avoir recours à la police pour enquêter si vous le jugez nécessaire. Elle serait juge et partie.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le procureur de la République, l’assurance de ma considération distinguée,

Marc SALOMONE

3- 
 


Paris, le 17 septembre 2012




N. Réf. :
Paris, le jeudi 19 juillet 2012
Paris, le vendredi 27 juillet 2012
Paris, le lundi 6 août 2012
Paris, le vendredi 17 août 2012
Paris, le mardi 28 août 2012




Monsieur le Procureur de la République

Ce jour, le 17 septembre 2012, à 16h28, durant 55secondes, depuis le numéro : 07.53.48.69.97, une personne m’a appelé en affirmant être intéressé par « votre annonce de vente de préservatifs parue sur Internet ». Il s’agit d’une annonce commerciale passée il y a plus d’un an, pour une marchandise détruite depuis plus d’un an également. Elle n’était pas certifiée. En même temps que j’ai passé l’annonce, j’ai consulté la dgccrf et la ddpp. Celles-ci ayant rendu un verdict négatif, la marchandise a été détruite sur le champ. C’est une escroquerie dont l’affaire est en cours. C’est long car j’agis par assurance juridique et je dois faire toute la préparation du dossier moi-même. Cela personne ne peut le savoir.

Les gestionnaires du site Internet en question ont rapidement retiré l’annonce puisqu’elle n’a plus été alimentée.

Pour connaître cette annonce un an après son annulation, il faut avoir des pouvoirs d’enquête sur ma personne que seules les institutions d’Etat possèdent.

D’une part, il y a une ou plusieurs enquêtes sur ma personne.

D’autre part, ces enquêtes ne visent pas à informer les autorités compétentes mais à organiser une activité barbouzarde, autrement dit : une activité administrative illégale et fasciste.

Déjà, le mardi 28 août, un provocateur policier m’avait téléphoné pour discuter de ma plainte « concernant « des choses dans l’immobilier ». Ses amis faisaient aussi des « choses dans l’immobilier ».

Je tiens un compte rigoureux de ces interventions. C’est en effet ainsi que procèdent les criminels administratifs d’Etat.

Ils téléphonent plusieurs fois pour situer la personne, la « loger », puis, avec l’accord criminel du procureur de la République, ils interviennent à l’heure du laitier dans l’appartement de la personne visée. Ils se font ouvrir en se présentant comme le facteur. Ils entrent alors en force.

Coups, terrorisme, menotage, enlèvement, faux en écriture publique et en réunion, psychiatrie. Enlèvement, séquestration, torture, retrait de plainte.

Le retrait de la plainte par le plaignant n’est que formel puisque le procureur de la République, complice, constatant que le plaignant n’est plus en état de se présenter, annule la plainte.

Dans ces agressions fascistes contre des citoyens français, les solidarités syndicales, administratives, judiciaires, sont totales. Les magistrats de la Cour de Cassation n’hésitent pas à pratiquer le faux en écriture publique. Les hommes du village peuvent montrer leur sexe à la demeurée, son regard est sans valeur.

Le système est connu. Les droits communs d’Etat ont des méthodes répétitives.
J’ai déposé trois demandes d’ouvertures d’enquêtes préliminaires. Il apparaît donc qu’on cherche à y répondre par les moyens ordinaires du fascisme administratif.

Le seul moyen de mettre fin à cet engrenage criminel est de donner une suite publique officielle à ces demandes. Les collègues fascistes, de droite ou de gauche, comme tous les criminels maffieux, n’aiment pas la lumière.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le procureur de la République, l’assurance de ma considération distinguée,

 Marc SALOMONE

4- 


Paris, le 17 septembre 2012




Christiane TAUBIRA
Garde des Sceaux,
Ministre de la Justice

Directeur du cabinet
M. Christian VIGOUROUX

Conseiller technique affaires réservées
M. Eric LAFONTAINE

13, place Vendôme
75042 PARIS CEDEX 01
Tel. : 01 44 77 60 60
Fax : 01.44.77.60.81





Madame la Garde des Sceaux,

Je vous prie de trouver ci-jointes les deux lettres que j’ai adressées à M. le procureur de la République.

Il se trouve que je connais bien la technique du crime qui se prépare.
Parceque j’ai eu à porter plainte pour viol et association de malfaiteurs contre des fonctionnaires de la police judiciaire alliés à des voyous civils contre des handicapés mentaux, j’ai déjà été violé, enlevé, séquestré, torturé, par des voyous de droit commun d’Etat, sous contrôle de M. le procureur de la République.

Je connais aussi la solidarité des syndicalistes dans le crime.

Je vous demande de mettre fin à cette entreprise fasciste en donnant suite aux demandes d’ouvertures d’enquêtes préliminaires que j’ai déposées. Qu’elles ne plaisent pas à tels ou tels ne suffit pas à entraver le cours de la justice.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’assurance des mes considérations distinguées,


Marc SALOMONE